La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Free Powerpoint Templates Page 1 Free Powerpoint Templates HANS JONAS ÉTHIQUE DE LA RESPONSABILITÉ Pierre Baribeau (2011)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Free Powerpoint Templates Page 1 Free Powerpoint Templates HANS JONAS ÉTHIQUE DE LA RESPONSABILITÉ Pierre Baribeau (2011)"— Transcription de la présentation:

1 Free Powerpoint Templates Page 1 Free Powerpoint Templates HANS JONAS ÉTHIQUE DE LA RESPONSABILITÉ Pierre Baribeau (2011)

2 Free Powerpoint Templates Page 2 CRITIQUE DU DUALISME CARTÉSIEN «La connaissance scientifique sinscrit dans lalternative matérialiste de ce dualisme dorigine cartésienne que nous venons desquisser. En un sens, le présupposé à la base, entre autres, de la biologie est que le vivant est uniquement déterminé par des réactions chimiques et des lois physiques. Cest là le principe dobjectivité des sciences de la nature, et ce qui a permis leur essor depuis le XVIIème siècle. Par définition, les sciences modernes recherchent les lois causales qui régissent lunivers. Elles cherchent les causes prochaines qui provoquent les phénomènes quelles tentent dexpliquer. […] Cette façon de procéder leur permet de les expliquer, mais surtout de les prévoir et de pouvoir intervenir sur la nature, les hommes sen rendant alors « comme maîtres et possesseurs » (René DESCARTES, Discours de la méthode, 6ème partie. ). *

3 Free Powerpoint Templates Page 3 CRITIQUE DU DUALISME CARTÉSIEN «Noublions pas en effet que si la science peut être elle-même un but louable, elle est aussi une recherche orientée par et vers la pratique : elle est une fin en elle-même, mais elle se traduit aussi dans la pratique par des inventions et des découvertes qui visent lamélioration de notre condition. La biologie ne déroge pas à cela. Outre lexcitation que procure le dévoilement des mécanismes qui sous-tendent notre existence, il y a lambition de pouvoir modifier et améliorer ce que la nature nous donne. Derrière la connaissance du génome humain se profilent des retombées pratiques, notamment en ce qui concerne la détection ou même le traitement de maladies génétiques. Il ne faut certes pas confondre les parties théoriques et pratiques, mais elles sont tout de même étroitement liées.»

4 Free Powerpoint Templates Page 4 CRITIQUE DU DUALISME CARTÉSIEN «Cest dailleurs uniquement cette portée pratique qui fait que les sciences doivent se confronter à léthique. […] Il en va tout autrement pour la partie pratique des sciences qui, intervenant dans le monde objectif, nest pas éthiquement neutre. Toute action, dés lors quelle interfère avec le monde humain, ne peut se substituer à la moralité. […] Se demander si une invention technoscientifique est bonne ou mauvaise, tel est ce à quoi nous invite Hans Jonas. Mais il élargit le champ de la responsabilité humaine à lensemble du monde vivant : nous ne sommes pas seulement responsables de nos actions (technoscientifiques) vis-à-vis de nous-mêmes. La nature elle- même devient objet de responsabilité. […] Dire, comme le fait Jonas, que la nature elle-même a une sorte de « prétention morale à notre égard » signifie étendre le règne des fins en …»

5 Free Powerpoint Templates Page 5 CRITIQUE DU DUALISME CARTÉSIEN «…soi au-delà de la sphère de lhomme. […] Pour schématiser, Jonas se donnerait la part belle en utilisant une réflexion métaphysique qui ne pourrait en aucun cas être invalidée par la science, et qui lui permettrait de soutenir la thèse inverse de celle de la biologie. En fin de compte, Jonas prendrait position métaphysiquement sur des thèmes qui ne pourraient souffrir quune interprétation physique, scientifique, mécanique : la philosophie de Jonas serait alors à ranger dans le rang de loccultisme. […] La thèse que nous voulons défendre est que Jonas, loin de verser dans locculte […], soppose à la totale suffisance du discours scientifique pour épuiser les significations du monde, et notamment celles de la vie. […] Mais pour défendre sa position, le philosophe doit dabord remettre en cause le bien-fondé du dualisme cartésien, qui …»

6 Free Powerpoint Templates Page 6 CRITIQUE DU DUALISME CARTÉSIEN «…soppose à la possibilité de causes finales en dehors de la sphère de lesprit. […] Cette distinction entre deux ordres distincts de la réalité (substance étendue / substance pensante) présente un avantage pour la science : elle permet de distinguer un domaine de la réalité qui est entièrement déterminable en terme de grandeur, de figure et de mouvement, dun autre qui correspond à lesprit humain. Tandis que le premier peut être traité grâce aux mathématiques, à la physique, à la chimie et, plus tardivement, à la biologie, le second est par excellence le domaine dinvestigation réservé aux sciences humaines, notamment à la philosophie. […] La pierre angulaire de la méthode scientifique est le postulat de lobjectivité de la Nature. Cest-à-dire le refus systématique de considérer comme pouvant conduire à une connaissance …»

7 Free Powerpoint Templates Page 7 CRITIQUE DU DUALISME CARTÉSIEN «…« vraie » toute interprétation des phénomènes donnée en terme de causes finales, cest-à-dire de « projet ». [...] nous pouvons voir en René Descartes le père de cette méthode scientifique. Ce dernier rompt (même si ce nest pas encore une rupture totale) avec les explications aristotéliciennes de la nature et les philosophies scolastiques, pour lesquelles, par exemple, le mouvement a pour fin (dans le sens de dessein) le repos. Sopposant aux explications finalistes, Descartes défend au contraire une vision déterministe du monde. […] Certes, Descartes pense que derrière les lois de la nature, Dieu agit continûment. Certes il pense que la régularité des phénomènes physiques est la conséquence de limmuabilité divine : si les lois du mondes sont stables, cest que Dieu agit toujours de la même manière. Mais cest cette croyance en une totale…»

8 Free Powerpoint Templates Page 8 CRITIQUE DU DUALISME CARTÉSIEN «…régularité de la nature qui est à la base des sciences modernes. […] Avec ou sans dieu derrière les phénomènes (ce choix ne relève pas des sciences), ceux-ci sont soumis à des lois stables qui sexpriment en termes de causes et deffets, sans quintervienne une quelconque orientation vers un but : telle est la vision scientifique du monde. La science explique alors les phénomènes selon un schéma mécanique, en terme de causes prochaines. A partir dun fait qui se produit, le scientifique cherche la ou les causes suffisantes qui provoquent ce fait. Cest-à-dire que la science se pose la question « comment ? ». […] Cette première question, qui caractérise lattitude scientifique, se distingue dune autre question qui agite également lesprit humain : « pourquoi ? ». Comme nous lavons vu, cest une question qui nest pas du ressort de la…»

9 Free Powerpoint Templates Page 9 CRITIQUE DU DUALISME CARTÉSIEN «…science. […] Ainsi, lhomme se poserait essentiellement une question devant laquelle il ne peut que rester dans lincertitude, cette interrogation dépassant de loin nos capacités. Ces dernières nous permettent seulement de sonder le comment dune chose, de remonter aux conditions dapparition dun phénomène. Lhomme aurait ainsi certaines limites cognitives, qui lempêcheraient de connaître le pourquoi. […] Cest grâce à cette croyance au déterminisme et au rejet des causes finales au profit des causes efficientes que les sciences ont connu un tel essor depuis le XVIIème siècle. Mais cest aussi par les réussites et découvertes ultérieures que le postulat dobjectivité scientifique sest imposé. […] Mais le postulat de lobjectivité découle du dualisme cartésien, instaurant deux ordres hétérogènes dans la nature : létendue et la pensée.»

10 Free Powerpoint Templates Page 10 CRITIQUE DU DUALISME CARTÉSIEN «Lorsque Jonas critique la suffisance des sciences, de lexplication purement mécaniste du monde, à épuiser le sens des choses, il sattaque dabord à la légitimité de la distinction cartésienne. Comme le rappelle Jonas, ce dualisme a pour immense avantage de distinguer les propriétés subjectives des propriétés objectives : le dualisme permet de ne pas confondre ce qui est objectif, appartient en propre à un objet, et ce qui est subjectif mais quon a tendance à attribuer à lobjet. […] Ainsi la nature se trouve-t-elle être ontologiquement duelle. Lesprit, dun côté ; le corps et la matière de lautre. Descartes ne concède quune seule rencontre entre ces deux ordres : il sagit de lhomme. Si dans les Méditations il met en doute le corps et aboutit à une évidence de la conscience, de légo, notre corporéité nest pas pour autant niée.»

11 Free Powerpoint Templates Page 11 CRITIQUE DU DUALISME CARTÉSIEN «Lhomme est un esprit, mais il a un corps. Cette dualité foncière de lhomme est au cœur de la philosophie cartésienne. […] Mais ce dualisme a pour conséquence une séparation radicale de lhomme du reste du vivant. Seul lhomme possède une âme, une intériorité. Les animaux, quant à eux, ne sont que comme des machines, des automates fonctionnant selon les seules lois de la matière. […] En dautres termes, les animaux ne sont que des corps, totalement privés dune conscience, même en un sens très restreint. […] Le dualisme cartésien aboutit donc à une séparation de la conscience, que seul lhomme possède, et du corps, que les animaux et lhomme partagent, les animaux nétant cependant quun corps, même si nous pouvons avoir limpression quils possèdent une intériorité. Lhomme occupe alors une place spéciale, …»

12 Free Powerpoint Templates Page 12 CRITIQUE DU DUALISME CARTÉSIEN «…unique dans le règne du vivant : cest le seul être conscient, cest le seul a pouvoir se poser des fins et à pouvoir agir selon celles-ci. Cest cette séparation radicale entre lhomme et les autres organismes vivants que Jonas remet en question. […] Ce à quoi il soppose, cest à lélargissement de ce matérialisme au-delà de la simple méthode. Le matérialisme méthodologique est tout à fait acceptable, il a dailleurs prouvé, depuis trois siècles, sa fécondité. Mais il nen va pas de même lorsque ce matérialisme a une prétention ontologique, quand il prétend rendre compte de la réalité. En effet, cette prise de position ontologique aboutit à un curieux partage de la nature : dun côté lhomme, qui instaure un nouveau principe, la finalité, au sein de la nature grâce à sa conscience ; de lautre, le reste de la biosphère, qui lui est entièrement soumis aux lois…»

13 Free Powerpoint Templates Page 13 CRITIQUE DU DUALISME CARTÉSIEN «…mécaniques de la nature, sans quinterviennent une intériorité ou des fins. […] Jonas en conclut quil nest plus possible de refuser la présence de la conscience au reste du monde vivant. Il est arbitraire de réserver lintériorité aux seuls êtres humains. Contre cette position, Jonas défend au contraire la répartition de lesprit sur lensemble du monde animal. Il ne soutient pas pour autant que les animaux possèdent une conscience comparable à celle de lhomme. Mais il pense que lesprit nest pas apparu tel quel en lhomme. La conscience nintroduit pas de discontinuité dans lévolution. Elle est présente chez les animaux, à des degrés divers. Le plus haut degré de conscience se trouve certes chez lhomme, mais le phénomène de la conscience comprise comme intériorité, est présent chez les animaux supérieurs, et disparaît petit à petit, à…»

14 Free Powerpoint Templates Page 14 CRITIQUE DU DUALISME CARTÉSIEN «…mesure que nous descendons dans la hiérarchie du vivant. […] Jonas, pour sa part, défend lexistence de fins subjectives chez certains animaux, et se positionne contre « le décret de Descartes que la subjectivité comme telle peut seulement être raisonnable et doit donc exister seulement dans lhomme » (idem, pp ), décret dont, selon Jonas, tous les propriétaires de chien pourront se moquer. Cest en sappuyant sur le principe de continuité que Jonas défend lexistence, chez les animaux, dune certaine représentation, dun degré naturellement moindre que celle dont est capable lhomme. […] En effet, Jonas étend le règne des fins à lêtre dans sa totalité. […] La métaphysique de Jonas est donc à comprendre comme complémentaire de lexplication évolutionniste et mécaniste du vivant.»

