La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) Pr. Jean-Michel Molina Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Saint-Louis Diaporama chargé sur www.infectiologie.com.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) Pr. Jean-Michel Molina Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Saint-Louis Diaporama chargé sur www.infectiologie.com."— Transcription de la présentation:

1 Toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) Pr. Jean-Michel Molina Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Saint-Louis Diaporama chargé sur - Utilisation libre pour enseignement et formation – Si le diaporama est utilisé tel quel, la citation de lauteur serait appréciée – Sil est modifié substantiellement, merci denvoyer une copie à pour enrichir le site © SPILF/C-MIT

2 Introduction Définition dune TIAC : –apparition au même moment de troubles digestifs ou neurologiques similaires chez au moins deux personnes ayant consommé un repas en commun Les TIAC sont fréquentes –662 foyers en 1998 (+38%) 9200 personnes En général bénignes –11% dhospitalisation et 0,1% de décès (9 cas dont 8 chez des personnes âgées)

3 Déclaration obligatoire Par un médecin ou le responsable des locaux où se trouvent les patients (chef de famille ou détablissement) Aux autorités sanitaires départementales (DDASS ou DSV) Centralisation à lInVS Il existe une sous-déclaration importante

4 Caractéristiques épidémiologiques Répartition géographiques des foyers –sous-déclaration dans certains départements Agent responsable –Identifié dans les prélèvements humains ou alimentaires (57%) –Suspecté à partir des données cliniques et épidémiologiques (33%) Lieu de survenue : –Restauration collective (60% dont 28% en milieu scolaire) –Restauration familiale (40%) Aliment responsable et agents des TIAC Facteurs favorisants la TIAC

5 Principaux agents des TIAC Salmonelles (71%) –Enteritidis : œufs et produits dérivés (mousse chocolat, patisseries, mayonnaise) –Typhimurium : viandes (steack haché de bœuf congelés) et volailles Staphylocoque doré (13%) –Lait et produits laitiers –Plats ayant nécessité des manipulations Clostridium perfringens (5%) –Plats en sauce Histamine (3.5%) Bacillus cereus (2%)

6 Recommandations Stimuler la déclaration des TIAC Vigilance dans les institutions de personnes âgées et malades Prévention en restauration collective

7 Prévention des TIAC En restauration collective –Respect des bonnes pratiques de transport, stockage et préparation des aliments –Respect strict de la chaine du froid et du chaud –Utilisation de mayonnaise industrielle (œufs en poudre) En restauration familiale –Limiter les risque liés à la consommation dœufs crus ou peu cuits Ne pas garder les œufs plus de 15j à 4°C Pas dœufs non cuits pour les personnes âgées et malades Les préparations à base dœufs non cuits (mayonnaises, crèmes, mousse au chocolat, pâtisseries) à consommer rapidement et à maintenir au froid. –Viandes hachées et de volaille cuites à coeur

8 TIAC à lhistamine Intoxication chimique liée à la consommation daliments riches en histamine –Poissons : thon, maquereau Clinique : –Incubation très courte : 2 heures (parfois 15 min) –Diarrhée non sanglante brève –Douleurs abdominales –Céphalées –Flush du visage et du cou –Absence de nausée et vomissement Dosage de lhistamine dans le poisson

9 TIAC à Bacillus cereus Intoxication le plus souvent (toxine thermostable) –Viandes, volailles, riz frit Clinique : –Incubation variable : 1 à 16 heures –Nausées et vomissements –Diarrhée non sanglante brève –Douleurs abdominales –Céphalées –Fébricule Isolement de B. cereus dans laliment responsable

10 TIAC à Salmonelles mineures Infections intestinale invasive –Œufs, viandes ou volailles Clinique : –Incubation longue : 12 à 36 heures –Diarrhée non sanglante –Douleurs abdominales –Fièvre élevée (39°C) –Nausée et vomissement Coprocultures ou culture de laliment suspect

11 TIAC à Clostridium perfringens Bactéries sporulées thermorésistantes –Aliments mixés, plats en sauce Clinique : –Incubation moyenne : 9 à 15 heures –Diarrhée liquide –Douleurs abdominales –Pas de fièvre –Pas de nausée ni de vomissement Culture de laliment suspect

12 TIAC à Staphylocoques dorés Toxi-infection –Lait et produits dérivés (fromages, glaces), –Porteurs de staphylocoques sur les mains Clinique : –Incubation courte : 2 à 4 heures –Nausées et vomissements –Diarrhée liquide profuse non sanglante –Douleurs abdominales –Absence de fièvre Culture de laliment suspect ou des vomissements

13 Conduite à tenir devant une TIAC pour le praticien (1) Quand penser au diagnostic ? –Apparition au même moment de troubles digestifs ou neurologiques survenant chez au moins deux personnes ayant partagé le même repas Quels sont les gestes à faire ? –Alerter la DDASS sans attendre –Faire conserver au froid à +4°C les restes des repas des 72 dernières heures

14 Conduite à tenir devant une TIAC pour le praticien (2) Que prescrire aux malades ? –Réhydratation +++ (nourrissons, apports sodés et sucrés) –Lutter contre les vomissements (apports hydriques frais en petites quantités, coca-cola, antiémétiques inutiles) –Traitement antipyrétique –Ré-alimentation précoce : yaourts, riz, carottes cuites, pâtes, bananes - Eviter légumes verts, crudités, fruits, laitages –Anti-diarrhéiques inutiles et dangereux ++ –Antispasmodiques et pansements (Smecta) –Antibiotiques inutiles en première intention même si fièvre –Hospitalisation à discuter si intolérance digestive marquée et perte de poids majeure

15 Conduite à tenir devant une TIAC pour le praticien (3) Faut-il faire une coproculture ? –Pour identifier le germe mais pas obligatoire (DDASS) –Pas de coproculture de contrôle Quels conseils aux patients –Transmission inter-humaine très faible –Rappeler les règles dhygiène: lavage des mains avant et après les repas et après le passage aux toilettes –Les services de restauration seront contactés directement –Retour au travail sans coproculture de contrôle dès la guérison clinique –La désinfection des locaux est inutile

16 Conduite de lenquête par la DDASS Recherche des cas –Enquête exhaustive rétrospective avec questionnaire à chaque personne –Définition des cas (diarrhée, nausée, fièvre, vomissement, douleur abdominale) et des témoins Enquête cas-témoin Analyse microbiologique (patient et aliment) Enquête vétérinaire Mesures de contrôle


Télécharger ppt "Toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) Pr. Jean-Michel Molina Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Saint-Louis Diaporama chargé sur www.infectiologie.com."

Présentations similaires


Annonces Google