La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lalimentation de la personne diabétique. Le pôle de prévention - - Structure ouverte depuis 7 ans auparavant localisée au 14 ème étage de lhôpital - -

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lalimentation de la personne diabétique. Le pôle de prévention - - Structure ouverte depuis 7 ans auparavant localisée au 14 ème étage de lhôpital - -"— Transcription de la présentation:

1 Lalimentation de la personne diabétique

2 Le pôle de prévention - - Structure ouverte depuis 7 ans auparavant localisée au 14 ème étage de lhôpital - - Déménagée depuis fin 2003 sur le site cordier - - Tous le monde est en civil pas de blouse afin de favoriser 1 contact privilégier avec le patient - - dhospitalisation ou le patient est face à 1 problème aigu et est donc moins réceptif aux conseils déducation

3 Léquipe Léquipe 5 médecins endocrinologues/diabétologues 2 médecins tabacologues 4 infirmiers, infirmières 1 psychologue 3 diététiciennes 3 secrétaires

4 Les objectifs du pôle Les objectifs du pôle Dans un 1 er temps recevoir des personnes ayant une pathologie chronique notamment cardio-vasculaires : diabète type 1 et 2, une obésité… ou des patients ayant plusieurs facteurs de risques vasculaires : hypercholestérolémie, HTA, tabagisme…

5 Dans un 2ème temps Proposer 1 parcours éducatif par le biais de consultations individuelles et dateliers de groupe Le but étant de les aider à gérer au mieux et de façon autonome leur maladie au quotidien

6 Plan de lexposé 1. Définition du diabète de type 1 et de type 2 2. Lenquête alimentaire pour personnaliser la prise en charge 3. Lalimentation équilibrée 4. Lassiette idéale 5. Les situations particulières 6. Conclusion

7 1. Définition du diabète Maladie chronique due à un manque de sécrétion ou un défaut dutilisation de linsuline (hormone produite par le pancréas, permettant lassimilation, lutilisation et la mise en réserve du sucre apporté par lalimentation).

8 a. Le diabète de type 1 Du à une carence totale de la sécrétion dinsuline Linsuline est une hormone indispensable à la vie, fabriquée par le pancréas (glande endocrine située derrière lestomac) Elle a pour fonction de faire pénétrer le glucose sanguin dans les cellules

9 Mécanisme: En labsence dinsuline le glucose saccumule dans le sang et ne peut plus pénétrer dans les cellules Ce diabète impose donc lapport extérieur dinsuline = Diabète insulino-dépendant et concerne surtout les sujets jeunes.

10 Les signes: Une soif anormale Besoin duriner très fréquemment (syndrome polyuro-polydipsique) Fatigue Perte de poids Faim Faiblesse générale.

11 b. Le diabète de type 2 Du à une carence relative de la sécrétion dinsuline + diminution de la sensibilité des cellules à linsuline. ( moins dinsuline et en + de moins bonne qualité)

12 Mécanisme: Carence induite par une augmentation de la demande du corps suite à 1 augmentation de la masse grasse ( prise de poids) Malgré une petite quantité dinsuline sécrétée, les cellules sont incapables de lutiliser. Apparaît 1 hyperglycémie malgré la présence dinsuline = linsulino résistance Ce diabète est dit diabète non insulino dépendant Il peut devenir insulino requérant quand sécrétion naturelle du pancréas devient trop insuffisante

13 SCHEMA Facteurs de risque : (Prise de poids au fil du temps, hérédité, sédentarité) Augmentation des besoins de lorganisme en insuline (par ex: par augmentation de la masse grasse) Diminution de la sensibilité des cellules à linsuline Carence en insuline, hyperglycémie et apparition dun diabète de type 2

14 Les signes: Soif anormale Perte de poids importante Troubles de la vision Perte de la sensibilité au niveau des mains ou des pieds Infections à répétition Fatigue

15 Apparaît habituellement chez des sujets40 ans. Évolue silencieusement et peut passer inaperçu pendant de nombreuses années dou limportance dun dépistage. Certains facteurs prédisposent à cette maladie par exemple: lhérédité, la sédentarité, le surpoids.