15 Free Powerpoint Templates Page 15 CRITIQUE DU DUALISME CARTÉSIEN «En fait, Jonas nous invite à comprendre la nature à partir de la « pointe de liceberg » que représente la conscience humaine. La conscience et la finalité consciente disparaissent sûrement à un moment donné, au fur et à mesure que nous pénétrons dans liceberg de la vie. Mais il faut comprendre le vivant à partir de son expression la plus achevée, lhomme […] La métaphysique de Jonas vient ainsi compléter la biologie, en prenant appui sur elle, sans la contredire, cette non-contradiction reposant sur le refus du dualisme dun point de vue ontologique. Tandis que lune éclaire les raisons chimiques et physiques du comportement, lautre interprète ces raisons selon la finalité, en prenant en compte « le témoignage de notre propre être.»

16 Free Powerpoint Templates Page 16 MONISME ET SPÉCIFICITÉ HUMAINE «Nous avons vu auparavant que concevoir la conscience comme le propre de lhomme est un tour de force que réussit Descartes (nous en avons vu le prix). Contre cette prémisse des sciences de la nature, Jonas défend, en sappuyant sur Darwin, une continuité entre lhomme et les autres êtres vivants. Cette continuité se traduit par des degrés de conscience, à linstar de Leibniz, et par lélargissement du règne de la finalité. Sa conception de la vie est donc moniste, dans le sens où, grâce au concept de continuité, elle est conçue comme un tout qui ne comprend pas de saut ou de rupture mais est au contraire marqué par lunité, y compris celle de la conscience et de la nature. Dans un remarquable essai intitulé Le fardeau et la grâce dêtre mortel, Jonas sinterroge sur la fragilité intrinsèque de la vie. Faisant une investigation ontologique du…» *

17 Free Powerpoint Templates Page 17 MONISME ET SPÉCIFICITÉ HUMAINE «…vivant, il se demande ce quest la manière dêtre dun organisme. Il définit alors lorganisme comme ce qui agit pour continuer à être un organisme. Cet agir dépend de lenvironnement et de lorganisme : cest le métabolisme. La vie est un échange de matière entre lorganisme et son milieu : pour la respiration, pour la nutrition… etc. Cette activité est dailleurs ce qui le différencie de la simple matière, qui elle subsiste en étant là, sans effort : « sa conservation est un simple demeurer, non une affirmation de lêtre dinstant en instant. […] le vivant dispose dune certaine liberté par rapport à la matière, il en est cependant tributaire pour assurer sa survie. […] Cette nécessité est celle de la continuelle affirmation de la vie par lorganisme. Tout vivant doit sefforcer de vivre. Il a besoin, pour continuer à être, dassurer son métabolisme.»

18 Free Powerpoint Templates Page 18 MONISME ET SPÉCIFICITÉ HUMAINE «Nous voyons ici apparaître le souci qui caractérise toute vie. Tout vivant est dans un état de besoin. Sa vie est sans cesse remise en cause dans les échanges physico-chimiques avec lenvironnement. […] Cela revient à dire quavec la vie, la mort apparaît. Cest la menace du non-être, cette possibilité continuelle de la mort, le « pouvoir mourir » qui représente, aux yeux de Jonas, le fardeau de la mortalité. Lintuition très forte dont veut rendre compte Jonas peut sénoncer ainsi : la vie dit oui à elle-même. Dans le fonctionnement même du corps, tout est prévu pour assurer sa perpétuelle reconquête. Par le phénomène de la vie, lêtre se prononce en sa faveur contre le non-être. […] Cest parce quil se positionne contre le néant, contre la mort, que lêtre est une affirmation. Cest une négation, dans le sens où la vie soppose à la possibilité de la mort.»

19 Free Powerpoint Templates Page 19 MONISME ET SPÉCIFICITÉ HUMAINE «Léthique de Hans Jonas peut dailleurs être perçue comme un « non » adressé à toute négation de laffirmation de la vie. Son éthique a pour fin de protéger la vie humaine et soppose à tout ce qui peut la mettre en jeu. […] Nous avons vu que la vie, cette affirmation qui doit toujours se renouveler sous peine de disparaître, peut être conçue comme une fin objective de lorganisme. Cest à cet effet que nous possédons certains organes. […] La conscience ne déroge pas à cela. Si la conscience est apparue, cest parce quelle a eu un rôle pour la survie. Il nest pas besoin dinsister sur lutilité qua eu la conscience pour la survie de lhomme. Il suffit de regarder le peu de moyens dont lhomme est physiquement pourvu pour assurer sa survie. Il est évident que la conscience et son développement sont les conditions essentielles de notre existence.»

20 Free Powerpoint Templates Page 20 MONISME ET SPÉCIFICITÉ HUMAINE «La conscience ainsi comprise nest alors quun moyen pour lhomme dassurer une fin objectivement présente dans la nature, à savoir permettre sa survie. Par nature, lhomme est démuni, mais par sa faculté dêtre conscient, il peut suppléer à ses insuffisances constitutives. Lapparition de la conscience nest alors quun des outils qua la vie pour saffirmer. En outre, cette conscience nest pas apparue dun seul coup. Elle résulte dune longue évolution qui a commencé avant lhomme et se retrouve chez dautres êtres vivants, très certainement un petit nombre, et à des degrés bien moindres, cela va sans dire. […] La conscience comprise comme une plus ou moins grande intériorité assure alors, chez lhomme mais également chez certains animaux, le rôle dun moyen supplémentaire pour assurer la survie.»

21 Free Powerpoint Templates Page 21 MONISME ET SPÉCIFICITÉ HUMAINE «Mais le philosophe ne peut bien évidemment pas se satisfaire dune définition aussi pauvre, bien que pertinente, de lesprit. Si la conscience a bien permis notre perpétuation depuis des millénaires, elle ne se réduit en aucun cas à cette simple fonction. Cette conception appauvrie de la conscience permet peut-être de redonner sa dignité à la nature, comme le souhaite Jonas, mais ce serait nier toute celle de lhomme. Ainsi, si la conscience est bien lun des moyens que nous avons pour éviter la mort, elle ne se limite pas à cela. Comme le soutient Jonas, elle est un moyen asservi à une fin (la survie) qui est lui-même devenu une fin. La conscience est, « au-delà de toute instrumentalité, […] pour elle-même et une fin en elle-même ». « Cest la logique subtile de la vie dutiliser des moyens qui modifient la fin et deviennent eux-mêmes une partie de celle-ci.»

22 Free Powerpoint Templates Page 22 MONISME ET SPÉCIFICITÉ HUMAINE «Si elle nest pas un saut par rapport au reste du vivant, la conscience humaine est unique par ses immenses capacités et place donc lhomme dans une situation unique par rapport à lensemble du vivant. […] si nous pouvons, avec Jonas, soutenir que les animaux possèdent une certaine intériorité, ce nest quavec la conscience humaine que la vie peut prendre véritablement conscience delle-même. Nous ne soutenons pas par-là que ce regard sur soi était prévu, visé par lêtre depuis la nuit des temps, mais tout simplement que lhomme, qui appartient au monde vivant et à la nature, a la formidable capacité de se retourner sur ceux-ci et que, ainsi, la vie peut se tourner vers elle-même et vers ce dont elle provient : lêtre. Et cette capacité est devenu une fin en soi pour lhomme. Lhomme, donc, est le seul être vivant à être conscient quil est mortel.»

23 Free Powerpoint Templates Page 23 MONISME ET SPÉCIFICITÉ HUMAINE «[…] seul lhomme a la capacité de prendre conscience de la finitude de toute vie, à commencer par la sienne. Seul un être humain sait que sa vie nest pas éternelle et connaîtra, à un moment ou à un autre, une fin. Dailleurs, cest peut-être grâce à cette conscience de notre inévitable finitude existentielle que nous pouvons donner un sens à notre vie. […] Pour Jonas, le fait de compter nos jours, de savoir que nos jours sont comptés est ce qui permet à lhomme de faire compter ses jours, de leur donner de la valeur. […] Jonas propose donc une conception moniste du vivant en tant que marqué de part en part par la finalité quest la vie. Tout organisme affirme constamment le « oui » de la vie. Le vivant est à comprendre téléologiquement. Expliquer ses mécanismes, par méthode, suppose la négation de cette finalité. Cest ainsi que procède la biologie et …»

24 Free Powerpoint Templates Page 24 MONISME ET SPÉCIFICITÉ HUMAINE «…cest sûrement ainsi quelle a pu connaître tous ses succès. Dun point de vue pragmatique, il faut défendre le principe dobjectivité. Mais nous avons vu quil est obtenu au prix dun coup de force métaphysique qui restreint arbitrairement lassignation de fins (plus ou moins conscientes et non conscientes) à lhomme. Jonas, pour sa part, récuse ce curieux partage et étend lintériorité au-delà de la seule sphère de lhomme. Mais surtout, il établit la présence de fins (non conscientes, non représentées, si ce nest en lhomme) dans la nature elle-même, dont il trouve une expression dans le métabolisme qui est lagir de tout vivant pour rester en vie. Une fin traverse tout le phénomène de la vie : cest la vie elle-même. […] Mais cest en tout cas une fin objective que la nature manifeste par la vie.»

25 Free Powerpoint Templates Page 25 MONISME ET SPÉCIFICITÉ HUMAINE «En ce sens, la vie est caractérisée par une unité profonde. Mais ce nest pas pour autant que Jonas soppose à la suprématie de lhomme sur tous les autres organismes. Son but est de rendre sa dignité à la nature, de sopposer à la neutralité que lui confèrent les sciences et qui autorise alors tous les excès, notamment technoscientifiques. Cependant, la culture humaine a infiniment plus de valeur que nimporte quel autre phénomène biologique, et Jonas en est conscient. Si la vie est une merveille, si la conscience sest forgée petit à petit et nest pas apparue seulement chez lhomme, lesprit humain est sûrement lune des plus merveilleuses créations (inconscientes) de la nature. Si donc la conception jonassienne de la vie est moniste, elle prend tout de même en compte la rupture profonde quinstaure la conscience humaine dans lunité de la vie.»

26 Free Powerpoint Templates Page 26 MONISME ET SPÉCIFICITÉ HUMAINE «La vie humaine se distingue de toutes les autres formes de vie en tant quelle peut être consciente delle-même et se poser des fins propres. La nature « poursuit » elle aussi des fins, notamment avec lapparition de la vie, mais ces fins ne sont pas représentées ni prévues. Sil y a bien une continuité entre lhomme et les autres créations vivantes de la nature, elle nest pas totale. Nous pouvons admettre une intériorité chez certains animaux et un certain poids causal de celle-ci, mais elle ne peut avoir de commune mesure avec la conscience humaine. La capacité humaine de se poser des fins est unique. Jonas ne remet pas en cause la dignité de la conscience humaine. Mais il considère que la conscience humaine est double. Si elle est ce qui peut élever lhomme à un statut unique parmi le vivant, elle peut aussi le rabaisser.»

