La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les Travaux Personnels Encadrés (TPE) Année Scolaire 2009-2010Première S Groupe : ZOUEIN Carole EL AISSAOUI Dounia KARREY Jafar Thème choisi : LHomme.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les Travaux Personnels Encadrés (TPE) Année Scolaire 2009-2010Première S Groupe : ZOUEIN Carole EL AISSAOUI Dounia KARREY Jafar Thème choisi : LHomme."— Transcription de la présentation:

1

2 Les Travaux Personnels Encadrés (TPE) Année Scolaire Première S Groupe : ZOUEIN Carole EL AISSAOUI Dounia KARREY Jafar Thème choisi : LHomme et la Nature ou Contraintes et libertés. Titre : Les effets du venin de la vipère aspic sur lorganisme humain. (La vipère aspic et lhomme) Problématique : Peut-on survivre à une morsure de vipère aspic sans anti-venin ?

3 Divinité fondatrice de la plupart des civilisations, le serpent est présent dans toutes les cosmogonies, toutes les mythologies. Il apparaît presque toujours sous ses deux aspects contradictoires, tantôt puissance vertueuse de la création et de l'immortalité, tantôt monstre détenteur de la connaissance et mortifère, véritable dichotomie entre le Bien et la Mal. De nombreuses espèces de serpents sont venimeuses. En France il existe deux grandes familles de serpent: les viperidae (vipères) et les colubridae (couleuvres). Seule la morsure des viperidae est dangereuse pour l'homme. En France, la vipère la plus connue est la vipère aspic (Vipera aspis). Très commune en France et dans plusieurs pays dEurope, elle possède un appareil venimeux perfectionné. Malgré nos craintes, cette vipère nattaque que si elle est acculée et mord rapidement. Chaque année les morsures de vipères sont à l'origine de 5 à 10 décès par ans en France (50 à 100 en Europe). Peut-on survivre à une morsure de vipère aspic sans anti-venin ? Introduction

4 Sommaire INTRODUCTION I°) Description de la vipère aspic : Taxinomie Portrait Habitat Reproduction Alimentation II°) Le venin : Appareil venimeux Le venin : caractéristiques générales Composition chimique du venin de la vipère aspic EXPERIENCE : Hydrolyse de lamidon III°) Effets du venin sur lorganisme humain : Symptômes 1°) Généraux 2°) Locaux IV°) La sérothérapie (Sérum anti-venin) : Mode daction du venin sur les cellules Interactions sérum-venin Traitement V°) À propos de la vipère aspic : Légende CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE

5 I°) Description de la vipère aspic : Taxinomie Les vipères appartiennent à lembranchement des Vertébrés, à la classe des Reptiles (peau sèche et recouverte décailles épidermiques, respiration pulmonaire) et lordre des Squamates, dont les caractéristiques sont un corps allongé, des écailles minces, un orifice cloacal transversal et labsence de squelette dermique. Le sous-ordre des Ophidiens regroupe tous les serpents. Il se divise en deux familles : les Vipéridés (les vipères) et les Colubridés (les couleuvres). La famille des Vipéridés se caractérise par : un corps épais qui comporte 180 vertèbres, une queue courte (1/10ème à 1/7ème de la tailles corps) et massive, plusieurs rangées décailles entre lœil et la bouche, une pupille verticale ou elliptique, une denture solénoglyphe (le maxillaire, mobile et très raccourci, ne porte quun grand crochet percé dun canal complet), des crochets antérieurs et longs, une seule écaille pré-anale, un organe copulateur du mâle, appelé hemipénis, fourchu.

6 La vipère aspic est facile à identifier : Son corps est lourd et sa queue courte, contrairement aux couleuvres. Sa tête, plate, est triangulaire, à rostre très légèrement relevé. Ses pupilles sont fendues verticalement. La couleur de la vipère aspic varie en fonction des régions et des habitats. Le fond peut être gris clair, gris jaunâtre, brun-rouge, orangé ou noir uni dans le cas de mélanisme. Le dessin dorsal est fait de taches quadrangulaires plus ou moins foncées, pouvant se rattacher en une bande ondulée ou en zigzag. La pointe de la queue est souvent jaune ou orangée. La longueur varie de 60 à 80 cm, exceptionnellement 90 cm. En plaine, les vipères aspic hivernent généralement seules. En montagne, les vipères peuvent migrer dune centaine de mètres pour hiverner en groupe. Lhibernation peut durer jusquà 6 mois dans les régions les plus froides. Chaque vipère aspic possède son domaine vital dans lequel le serpent se déplace. Ce territoire varie de 990 à m² pour les mâles et de 300 à m² pour les femelles. Cette vipère, active le jour au printemps et en automne, devient crépusculaire voire nocturne en été. Lactivité dépend des conditions climatiques. Les mâles ont une période dactivité plus longue que les femelles, entrent en hivernage plus tard et en sortent plus tôt. Portrait

