La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA RELATION DAIDE A LINTERNATIONAL NASCERESTI IRTS Poitiers – 14.02.2011 Amélie BENOKBA.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA RELATION DAIDE A LINTERNATIONAL NASCERESTI IRTS Poitiers – 14.02.2011 Amélie BENOKBA."— Transcription de la présentation:

1 LA RELATION DAIDE A LINTERNATIONAL NASCERESTI IRTS Poitiers – Amélie BENOKBA

2 Introduction Humanitaire : « urgence », caractère ponctuel dans des zones de crise plus ou moins aigüe. Situation de violences (guerre et conflits, catastrophes naturelles…) => Face à ces violences, il y a urgence et donc un «devoir de solidarité internationale ». Post-urgence : projets de reconstruction, réhabilitation, aménagements… à la suite dune situation de violences (conflits, catastrophes naturelles) Aide au Développement : « une action volontaire par un acteur extérieur pour impulser le développement – selon une conception occidentale – dans un pays tiers. Il sagit dune approche par le besoin qui demeure souvent mesurée par des flux financiers et va majoritairement dans un sens unique : du Nord vers le Sud. Laide au développement est internationale, le donateur peut-être un pays, une institution publique ou privée, ou encore un groupe de pays. »

3 Les objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) – 2000, ONU A atteindre dici à 2015 : Réduire lextrême pauvreté et la faim Assurer léducation primaire pour tous Promouvoir légalité et lautonomisation des femmes Réduire la mortalité infantile Améliorer la santé maternelle Combattre le Sida, le paludisme et dautres maladies Assurer un environnement durable Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

4 Les acteurs de laide au développement Publics : Institutions financières internationales (Banque Mondiale, FMI), Etats, regroupements dEtats (Union Européenne, Fonds Asiatique, Amérique du Nord, Amérique Latine…), collectivités territoriales et locales à travers la coopération décentralisation ; Organisations de la société civile : associations, ONG, syndicats…; Les acteurs privés : diasporas et migrants, entreprises, fondations…

5 Réinterroger les modalités de la relation daide à linternational I. Les injonctions de la solidarité internationale A.Quelle place la « logique projet » laisse-t-elle aux acteurs B. Les logiques des bailleurs de fonds II. Le marché de laide A.Laide publique au développement comme outil de « négociation » B.Les enjeux de carrière dans une dynamique de charité III. Perspectives pour les acteurs : sortir de la relation daide A.Réintégrer le rôle clé des acteurs B.Le plaidoyer Conclusion et débat : passerelles avec le travail social en France

6 I. Les injonctions de la solidarité internationale

7 A.Quelle place la « logique projet » laisse-t-elle aux acteurs ? Linjonction au projet Gestion de projet devient un métier à part entière Technicisation à outrance (normes Union Européenne) Approche par les besoins et besoins non exprimés Exclusion des acteurs des processus de décisions, notamment des dits « bénéficiaires » Décalages non intentionnels qui ne sont pas interrogeables

8 A.Quelle place la « logique projet » laisse-t-elle aux acteurs ? La technicité des outils de gestion du cycle de projet : la dépolitisation des débats Le cycle de projet Lacteur au service de loutil ! Problématique sociales = réponses techniques Une dépolitisation du débat

9 Exemple doutils de gestion de projet : larbre à problèmes

10 Exemple doutils de gestion de projet : larbre à objectifs

11 A.Quelle place la « logique projet » laisse-t-elle aux acteurs ? Les paradoxes de lappropriation Injonction faite aux acteurs du Sud et aux « bénéficiaires » Projet dont objet et finalités nont pas été définis par ces acteurs Approche du besoin par personne extérieure rend lappropriation complexe Participation effective nécessite de rendre la place dacteurs à part entière aux « bénéficiaires »

12 B.Les logiques des bailleurs de fonds La « rhétorique convenue » : mots ou expressions « à la mode » dans le sens où ils représentent des injonctions de bailleurs de fonds nécessaires à loctroi de financements (bonne gouvernance, démarche participative, genre, partenariat, plus récemment équité…) mais qui sont au final des concepts incompatibles avec les injonctions techniques de ces mêmes financeurs. Le temps, facteur des décalages des modes dactions : Le temps du projet est celui du financement => Il nest par conséquent pas le temps des structures impliquées et encore moins celui des dits « bénéficiaires ». Le poids des enjeux géostratégiques : les liens politiques se mesurent également aux aides financières bilatérales et la coopération internationale peut constituer un moyen pour les grandes puissances de conserver une influence dans des pays stratégiques. Laide publique au développement est aussi un outil de négociation qui contribue à servir les intérêts des donateurs