27 Free Powerpoint Templates Page 27 MONISME ET SPÉCIFICITÉ HUMAINE «La noblesse de lesprit réside dans la capacité quelle a de porter lhomme à un statut de métaphysicien. Lhomme nest pas seulement un être sentant : il peut penser et, par des concepts, interroger le monde. Cette noblesse est la valeur intrinsèque de lesprit. Cest ce qui fait lunicité de lhomme. Mais à ce premier aspect positif se mêle un autre aspect qui, lui, peut être perçu comme négatif. Il sagit cette fois de la valeur instrumentale de la conscience. Comme nous lavons vu, lesprit a dabord été un moyen de survie pour lorganisme avant de saccomplir en lui- même et de devenir une fin en soi. Cest cet usage instrumental de la raison, au service du corps, que Jonas conçoit comme négatif. Non pas en lui-même, mais pour les conséquences quil provoque. En effet, pour les plaisirs du corps, lhumanité consomme de plus en plus.»

28 Free Powerpoint Templates Page 28 MONISME ET SPÉCIFICITÉ HUMAINE «Que ce soit en nourriture, en loisirs ou en matériel, lhomme a de plus en plus denvies et se crée de nouveaux besoins. Si ce besoin est sûrement inscrit au plus profond de lhomme, la consommation actuelle est telle quelle se retourne contre lui. Lesprit, au service du corps, en vient à le mettre en péril. […] Et si lesprit au service du corps amène des conséquences fâcheuses pour lenvironnement et pour lhumanité, ses besoins propres nen amènent pas moins. Les loisirs « intellectuels » sont eux aussi de gros consommateurs de matière. Si Jonas revient sur le rôle primitif de la conscience, cest pour nous rappeler que la conscience véritablement humaine, la conscience métaphysique est capable de mettre en danger son propre présupposé : la vie. La conscience nest pas un simple instrument au service de lhumanité pour assurer sa …»

29 Free Powerpoint Templates Page 29 MONISME ET SPÉCIFICITÉ HUMAINE «…survie, mais elle soppose à elle-même lorsquelle se pose des fins qui mettent en danger la fin objective quest la vie. La conscience métaphysique est bien une fin en soi, mais elle ne doit jamais se mettre elle-même en jeu. Or, cest ce quelle fait quand elle adopte un mode de vie dont elle ignore les conséquences lointaines et qui peut mettre en jeu la vie de lhumanité. Finalement, en réintroduisant dune manière rationnelle la finalité dans la nature, Jonas nous pousse à nous interroger sur le phénomène de la vie et à voir en lui une affirmation constante de lêtre. A ce « oui » soppose le « non » du mode de vie des sociétés libérales actuelles qui menace la nature et, en son sein, lhomme. Cette façon de vivre est le fruit de lesprit humain qui cherche son plaisir et celui du corps.»

30 Free Powerpoint Templates Page 30 HUMANITÉ ET VALEUR «La présence de fins dans la nature est lun des piliers de léthique de la responsabilité, elle en est un fondement nécessaire. Pour soutenir la nécessité de préserver lexistence de lhomme (mise en danger par notre immense pouvoir technologique) dans la nature, Jonas doit auparavant montrer que la vie est une fin en soi que poursuit lêtre. A partir de cette immanence des fins dans lêtre, dont la vie fait partie, Jonas conclut que préserver lhumanité dune disparition prématurée constitue un devoir pour lhomme. […] Ainsi le fondement biologique analysé précédemment est-il nécessaire, mais pas encore suffisant : il faut lui adjoindre une métaphysique dinspiration leibnizienne. Dire que la vie est une fin ne suffit pas pour défendre lexistence future de lêtre comme tel de lhomme. Or il sagit, avec Jonas, de défendre une existence future véritablement humaine de lhomme. La question est donc : « que voulons-nous dire, quand nous disons de…» *

31 Free Powerpoint Templates Page 31 HUMANITÉ ET VALEUR «…quelque chose que « cela doit être » ? », ce qui renvoie à la grande question de Leibniz. Contrairement à lattitude scientifique qui, par définition, se pose la question du comment, il sagit ici de savoir pourquoi lhumanité doit exister. Cependant, il ne sagit pas du pourquoi dans le sens de lorigine, de la cause première. […] La foi nest donc pas nécessaire pour aborder cette question. En ce sens, Jonas séloigne de Leibniz pour qui la raison suffisante des choses et du monde en son ensemble est à chercher en une substance primitive, divine : la « dernière raison des choses est appelée Dieu.» […] La question leibnizienne devient alors celle-ci : lhumanité vaut-elle la peine dexister ? Ou encore : pour quoi lhumanité existe-t-elle ? Cest dailleurs en interrogeant la raison dêtre des choses que nous accédons à la métaphysique. Dans les Principes de la Nature et de la Grâce, Leibniz distingue deux questions qui se posent, une fois le principe de raison suffisante adopté.»

32 Free Powerpoint Templates Page 32 HUMANITÉ ET VALEUR «La question première est donc : « pourquoi il y a plutôt quelque chose que rien ? » Et telle est la question que nous pousse aujourdhui à nous poser notre immense pouvoir technologique qui, par ses effets négatifs, secondaires, peut faire jouer son va-tout à lhumanité. Se demander si lhomme doit être présent sur le globe na ici de sens que dans la mesure où cette présence peut être écourtée par laction de lhomme lui-même, notamment par le déséquilibre des écosystèmes quoccasionne la consommation énergétique des artefacts technoscientifiques. En second lieu, la question peut être celle de la raison de lêtre- tel dune chose : la question porte sur les aspects de lêtre, sur ses différentes alternatives. Pourquoi les choses sont-elles telles quelles sont ? Le choix nest plus entre lêtre et son contraire, mais entre lêtre ceci et lêtre cela. En ce qui concerne lhomme, cest ici lidée de celui-ci qui est en jeu. Pourquoi lhomme est-il tel quil est ?» »

33 Free Powerpoint Templates Page 33 HUMANITÉ ET VALEUR «Dans le cadre de la réflexion jonassienne, cette question, à son tour, na de sens que parce que lêtre tel de lhomme peut être modifié grâce à notre pouvoir technoscientifique. Il aborde dailleurs trois cas de modification de lhomme par lhomme dans le premier chapitre du Principe responsabilité. La première « amélioration » est la prolongation de la vie. Limmortalité est toujours un rêve, mais laugmentation de lespérance de vie grâce à labsorption de pilules est apparemment devenue une réalité (la D.H.E.A.). En second lieu, il évoque la possibilité, la menace de voir les comportements des individus contrôlés par des produits chimiques ou des impulsions électriques. Si ce contrôle peut être utile dans certains cas (soulager le patient), il y a le risque détendre ce soulagement à la société, et daboutir à une manipulation sociale. Enfin, il évoque le risque des manipulations génétiques, qui sont de plus en plus une tentation pour lhomme. Quel parent ne rêve pas davoir un…»

34 Free Powerpoint Templates Page 34 HUMANITÉ ET VALEUR «…enfant parfait, sans malformation ni imperfection ? Jonas reprend les deux questions qui, chez Leibniz, découlent du principe selon lequel rien nest sans raison, sans cependant adopter ce principe comme présupposé. Tout comme lui, il affirme la priorité de la première question sur la seconde. Si, selon Jonas, cest une existence véritablement humaine quil faut préserver, cest dabord lobligation dexister de lhumanité quil faut fonder. En effet, nous pourrions penser, au premier abord, que lobligation de perpétuer lhumanité na pas à être fondée, que cette fondation est même inutile car linstinct sera toujours là pour assurer notre descendance, car il y aura toujours des hommes pour se reproduire, avoir des enfants et permettent ainsi à lhumanité de continuer à exister. De plus, les causes externes dune destruction totale de lhumanité semblent improbables. Enfin, ce qui menace lêtre-tel de lhomme semble également menacer lexistence de lhomme.»

35 Free Powerpoint Templates Page 35 HUMANITÉ ET VALEUR «Nous pourrions seulement postuler lexistence future de lhumanité et ainsi nous concentrer sur la deuxième question, concernant lessence de lhomme. […] Sil défend la priorité de lobligation dexister sur celle de lêtre-tel de lhomme, cette dernière est cependant bien une obligation. Le premier impératif est quil faut quune humanité soit. Limpératif selon lequel lhomme doit vivre humainement est second. Mais il sagit, dans léthique de la responsabilité, de défendre la présence future dhumains véritables, dindividus ayant la possibilité dêtre pleinement humains. Nous verrons ultérieurement quil sagit dêtre responsable de lhumanité en tant quelle peut être responsable. Pour linstant, nous avons donc vu que fonder la nécessité de lexistence de lhumanité doit précéder celle de son être-tel. Pour fonder le devoir être de lhomme, Jonas reprend linterrogation leibnizienne. Nous avons auparavant distingué les deux questions leibniziennes.»

36 Free Powerpoint Templates Page 36 HUMANITÉ ET VALEUR «Si la réponse à la deuxième est relative, nous ne pouvons répondre que dune manière absolue à la première. Savoir si quelque chose doit être plutôt ceci ou plutôt cela sinscrit dans les limites de lêtre. Le choix se fait toujours entre tel ou tel mode dêtre. Par contre, répondre à la première question ne peut se faire quabsolument : soit lêtre en soi est bon, soit il vaut mieux lui préférer le néant. Appliquons cela au cas de lhomme. Nous pouvons penser que lhomme doit être plutôt comme ceci que comme cela : nous émettons alors une préférence pour un certain mode dêtre de lhomme. Quelle que soit cette préférence, elle sinscrit toujours dans certaines limites, celles de lêtre. Mais nous pouvons également penser quil vaut mieux que lhumanité existe, plutôt quelle ne soit pas. Ici, le choix se fait entre lêtre et son contraire. Cela revient à dire que face à tous les différents modes dêtre dune chose, en loccurrence de lhomme, nous pouvons toujours préférer le non-être.»

37 Free Powerpoint Templates Page 37 HUMANITÉ ET VALEUR «Ainsi avons nous dun côté lêtre, avec toutes ses modalités possibles, et de lautre, le néant […] Cest en ce sens que lobligation dexister de lhumanité doit être fondée avant celle de lêtre véritable de lhomme, car face à tel ou tel mode dêtre de lhomme, nous pouvons toujours choisir le non-être. […] « Pourquoi y a-t-il plutôt quelque chose et non pas rien ? » est donc dabord à entendre comme un questionnement de lêtre sur le fond du néant. Le problème principal pour Jonas est alors de savoir si lêtre a plus de valeur que le non-être. En ce sens, sil reprend bien linterrogation leibnizienne, il lui fait cependant subir un fléchissement axiologique. Il sagit de savoir ce que nous voulons dire lorsque nous disons que quelque chose a de la valeur. Lorsque nous disons que quelque chose a de la valeur, nous disons par là que cette chose doit exister. En se prononçant en faveur de la valeur dun étant, nous nous posons en faveur de lexistence de cet étant.»

38 Free Powerpoint Templates Page 38 HUMANITÉ ET VALEUR «En effet, le non-être nest pas susceptible de valeur. Seul ce qui est peut avoir une valeur, et, dun autre côté, ce qui a de la valeur revendique lexistence ou la continuation de son existence […] Lexistence de valeurs dans le monde humain est une évidence. Tous les hommes nattribuent pas la même valeur aux choses, mais il semble indubitable que tout homme cultive des valeurs, dans le sens où chacun défend lexistence de certaines choses, quelles soient immatérielles ou matérielles. Lhomme est un être qui peut évaluer les choses. […] Au moins en un sens subjectif, lexistence de valeurs est un fait. Mais ce subjectivisme de la valeur nest pas suffisant car il peut être assimilé au relativisme : chacun élabore des valeurs propres à lui-même, nayant rien duniversel, et répondant à des inclinations personnelles. Et de ce relativisme des jugements de valeurs, il ny a quun pas à faire pour tomber dans le nihilisme.»