7 Cette vipère vit sur les talus, dans les fossés ou les sentiers mais toujours près de buissons où elle peut se réfugier. Il existe plusieurs sous-espèces de vipère aspic. La Vipera aspis aspis est la plus répandue. On la trouve principalement en Espagne, dans le centre et le midi de la France, en Suisse et en Italie. Le développement de lagriculture a entraîné dimportantes modifications des milieux. Les bocages et clairières sont favorables à la vipère aspic. LHabitat

8 Règne: Animalia (Animal) Phylum: Chordata (chordés ou cordés) Sous-phylum: Vertebrata (Vertébré) Classe: Reptilia (Reptile) Ordre: Squamata (Squamate) Sous-ordre: Serpentes (Serpent) Infra-ordre: Alethinophidia Famille: Viperidae (Vipéridé) Sous-famille: Viperinae (Vipère) Genre: Vipera (Vipère) Espèce: Vipera aspis Sous espèce : Vipera aspis aspis

9 La femelle est ovovivipare. Laccouplement seffectue en général au printemps, peu après lhibernation. Les petits naissent fin août ou en septembre. Le nombre varie de 5 à 15. Les vipères de nos régions tempérées sont sexuellement mûres entre 3 et 5 ans. Quand deux mâles se rencontrent au moment de la reproduction, ils se livrent à un combat rituel. Ils luttent corps à corps, cous entrelacés, chacun sefforçant dattirer à lui la tête de ladversaire. Ils ne se mordent jamais. On a observé des regroupements liés à la reproduction. Ces groupes sont généralement formés dune femelle reproductrice et de plusieurs mâles. Ils sont appelés « boules » ou « nœuds de vipères ». Une vipère aspic peut vivre plus de 20 ans. Reproduction

10 Cette vipère chasse les rongeurs, les lézards et les petits oiseaux. Elle chasse à laffût et se sert de ses redoutables crochets. Elle attend quune proie passe à sa portée puis frappe en un éclair, en injectant à la victime une dose mortelle de venin. L'Alimentation À partir de là, il ne lui reste plus quà suivre la proie en attendant que le venin fasse son effet. Pour pister un rongeur, elle se sert de sa langue, quelle sort et rentre pour recueillir les molécules quelle transporte jusquà lorgane récepteur : lorgane voméronasal. Après avoir retrouvé sa proie, elle lingère immédiatement en commençant par la tête. Le venin contient des enzymes qui permettent de digérer les proies plus importantes.

11 II°) Le venin : Appareil venimeux Lappareil venimeux des vipères comprend une glande à venin, en continuité, par lintermédiaire dun conduit excréteur, avec un crochet, ou dent à venin. Les glandes à venin se situent sous le masséter, de chaque côté de la mâchoire. La production du venin, continue, connaît néanmoins un ralentissement en période froide. Les dents à venin, canaliculées, sont des tubes fermés, qui permettent linjection du venin sous pression, directement au sein de la plaie, sans en perdre. Chez la vipère, ces crochets sont incérés sur le maxillaire. Celui-ci a la capacité de pivoter, rendant les crochets mobiles.

12 La quantité de venin émis lors de la morsure dépend de lespèce, de la saison et de létat physiologique de la vipère. Pour Vipera aspis, la quantité moyenne est de 9-10 g, mais tout le contenu de la glande nest pas injecté en une morsure.