16 2. Lenquête alimentaire Plus la prise en charge sera personnalisée et adaptée à la personne, plus les conseils seront efficaces et suivis.

17 Lors dun entretien individuel la diététicienne échange avec le patient sur: - ses habitudes de vie - ses goûts alimentaires - son mode de vie - sa situation de famille - qui fait les courses ? qui cuisine ? - ses activités physiques…

18 Le but : - Construire 1 programme éducatif en fonction des besoins et des objectifs de la personne - Entendre et respecter ce que le patient ne veut pas faire ou modifier

19 3. Lalimentation équilibrée Les conseils déquilibre alimentaire pour la personne diabétique pourraient être proposés à lensemble de la population Cependant quelques caractéristiques en fonction du type de diabète

20 Caractéristiques du diabète type 1 Grâce aux nouvelles insulines et schémas thérapeutiques, alimentation quasi identique à nimporte qui, si absence de facteurs de risques vasculaires Lors prise en charge explication de lalimentation équilibrée telle quelle est recommandée pour tous

21 Caractéristiques du diabète type 2 car patients souvent en surpoids présentant autres facteurs de risques : dyslipidémie et HTA Nécessité d1 alimentation équilibrée mais aussi : Perte de poids Diminution de la consommation de graisses Modification de la qualité des graisses Diminution de la quantité de sel

22 Les familles daliments, qui fait quoi? a. Les familles daliments, qui fait quoi? 8 familles daliments différentes Chacune apporte quelque chose de au corps Elles sont donc complémentaires

23 פ Les produits laitiers Source importante de calcium Apport de protéines (muscles) Source de graisses surtout fromages Indispensables à tous les âges de la vie (solidité des os + prévention ostéoporose) Dès lenfance pour garantir 1capital osseux pour la vie

24 Équivalences calcium (300mg) : 2 yaourts = 250mL lait ½ écrémé = 300g de fromage blanc = 1/8 de gruyère (30g) = 80g de camembert

25 פ La viande, le poisson, les oeufs Apport de protéines entretien musculaire Apport de fer propriété anti-fatigue Pas nécessaire den manger 2x/jour, lait, fromage et yaourts sont là pour les compléter Pensez au poisson - moins gras que la viande - graisses de meilleures qualités - (oméga3 = protecteurs cardio-vasculaire)

26 Équivalences en protéines : Équivalences en protéines : 100g de viande =120g de poisson = 100g de volaille = 2 œufs = 4 yaourts = 200g de fromage blanc

27 En cas de diabète type 2 : - diminution des viandes grasses au profit des viandes blanches, du poisson

28 פ Les fruits et légumes Riches en vitamines anti-oxydantes Apport de fibres : régulation du transit intestinal régulation des glycémies Peu caloriques Rôle préventif contre le cancer du colon

29 Recommandations : Indispensables à chaque repas portion de 200g Pas seulement couleurs vertes ( tomates, carottes, betteraves rouges…) Varier les présentations : crudités, gratins, purées de légumes, soupes et tartes de légumes…

30 פ Les féculents Apport de sucres lents et dénergie pour éviter les sensations de faim et hypoglycémies Apport de vitamines B impliquées dans le système nerveux et la croissance Indispensables à chaque repas La quantité est à adapter selon les besoins nutritionnels et lactivité physique.

31 Recommandations : Recommandations : Utiliser les équivalences pour varier les repas - pommes de terre - Pâtes, riz - Semoule - Blé - Lentilles - Légumes secs, pois chiches, petits pois, maïs - Pain …

32 פ Les Matières grasses (lipides) Riches acides gras constituants des cellules et de certaines hormones Vitamines liposolubles A, D, E, K nécessaires respectivement pour la vision, la synthèse du cholestérol,effet antioxydant et la coagulation sanguine. Apport calorique important doù nécessité de contrôler les quantités utilisées que lon surveille son poids ou non

33 En cas de diabète type 2 : modification la qualité des graisses : privilégier les graisses végétales influençant le bon cholestérol (HDL)

34 פ Les produits sucrés Aliments plaisirs Apport de sucres rapides Très énergétiques Pas indispensables à léquilibre alimentaire mais contribue à faire plaisir et donc à maintenir les habitudes sur le long terme.