39 Free Powerpoint Templates Page 39 HUMANITÉ ET VALEUR «La valeur, étant subjective, donc relative, nexiste pas dune manière absolue. […] Cest pour réfuter les objections nihilistes de ce genre que Jonas recherche une objectivité de la valeur. Mais où pouvons-nous trouver la présence dune valeur objective, indépendante de jugement subjectif ? Cette présence objective de valeurs […] il sagit de la vie. Nous avons vu que lêtre, au travers du vivant, saffirme lui-même : la vie est une fin objectivement présente dans la nature. […] Nous avons déjà montré quil est possible dassigner des fins à la nature. La vie, si elle nest peut-être pas la seule fin que poursuit la nature, en est une. Si nous comprenons la valeur dans son sens objectif, nous pouvons alors assigner des valeurs à la nature […] Si la vie est une fin de lêtre, tout ce qui va dans le sens de laffirmation de la vie est un bien. La présence de fins précède celle de valeurs : la fin est ce en fonction de quoi quelque chose a de la valeur ou non.»

40 Free Powerpoint Templates Page 40 HUMANITÉ ET VALEUR «En outre, et surtout, quand bien même cette thèse relèverait dun choix métaphysique ne pouvant pas être prouvé, elle est appuyée par le phénomène de la vie, par lequel lêtre se prononce en faveur de lui-même. Nous avons vu que le métabolisme, lagir caractéristique du vivant, est un échange incessant entre lorganisme et son milieu, permettant à lorganisme de vivre. La vie est une lutte, une guerre. Elle doit sans cesse saffirmer, car soumise en permanence à la possibilité de la mort. […] La vie est donc un phénomène qui nous montre que lêtre se prononce toujours en faveur de lui- même. Cette affirmation de lui-même est mise en relief par la possibilité toujours présente du non-être à laquelle est soumis tout vivant. […] Dans notre première partie, nous avons vu que cest en considérant la finitude de son existence que lhomme peut donner un sens à sa vie et vivre authentiquement. En ce sens, cest la mort qui permet à lhomme de donner de…»

41 Free Powerpoint Templates Page 41 HUMANITÉ ET VALEUR «…la valeur à son existence, notamment en se posant des fins. Nous retrouvons ici le même rapport entre lêtre et le non-être. Cest également la menace du non-être qui fait ressortir la valeur de lêtre. Cest en se positionnant contre le non-être, que lêtre apparaît comme une affirmation. Cest parce quil y a la possibilité de la mort que la vie apparaît comme une valeur que pose lêtre : il y a une positivité du négatif. […] Cest donc, en dernière analyse, sur le témoignage de la vie elle-même que Jonas fait reposer son intuition de la présence de valeurs dans lêtre. Ce nest certes pas une certitude, mais pouvons-nous attendre un savoir assuré de la part de la métaphysique ? […] Mais la métaphysique que nous propose Jonas est une métaphysique rationnelle. Dans le pire des cas, le modèle que nous soumet Jonas peut nêtre quune possibilité, une vision possible, parmi dautres, du monde. Mais il nous semble quil a pour lui de répondre à une intuition très forte que tout…»

42 Free Powerpoint Templates Page 42 HUMANITÉ ET VALEUR «…un chacun peut avoir en contemplant les êtres vivants. Nous avons donc vu que la valeur peut être objectivement présente dans lêtre. Cela revient à dire que le vivant implique son propre devoir-être, puisque la valeur est ce qui exige lexistence de son objet, la continuation de lexistence de celui-ci. Cependant, si nous en restons là, nous sommes face à une égalité de tout vivant : lhomme est un vivant parmi dautres et na aucune suprématie, la vie humaine na pas plus de valeur que celle dun autre organisme (Une telle position le rapprocherait alors du courant de lécologie profonde (deep ecology) […] Si Jonas a une conception moniste de la vie, nous avons également vu quil veut tenir compte du dualisme que lapparition de lhomme introduit dans la biosphère. Cette dualité de la pensée jonassienne se retrouve ici, dans le sens où cest avant tout lhomme quil sagit de préserver. Cest la raison pour laquelle le fondement biologique est nécessaire mais pas …»

43 Free Powerpoint Templates Page 43 HUMANITÉ ET VALEUR «…encore suffisant. Ce nest pas lexistence pure de lhomme quil faut préserver mais son existence proprement humaine. Mais en disant cela, ne nous contredisons-nous pas ? En effet, nous avons dit auparavant que lobligation dexister de lhomme précède celle de son être-tel. Cela signifie que la seconde obligation ne peut être tirée que de la première. Et pour Jonas, avec la première obligation (lhumanité doit exister), nous avons des comptes à rendre à lidée dhomme. Nous sommes responsables de celle-ci, et non véritablement des hommes à venir. Mais quest-ce que cette idée ? Tout dabord, cest une idée ontologique. Cela signifie quelle exige lexistence doccurrences : lidée dhomme exige la présence dhommes dans le monde. Lidée dhomme nous dit que lhomme doit continuer à être présent sur Terre. Mais que recouvre véritablement cette idée ? Nest-ce pas orgueilleux de prétendre que nous savons ce quest lhomme ?»

44 Free Powerpoint Templates Page 44 HUMANITÉ ET VALEUR «Jonas nous propose en effet une certaine idée de lhomme, mais pouvons-nous dire que cest lidée dhomme ? […] Lidée dhomme est donnée grâce à lheuristique de la peur. Cest grâce à la prévision dune déformation de lhomme que nous pouvons nous faire une idée de lhomme […] Pour appuyer cela, Jonas nous rappelle que la bonne santé est un bien quil est difficile dappréhender en soi. Cest souvent grâce à la maladie que la bonne santé apparaît un bien. Ainsi lheuristique de la peur est-elle indispensable pour léthique de la responsabilité : cest en anticipant les dangers qui peuvent mettre en jeu lhomme que nous pouvons nous procurer « le concept dhomme quil sagit de prémunir.» […] Mais la connaissance sur lhomme que nous apporte lhistoire est une connaissance de type phénoménologique. Or ce que cherche Jonas, cest une connaissance de type ontologique : il sagit de découvrir lidée ontologique de lhomme, cest-à-dire ce qui fait que lhomme doit exister. »

45 Free Powerpoint Templates Page 45 HUMANITÉ ET VALEUR «Comme nous lavons déjà vu, cest à la métaphysique quil revient de nous dire pourquoi lhomme a lobligation dexister. Mais nous avons également évoqué le fait que la métaphysique ne peut nous apporter aucune certitude. […] Que la responsabilité soit ce qui fait que lhomme vaut la peine dexister, cela nest pas sans rappeler la morale kantienne. Dans les Fondements de la métaphysiques des mœurs, Kant défend que lhomme est une fin en soi, doù limpératif pratique : « Agis de telle sorte que tu traites lhumanité aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen. » (2ème section, trad. Victor Delbos.). Et si lhomme est une fin en soi, cest grâce à sa moralité. Sa capacité dêtre moral fait sa dignité. « la moralité est la condition qui seule peut faire quun être raisonnable est une fin en soi ; car il nest possible que par elle dêtre un membre législateur dans le règne des fins.»

46 Free Powerpoint Templates Page 46 HUMANITÉ ET VALEUR «[…] le fait davoir des fins ait de la valeur repose, en dernière instance, sur une intuition. En ce qui concerne la responsabilité, la même question se pose : a-t-elle de la valeur ? Et ici aussi, la réponse est la même. Cest encore sur une intuition que repose lattribution dune valeur à cette capacité de responsabilité. Mais rationnellement, il nous semble tout à fait acceptable de soutenir que la capacité dêtre responsable caractérise lhomme et le rend digne dexister. Cest donc la responsabilité elle-même qui fait que lhomme doit exister. La responsabilité est au moins une raison pour laquelle lhomme a lobligation dexister, ou encore : la responsabilité est entre autres ce qui fait que la vie de lhomme vaut la peine dêtre vécue. Cest ce qui distingue lhomme des autres vivants, et donc ce qui fait que la responsabilité est avant tout celle de lhomme envers lhomme […] Si nous sommes également responsables de la préservation de la nature, cest avant tout parce que le destin de lhomme est indissociable de celui de la nature […]»

47 Free Powerpoint Templates Page 47 LE SENTIMENT DE RESPONSABILITÉ «Nous avons vu, jusquà présent, que lexistence dune humanité future, véritablement humaine, est une obligation pour lhomme. La vie humaine a plus de valeur que sa disparition, notamment du fait de la capacité de lhomme à être responsable. Les dirigeants politiques, à qui sadresse prioritairement Jonas, doivent donc permettre la présence dhommes sur Terre dans un futur indéterminé. […] Lune des formulations possibles de ce principe est la suivante : « jamais lexistence ou lessence de lhomme dans son intégralité ne doivent être mises en jeu dans les paris de lagir ». Mais il peut encore être exprimé ainsi : « Agis de façon que les effets de ton action soient compatibles avec la Permanence dune vie authentiquement humaine sur terre ». Ou bien encore : « Inclus dans ton choix actuel lintégrité future de lhomme comme objet secondaire de ton vouloir ». Nous en avons vu les fondements…» *

48 Free Powerpoint Templates Page 48 LE SENTIMENT DE RESPONSABILITÉ «…(biologiques et métaphysiques) auparavant. Le problème qui se pose alors est de savoir comment nous devenons responsables. En effet, concevoir une obligation absolue pour lhomme dexister est une chose, sen sentir responsable en est une autre. Or lhomme politique doit se sentir responsable de lhumanité future avant de faire tout son possible pour la préserver, et dagir de manière responsable. Le problème qui se pose alors est de savoir comment nous devenons responsables. En effet, concevoir une obligation absolue pour lhomme dexister est une chose, sen sentir responsable en est une autre. Or lhomme politique doit se sentir responsable de lhumanité future avant de faire tout son possible pour la préserver, et dagir de manière responsable. Pour Jonas, le sentiment de responsabilité précède en effet lagir responsable : ce nest quà partir du moment où je me sens responsable de quelque chose que je vais agir dune manière responsable […]»

49 Free Powerpoint Templates Page 49 LE SENTIMENT DE RESPONSABILITÉ «En ce qui concerne les générations futures, le problème est justement quelles sont futures, pas encore actuelles. En ce sens, nous ne sommes pas directement concernés par les problèmes à long terme que peut occasionner lusage excessif, massif, de produits technoscientifiques et qui toucheront, a priori, surtout nos descendants plus ou moins lointains. Comment, alors, nous sentir responsables de nos actions qui, dans le pire des cas, naffecteront que létat futur de lhomme ? […] Cest en effet pour que les hommes politiques préservent la possibilité dune humanité future véritable que Jonas fonde en raison cette obligation. Cest parce que son éthique doit être appliquée par les hommes politiques que Jonas considère que la responsabilité ne doit pas en rester au stade du sentiment et doit, au contraire, être fondée : le savoir concernant la responsabilité doit « dabord être mis à labri du …»

50 Free Powerpoint Templates Page 50 LE SENTIMENT DE RESPONSABILITÉ «…soupçon dêtre arbitraire, autrement dit il ne doit pas rester confié au sentiment mais il doit se légitimer théoriquement ». Fonder rationnellement la responsabilité envers les générations futures est nécessaire afin que les dirigeants politiques soient convaincus dune telle obligation et agissent, ensuite, en conséquence. Cest parce que léthique de la responsabilité doit pénétrer la pratique quelle doit dabord être justifiée. Cependant, le sentiment de responsabilité vient avant la légitimation théorique. Cest sans aucun doute parce que Jonas sest senti responsable des hommes à venir quil sest évertué à fonder théoriquement sa pensée. Mais Jonas nest évidemment pas le premier philosophe à souligner limportance du sentiment. Comme il le rappelle lui-même, les philosophes, du moins certains, lui ont toujours accordé une certaine importance dans le domaine de la morale : …»