13 Macroscopiquement, le venin de vipère est jaune ambré, voire blanc chez certaines espèces (comme Vipera aspis zinnikeri). A létat frais il se présente sous forme de gouttelettes visqueuses. La quantité deau est importante, entre 75 et 80 %. Il sagit dune sécrétion salivaire modifiée. Il contient principalement des enzymes et des toxines. Le calcium et le zinc agissent en temps que co-facteurs de certaines enzymes. La toxicité du venin de serpent varie en fonction de nombreux facteurs dont lâge du serpent (la toxicité augmente chez les vieux serpents) et la température ambiante (une température élevée diminue la toxicité du venin). Le venin de vipère possède des propriétés antigéniques. Cette découverte est à lorigine de la fabrication de sérum spécifique anti- venimeux. Le venin : caractéristiques générales

14 Les enzymes sont des protéines dont le poids est généralement élevé. Leurs propriétés catalytiques qui les distinguent des toxines ont deux conséquences majeures. Dune part, le produit de dégradation dont dépend le plus souvent la toxicité na, en principe, aucune propriété immunogène au niveau de lorganisme receveur. Il ne permet donc pas la synthèse danticorps spécifiques. Dautre part, les effets toxicologiques dépendent plus du temps au cours duquel seffectue la réaction enzymatique que de la quantité initiale denzymes. Les enzymes des venins de serpents sont de spécificité variable. Les plus toxiques agissent sur la coagulation sanguine ou lactivation du complément, provoquant une cytolyse ou accélèrent un métabolisme particulier (phospholipides, glucides). Les venins de Viperidae sont particulièrement riches en enzymes. Composition chimique du venin de la vipère aspic Il est classique de séparer les protéines isolées des venins de serpent en deux groupes : les enzymes, dont la toxicité aigüe est généralement faible, et les toxines, qui correspondent à lessentiel de la toxicité des venins de serpent. Enzymes

15 Réaliser lhydrolyse de lamidon Pour réaliser au mieux cette expérience nous portons des gants, des lunettes et des blouses. Le matériel que nous utiliserons est le suivant : Emploi d'amidon. Eau iodée. Acide chlorhydrique. Sirop de Maxilase contenant une enzyme : l'amylase. Liqueur de Fehling. Bain Marie. Pipette graduée. Portoirs et tubes à essais. On se propose de réaliser lhydrolyse de lamidon de deux façons différentes : lhydrolyse acide et lhydrolyse enzymatique. Lhydrolyse est une réaction qui se produit dans lorganisme. Afin de montrer le mode daction des enzymes ; nous réalisons une expérience : lhydrolyse de lamidon par lamylase. Protocole expérimentale :

16 Nous ajoutons alors de la liqueur de Fehling et faisons chauffer ces deux tubes. On obtient un précipité rouge brique caractéristique de la présence de glucose. On en conclut que lamidon a été hydrolysé en glucose par lacide et lamylase. Les enzymes contenus dans le venin de la vipère aspic agissent de la même manière que lhydrolyse de lamidon par lamylase et hydrolysent des acides nucléiques indispensables à la vie comme l'ARN ou l'ADN... Dans un tube A nous versons de l'emploi damidon ainsi que quelques gouttes deau iodée. C'est notre tube témoin. Dans un tube B nous versons de l'emploi damidon ainsi que quelques gouttes deau iodée et de l'acide chlorhydrique concentré. Dans un tube C nous versons de l'emploi damidon ainsi que quelques gouttes deau iodée et de l'amylase. Dans le tube A : emplois damidon + quelques gouttes deau iodée. (Tube témoin) Dans le tube B : emplois damidon + quelques gouttes deau iodée + acide chlorhydrique concentré. Dans le tube C : emplois damidon + quelques gouttes deau iodée + amylase. On place les trois tubes, pendant dix minutes environ, dans un bain-marie proche de la température du corps. Au bout de dix minutes le précipité bleu nuit caractéristique de lamidon a disparu dans les tubes B et C. Équation bilan de la réaction : n(C 6 H 10 O 5 ) + n(H 2 O) n(C 6 H 12 O 6 ) Amidon + Eau Glucose

17 Phospholipases La plupart des venins de serpent contiennent des phospholipases qui hydrolysent les phospholipides libres ou membranaires en acides gras et lysophospholipides. Principales enzymes du venin Acétylcholinestérase Les Elapidae possèdent une acétylcholinestérase capable dhydrolyser lacétylcholine, qui est le principal médiateur chimique de linflux nerveux chez les vertébrés. Cette enzyme est constitué de deux monomères et comporte un pont disulfure ; Elle joue un rôle essentiel au niveau de la synapse en favorisant le passage de linflux nerveux jusquà la membrane post-synaptique. Phosphoestérases De nombreux venins contiennent diverses phosphoestérases. Les endonucléases hydrolysent des acides nucléiques (ADN et ARN) au niveau des liaisons entre les paires de bases. Les exonucléases attaquent la base située à lextrémité de la chaîne nucléique. Enfin, les phosphomonoestérases sont moins spécifiques et hydrolysent tous les mononucléotides, notamment ceux chargés du transport énergétique au niveau cellulaire.

