La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Mesures de réduction de la transmission du risque infectieux E.O.H.H C.H.CARCASSONNE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Mesures de réduction de la transmission du risque infectieux E.O.H.H C.H.CARCASSONNE."— Transcription de la présentation:

1 Mesures de réduction de la transmission du risque infectieux E.O.H.H C.H.CARCASSONNE

2 But : réduction du risque de transmission dun agent infectieux, connu ou présumé. Comment : par interposition de pratiques (hygiène des mains …) et de barrières (physiques: gants, masques ….). à partir dun porteur à des individus non infectés et non porteurs (patients ou personnels) mise en place de précautions standard et particulières : les seules qui permettent de réduire la transmission dagents infectieux méconnus. à un malade immunodéprimé isolement protecteur (germes de lenvironnement, dautres patients, personnels, visiteurs)

3 LES PRECAUTIONS STANDARD

4 Elles sont à respecter lors de soins à tout patient quel que soit son statut infectieux, connu ou non Afin déviter tout contact avec tout produit biologique dorigine humaine, quil soit ou non souillé de sang, en particulier lors des soins les plus pourvoyeurs de piqûres, manipulation de tubes de prélèvements, linge et matériels souillés.

5 Précautions standard: Prévention des accidents par exposition au sang (AES) : bonnes pratiques, port de gants. PROTECTION DES SOIGNANTS Prévention de la transmission croisée par manuportage (flore commensale et flore transitoire): hygiène des mains avant et après le port des gants. PROTECTION DE TOUS LES MALADES

6 1. Hygiène des mains Lavage simple Friction hydro-alcoolique en labsence de souillures visibles

7 QUAND FAUT-IL REALISER UN GESTE DHYGIENE DES MAINS?

8 INDICATION DE LA FHA Il est fortement recommandé deffectuer une FHA: Immédiatement avant tout contact direct avec un patient Immédiatement avant tout soin propre ou tout acte invasif Entre un soin contaminant et un soin propre ou un acte invasif chez un même patient Après le dernier contact direct ou soin auprès dun patient Avant denfiler des gants Immédiatement après le retrait des gants de soins Après tout contact accidentel avec des liquides biologiques ( sang, selles, urines…); dans cette situation la FHA doit être précédée dun lavage au savon doux. R5

9 Il est fortement recommandé deffectuer une friction des mains avec un produit hydro alcoolique PHA (solution ou gel) en remplacement du lavage des mains ( au savon doux ou antiseptique) en labsence de souillures visibles sur les mains. R4 Il est fortement recommandé, en présence de souillures visibles des mains, deffectuer un lavage simple des mains suivi dune FHA sur mains correctement séchées. R 13 Hygiène des mains avec un PHA

10 Il est fortement recommandé, pour réaliser efficacement un geste dhygiène des mains, de : ne pas porter de faux ongles ni de bijoux ( montre et alliance comprises) lors de contact direct avec les patients Maintenir les ongles courts Maintenir les ongles sans vernis R12 POUR UNE FHA EFFICACE

11 Il est fortement recommandé, que les PHA soient disponibles à portée de mains. Si des distributeurs sont installés à distance, il est fortement recommandé den mettre également à disposition au plus près du soin. R17

12 Il est fortement recommandé dévaluer les situations où la mise à disposition de PHA peut représenter un danger sil était accessible aux patients risquant den faire une utilisation détournée ou accidentelle (alcoologie,patients déments, pédiatrie…). R19

13 Il est fortement recommandé aux patients pris en charge dans une structure dhospitalisation ou dhébergement collectif deffectuer un geste dhygiène des mains avant et après laccès à une pièce commune (salle de restauration, salle de détente, plateau technique et salle de rééducation, salle de jeux…). R10

14 2. Port de gants Ils Contribuent à assurer la protection : - du patient vis-à-vis du risque infectieux (gants stériles), - du soignant vis-à-vis du risque dAES Port de gants nécessaire : Si risque de contact avec: Sang ou tout autre produit dorigine humaine Muqueuse ou peau lésée Si lésions cutanées des mains du soignant isolement septique ou patient porteur de BMR, manipulation de détergents et désinfectants, manipulation de linge souillé et déchets, entretien et désinfection des locaux et du matériel.

15 LES GANTS Les changer entre 2 patients, Retirer les gants lorsque, dans une séquence de soins chez un même patient, lon passe dun site contaminé à un site propre du corps ou lorsque lon passe dun site contaminé à un autre site contaminé. Retirer les gants dès la fin du soin avant de toucher lenvironnement.