51 Free Powerpoint Templates Page 51 LE SENTIMENT DE RESPONSABILITÉ «…« Que le sentiment doive sajouter à la raison pour que le bien objectif puisse dominer notre volonté que donc la morale qui doit commander aux affects ait elle-même besoin dun affect les philosophes moralistes en avaient conscience depuis longtemps ». Que lon pense, par exemple, à léros chez Platon, à la charité dans le christianisme ou bien encore au respect chez Kant. Dans le premier cas, cest par amour, par désir que lhomme fait le bien. En ce qui concerne la religion chrétienne, limportance du sentiment, que ce soit lamour ou bien la crainte, est évidente. Même chez un philosophe de la subjectivité comme Kant, laspect émotionnel de la morale est pris en considération, notamment au travers du respect pour la loi morale en lhomme. […] Chez Platon, léros est désir dun bien intemporel : lidée de Bien. Par cette orientation vers léternel, lhomme, en tant quêtre fini, cherche à se …»

52 Free Powerpoint Templates Page 52 LE SENTIMENT DE RESPONSABILITÉ «…rendre lui-même éternel, à participer à limmortalité. […] Lobjet de léros vient donc transcender lhomme et lui permet de sélever vers léternité. […] Pour Platon, léternel représente donc être ce qui motive le désir humain. De même, dans la morale chrétienne, cest limmortalité qui, en dernière instance, motive la bonté. Nest-ce pas en effet le désir daccéder au paradis à la fin de sa vie qui motive un croyant à faire le bien autour de lui ? Nest-ce pas pour se rapprocher dun Dieu infini que lhomme essaie dêtre bon et charitable ? En tout cas, cest un bien intemporel, éternel, impérissable qui semble être le motif essentiel de la charité chrétienne. De ces deux conceptions, Jonas reprend lidée que cest un objet qui motive lagir moral. Ce nest pas lesprit de lhomme qui lincite à se comporter moralement. Il soppose ainsi à Kant pour qui « le devoir est la nécessité daccomplir une action par respect pour la loi.»

53 Free Powerpoint Templates Page 53 LE SENTIMENT DE RESPONSABILITÉ «Ce qui anime le respect, chez Kant, nest autre que la loi morale elle-même (à savoir agir de façon que la maxime de mon agir puisse être élevée au rang duniversalité). Cest, dun point de vue subjectif, par respect pour la loi morale que lhomme doit agir raisonnablement. Pour Jonas, ce qui suscite un tel comportement est au contraire extérieur à lesprit, cest un objet au-dehors de la conscience. Cependant il soppose à Platon et à la morale chrétienne dans le sens où il considère que ce qui touche notre sensibilité et, donc, ce qui pousse à agir moralement, à être responsable, nest autre que le périssable : « Lobjet de la responsabilité est le périssable en tant que périssable » […] La réponse jonassienne à cette question repose sur un constat : lhomme (du moins certains individus) éprouve un sentiment de responsabilité vis-à-vis de ce qui est fragile.»

54 Free Powerpoint Templates Page 54 LE SENTIMENT DE RESPONSABILITÉ «Un tel sentiment peut être perçu dans le monde humain. Le fait de se sentir responsable de ce qui peut disparaître est un fait empirique : il y a une phénoménalité de ce sentiment. Largument de Jonas a donc la forme générale suivante : le précaire est ce qui motive le sentiment de responsabilité car il existe un tel sentiment face à ce qui est fragile. Le paradigme du nouveau-né est peut-être ce qui permet le mieux de comprendre cette idée. Pour Jonas, la responsabilité parentale envers leur progéniture est « larchétype de tout agir responsable ». Ce comportement, dabord de lordre de linstinct, représente pour lui lorigine de lidée de responsabilité. Au cœur de lenfant qui vient de naître saffirme un devoir-être, un vouloir-vivre, un « oui ». Mais le nourrisson ne peut, laissé à lui-même, survivre : cest un être précaire, périssable, exposé fortement à la menace du non-être.»

55 Free Powerpoint Templates Page 55 LE SENTIMENT DE RESPONSABILITÉ «Son devoir-être, cest-à-dire en premier lieu sa survie, appelle un devoir-faire de la part des parents. […] La responsabilité des parents est une réponse à cet appel de lêtre qui sexprime à travers le souffle fragile de leur enfant. Elle est ainsi un exemple de sentiment de responsabilité suscité par le précaire. Mais cest parce que les parents ont un pouvoir causal sur la survie ou non de lenfant quils peuvent être dits responsables de leur enfant. […] Il nous semble que cette possibilité de se laisser ou non affecté par ce qui semble pourtant exiger de nous un certain comportement peut se voir chaque jour dans lattitude de lhomme possédant un certain confort matériel à légard des personnes en difficultés et des sans domicile fixe. Face à un mendiant qui nous demande un peu dargent pour tout simplement assurer sa survie, nous avons la possibilité de nous émouvoir de sa situation précaire et alors de lui …»

56 Free Powerpoint Templates Page 56 LE SENTIMENT DE RESPONSABILITÉ «…donner de largent ou au moins un peu de chaleur humaine, un simple regard. Un tel sentiment relève de la responsabilité. […] Mais une autre possibilité réside en lhomme : lindifférence. Nous pouvons en effet ne pas nous sentir, ou plutôt ne pas nous laisser affecter par la misère et la fragilité dautrui. […] Le problème de la responsabilité réside donc dans le sentiment de celle-ci : nous avons toujours la possibilité de ne pas ouvrir notre cœur et de ne pas nous laisser affecter par la faiblesse dun objet dont nous tenons lexistence entre nos mains. […] Si la première obligation de léthique davenir que nous soumet Jonas est de se procurer une idée des effets lointains de nos technosciences, notamment les effets qui peuvent mettre en jeu prématurément lexistence de lhumanité, la mobilisation du sentiment adéquat à cette anticipation des effets négatifs possibles dans lavenir en est la …»

57 Free Powerpoint Templates Page 57 LE SENTIMENT DE RESPONSABILITÉ «…seconde obligation. A partir de la prévision dune déformation de lêtre-tel de lhomme ou de la menace sur son existence elle-même du fait de dérèglements de lécosystème, nous devons mobiliser le sentiment adéquat. En loccurrence, il sagit de la crainte, du moins dans un premier temps. Confronté à un scénario sombre quant à létat ou lexistence futurs de lhomme, nous devons craindre pour lhumanité : nous devons éprouver de la crainte à lidée que lhumanité puisse disparaître à cause delle-même, de nous-mêmes. Il ne sagit pas davoir peur pour nos propres enfants, notre descendance, mais pour lhumanité elle-même, en termes métaphysiques : nous devons craindre une déformation ou une disparition de lidée dhomme. […] Mais comment avoir peur pour quelque chose qui ne semble pas du tout nous concerner ? Comment se laisser émouvoir par une représentation de quelque chose qui nexiste pas …»

58 Free Powerpoint Templates Page 58 LE SENTIMENT DE RESPONSABILITÉ «…encore (la disparition de lhumanité), qui ne nous concerne pas, du moins pas directement (lhumanité future) ? […] La crainte que nous devons éprouver, à lidée que lhumanité puisse disparaître, nest pas pathologique, physique mais au contraire une sorte dattitude spirituelle à adopter. Cela revient à se rendre compte que lhumanité vaut la peine dexister, que nous ne devons pas la mettre en jeu et, dun autre côté, sapercevoir que nous sommes dans un système de fonctionnement mondial, global, qui augmente sans cesse sa consommation, donc la pollution et met en jeu, à court terme, de nombreuses espèces vivantes, à long terme, la vie humaine. Car ce nest quà partir du moment où le danger savère probable que nous pouvons réellement craindre pour les hommes à venir. Lidée dhomme, qui permet de savoir pourquoi lhomme doit exister, engendre un impératif catégorique : lhomme doit exister.»

59 Free Powerpoint Templates Page 59 LE SENTIMENT DE RESPONSABILITÉ «La possibilité que lhomme disparaisse doit donc être crainte. Mais la crainte ne nous semble pas être le moteur essentiel de léthique jonassienne. […] Même si lheuristique de la peur est essentielle, notamment pour découvrir les principes éthiques qui sous-tendent léthique de la responsabilité, il nous semble que le sentiment qui guide la responsabilité est avant tout un sentiment positif. Cest le sentiment damour pour ce qui est, que ce soit lhomme ou les autres produits de lévolution. […] Cest en attribuant de la valeur, ou plutôt cest en reconnaissant la valeur de lhomme que nous pouvons alors vouloir défendre sa perpétuation la plus longue possible. La crainte nest alors que lautre de lamour. Nous ne pouvons craindre pour lexistence des générations futures que si nous aimons lhumanité, que si nous nous rendons compte que lhumanité est aimable, appréciable.»

60 Free Powerpoint Templates Page 60 LE SENTIMENT DE RESPONSABILITÉ «Ce que nous voulons dire cest que, sil sagit bien déprouver une certaine répulsion mentale à lidée que le mode de vie actuel des sociétés occidentales peut mettre en jeu lun des fruits les plus étonnants de lévolution, le véritable sentiment qui peut susciter la responsabilité est lamour. […] Lêtre se prononce en faveur de lui-même au travers de la vie. Lhomme, en se portant responsable de ce qui peut être amené à disparaître, cest-à-dire le vivant et, en premier lieu, lui-même, prolonge dune manière consciente un souci qui nest quà létat inconscient dans lêtre : le vouloir vivre. Le sentiment de responsabilité est alors lexpression consciente du « oui » qui traverse lêtre. Se sentir responsable de lexistence de lhumanité future, cest finalement ressentir laffirmation de lêtre et la valeur objective de cette affirmation. Le sentiment de responsabilité est donc quelque chose que lhomme reçoit de lêtre lui-même.»

61 Free Powerpoint Templates Page 61 LA RÉALITÉ DE LA MENACE TECHNOLOGIQUE «Nous avons évoqué le fait que les sciences ne doivent se soumettre à la morale que dans la mesure où elles pénètrent la réalité : Jonas ne soppose pas aux sciences en elles-mêmes mais aux nouvelles technologies issues delles qui, du fait de leur utilisation massive, mettent en danger la possibilité dune existence future de lhumanité. En outre, il ne sagit pas de refuser toutes les inventions technoscientifiques. Certaines sont, pour certains dentre nous, désormais indispensables pour continuer à vivre. Nous pourrions penser que la véritable menace que fait peser la technique sur lhumanité est le nucléaire. Les centrales nucléaires, les usines de retraitement, si elles venaient à connaître des avaries sérieuses ou à être lobjet dattentat, seraient la cause dune destruction au moins importante, si ce nest totale, de lhumanité. Lautre menace que le nucléaire fait peser sur nous aurait des …» *

62 Free Powerpoint Templates Page 62 LA RÉALITÉ DE LA MENACE TECHNOLOGIQUE «…conséquences tout autant dramatiques : nous évoquons ici à la possibilité dune guerre mondiale atomique qui, si elle était à grande échelle, aboutirait sûrement à lextinction de lhomme. Mais ce nest pas à ce genre de menace technologique que pense avant tout Jonas. Dressant un panorama rapide de la philosophie du XXème siècle, et notamment de la philosophie après la seconde guerre mondiale, Jonas soutient que « parmi les événements de lépoque figura Hiroshima, et ce choc, perpétué par la course aux armements atomiques qui sensuivit, fut le premier déclencheur dune réflexion nouvelle, angoissée, sur la technique dans le monde occidental » Cependant, cette menace constante danéantissement collective qua démontrée le tragique exemple dHiroshima nest pas ce qui a poussé Jonas à écrire son Principe : « ce qui mamena à léthique comme à une tâche vitale et…»

63 Free Powerpoint Templates Page 63 LA RÉALITÉ DE LA MENACE TECHNOLOGIQUE «…toujours plus pressante, ce nétait pas tellement le danger dun brusque holocauste atomique que tout compte fait lon pouvait toujours prévenir.» Mais quelle menace technoscientifique peut donc planer sur la vie humaine ? Quel type de technologie pourrait être à lorigine dune disparition précoce de lhumanité ? La réponse est simple : cest lensemble de notre technologie. Le danger viendrait ainsi de « leffet cumulatif apparemment inéluctable de la technologie telle quelle sexerce quotidiennement dans ses formes les plus pacifiques. […] Leffet cumulatif des technologies fait que ce qui inquiète Hans Jonas, « cest lusage pacifique quotidien que nous faisons de notre pouvoir et sur lequel repose toute notre existence civilisée avec son confort (conduire sa voiture, prendre lavion, etc.), avec labondance extraordinaire de biens dont nous disposons.»