18 L-amino-acide-oxydase Cette enzyme provoque la désamination puis loxydation des acides aminés qui sont transformés en acide α-cétonique. La traduction clinique et toxicologique est négligeable. Le groupement prosthétique flavine-adénine- dinucléotide de cette enzyme donne sa couleur jaune au venin. Protéases Il existe de nombreuses enzymes intervenant sur la structure des protéines. Les venins de Viperidae en sont particulièrement riches. Elles interviennent aussi bien sur les destructions tissulaires observées au cours des nécroses que lors de certains phénomènes pharmaco-toxiques comme les troubles de lhémostase. Sil est vrai que de nombreuses protéases ne sont pas spécifiques et interviennent sur un grand nombre de résidus différents, certaines de ces enzymes reconnaissent des sites particuliers, ce qui en fait des outils particulièrement efficaces pour le diagnostic ou le traitement de certaines affections. On classe les protéases agissant sur la coagulation sanguine en deux groupes structuraux : les sérine- protéases et les métallo-protéases. Hyaluronidase Cette enzyme est très fréquente dans la plupart des venins. Elle hydrolyse lacide hyaluronique ou le sulfate de chondroïtine, qui sont des mucopolysaccharides responsable de la cohésion du tissu conjonctif. Il est donc vraisemblable que cette enzyme favorise la diffusion du venin après son injection lors de la morsure.

19 Les toxines sont des protéines de poids moléculaire variable, plus petites que les enzymes. Elles ont la propriété de se fixer sur un récepteur spécifique, le plus souvent membranaire. Leffet toxicologique est proportionnel au rapport entre la quantité de toxine introduite et celle du récepteur correspondant : il est considéré comme dose- dépendant. Dautres facteurs vont intervenir, notamment la vitesse de diffusion de la toxine, elle-même fortement dépendante de sa taille, et laffinité de la toxine pour son récepteur. Il est à noter que la quantité et la spécificité du récepteur peuvent différer dune espèce animale à lautre et, par conséquent, que leffet est variable selon le modèle expérimental. La résultante de ces facteurs conduit à ce que lon appelle un « effet cible » qui établit, pour une toxine placée dans un modèle donnée, une relation linéaire entre la quantité de toxine, le nombre de récepteurs disponibles et les effets pharmacologiques. Toxines

20 Cytotoxines Les cytotoxines, possèdent une structure similaires aux neurotoxines. Elles dépolarisent rapidement et de façon irréversible la membrane cellulaire, conduisant à sa lyse. Principales toxines du venin Neurotoxines présynaptiques Les toxines présynaptiques bloquantes ont en commun une fonction phospholipasique indispensable à leur activité toxique. Désintégrines Les désintégrines sont des peptides. Ces toxines inhibent les intégrines, qui sont des protéines transmembranaires permettant le transfert des messages extracellulaires vers le cytoplasme.

21 III°) Effets du venin sur lorganisme humain : Symptômes Transmission : Le venin ce propage par le sang dans lorganisme humain ou animal. Les premiers symptômes sont locaux et apparaissent rapidement; dans les minutes qui suivent la morsure. Viennent ensuite les symptômes généraux, avec un délai d'une à deux heures. L'intensité des symptômes varie en fonction de la quantité de venin injectée, de la taille de l'animal, de la localisation de la morsure, ainsi que de la voie d'inoculation.