16 Règles dutilisation des gants non stériles Situation professionnelle Utilisation des gants non stériles Commentaire Entretien des locaux (bionettoyage) ouiToxicité potentielle des produits Utilisation de gants de ménage > gants personnalisés, nettoyés et séchés après usage Nettoyage des instruments ouiGants en caoutchouc de préférence Manipulation de linge sale ouiGants non stériles (rôle non négligeable du linge sale dans les infections nosocomiales) Réfection dun lit non souillé non Repas, lever, aide à la marche non Prévention descarre (effleurage des points dappui) non (sauf risque infectieux particulier) Risque déchauffement de la peau (notamment si corps gras + gants latex non stériles) Contact avec la muqueuse buccale ouiGants de soins non stériles : gants neufs, différents de ceux de la toilette Toilette du corps dun patient non souillé (sans toilette intime) non Toilette intime simple ouiGants de soins non stériles (gants recommandés pour tout contact avec les muqueuses) Contact avec la peau lésée ouiGants de soins non stériles Contact avec un liquide biologique : vidange dun bassin, bocal à urine … ouiGants PVC non stériles Patient en isolement type contact ouiProtocole spécifique disolement Soignant porteur de lésions ouiGants de soins non stériles

17 UN PATIENT = UNE PAIRE DE GANTS = UN GESTE SOINS TERMINES = GANTS OTES = MAINS LAVEES

18 CE QUIL NE FAUT JAMAIS FAIRE LAVER LES GANTS ET LES REUTILISER ALLER DU SALE AU PROPRE AVEC LES MÊMES GANTS PORTER DES GANTS EN PERMANENCE SORTIR DE LA CHAMBRE DU PATIENT AVEC LES GANTS UTILISER LA MÊME PAIRE DE GANTS POUR DES GESTES DIFFERENTS CHEZ UN MÊME PATIENT UTILISER LA MÊME PAIRE DES GANTS POUR DIFFERENTS PATIENTS STOCKER DES GANTS « PROPRES » DANS LES POCHES DE LA TENUE

19 3. Matériel de soin Privilégier : le matériel à usage unique le matériel sécurisé Précautions avec le matériel à UU souillé : Ne pas recapuchonner les aiguilles, Ne pas désadapter à la main, Éliminer immédiatement après utilisation et au plus prés de lutilisation dans un collecteur spécifique, Respecter les limites de remplissage du collecteur.

20 Matériel réutilisable : Manipuler avec précaution Pré-désinfecter et nettoyer au plus près du soin et avant de désinfecter ou stériliser Il est fortement recommandé de limiter le stockage du matériel de soin et de ne pas jeter systématiquement lors de la sortie du patient le consommable non utilisé et stocké dans les chambres y compris le matériel à UU conservé sous emballage scellé dans le cadre des précautions standard.

21 4. Linge, déchets et matériels souillés : Respecter le tri Mettre dans les emballages appropriés (sac linge,sac DASRI, DAOM…), fermés et étanches Acheminements suivant les circuits définis dans chaque établissement.

22 5. Barrières complémentaires Elles sont à mettre en place lorsquil y a risque de projection, daérosolisation de sang et de liquides biologiques contact avec des surfaces potentiellement contaminées Surblouses : (non)tissées, UU, tablier plastique… Il est fortement recommandé de porter une protection de sa tenue lors de soins susceptibles dêtre: – – Souillants, – – Mouillants – – Exposant au sang ou aux liquides biologiques. R 26.

23 Il est fortement recommandé de choisir pour protéger sa tenue professionnelle: Un tablier plastique à usage unique (sans manche) lors des soins mouillants ou exposants à des projections. Une surblouse à manches longues et imperméable à UU en cas dexposition majeure aux liquides biologiques. Il est fortement recommandé de changer cette protection: À la fin dune séquence de soins Avant de passer à un autre patient. Il est fortement recommandé de ne pas utiliser de surblouse réutilisable. R27

24 Lunettes de protection si risque de projection sang ou liquide biologique Sur-chaussures: Il est fortement recommandé de ne pas utiliser des sur-chaussures quel que soit le secteur dhospitalisation ( sauf bloc opératoire).R28 Masques respiratoires: de soins et chirurgicaux: réduction de lémission (empêche la sortie) + protection AES (imperméabilisés). équipement de protection respiratoire : réduction de linhalation (empêche lentrée): pièce faciale filtrante FFP. combinés visières.