64 Free Powerpoint Templates Page 64 LA RÉALITÉ DE LA MENACE TECHNOLOGIQUE «Toutes choses nullement répréhensibles dun point de vue morale, mais dont lusage prépare à la longue un sort bien plus inquiétant que la bombe nucléaire. » Cest donc lensemble de nos technologies, du fait de son effet cumulatif, qui mettrait en danger lexistence des générations futures. Ce nest donc pas aux sciences en elles-mêmes, ni même aux technosciences que Jonas soppose, mais plutôt aux technosciences en tant quelles mettent au jour des produits qui, de par lutilisation massive que lhomme en fait, risquent de menacer rapidement lexistence de lhomme, notamment, comme nous allons le voir, en détruisant les conditions de possibilité de la vie humaine. Ayant pour but daméliorer lêtre de lhomme, lui permettant entre autre de gagner du temps, dêtre plus productif, de pouvoir choisir parmi une liste de produits de plus en plus variée, de pouvoir manger ce…»

65 Free Powerpoint Templates Page 65 LA RÉALITÉ DE LA MENACE TECHNOLOGIQUE «…quil lui plaît (tout ceci ne concernant quapproximativement 20% de la population mondiale), ayant en bref le but de permettre un être déterminé de lhomme, un certain mode de vie et un confort de plus en plus important, la technique mettrait en jeu, en fin de compte, lêtre lui-même de lhomme. […] Si nous acceptons lidée que lavenir de lhomme est menacé de notre fait, nous ne pouvons pas ne pas vouloir changer nos modes de vie, à moins de ne pas nous sentir responsables. Mais pour éviter une telle catastrophe, les changements devraient être radicaux, et ce dautant plus que nous attendrions avant dagir. La radicalité de la nouvelle conduite à adopter (qui reviendrait à se séparer dun grand nombre de produits technoscientifiques et à modifier notre mode de consommation en général) est une des raisons pour lesquelles la connaissance des effets négatifs de nos nouvelles…»

66 Free Powerpoint Templates Page 66 LA RÉALITÉ DE LA MENACE TECHNOLOGIQUE «…technologies et de leur usage de manière massive doit être fiable, crédible. Car peu dhommes seraient prêts à abandonner leur confort technologique sous prétexte quil y a une chance infime que ce confort mette en jeu la vie des générations futures. […] Si loptimisme aveugle est assimilable à de linconscience et de lirresponsabilité de la part de nos représentants politiques, un pessimisme irrationnel ne le serait pas moins. Lhypothèse dun danger réel que court lhomme par ses inventions technologiques doit faire preuve dun réalisme scientifique. Nous essaierons donc, dans cette dernière analyse de la responsabilité envers les générations futures, de voir si nous pouvons considérer le risque que nous fait courir la technique comme réel. Le réalisme dun tel « scénario- catastrophe », digne de certaines grosses productions hollywoodiennes, serait alors un moyen efficace pour…»

67 Free Powerpoint Templates Page 67 LA RÉALITÉ DE LA MENACE TECHNOLOGIQUE «…stimuler le sentiment de responsabilité envers lhumanité future, envers nos descendants, qui plus est si la menace devait apparaître plus tôt que nous le pensons. Nous retrouverions alors la crainte et le rôle important quelle peut jouer dans notre prise de responsabilité, du moins dans celle de nos responsables politiques. Nous pourrions croire que la pollution est un phénomène relativement récent, apparu au plus tôt à partir de lindustrialisation au XIXème siècle. Mais la contamination, par exemple, des nappes phréatiques et des eaux superficielles nest pas caractéristique des deux derniers siècles. « Malgré une opinion fort répandue, les pollutions ne constituent en aucun cas un problème récent ou un phénomène épisodique. Leurs origines remontent aux époques protohistoriques lorsque se constituèrent les premières cités souillées par les ruisseaux découlement des eaux…»

68 Free Powerpoint Templates Page 68 LA RÉALITÉ DE LA MENACE TECHNOLOGIQUE «…usées domestiques et par lentassement dans les rues des ordures ménagères et autres résidus. […] Nous savons aujourdhui que lhomme est à lorigine de lextinction de certaines espèces animales et végétales. Si lexistence de lhomme a sans doute eu cette conséquence dès son apparition, lextermination sans cesse croissante de nombreuses espèces vivantes du fait de la modification des écosystèmes est, rapportée à léchelle de la vie de lhumanité, relativement récente. La menace de la pollution sur la vie de certains vivants, liée à lusage toujours plus important de technologies par lhomme, est un fait avéré. Mais nous pouvons penser que lhomme ne figurera jamais sur la liste des espèces disparues à cause dune dégradation de lenvironnement. Il faut donc préciser les conséquences écologiques quont les utilisations massives et répétées par plusieurs millions dindividus de certains objets issus des technosciences.»

69 Free Powerpoint Templates Page 69 LA RÉALITÉ DE LA MENACE TECHNOLOGIQUE «Lutilisation importante dengrais chimiques et de pesticides peut aussi être lune des causes dune disparition prématurée de lhomme. Le recours à des agents chimiques en vue de permettre une meilleure récolte nest pas inoffensif pour léquilibre des écosystèmes et pour la santé humaine. En effet, les animaux ou les végétaux nuisibles (pour une culture donnée) sadaptent petit à petit aux différents pesticides, ce qui fait que les pesticides employés doivent être de plus en plus puissants et la quantité utilisée de plus en plus élevée. […] En ce qui concerne leau, la dégradation de la qualité de celle-ci nest pas la seule menace qui plane sur nous. En effet, leau potable ne représente quun pourcentage infime (environ 3%) de leau présente sur Terre. Si le cycle de leau est fermé, une certaine quantité deau est tout de même perdue (du point de vue de la consommation).»

70 Free Powerpoint Templates Page 70 LA RÉALITÉ DE LA MENACE TECHNOLOGIQUE «Si la qualité de leau se dégrade, sa quantité diminue également. A lheure actuelle, « il demeure en ce monde de leau buvable pour moins de cinquante ans […]. Certaines références prévoient quavant 2020 toutes les catégories de populations du globe ressentiront un manque deau ». Cela revient à dire que, si nous ne changeons pas notre façon de vivre et de consommer, le manque deau sera à lorigine de la disparition de lhomme. […] Nos ressources en énergies sont limitées et doivent donc être consommées avec parcimonie ; la combustion dénergie, si elle est trop importante, menace dangereusement lhumanité, notamment à cause du réchauffement climatique quelle entraîne, et doit donc être réduite. La réduction de notre consommation dénergie est une nécessité si nous voulons transmettre la possibilité de la vie humaine à nos descendants les plus lointains possibles.»

71 Free Powerpoint Templates Page 71 LA RÉALITÉ DE LA MENACE TECHNOLOGIQUE «Il ne sagit pas de sopposer à tous les produits issus des technosciences mais de faire un tri entre lutile et le futile, entre le nécessaire et le superflu. […] Une dégradation de lenvironnement se répercute sur le vivant par lextinction despèces. Cette dégradation, quelle concerne lair, la terre ou leau, est réelle. Son augmentation dannée en année est désormais un fait. Il nous semble avoir montré que le danger que fait courir sa technologie à lhomme lui-même est réel. Ce nest pas seulement une probabilité. Si nous continuons de vivre au même rythme effréné, la nature ne pourra bientôt plus nous accepter. Que ce soit lié directement ou indirectement aux technologies, celles-ci nous font courir un risque que nos responsables politiques ne mesurent peut-être pas encore dans toute sa portée : lextinction de lespèce humaine. […] Il est fortement vraisemblable que lhomme disparaisse dici quelques siècles sil ne modifie pas sa façon de vivre et sil ne réduit pas ses déchets.»

72 Free Powerpoint Templates Page 72 DAMNÉS DE LA TERRE ET UTOPIE TECHNOLOGIQUE «[…] Nous défendrons, dans un premier temps, lidée selon laquelle lutopie technologique, si nous nous plaçons du point de vue des populations démunies et affamées, est à dénoncer et à combattre. Nous verrons ensuite quau-delà des particularités communautaires, une transcendance de léthique par luniversel est une nécessité : au-delà des lois et morale dun pays propres à lui-même et à sa propre population, la précarité dune partie, qui plus est majoritaire, de la population mondiale nous oblige à élargir les frontières dapplication de la justice sociale. […] Les nouvelles technologies sont un luxe pour la majorité des hommes peuplant la planète. Pour schématiser, il y a dun côté des hommes qui peuvent regarder la télévision, utiliser une voiture, « surfer » sur Internet, bénéficier des dernières avancées de la technologie, manger à leur faim et même davantage ; de lautre côté, …» *

73 Free Powerpoint Templates Page 73 DAMNÉS DE LA TERRE ET UTOPIE TECHNOLOGIQUE «…des hommes qui nont pas ou à peine de quoi se nourrir, qui nont pas les moyens de bénéficier des progrès sanitaires et médicaux, qui nont pas de toit, ou possèdent un abris vétuste, souvent insalubre. Si cette vision du monde est certes caricaturale, les inégalités sont pourtant loin davoir disparues avec le libéralisme et la mondialisation des échanges. […] Le problème moral posé par cette inégalité flagrante, dautant plus visible avec les moyens actuels dinformation dans les pays développés, nous semble être lun des principaux problèmes (avec celui des conséquences négatives pour lhomme de lutilisation importante des objets technologiques) que lhumanité aura à résoudre durant ce siècle commençant. Nous aurons dailleurs loccasion de montrer que laisser quelquun mourir de faim nest pas moins grave que de le tuer. Si nous souhaitons souligner limportance de ce problème, …»

74 Free Powerpoint Templates Page 74 DAMNÉS DE LA TERRE ET UTOPIE TECHNOLOGIQUE «…cest aussi parce quil nous semble que Hans Jonas lui-même lui en accorde. Il suffit pour sen rendre compte de relever que linégalité est abordée dans le dernier chapitre du Principe responsabilité et que cette partie de louvrage est dune importance capitale pour largumentation générale. Ce même thème apparaît une seconde fois dans la pensée jonassienne dans la conclusion dun texte fortement remarquable que nous avons déjà cité : le fardeau et la grâce dêtre mortel. […] En nous plaçant du point de vue des opprimés, lune des raisons est écologique. En effet, si la majorité des pays en voie de développement est écartée de la sphère de la sur- consommation, elle hérite pourtant dinconvénients liés à la production, notamment daliments, pour cette consommation. Lutilisation excessive dengrais, si elle a fortement reculé dans les pays au niveau de vie élevé, existe toujours…»

75 Free Powerpoint Templates Page 75 DAMNÉS DE LA TERRE ET UTOPIE TECHNOLOGIQUE «…dans les pays les plus pauvres. Outre la contamination des sols et leur appauvrissement progressif, cela nest pas sans poser des problèmes de santé. […] Dune manière générale, les industries les plus polluantes sont délocalisées vers les pays en voie de développement. « les pays en développement sont mal protégés contre les dangers de pollution, ils ne possèdent pas de législation aussi contraignante que celle des pays riches. Ils sont donc des lieux possibles dimplantation des usines les plus dangereuses ». Les pays riches bénéficient ainsi de produits dont lélaboration coûte cher aux pays pauvres : le prix est écologique et sanitaire. Enfin, lexploitation de certains ouvriers du tiers monde par de grandes firmes multi-nationales, certaines étant pourtant très réputées, nous pousse à adopter une attitude critique face à lutopie technologique qui a envahit le monde humain.»