22 Immédiatement après la morsure une hyperthermie et une tachycardie sont parfois notées. L'individu mordu peut présenter en état de choc : abattement, hypotension avec un pouls filant, tachycardie ou bradycardie; hypothermie, polypnée, cyanose des muqueuses, troubles digestifs. Le maintien en position debout est difficile. Les complications hématologiques viennent assombrir le pronostic. Les phospholipases provoquent une hémolyse, dont les signes cliniques révélateurs sont une bilirubinurie, une hémoglobinurie, un subictère et une anémie. Symptômes généraux

23 La formation d'un œdème aigu du poumon a également été constatée suite au passage de plasma depuis le secteur vasculaire vers les poumons. Assez rarement une forme suraiguë, avec mort rapide, suite à des troubles respiratoires et cardiaques intenses, est décrite. Des chocs anaphylactiques sont également possible. Après quelques jours, une CIVD s'installe. Le tableau clinique est alors dominé par des hémorragies et des thrombi. Tous ces troubles, peuvent endommager les reins, avec apparition d'une insuffisance rénale aiguë. Lors de morsure en région laryngée, l'œdème local gène la respiration, à l'origine d'une détresse respiratoire.

24 La morsure laisse une empreinte caractéristique, mais que les poils peuvent dissimuler. On observe deux ponctuations espacées de 8 mm à 1 cm, souvent bordées de petites ecchymoses. On observe la trace des crochets (deux ponctuations), en position crâniale, puis suivent les marques des mâchoires. Ces critères ne sont, bien entendu, valables que pour une morsure complète ; si la morsure est tangentielle à la peau, seul un crochet s'implantera. Un œdème vient rapidement déformer la région mordue. Il va persister plusieurs jours et pourra entraîner, associé à la douleur, des troubles fonctionnels en fonction de sa taille et de sa localisation (boiterie, dyspnée...). Lœdème constitue le signe clinique le plus évident de l'envenimation vipérine. Il est le plus souvent local et chaud, parfois extensif, et peut se localiser à distance des traces des crochets. Une apparition quasi immédiate ainsi qu'une extension rapide sont de pronostic défavorable. Les troubles circulatoires engendrés sont à l'origine d'une nécrose tissulaire, ou gangrène sèche, qui se développe en 2-3 jours. Des pétéchies ou des ecchymoses peuvent venir entourer la trace de la morsure. Cette réaction locale peut être le seul signe clinique. Lorsque les symptômes locaux, peu marqués, ne sont pas suivis de symptômes généraux, la guérison est rapide. Cependant, dans la majorité des cas, l'envenimation est plus sévère et les symptômes généraux font leur apparition. Symptômes locaux

25 IV°) La sérothérapie (Sérum anti-venin): La sérothérapie, traitement spécifique de lenvenimation par les vipères, fait appel à un sérum antivenimeux. Le sérum antivenimeux représente la seule médication spécifique capable de neutraliser directement laction des toxines présentes dans les venins : le principe de son utilisation nest donc guère contestable. Lindication du sérum antivenimeux prendra en compte les circonstances de la morsure, le délai écoulé après la morsure, la symptomatologie, lenvironnement médical.

26 La principale propriété des cytotoxines est de provoquer la lyse des membranes cellulaires. La synergie (interaction) entre cytotoxine et phospholipase est remarquable et leur contamination réciproque induit une forte augmentation du pouvoir cytolytique de lun comme de lautre. La présence du complexe dans la couche superficielle de la membrane cellulaire induit une fragilisation de la membrane. Lassociation cytotoxines-phospholipide est bloquée en présence dion calcium et, dans une moindre mesure, dions magnésium. Toutefois, laugmentation de volume de la cellule qui se gorge deau semble liée à une perturbation des échanges ionique de part et dautre de la membrane (loi dosmose), ce qui permet de supposer que les cytotoxines agissent au niveau des canaux ionique, sodium notamment. Mode daction du venin sur les cellules Les cytotoxines dépolarisent la membrane cytoplasmique des cellules excitables. Elles activent la phospholipase qui hydrolyse les triglycérides de la membrane, induisant dune part, une altération de la membrane et, dautre part, une inhibition (arrête le fonctionnement) de la pompe calcium dans le milieu extracellulaire. Laugmentation de concentration en calcium déclenche la contraction musculaire. Muscles striés, lisses et cardiaques sont concernés par cette action dépolarisante ainsi que, dans une moindre mesure, les neurones.