25

26 Lorsquun patient présente une toux supposée dorigine infectieuse, il est fortement recommandé de lui faire porter un masque chirurgical: Dès ladmission en établissement ou lorsquil circule hors de sa chambre en milieu de soins Dans une situation de soins à domicile, lorsquil est proche ( moins de 1 mètre) dautres personnes non protégées par un masque adapté. R25

27

28 PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES : Quand? Qui? Comment? Pourquoi?

29 Précautions Complémentaires: QUAND ? Elles se surajoutent aux précautions standard 1. ISOLEMENT SEPTIQUE Infection contagieuse Infection non contagieuse, mais transmissible, par dissémination dans lenvironnement et par transmission croisée (main, matériel…) Ex: du porteur de BMR 2. ISOLEMENT PROTECTEUR Immunodéprimé Brûlés Pouvant aller jusquà rendre nécessaire léviction dun porteur parmi le personnel ou lentourage.

30 « ISOLEMENT » SEPTIQUE BARRIERE A LA DIFFUSION DUN AGENT INFECTIEUX CONNU OU PRESUME A PARTIR DUN PATIENT ET DE SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT

31 ISOLEMENT PROTECTEUR BARRIERE A LENTREE DES AGENTS INFECTIEUX DANS LENVIRONNEMENT IMMEDIAT DU PATIENT (PATIENT IMMUNODEPRIME)

32 Pourquoi? Précautions Complémentaires = barrière à la transmission des micro-organismes (identifiés ou présumés) BARRIERESBARRIERES

33 POURQUOI ? Risque de transmission croisée à partir dun patient infecté ou colonisé SARM, ERV, TBC… Colonisation : Portage ou colonisation Présence de BMR chez un patient sans signe clinique de la maladie (Ex: SARM et rhinopharynx, P. aeruginosa et voies aériennes supérieures ou urines). Infection : Présence de BMR dans un site anatomique habituellement stérile, accompagnée de signes cliniques ou infectieux (Ex: ISO, infection urinaire)

34 COMMENT ? Les modalités dépendent de: La nature de lagent infectieux et de sa localisation du type de foyer infectieux et de sa gravité Exemple: Tuberculose isolement si elle est pulmonaire ou laryngée et fonction de lévaluation du risque de transmission, pas disolement si elle est osseuse ou rénale.

35 Les caractéristiques des patients et des personnels à protéger La (les) voie(s) de transmission possible(s) « air »(A) : transmission aéroportée de fines particules < 5 µ « gouttelettes »(G) : transmission aéroportée de gouttelettes > 5µ (salive, sécrétions naso-pharyngées) « contact »(C) : transmission par contact ( manuportée)

36 PRINCIPES Sur prescription médicale (dossier) La mesure et ses modalités dapplication simposent à lensemble du personnel : de lunité signalisation (porte, dossier….) et hors de lunité pour tous les intervenants (kiné, imagerie, autres consultants…..) signalisation sur les bons de demande et des établissements daccueil signalisation sur la fiche de liaison Informations des visiteurs

37 Précautions complémentaires contact Précautions standard + Mesures « C » (Colonisations ou infections à BMR, C.difficile, gale, …) Volet géographique Chambre seule, porte fermée ou regroupement de 2 patients porteurs du même micro organisme Signalisation Déplacements limités Matériels et instruments masque de soin à UU ou dédiés (stetho.. ) Transfert du patient pour un examen ou un changement de service:A réaliser après la toilette, la réfection et la décontamination du lit, ou la réfection du pansement (si nécessaire). Avertir le service receveur.

38 Volet technique Hygiène des mains à lentrée et à la sortie : personnels et visiteurs Port de gants lors d'un contact direct avec l'environnement ou le patient. Port de surblouses ou tablier en cas de contact patient, draps, surfaces Masque: Uniquement en cas de risque de projection ( toux, expectoration).Pour le soignant lors des soins directs Pour le patient lorsquil sort de sa chambre. Renforcement du bionettoyage Linge double emballage Matériels et instruments à UU ou dédiés (stetho.. ) o Déchets solides et liquides contaminés · Dès la sortie de la chambre, emballage fermé et étanche (sac déchets jaune ou carton déchets doublé sac jaune identifié au nom de l'UF). Vaisselle · Pas de précautions particulières circuit habituel.

39 Précautions complémentaires respiratoire Précautions standard + Mesures « A » (AIR) (TBC productive, rougeole, varicelle) Volet géographique Chambre seule, porte fermée Signalisation Déplacements limités port du masque pour le patient Report si possible des examens à risque Transfert du patient pour un examen ou un changement de service Masque de type chirurgical porté par le patient lorsqu'il quitte la chambre. Informer le service receveur.