76 Free Powerpoint Templates Page 76 DAMNÉS DE LA TERRE ET UTOPIE TECHNOLOGIQUE «Il nest pas sûr que lesclavage fasse partie du passé. Il faut même se rendre à lévidence que le système économique actuel favorise la domination dun petit nombre dhommes sur la majorité de lhumanité. […] Mais au-delà dune quelconque imputation causale, il nous semble quune aide humanitaire conséquente est une obligation qui émane objectivement des populations en détresse et oblige absolument nos sociétés au train de vie aisé. Ce que lhumanité doit faire pour ses descendants, elle le doit tout autant aux générations présentes qui sont fortement exposées à la menace du non-être. Lanalyse jonassienne de la valeur unique de la vie humaine, si elle vaut pour lhumanité, vaut également pour tout individu singulier. […] La possibilité de la vie humaine est un bien en soi que doit préserver lhomme. Nous ne devons pas empêcher lexistence dhomme dans un futur éloigné : tel est le…»

77 Free Powerpoint Templates Page 77 DAMNÉS DE LA TERRE ET UTOPIE TECHNOLOGIQUE «…commandement premier pour lhumanité exposé dans l œuvre éthique de Jonas. […] La critique jonassienne des technosciences se fonde sur lobligation qua lhomme dexister et sur le fait que lutopie technologique est en contradiction avec cet impératif. La nécessité de lexistence des générations futures est ainsi largument principal permettant de sopposer à notre façon technologique de vivre. Cependant, si la critique des produits issus des technosciences a pour fin de préserver la possibilité dune existence future de lhomme, il nous semble quune autre fin est visée : une meilleure égalité mondiale, une réduction des inégalités entre nantis et damnés. […] Les générations futures sont certes ce quil sagit de préserver ultimement mais il nous semble que cette préservation sert didée régulatrice, de limite ultime pour laction humaine et que laide des populations actuellement en péril est le …»

78 Free Powerpoint Templates Page 78 DAMNÉS DE LA TERRE ET UTOPIE TECHNOLOGIQUE «…véritable but de léthique jonassienne. Léthique que nous propose Jonas poserait ainsi un horizon que doit permettre lagir humain (lexistence de générations futures) mais viserait surtout une meilleure répartition des conditions de vie. Nous avons vu que lavenir de lhumanité est déjà menacé par le mode de vie de nos sociétés, de notre « civilisation technologique » pour reprendre le sous-titre du Principe. Cet avenir se trouve dautant plus assombri quun grand nombre dhommes na pas encore accès au confort technologique et risque de bientôt y accéder, ce que finalement vise le mouvement de la mondialisation. Lextension du vivre technologique saccompagnerait nécessairement dune augmentation des rejets polluants, notamment issus de la production dénergie, et donc, en dernière analyse, dun risque chaque jour grandissant de voir lhumanité disparaître prématurément.»

79 Free Powerpoint Templates Page 79 DAMNÉS DE LA TERRE ET UTOPIE TECHNOLOGIQUE «Lhumanité ne peut donc pas se permettre détendre le mode de vie dune minorité (dont nous faisons partie) à lensemble des êtres humains. […] Nous pouvons tout dabord penser quun niveau de vie faible pour une partie de lhumanité est une conséquence nécessaire et acceptable du libéralisme. Nous rejoindrions ainsi la pensée de Rawls. Ce dernier, dans La théorie de la justice, énonce les deux principes quil juge être à lorigine de nos sociétés, notamment la société américaine. Ces deux principes sont justes car ils sont obtenus par des hommes placés « sous le voile dignorance » quant à leur future position sociale et qui doivent trouver un accord sur les principes dune société juste. Cette pure fiction, cette expérience de pensée permet de dégager les deux principes suivants : « En premier lieu : chaque personne doit avoir un droit égal au système le plus étendu de libertés de bases égales pour tous…»

80 Free Powerpoint Templates Page 80 DAMNÉS DE LA TERRE ET UTOPIE TECHNOLOGIQUE «…qui soit compatible avec le même système pour les autres. En second lieu : les inégalités sociales et économiques doivent être organisées de façon à ce que, à la fois, (a) lon puisse raisonnablement sattendre à ce quelles soient à lavantage de chacun et (b) quelles soient attachées à des positions et à des fonctions ouvertes à tous. » […] Il est alors possible de concevoir le néolibéralisme comme une lutte pour la survie où les plus forts (économiquement) et les plus entreprenants assurent leur survie pendant que les moins forts sont exposés à la famine et à la menace de la mort. Le marché et la bourse jouent le rôle dun filtre et élimine les individus qui nont pas su ou pas pu sadapter au système économique. La question est de savoir si un tel processus de sélection est acceptable et sil est humainement digne de laisser mourir des millions de gens. […] Que ce soit pour la raison que de nombreux…»

81 Free Powerpoint Templates Page 81 DAMNÉS DE LA TERRE ET UTOPIE TECHNOLOGIQUE «…hommes sont laissés à eux-mêmes à cause du néolibéralisme, ou parce que ce dernier nest pas compatible, tel quil se présente jusquà aujourdhui, avec un respect suffisant de la nature, il nous semble que notre système économique actuel doit être modifié ou être maîtrisé, jugulé par la sphère politique. […] Nous devons ici préciser que depuis le début nous avons pour présupposé que la course aux profits et la concurrence acharnée entre les entreprises, que le libéralisme économique aboutit à une augmentation et une diversification souvent excessive de loffre, dont celle de produits technologiques, et conduit à une augmentation sans cesse croissante des rejets polluants, participant ainsi activement au réchauffement de la planète, phénomène qui menace véritablement lhumanité. […] Lun des problèmes qui se pose, lorsque nous abordons le problème des …»

82 Free Powerpoint Templates Page 82 DAMNÉS DE LA TERRE ET UTOPIE TECHNOLOGIQUE «…inégalités et de lextrême dénuement de la majeure partie de la planète, est de savoir si nous pouvons élargir lapplication dune justice sociale au-delà des limites dune nation, dune communauté. La question est de savoir sil est possible de défendre que nous devons, en tant que pays au niveau de vie aisé, apporter une aide conséquente aux pays qui nont pas les mêmes moyens que nous, quitte à sacrifier un peu notre confort. Une communauté universelle est-elle possible ? […] La nécessité délargir le domaine dapplication de ce qui est juste ou non à la planète découle notamment du fait que les diverses pollutions ne connaissent elles-mêmes pas de frontières : elles se déplacent grâce aux grands cycles naturels de notre planète. Pour permettre à lhumanité future dexister et de bénéficier de conditions de vie acceptables, il faut dépasser les frontières et déterminer ce qui est bon ou mauvais, …»

83 Free Powerpoint Templates Page 83 DAMNÉS DE LA TERRE ET UTOPIE TECHNOLOGIQUE «…notamment en ce qui concerne lutilisation des différentes technologies, le niveau de vie et, en général, la consommation, en fonction des ressources naturelles mondiales et des limites physiques (mais certes difficilement assignables) de la planète. Car cest de notre survie à tous dont il sagit. Nous pouvons espérer quaucune des générations actuellement présentes sur Terre ne connaîtra lapocalypse qui semble nous menacer, mais elle concernera certainement nos descendants (directs ou indirects) plus ou moins lointains. Eviter lextinction prématurée de lespèce humaine est, comme nous lavons montré, une nécessité. Cela exige une politique mondiale orientée vers le développement durable, tenant compte des limites de tolérance de la nature. […] De même, le fait que la plus grande partie de lhumanité na pas le droit de bénéficier de conditions de vie satisfaisantes nous oblige à repenser le système économique de nos sociétés.»

84 Free Powerpoint Templates Page 84 DAMNÉS DE LA TERRE ET UTOPIE TECHNOLOGIQUE «Nous ne pouvons pas nous satisfaire dun mode de fonctionnement qui exclut de nombreuses personnes de ses avantages. Nous avons vu en outre que nous ne pouvons pas étendre le système économique actuel à la planète entière, sous peine de voir considérablement se raccourcir lespérance de vie de lhumanité. Cest ici que se croisent le problème écologique et le problème de laide humanitaire et cest en ce sens que nous pouvons voir dans ce second problème à la fois un argument pour lutter contre lutopie technologique et le véritable but de léthique jonassienne. « Quune humanité future soit » est une obligation qui vient limiter lagir humain. […] Nous pourrions alors penser que ce devoir doit se traduire par un élargissement de notre système de vie, de notre confort aux pays défavorisés. Mais lobligation dexister de lhumanité et le danger que fait peser sur cette dernière notre…»

85 Free Powerpoint Templates Page 85 DAMNÉS DE LA TERRE ET UTOPIE TECHNOLOGIQUE «…civilisation technologique nous linterdisent. Face à cette impossible universalisation de la maxime (technologique) de nos actes, il est alors nécessaire de modifier notre propre façon de vivre afin de pouvoir létendre aux pays défavorisés. Cependant, un abaissement du niveau de vie des sociétés économiquement les plus développées ne créent en aucun cas la destruction des différentes appartenances communautaires. Il est nécessaire que les politiques des différents pays tiennent en considération lavenir de lhumanité et la situation actuelle des populations des pays les plus démunis mais cela ne revient pas à nier la particularité culturelle des différentes nations. Perdrions-nous donc notre identité en consacrant un peu de notre temps ou un peu de notre argent à des personnes en situation précaire ? […] Il est possible de conserver les particularités de chacun tout en permettant à chacun davoir droit à la vie humaine et à lhumanité de vivre le plus longtemps possible.»

86 Free Powerpoint Templates Page 86 LES RAISONS DE NOTRE IRRESPONSABILITÉ «Nous avons vu en quel sens nous pouvons penser que notre système économique nest pas acceptable : tant dun point de vue écologique que dun point de vue humanitaire nous ne pouvons nous en satisfaire. Pour ces raisons, nous devons penser à un nouvel ordre économique mondial tenant compte des ressources naturelles et prenant en considération la dignité de la vie humaine. La dimension dune telle économie ne peut être que mondiale, du fait de la dissémination des ressources nécessaires pour la vie à travers tout le globe et du fait de luniversalité de la valeur de la vie humaine. Cependant, il semble que la plupart dentre nous sest résignée à lidée du bien-fondé des inégalités et de lextrême pauvreté dune partie importante de la planète, et se satisfait de léconomie et de la politique actuelles de nos sociétés. La plupart dentre nous ne se sent tout simplement pas responsable du…»

87 Free Powerpoint Templates Page 87 LES RAISONS DE NOTRE IRRESPONSABILITÉ «…problème des populations damnées. Nous savons quà lautre bout de la planète des êtres humains meurent chaque jour par milliers, mais nous continuons pourtant à évoluer, comme si de rien nétait, dans le confort de nos sociétés. […] Le problème est donc de savoir pour quelles raisons lhomme occidental au train de vie aisé ne se sent pas concerné par la lutte pour la survie dune importante partie de lhumanité. Pourquoi acceptons-nous la mort de millions de personnes chaque année, car nayant pas pu se nourrir ou soccuper de leur santé ? Pourquoi ne pensons-nous pas quil est nécessaire que les sociétés les plus développées (économiquement) permettent aux populations les moins chanceuses de bénéficier de conditions de vie humainement acceptables ? Dans le dernier chapitre du principe responsabilité, Jonas évoque lune des raisons de notre absence de révolte.»