27 Laction du sérum antivenimeux repose sur le contact de lanticorps avec lantigène correspondant. Lanticorps se diffuse dans le même milieu et dans des conditions voisines de celles de lantigène. Par ailleurs, il faut sassurer quaprès la rencontre, il y aura bien neutralisation puis élimination du complexe antigène-anticorps. La neutralisation de lantigène est une propriété distincte de la précipitation. La neutralisation traduit un changement structurel empêchant le fonctionnement normal de lantigène. Si le changement structurel affecte le site actif de lantigène, lactivité de ce dernier sera modifiée. On peut reconnaître deux types danticorps actifs, notamment, sur les neurotoxines : Les anticorps « protecteurs ». Les anticorps « curatifs ». Interaction sérum-venin Liaison antigène-anticorps

28 La morsure de la vipère, comme toutes les plaies envenimées, exige des soins immédiats ; car il importe surtout de neutraliser le poison avant quil ait pénétré dans le torrent circulatoire : trois indications se présentent. 1°) Interrompre la communication de la partie blessée avec la circulation générale. 2°) faire sortir le venin de la plaie. 3°) le détruire sur place. Traitement 1°) La première chose à faire après une piqûre de vipère, cest dexercer la compression. Ce moyen mécanique sexerce avec le premier lien venu qui tombe sous la main. Une corde, une cravate, un mouchoir, un lien dosier peuvent être un moyen de salut. Les ligatures qui déterminent la compression ne doivent pas être serrées trop fortement et demeurer trop longtemps en place, parce quelles pourraient devenir la cause dune mortification des tissus.

29 2°) La deuxième indication ayant pour but lélimination du produit léthifére se remplit de la manière suivante. Immédiatement après avoir appliqué la ligature, on scarifie les environs de la plaie, au-dessous du lien qui détermine la compression. En médecine humaine on recommande la succion instantanée. Les Psylles, chez les anciens, suçaient sans danger les plaies des serpents venimeux. Dans les Antilles, il y a des Nègres qui exercent encore cette profession. On supplée à la succion au moyen dune ventouse ; mais comme cet instrument peut faire souvent défaut, on prend un flacon chauffé dont on applique lembouchure sur la plaie. La ventouse ou le flacon ont lavantage dopérer outre leffet de la succion, celui dempêcher ou de diminuer labsorption par la pression que leur bord détermine autour de la piqûre. En attendant que lappareil soit porté à la voulue, on lave à grande eau les bords et lintérieur de la plaie. Dans le cas où on nest pas à la portée dune source ou dun courant deau, on se procure par un acte physiologique, une certaine quantité de liquide sécrété par les reins et en réserve dans la vessie.

30 3°) La première et la deuxième des conditions étant remplies, il en reste encore une troisième qui consiste à neutraliser le venin déposé dans les plaies ; on y parvient à laide de caustiques soit actuels, soit potentiels. Les premiers sont ceux qui peuvent être employés le plus fréquemment : une tige de fer, soit un clou, soit une lame de couteau chauffée au blanc forment tout lappareil nécessaire pour cautériser une plaie. Parmi les caustiques potentiels, lammoniaque est celui qui a été le plus employé.

31 V°) À propos de la vipère aspic Légende En Afrique du Nord, et tout particulièrement en Égypte, le terme Aspic est employé pour désigner le (Naja haje). C'est une espèce de serpent venimeux aux réactions particulièrement foudroyantes et au venin neurotoxique mortel. Après la défaite des troupes d'Antoine et de Cléopâtre à Actium en 31 avant J.C. contre Octave, il ne reste plus aux vaincus qu'à mourir pour échapper à l'humiliation de la défaite. Cléopâtre tente d'abord de se tuer à l'aide d'une dague de brigand qu'elle portait à la ceinture, la plaie s'infecte et Cléopâtre y voit l'avantage de mourir sans avoir recours au suicide. Octave vient s'entretenir avec elle ; il la trouve vêtue d'une simple tunique, la beauté défaite. Cependant le charme fameux dont elle était douée et l'orgueil que lui inspirait sa beauté opèrent auprès dOctave. Elle lui laisse croire à son envie de vivre puis, après son départ, décide de mettre fin à ses jours. Selon Plutarque, elle se fit apporter un panier de figues et de fleurs, au milieu desquelles se cachait un aspic. Cléopâtre en aurait donné l'ordre pour que l'animal l'attaquât sans qu'elle le sût. En enlevant des figues, Cléopâtre le vit et se fit mordre au sein.

32 Outre la symbolique divine, digne d'une Reine d'Égypte, le cobra tue rapidement, sans douleur ni déformation physique, à l'inverse de la vipère qui provoque une mort retardée dans de pénibles souffrances accompagnées d'hémorragies, d'œdèmes et de nécroses disgracieuses. Dans toute sa beauté, la Reine de Haute et Basse Égypte ne pouvait pas laisser à la postérité, en plus de sa déchéance et de son humiliation, l'image du flétrissement de son corps.