40 Volet technique Hygiène des mains à lentrée et à la sortie ( personnel et visiteurs) Port de masque de soin par le patient sil sort de sa chambre FFP1(2) pour tout entrant dans la chambre et à retirer à la sortie Aération: 6 vol/h min (pression -) sinon aération par la fenêtre avec la porte fermée Surblouse ou tablier à usage unique: précautions standard Port de gants: précautions standard Déchets solides et liquides contaminés Dès la sortie de la chambre emballage fermé et étanche (sac déchets jaune ou carton déchets double sac jaune identifié au nom de l'UF). Circuit DASRI Vaisselle: Pas de précautions particulières circuit habituel. Dispositifs médicaux à usage multiple : Transport en zone sale dans un emballage protecteur pour une décontamination ou désinfection dans la chambre (stéthoscope, tensiomètre,...). Bionettoyage: renforcement Traitement du linge: double emballage

41 Précautions complémentaires gouttelettes Précautions standard + Mesures « G » (Grippe, adénovirus, VRS, coqueluche, diphtérie, scarlatine, méningite à méningocoque …) Volet géographique Chambre seule, porte fermée ou regroupement de 2 patients porteurs du même micro organisme Signalisation Déplacements limités: Port du masque de type chirurgical obligatoire. Transfert du patient pour un examen ou un changement de service Masque de qualité "soins", porté par le patient lorsqu'il quitte la chambre. Prévenir le service receveur.

42 Volet technique Hygiène des mains à lentrée et à la sortie ( personnel et visiteurs) Port de masque de soin :par le patient sil sort de sa chambre pour toute personne intervenant autour du lit du malade Port de gants, Lunettes, Surblouse ou tablier à usage unique: Voir précautions standard Bionettoyage : Matériels individualisés, de préférence à usage unique pour le traitement des surfaces. Double emballage du linge utilisé: Fermé et étanche, recueil dans la chambre. Déchets solides et liquides contaminés : Dès la sortie de la chambre, emballage fermé et étanche (sac déchets jaune ou carton déchets doublé sac jaune identifié au nom de l'UF). Circuit DASRI Vaisselle: Pas de précautions particulières circuit habituel. Dispositifs médicaux à usage multiple: Transport en zone sale dans un emballage protecteur pour une pré désinfection.

43 Précautions « air » Précautions « gouttelettes » Précautions « contact » Lavage des mainsHygiénique Chambre individuelleOUI ou Regroupement OUI ou Regroupement Masque, lunettesOUI Standard GantsStandard Dès lentrée dans la chambre SurblouseStandard Contact avec patient ou environnement Matériel et lingeStandard Transport du patientA limiter Précautions particulières en complément des précautions « standard » en fonction du mode de transmission de linfection

44 Isolement protecteur Précautions standard + Précautions maximales Vis à vis du risque lié à lair (Aspergillus), lié à leau (Légionelles, pyo,..), lié à lalimentation, lié à toutes les possibilités de transmission croisée Volet géographique Chambre seule + sanitaire individuel, porte fermée,surpression, filtration… Signalisation Limitation des visites: éviction des sujets contagieux Déplacements limités, organisés et protégés Précautions variables selon les équipes: alimentation, objets, livres, courriers.

45 Volet technique Hygiène des mains à lentrée et à la sortie: personnels et visiteurs Manipulations et gestes aseptiques : matériels et instruments à usage unique ou dédiés Tenue : Surblouse à usage unique Coiffe Masque de soin Gants stériles pour gestes invasifs Gants non stériles pour gestes non invasifs Renforcement du bionettoyage:Matériels individualisés, de préférence à usage unique pour le traitement des surfaces. Chambre à nettoyer en début de « programme ». Linge Le service textile confectionne des « packs de linge » bactériologiquement maîtrisés : emballage sous vide dès la sortie de la calandre. Informer lE.O.H.H de la mise en place dun isolement protecteur, celle-ci demandera alors que les packs de linge soient délivrés pour le patient. Le linge sale ne doit pas être stocké dans la chambre. Il suit le circuit habituel. Déchets Ne pas les laisser dans la chambre Dès la sortie de la chambre emballage fermé : respect du tri. Matériels et instruments à UU ou dédiés (stetho.. ) Vaisselle lavée individuellement non mélangée à la chaîne de létablissement Matériels et instruments à UU ou dédiés (stetho.. )

46

47

48

49 Informations et signalisation adaptées nécessaires: Auprès du malade Auprès de léquipe soignante Auprès de tout personnel intervenant auprès du patient Auprès de la famille et des visiteurs

50


Télécharger ppt "Mesures de réduction de la transmission du risque infectieux E.O.H.H C.H.CARCASSONNE."

Présentations similaires


Annonces Google