35 פ Les boissons Nécessaires pour lhydratation du corps et des tissus La seule boisson indispensable est leau Les autres boissons type boissons sucrées sont à consommer pour le plaisir, avec modération et de préférence à la fin du repas.

36 Aucune de ces familles ne regroupe toutes les bonnes propriétés nutritionnelles. Toutes sont complémentaires et doivent être présentes à chaque repas La quantité recommandée est à adapter selon lâge, lactivité physique, les besoins nutritionnels et les habitudes de vie.

37 b. Les glucides (sucres) Représentent le carburant essentiel pour lorganisme. Seule source dénergie utilisable par le cerveau Dans la répartition, doivent représenter la moitié de lapport énergétique journalier.

38 On les trouve sous 2 formes On les trouve sous 2 formes - Les glucides complexes dits lents, présents dans les féculents - Les glucides simples dits rapides, dont le plus connu est le saccharose (sucre blanc) présent surtout dans les produits sucrés

39 Recommandations: Les glucides recommandés :glucides complexes présents dans les céréales, les pommes de terre, et les légumes secs. De diffusion lente ils sont indispensables pour 1 bonne régulation de la glycémie et évitent les sensations de faim. Ils doivent donc être présents à chaque repas.

40 c. Lassociation des fibres aux féculents Constituants présents dans les aliments dorigine végétale. Présentes de façon importante dans les légumes elles ne sont pas digérées par lHomme et ont de nombreuses actions bénéfiques

41 1) rôle sur le transit: 1) rôle sur le transit: Leur aspect est souvent comparé aux mailles dun filet de pêche. Non digérées leur passage entraîne un nettoyage du tube digestif doù 1 action contre la constipation.

42 2) rôle sur la glycémie et le cholestérol: 2) rôle sur la glycémie et le cholestérol: Lors de ce passage, les fibres piègent quelques molécules de sucre et de cholestérol qui ne passent pas dans le sang > Dou 1 action sur le cholestérol sanguin et 1 meilleure régulation de la glycémie

43 d. Les produits sucrés Peuvent avoir une place dans lalimentation du diabétique type 1 et 2 ceci en surveillant : - la quantité consommée - la fréquence - le moment de prise Pris de façon isolée > sources dhyperglycémies brutales et rapides.

44 Recommandations: Recommandations: > à la fin du repas afin que les sucres rapides se mélangent au reste du repas ce qui évite un pic glycémique > mélangés à 1 autre aliment (laitage, tartine de pain..)

45 e. Les édulcorants: apportent le goût sucré mais pas de sucre et pas ou peu de calories. en petites quantités = bonne alternative pour remplacer le sucre blanc. 1 consommation trop importante entraîne 1 forte attirance pour le goût sucré à utiliser avec modération.

46 f. Les produits allégés, lights et sans sucre De plus en plus présents et proposés dans les grandes surfaces et en pharmacie

47 La mention sans sucre La mention sans sucre Absence de saccharose (sucre blanc). Par contre peut contenir dautres sucres comme le fructose (sucre des fruits) ou les polyols presque tous aussi caloriques que le sucre blanc. Ex: les chewing-gums « sans sucre » contiennent des polyols et de laspartam

48 La mention allégée: réduction de lun des constituants dau moins 25% par rapport au produit de référence. Ex : La confiture traditionnelle contient 65g de sucre /100g de confiture La confiture allégée en contient 40g pour 100g

49 La mention light : La mention light : Englobe des produits très divers (laitages, boissons, biscuits…) Les boissons light sont souvent édulcorées à laspartam ou à la saccharine (édulcorants non caloriques) Par contre le chocolat light contient souvent de laspartam + des polyols (caloriques) + une augmentation du % de graisses

50 En réalité: En réalité: Nécessité dun travail sur la lecture des étiquettes à partir demballages. Vérifier que les taux de glucides soient proches de 0g + attention aux lipides laitages 0% aux fruits édulcorés sont souvent intéressants (sucre du lait + sucre des fruits) Par contre le chocolat light et la confiture «sans sucre » ne sont pas conseillés (peu de différences pour le sucre mais + riches en graisses).