13 II. Le « marché de laide »

14 A.Laide publique au développement comme outil de « négociation » La Françafrique Définition : « une nébuleuse dacteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisée sur laccaparement de deux rentes : les matières premières et laide publique au développement. La logique de cette ponction est dinterdire linitiative hors du cercle des initiés. Le système, auto dégradant, se recycle dans la criminalisation. Il est naturellement hostile à la démocratie. Le terme évoque aussi la confusion, une familiarité domestique louchant vers la primauté » François-Xavier Verschave, La Françafrique. Le plus long scandale de la République, Editions Stock, Paris, 1998, p. 175.

15 A.Laide publique au développement comme outil de « négociation » Laide publique européenne au développement en échange daccords commerciaux et de vœux pieux sur les flux migratoires Accords économiques imposés par lUnion Européenne : la Commission négocie depuis 2000 avec les États ACP des accords de partenariats économiques qui sont intégrés aux principes de conditionnalité de laide au développement ; Flux migratoires : linstrumentalisation de laide publique au développement européenne est de plus en plus liée à la question des migrations => la gestion des flux migratoires vers lEurope est sous-jacente dans la conditionnalité des financements octroyés cf Politique de co-développement comme mesure positive de régulation des flux migratoires (2005)

16 A.Laide publique au développement comme outil de « négociation » Le Fonds Monétaire International et la Banque Mondiale : les plans d'ajustement structurel = négociation entre un pays endetté et le FMI pour recourir à des financements de cet organisme : prêts accordé selon certaines conditions => conséquences sociales douloureuses pour les populations : les contres-parties exigées et la politique daustérité touchant principalement les dépenses dans le domaine social et les services publics (privatisation). De même, la libéralisation des échanges est une réforme quasiment systématiquement prônée par la Banque mondiale

17 B.Les enjeux de carrière dans une dynamique de charité Des ONG mises en concurrence par le système des appels à projets Une concurrence pour les financements accrue par le contexte de crise économique actuel Les partenaires du Sud perçus comme des concurrents potentiels Des enjeux de carrières personnelles Des logiques de survie au détriment de la qualité et des impacts sociaux

18 Les constats des membres de Nasceresti Le facteur économique et rentable prime sur limpact social ; Le « discours projet » place de manière systématique les acteurs dans des rapports inégalitaires face aux prises de décisions ; Les temps de financement sont en décalage avec les temps du projet impliquant des prises de décision rapides par les acteurs du développement ; Des catégorisations dacteurs empêchent des échanges transversaux, voire lexclusion de certains dentre eux ; Des politiques de développement sont élaborées en marge des acteurs concernés ; Une course au financement qui ne favorise pas la capitalisation des expériences et la cohérence des actions ; La quantité qui prime sur la qualité ; La diversité dacteurs, non cohérence des actions et approche par les besoins ; La difficulté à gérer la charité occidentale / le poids du passé / culpabilité ; Éthique internationale / marketing éthique.

19 III.Perspectives pour les acteurs : sortir de la relation daide

20 A.Réintégrer le rôle clé des acteurs Prendre en compte les réalités sociales : étude des contextes spécifiques, diagnostics et faisabilité, croisement des regards et des compétences, du « bénéficiaire » à lacteur. Prendre en compte les impacts sociaux des actions et promouvoir des démarches qualité : qualité des actions, mesurer les impacts sociaux => approche socio-anthropologique et recherche-action continue. Coopérer et travailler dans le cadre de partenariats égalitaires : dans laction mais surtout dans les prises de décisions.

21 B.Le plaidoyer « Re-politiser » le débat (au sens noble du terme politique) : sortir de la technicité à outrance. Sorganiser en réseaux pour peser sur les pouvoirs publics : peser sur lélaboration des politiques publiques et de développement => enjeu au Nord dabord !

22 Conclusion Quelles postures citoyennes adopter ici et là-bas ? Quelles modalités de mise en œuvre ? Quand est-il de la relation daide au sein du travail social en France ?


Télécharger ppt "LA RELATION DAIDE A LINTERNATIONAL NASCERESTI IRTS Poitiers – 14.02.2011 Amélie BENOKBA."

Présentations similaires


Annonces Google