33 L'envenimation par les vipères est sans doute l'envenimation la plus connue du grand public. Outre son pouvoir destructeur ou le danger potentiel quelle représente, la vipère aspic fascine par son apparence et laltérité qui loppose aux autres vertébrés terrestres. Labsence de membre, les déplacements sinueux et silencieux qui semblent la faire évoluer dans une autre dimension. Divinité fondatrice de la plupart des civilisations, le serpent est présent dans toute la mythologie. Au moyen-âge, époque qui saffranchit laborieusement de lantiquité, on considère que le danger du serpent vient de son regard fixe, qui pétrifie la victime. La découverte du venin et ses propriétés toxiques remonte à la renaissance. Dabord, une démarche anatomique a permis didentifier les crochets venimeux et de les distinguer des autres dents. Bien que la complexité de la composition du venin ait été pressentie. Il fallut attendre le XIXe siècle pour que soient interpréter lanalyse biochimique et létude des différents composants. Dés lors, létude de lenvenimation et les recherches sur son traitement pouvaient commencer. Les travaux du XXe siècle ont ouvert la voie à de nouvelles connaissances sur le venin mais cest surtout au XXI siècle que ces recherches ont connu un développement considérable. CONCLUSION

34 La morsure de la vipère aspic nest pas mortelle pour certain cas. Pour quun venin agisse, il faut quil se trouve en contact avec une plaie ou une surface dénudée. Toutes les parties du corps ne transmettent pas également linfluence du poison. Quand le produit léthifère est déposé sur les muscles, le cerveau, les nerfs, la dure-mère, il ne donne lieu quà des symptômes peu appréciables, quelquefois nuls. Le diagnostic de morsure est le plus souvent aisé (commémoratifs, trace des crochets). Introduit au contraire par la peau dépouillée dépiderme ou par le tissu cellulaire, il agit avec une extrême promptitude. La poitrine, le ventre, le torse sont les régions les plus susceptibles de présenter les phénomènes les plus graves, car proche du cœur. Par contre, l'intensité des symptômes et le pronostic dépendent à la fois de l'individu (certaines personnes peuvent avoir des allergies à certains éléments toxiques du venin), de la quantité de venin injecté, de l'âge de la vipère, de sa taille, du climat, de la température et de la saison. L'effet du venin sera dautant plus dangereux que lophidien sera plus âgé ; il le sera plus dans les climats chauds que dans les climats tempérés, pendant lété que pendant lhiver. De plus elle sera inoffensive, si le serpent vient de verser son produit délétère. Il importe donc de soigner sans délais. La surveillance étroite du patient et la mise en place d'un traitement symptomatique sont primordiales.

35 Bibliographie Support papier Titre : Guide des serpents dEurope, dAfrique du nord et du Moyen-Orient. Auteur : U.GRUBER. Édition : DELACHAUX et NIESTLÉ. Titre : Serpents et autres reptiles. Auteur : Dr Hans W.KOTHE. Édition : Artémis. Titre : Amphibiens et reptiles. Auteur : Collectif. Édition : Artémis. Titre : Poisons et venins dans la nature. Auteur : Denis RICHARD. Édition : DELACHAUX et NIESTLÉ.

36 Titre : Serpents. Auteur : Sous la direction de Roland BAUCHOT. Édition : Artémis. Titre : Les Serpents. Auteur : David KIRSHNER. Edition : Könemann. Titre : Anthologie des serpents. Auteur : Sylvie BAUSSIER. Éditeur : DELACHAUX et NIESTLÉ. Titre : Les serpents. Auteur : Stéphane FRATTINI. Édition : Milan. Titre : Les serpents. Auteur : Philipe GÉRARD. Éditeur : Bornemann.

37 Support informatique Encyclopédie Encarta (1998) Encyclopédie Universalis (3.0) (Thèse de Lyon) :

38


Télécharger ppt "Les Travaux Personnels Encadrés (TPE) Année Scolaire 2009-2010Première S Groupe : ZOUEIN Carole EL AISSAOUI Dounia KARREY Jafar Thème choisi : LHomme."

Présentations similaires


Annonces Google