88 Free Powerpoint Templates Page 88 LES RAISONS DE NOTRE IRRESPONSABILITÉ «Pour lui, si nous ne nous sentons pas assez concernés, cest entre autre pour une raison spatiale. En effet, la distance entre en jeu dans le problème des populations damnées. Elles se situent souvent sur un autre continent, nous en sommes souvent séparés par des milliers de kilomètres. La grande distance entre nantis et damnés permettrait donc dexpliquer pourquoi nous ne nous engageons pas assez pour tenter de résoudre lépineux problème des trop grandes inégalités entre nations. […] Cependant, cette distance sest aujourdhui considérablement raccourcie, notamment grâce aux médias et aux nouvelles techniques dinformation. Nous pouvons être témoins quotidiennement, que ce soit par lintermédiaire de la télévision, des journaux ou encore dInternet, de la souffrance de certains êtres humains. Nous ne pouvons plus aujourdhui prétexter que nous ne savons pas : …»

89 Free Powerpoint Templates Page 89 LES RAISONS DE NOTRE IRRESPONSABILITÉ «…une partie de la réalité quendure quotidiennement une part importante de la population mondiale nous est retransmise sur nos téléviseurs, nos ordinateurs, parfois sur nos écrans de cinéma, dans certains livres…etc. Si la distance géographique est réelle, elle se trouve atténuée par la relative médiatisation. […] La distance entre nous et les nations les plus pauvres ne permet pas dexpliquer complètement notre absence dengagement envers elles. La raison majeure doit plutôt être cherchée du côté de lutopie technologique. Nest-ce pas les technologies elles-mêmes et ce quelles nous apportent qui nous enferment sur nous- mêmes et nous empêchent de nous pencher davantage sur les problèmes qui concernent des populations certes lointaines, mais dont nous pouvons prendre conscience quotidiennement ? […] Pour soutenir cette thèse, nous nous appuierons essentiellement sur larticle Tuer et laisser mourir de faim de James Rachels.»

90 Free Powerpoint Templates Page 90 LES RAISONS DE NOTRE IRRESPONSABILITÉ «Ce dernier défend la « Thèse de lEquivalence », cest-à-dire quil défend que laisser quelquun mourir de faim est moralement aussi grave que de le tuer. Ce faisant, il estime se placer en contradiction avec la conscience commune qui pour sa part est persuadée que tuer quelquun est plus grave, moralement plus répréhensible que de laisser quelquun mourir de faim. Rachels va donc sattacher à démontrer que nos intuitions selon lesquelles il « vaut mieux » laisser une personne mourir affamée que de tuer une personne ne sont pas fondées, sont injustifiées. […] Rachels, pour sa part, rejette lélément géographique. Que nous soyons dans la même pièce quun enfant qui est en train de mourir de faim ou que nous nous situions à des milliers de kilomètres de celui-ci, la situation ne change pas. Une distance importante entre nous et les damnés peut certes être une raison psychologique, mais en aucun cas une raison morale.»

91 Free Powerpoint Templates Page 91 LES RAISONS DE NOTRE IRRESPONSABILITÉ «La situation géographique des damnés permet de comprendre pourquoi la plupart des gens pense quil est moins grave de ne pas aider les populations en difficultés que de tuer quelquun, mais elle nest pas une raison valable pour réfuter lEquivalence. […] Une telle raison pourrait se trouver dans le fait que nous savons que pris individuellement, nous navons pas les moyens de combattre la famine et les maladies. Ce raisonnement revient à dire que nous ne sommes pas obligés daider les plus pauvres car nul ne peut, pris isolément, résoudre tous les problèmes dinégalités entres les hommes. Nous ne serions donc pas responsables individuellement de la mort de millions de malchanceux étant donné que nous ne pouvons pas nous acquitter de lobligation de lutter contre la pauvreté de tous. […] Cest dailleurs là ce qui différencie le devoir de ne pas tuer et le devoir de ne pas laisser …»

92 Free Powerpoint Templates Page 92 LES RAISONS DE NOTRE IRRESPONSABILITÉ «…quelquun mourir de faim : nous pouvons parfaitement nous acquitter du premier et vivre, comme la majorité des hommes, sans tuer un individu, tandis quil est impossible de ne pas laisser au moins quelquun mourir de faim. Mais cette différence ne permet nullement de soutenir raisonnablement que laisser mourir quelquun de faim est moins grave que de tuer. Dautre part, nous pourrions réfuter lEquivalence en prétextant que des milliers dautres personnes que nous, notamment des personnes aux revenus plus importants, pourraient assumer le devoir daide humanitaire. Malheureusement, ces milliers dautres personnes, dans leur grande majorité, nagissent pas davantage. Cest dailleurs là ce qui permet, selon Rachels, dexpliquer notre faible sentiment de culpabilité […] Nous pouvons constater que la majorité des gens au train de vie relativement aisé qui nous …»

93 Free Powerpoint Templates Page 93 LES RAISONS DE NOTRE IRRESPONSABILITÉ «…entourent ne se mobilise pas plus que nous pour combattre la faim dans le monde, ce qui nous permet davoir la conscience en paix, et de ne pas nous sentir coupables en comparant notre engagement à celui de nos voisins. Mais lindifférence généralisée ne constitue en aucun cas une justification morale de notre absence dengagement. La culpabilité ne se divise pas mais se multiplie : plus nous sommes nombreux à rester indifférents, plus nous sommes nombreux à être coupables. Etant parvenu à récuser le bien-fondé de divers arguments opposés à la Théorie de lEquivalence, Rachels en conclut alors que laisser mourir quelquun de faim est moralement plus grave que ce que nous en pensons habituellement. Nous avons vu les raisons psychologiques qui peuvent venir appuyer le bien-fondé de notre non-assistance à personnes en situation précaire. Elles ne peuvent, par contre, venir justifier moralement notre conduite passive.»

94 Free Powerpoint Templates Page 94 LES RAISONS DE NOTRE IRRESPONSABILITÉ «Mais la thèse que soutient Rachels est, sur de nombreux points, contre-intuitive. En effet, lacceptation de cette thèse nous obligerait moralement à changer profondément de comportements. Cette théorie est en opposition avec notre mode de vie, elle nous oblige à renoncer à certains privilèges. Que des changements radicaux dans notre façon de vivre soient nécessaires pour lutter contre la faim mondiale peut apparaître comme une raison suffisante pour ne pas accepter léquivalence morale entre tuer et laisser mourir de faim. […] Nous avons donc trouvé la raison principale de notre inaction : lutopie technologique et, en son cœur, la promesse dun bonheur apporté par un confort toujours plus important. Cest notre attachement au confort, que nous permettent davoir le libéralisme économique et les objets technologiques, qui nous empêche de prendre vraiment conscience de la …»

95 Free Powerpoint Templates Page 95 LES RAISONS DE NOTRE IRRESPONSABILITÉ «…situation planétaire actuelle et des changements importants quil faudrait apporter à nos comportements. […] Cependant, nous avons vu les effets négatifs dune telle façon de vivre, ainsi que limpossibilité devant laquelle nous sommes détendre un tel confort technologique à lhumanité toute entière. Lune des solutions, que propose Jonas, pour tenter de réduire les inégalités mondiales actuelles, est celle dun transfert partiel des capacités de production des pays les plus riches vers les pays les plus démunis […] Combattre efficacement la pauvreté et la famine, permettre un développement mondial durable se traduirait donc par une diminution de notre confort matériel. Si nous revenons à larticle de Rachels, cela permet dexpliquer que nous considérons en général quil est plus grave dêtre lauteur dun homicide que de laisser des gens mourir de faim. […] Lobligation de venir en aide aux plus démunis est …»

96 Free Powerpoint Templates Page 96 LES RAISONS DE NOTRE IRRESPONSABILITÉ «…réelle mais nous avons intérêt à ne pas y penser trop souvent. Respecter cette obligation (qui est objective, si nous nous plaçons dun point de vue jonassien) nous conduirait à sacrifier sensiblement notre bien-être. Dun point de vue matériel, nous ne ferions quy perdre. Cependant, sous un angle moral, nous y gagnerions certainement beaucoup. […] Nous avons vu les différentes raisons qui concourent à notre manque dengagement. Il sest avéré que cest notre intérêt à conserver le système économique actuel, notamment le confort quil permet à un certain nombre de chanceux davoir, qui nous fait sous-évaluer lobligation de ne pas laisser mourir un homme de faim. Notre dépendance au comfort matériel est la raison principale pour laquelle nous ne nous penchons pas davantage sur les problèmes que rencontrent les populations défavorisées.»

97 Free Powerpoint Templates Page 97 LES RAISONS DE NOTRE IRRESPONSABILITÉ «Sil semble que notre volonté de vivre confortablement, que lutopie technologique qui soutient que le comfort matériel et technologique apportera le bonheur humain est effectivement ce qui explique notre attitude de passivité, il est important de rappeler que cette utopie est entretenue, nourrie par certains. Nous voulons dire par là que cest peut-être la défense, lencensement par certains de cette utopie technologique qui cause également notre passivité : notre attachement excessif au confort est entretenu par exemple par les publicités. Les grandes firmes multi-nationales ont très vite compris quil faut entretenir le désir du consommateur et en créer de nouveaux. A cet effet, les campagnes de publicité ont pour but de présenter sous un jour agréable le produit quelles vantent, et de pousser le consommateur à penser que son bonheur passe par lacquisition de celui-ci. Il ne nous semble pas…»

98 Free Powerpoint Templates Page 98 LES RAISONS DE NOTRE IRRESPONSABILITÉ «…utile dapprofondir limportance qua la propagande sur notre attachement au comfort, tant le lien est évident. […] Lutopie technologique quentretiennent les sociétés développées crée donc une ligne de partage entre les personnes qui acceptent le système économique mondial actuel et notre façon de consommer, et celles qui refusent ce quil est convenu dappeler la mondialisation libérale […] La comparaison entre notre système actuel, une économie mondiale libérale, et lune des périodes les plus sombres de lhistoire de lhumanité peut sembler abusive. Il nous semble pourtant quelle est amplement justifiée par les conséquences négatives de lutopie technologique […] Lattitude critique et la résistance au mode de fonctionnement actuel de nos sociétés libérales sont donc tout autant nécessaire quil y a cinquante ans.»

99 Free Powerpoint Templates Page 99 SOURCE BIBLIOGRAPHIQUE INTERNET: introduction-17 «Lesprit moderne est incompatible avec lidée dimmortalité.» «Travailler sur le concept de Dieu est donc possible même sil ny a pas de preuve de Dieu.» - Hans Jonas


Télécharger ppt "Free Powerpoint Templates Page 1 Free Powerpoint Templates HANS JONAS ÉTHIQUE DE LA RESPONSABILITÉ Pierre Baribeau (2011)"

Présentations similaires


Annonces Google