51 g. Les matières grasses Apports à surveiller dautant plus si perte de poids souhaitée. La restriction calorique passe dabord par une réduction des graisses 2fois + caloriques que les sucres Repas trop riche en graisses entraîne aussi une augmentation des glycémies, non pas par apport de sucre mais par interférence avec le traitement et laction de linsuline (sécrétée ou injectée).

52 h. Les collations Rarement nécessaires dans le type 1 comme type 2 Peuvent être conseillées éviter les grignotages en prévision d1 activité physique plus importante Un produit laitier nature +1 aliment à base de sucre lent si nécessaire Selon le mode de vie de la personne on choisira 1 collation adaptée, pratique et facile à emporter.

53 Pour savoir si 1 collation est indispensable en milieu de matinée ou daprès midi, il suffit de réaliser 1 glycémie capillaire au moment souhaité pendant plusieurs jours Si cette glycémie est moyenne au dessous de 1g surtout 0.80g une collation peut être conseillée dautant plus si une activité physique est prévue Si cette glycémie est moyenne au dessus de 1g20 aucune collation nest nécessaire.

54 4. Lassiette idéale: Identique pour tous le monde sur le plan de la qualité. Seules les quantités sont à adapter selon: - la personne - ses besoins nutritionnels - ses dépenses physiques.

55 féculents légumes viande ou équivalent + Fruit + Laitage

56 Daprès vous … Menu 1 Carottes râpées au citron Gratin dendives au jambon Poire pochée à la vanille

57 Menu 2 Concombre à la menthe Pâtes au saumon frais Fromage Salade dorange à la canelle

58 Exemple: pommes de terre Tomates au four Provençales Escalope de poulet au curry + fromage blanc aux framboises

59 5. Situations particulières: Selon OMS: La glycémie sexprime en g/L A jeun : 0,80g à 1g20 En post prandial (2h après repas) 1,80g Très variables dun individu à lautre surtout les seuils dhypoglycémies. Les objectifs glycémiques à adapter en fonction de la personne

60 a. Lhypoglycémie:

61 Définition de lhypoglycémie: Définition de lhypoglycémie: Taux de sucre trop faible dans le sang. La norme : 0.80g à 1g20 à jeun < 1g60 post prandiale Le seuil dhypoglycémie est variable selon les personnes

62 Les signes: Les signes: Très variables d1 personne à lautre En majorité on retrouve - des tremblements - faim subite - fatigue - troubles de la vision - transpiration - étourdissement, vertiges - changement dhumeur

63 Les raisons: Les raisons: Traitement mal adapté (insuline ou comprimés) Dépense physique non prévue et non compensée (repas) Alimentation trop faible en sucres lents Stress responsable de la synthèse d1 hormone : ladrénaline qui engendre des variations glycémiques dans le sens hypoglycémiques comme dans le sens hyperglycémiques Absorption dalcool

64 Que faire en cas dhypoglycémie ? Que faire en cas dhypoglycémie ? - Cessez toute activité - Vérifier l hypoglycémie par un test capillaire - Ressucrer avec 15g de sucre rapide 3 sucres 1 Cuillère à soupe de confiture 1verre de jus de fruit ou de coca 1berlingot de lait concentré sucré 1cuillère à soupe de sirop + eau

65 Si hypoglycémie proche du repas possibilité de passer à table avec apport de sucres lents et de fibres. Si hypoglycémie éloignée du repas apport de 15g sucre rapide + sucre lent (pain) accompagné dun laitage pour maintenir une bonne glycémie et éviter 1 rechute

66 Attention : éviter les aliments contenant à la fois du sucre rapide et des graisses tel que le chocolat ou les biscuits car ils ne remontent pas assez rapidement la glycémie

