La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Julie Higounet Coordinatrice pédagogique MLF-Amériques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Julie Higounet Coordinatrice pédagogique MLF-Amériques."— Transcription de la présentation:

1 Julie Higounet Coordinatrice pédagogique MLF-Amériques

2 Programme de travail 1- Le discours narratif ? Caracteristiques Le discours narratifs… quels objectifs linguistiques 2- Quelles activités … Polyvalence du discours narratif… recherche dactivités. La restitution de récit !!!!! Proposition dactivités 3- Préparation de la séance. On se lance………..

3 Caractéristiques du discours narratif Intention de lénonciateur : raconter une histoire Caractéristiques : Présence de personnages Succession dactions dans le temps Choix dun point de vue narratif Indices : Présence de repères temporels (indicateurs temporels et connecteurs temporels) Verbes daction (passé simple ou présent) Modes de discours rapportés : direct, indirect, indirect libre Registre : Réaliste, comique, fantastique, pathétique, didactique

4 Objectifs linguistiques: discours narratifs Categories Pronoms(je), on, nous, vous TempsPresent, passe compose-> imparfait Prépositions ComplexitésConnecteurs de temps, de lieu, logiques

5 Objectifs linguistiques: discours narratifs Categories PronomsNous - vous TempsPresent – passe compose PrépositionsA dans…. ComplexitésConnecteurs dintroduction : -cc temps (avant, apres,.. Depuis) -cc lieu ( -cc maniere ( imparfait

6 Parlons polyvalence…. Geographie Sciences Mathematiques Francais Arts Education Physique Histoire

7 Exemples Reportages Faits divers Récits de vie Récits historiques Paraboles Romans Contes Nouvelles Mémoires Epopées Journaux intimes

8 La restitution de récit

9 Cest raconter à un public une histoire entendue de la manière la plus complète et la plus fidèle possible. Déroulement : 1 ère séance : découverte de lhistoire, premiers essais de restitution. Prise de notes. 2 ème séance : les notes sont complétées, affinées. Travail en groupes pour obtenir un compromis. 3 ème séance : restitution, auto-évaluation, évaluation par les pairs. 4 ème séance : face au public !

10 Pourquoi pratiquer la restitution de récit ? Cest une façon pour les élèves de sapproprier des textes de littérature. Cest une aide, par la concertation, par la reformulation, à la compréhension du texte. La prise de notes exige une écoute très attentive pour repérer les informations essentielles. Cest la pratique dun oral long, monogéré. Cest une imprégnation de structures grammaticales, de vocabulaire qui pourront être réinvesties à lécrit.

11 Les exigences de cet oral Loral socialisant : négociation de groupes, démarche coopérative. Loral pour apprendre : structures de phrases, structures de textes (connecteurs), compréhension exprimée par une restitution intelligente. Loral à apprendre : le texte subit quelques modifications qui doivent faire sens.

12 La place de lécrit Lécrit a ici un statut décrit intermédiaire. La forme nest pas fixée à lavance, ni imposée. Cest un écrit réflexif car il reflète les étapes essentielles de la construction de la pensée. Cest un écrit centré sur le fond, non sur la forme. Chaque écrit est individuel, ce sont des notes personnelles. Cest un écrit non évalué !

13 Choisir un texte Récits de littérature de jeunesse, contes qui : sont suffisamment courts pour être lus par ladulte en quelques minutes, nécessitent une prise de notes : Structure répétitive (refrain…) Vocabulaire spécifique présentent une alternance de narration, dialogues, et descriptions. ont de lhumour, de situation ou de langage, pour capter un auditoire.

14 La dictée à ladulte

15 Parler, lire, écrire… Pour aborder lécrit, lenfant doit « savoir parler » = possibilité dorganiser son discours, évoquer des événements, passés ou futurs, hors-situation, au moyen de verbalisations syntaxiquement structurées. Laccès à la lecture-écriture ne peut se faire dans de bonnes conditions sans une maîtrise préalable de loral, pas seulement conversationnel mais aussi « écrivable ».