67 En prévention : - prévoir ses activités physiques - salimenter en conséquence - instaurer si nécessaire 1 collation équilibrée - au besoin adapter le traitement

68 b. Lhyperglycémie:

69 Définition de lhyperglycémie : Définition de lhyperglycémie : Taux de sucre trop élevé dans le sang En théorie : - glycémie >1g60/L 2h après les repas - glycémie >1g20/L a jeun

70 Les signes : Les signes : Très variables d1 personne à lautre En majorité on retrouve: - soif intense - envie fréquente duriner - fatigue importante - malaise - nausées…

71 Les raisons : Les raisons : Traitement mal adapté Oubli du traitement ou de linjection Maladie, infection, fièvre Stress, état émotionnel Activité physique moins importante Repas mal équilibré

72 Que faire en cas dhyperglycémie ? Que faire en cas dhyperglycémie ? Vérifier la glycémie Boire beaucoup deau car hyperglycémie glycosurie polyurie déshydratation (compenser les pertes) En cas de taux à 3g/L, rechercher présence de sucre et dacétone dans les urines si acétone prévenir le médecin Ne pas interrompre lalimentation ni le traitement

73 Pourquoi maintenir l alimentation + le traitement : Trop de sucre dans le sang Faute dinsuline le sucre ne rentre pas dans les cellules Organes ne sont plus approvisionnés en sucre Corps doit brûler les graisses pour avoir énergie Présence dacétone = produit de dégradation des graisses maintien alimentation + traitement pour apport dénergie + clée dentrée dans les cellules

74 c. Les horaires particuliers Adapter la répartition au mode de vie Malgré horaires décalés maintenir 3 repas / 24h Éviter périodes de jeun collations pour répartir au mieux lénergie

75 d. Lactivité physique : Bienfaits psychologiques + physiques Lutte contre linsulino-résistance en favorisant laction de linsuline sur la combustion et lassimilation du glucose sanguin par les cellules de lorganisme Évite la fonte musculaire

76 Important: Régularité de lexercice Tenir compte capacités de chacun Risque dhypoglycémie: - Prévoir 15g de sucre pour ressucrer si nécessaire - Avant effort = veiller à léquilibre du repas

77 e. Les soirées et boites de nuit : Alcool favorise les hypoglycémies Dépense physique (danse) aggrave ce processus Conseils: Apport de sucres lents avant soirée (éviter les produits gras tels cacaouètes)

78 f. La maladie : Maintien du traitement et de lalimentation réguler rapidement et au mieux la glycémie Si difficultés - Textures moulinées, purées, potages… - Jus de fruits - Compotes, desserts lactés assurer apport glucidique

79 g. Le diabète gestationnel : Diabète découvert au cours d1 grossesse = situation diabétogène car augmentation des besoins en insuline +1 insulino résistance du à la prise de poids De + production exagérée dhormones par le placenta qui entravent laction de linsuline

80 Risques: - Mère : diabète type 2, 5 à 10 ans +tard - Bébé : prise de poids importante doù accouchement plus difficile risque dhypoglycémie néonatale

81 Conseils alimentaires: Alimentation équilibrée Limiter au maximum les sucres rapides Collations si besoin: laitage + sucre lent Période nécessitant 6 ASG /j

82 6. Conclusion: Lalimentation de la personne diabétique = alimentation équilibrée que tous le monde devrait avoir

83 Partir dans lidée de régime nest bon pour personne = reflète lidée dinterdit et de frustration

84 Dans léquilibre alimentaire tout est permis mais quantités adaptées = le travail consiste en des associations judicieuses

85 Lalimentation nest qu 1 des 3 piliers déquilibre du diabète Les 2 autres étant le traitement et lactivité physique Chaque élément a son importance et nest efficace que si le 2 autres sont contrôlés

86 Léquilibre du diabète Traitement Activité physique Alimentation Équilibre du diabète


Télécharger ppt "Lalimentation de la personne diabétique. Le pôle de prévention - - Structure ouverte depuis 7 ans auparavant localisée au 14 ème étage de lhôpital - -"

Présentations similaires


Annonces Google