16 De loral à loral écrivable Catherine, sa voisine, des pommes, elle lui en a donné plein. Catherine compte au sein de son voisinage une fort obligeante personne dont elle a reçu pour présent un panier empli de pommes. La voisine de Catherine lui a donné un panier plein de pommes. Catherine a une voisine qui lui a donné un panier plein de pommes.

17 Déroulement dune séquence type 1. Phase introductive : de quoi va-t-on parler ? A qui ? Pourquoi ? 2. Phase orale (au coin regroupement) propositions peu à peu construites, organisées. Rôle de lenseignant essentiel : reformulation, interactions, questionnement ouvert…

18 Déroulement dune séquence type 3. Phase de dictée ( au coin regroupement ): « Maintenant je vais écrire ce que vous avez dit mais pour cela il va falloir me le dicter doucement et dans lordre. » Rôle de lenseignant : Dire ce qui sécrit, ladulte est loutil. 4. Phase de lecture : dernières modifications, il ne faut pas hésiter à raturer = le travail du brouillon. Le texte est ensuite recopié au propre sans ajout ni correction. Ce texte est collé dans le cahier de liaison et/ou affiché. Il devient texte référent pour des productions individuelles.

19 Les supports varient avec la destination finale de lécrit : Dicter/écrire pour informer, raconter, garder une trace (textes courts comme légende de photos) Dicter/écrire pour le plaisir : projet décriture de longue haleine (retracer une vidéo muette, album à la manière de…) Dicter/écrire pour sentraîner (images séquentielles ou paire dimages dont il faut trouver les éléments de liaison pour recréer lévénement) Dicter/écrire pour transformer un texte existant (style direct/style indirect)

20 Supports Motivations des élèves Objectif visé Diversité linguistique Légende de photos ++- Création dune histoire (à partir de vidéos sans son ou de livres sans textes ++ Ecriture dun événement (réel ou imaginaire) ++ Album « à la manière de » ++- Transformation dun texte existant ++- Images séquentielles ++++

21 La dictée à ladulte individuelle Si la dictée à ladulte collective est un préalable nécessaire, elle ne suffit pas à elle seule à entraîner lenfant au langage de lécrit. Cest par la dictée à ladulte individuelle que lenfant va progresser dans sa capacité à produire de loral écrivable jusquà pouvoir ensuite prendre le crayon et produire ses propres textes à laide du texte référent de la DAC et des différents supports de lecture offerts par la classe.

22 Déroulement de la DAI Bien préciser lenjeu de la DAI : cahier personnel, « mes histoires », réalisation dun album illustré… Etayage précis lors de la phase orale: précisions sur le contenu, reformulation des énoncés, incitation, organisation chronologique Signalement de ce qui nest pas explicite.

23 3 niveaux Lenfant est totalement dans loral, incapable de dicter. Lenfant mêle loral conversationnel et loral écrivable. Lenfant dicte : changement de registre, ralentissement du débit, changement dintonation (ce nest plus la communication à ladulte ; ladulte est loutil), segmentation de la chaîne parlée, le regard se porte sur ce qui sécrit, demande de correction après relecture.

24 Réorganisation de la classe pour la DAI Activité régulière, répétée dans le temps : 3 fois 30 minutes par semaine, 2-5 projets dans lannée. Coin de regroupement Coin atelier Favoriser lautonomie des élèves

25 La dictée à ladulte : quelles situations au cycle 3 ? Le texte collectif : conte, récit, poésie… Le compte-rendu dexpériences, de sorties scolaires Raconter une vidéo Le résumé de leçon

26 Elargir le discours narratif à dautres matières

27 La narration dans les autres matières La narration en mathématiques Problème Géométrie La narration en histoire Jeu du personnage historique Légende dun document La narration en sciences Hypothèses La narration en art La narration en méthodologie dapprentissage La boîte à mémoire


Télécharger ppt "Julie Higounet Coordinatrice pédagogique MLF-Amériques."

Présentations similaires


Annonces Google