La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA QUESTION DE LEQUILIBRE GENERAL Fondements logiques de la question : effets de report (voir Guesnerie) Si lexistence dun équilibre partiel de marché

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA QUESTION DE LEQUILIBRE GENERAL Fondements logiques de la question : effets de report (voir Guesnerie) Si lexistence dun équilibre partiel de marché"— Transcription de la présentation:

1 LA QUESTION DE LEQUILIBRE GENERAL Fondements logiques de la question : effets de report (voir Guesnerie) Si lexistence dun équilibre partiel de marché est posée, comment garantir que lensemble des marchés seront simultanément à léquilibre ? 1Ch.4 - L'équilibre général Question posée par Walras (1874), résolue mathématiquement par Arrow et Debreu Jugement de valeur sur léquilibre général : Pareto et théorèmes de léconomie de bien être Discussion aujourdhui sur la pertinence de lanalyse en termes déquilibre général

2 Ch.4 - L'équilibre général2 1- Le problème de Walras et la réponse dArrow - Debreu 1.1 Léquilibre général selon Walras « Le problème de léchange de plusieurs marchandises entre elles paraît résolu. Il ne lest en réalité quà moitié. Dans les conditions ci-dessus définies, il y aurait bien, sur le marché, un certain équilibre des prix des marchandises deux à deux ; mais ce ne serait là quun équilibre imparfait. Léquilibre parfait ou général du marché na lieu que si le prix de deux marchandises quelconques lune en lautre est égal au rapport des prix de lune et lautre en une troisième quelconque. Cest ce quil faut démontrer. » L. Walras – Eléments déconomie politique pure

3 Ch.4 - L'équilibre général3 1- Analyse de Walras se construit à partir dun certain nombre dhypothèses Rationalité de lacteur individuel Conception de la monnaie : un instrument de mesure (ne joue pas dautre rôle actif) Son prix est égal à lunité Demande des consommateurs est fondée sur le principe de maximisation de lutilité et légalisation du rapport utilité marginale – prix à léquilibre Offre dépend du comportement maximisateur des producteurs avec lutilisation de « coefficients de fabrication » qui déterminent le lien technique entre facteurs de production et biens produits

4 Ch.4 - L'équilibre général4 2- Loi de Walras Pour lensemble des marchés, le total des offres est égal au total des demandes (identité logique) Corollaire de la loi de Walras : dans une économie avec n marchés, si n-1 marchés sont à léquilibre, alors le n ième marché est également à léquilibre Nécessité de différencier la loi de Say (relation causale) et la loi de Walras (expression dune identité nécessaire) Formulation précise : la somme des demandes nettes sur les différents marchés est égale à zéro

5 Ch.4 - L'équilibre général5 3- La question de léquilibre général Equilibre général revient à la résolution dun système déquations Inconnues m marchandises : x 1 à x m, x 1 étant la monnaie dont le prix est 1 m-1 prix : p 2 à p m n services producteurs (en supposant que chaque type de travail, de capital, de terre, est un service différent n prix de ces services : p 1 à p n m.n coefficients de fabrication : a 11 à a mn.

6 Ch.4 - L'équilibre général6 Equations sont de diverses natures m – 1 équations de demande des biens (la monnaie nest pas demandée pour elle – même) m équations de coûts (déterminant loffre des produits) n équations de demande de services producteurs n équations doffre de services producteurs n m équations de substitutions techniques (qui dépendent du prix des facteurs utilisés)

7 Ch.4 - L'équilibre général7 Inconnues m quantités de biens demandées m-1 prix des biens n prix des services producteurs m.n coefficients de fabrication n quantités de services producteurs Équations m-1 demandes de biens m coûts n quantités de services producteurs m.n substitutions techniques n offres de services producteurs 2m + 2n + m.n - 1 inconnues2m + 2n + m.n - 1 équations Le système admet une solution

8 Ch.4 - L'équilibre général8 Reprise dun certain nombre dhypothèses essentielles - Marchés de concurrence et complets - Chaque acteur dispose dune dotation initiale - Convexité des préférences - Absence de rendements croissants et de coûts fixes - Le nombre dentreprises est une donnée 1.2 La résolution du problème par Arrow et Debreu

9 Ch.4 - L'équilibre général9 Conclusion mathématique (application du théorème du point fixe) Les fonctions de demande nette sont continues et bornées Théorème dArrow – Debreu : Il existe un vecteur de prix qui permet dassurer léquilibre simultané sur lensemble des marchés

10 Ch.4 - L'équilibre général10 « Nous dirons que les membres d'une collectivité jouissent, dans une certaine position, du maximum d'ophémilité, quand il est impossible de trouver un moyen de s'éloigner très peu de cette position, de telle sorte que l'ophémilité dont jouit chacun des individus de cette collectivité augmente ou diminue. C'est-à-dire que tout petit déplacement à partir de cette position a nécessairement pour effet d'augmenter l'ophémilité dont jouissent certains individus, et de diminuer celle dont jouissent d'autres : d'être agréable aux uns, désagréable aux autres. » Vilfredo Pareto – Traité déconomie politique 2- Le jugement sur léquilibre général 2.1 Loptimum de Pareto

11 Ch.4 - L'équilibre général11 Analyse de Pareto : question de lefficacité de la répartition des ressources (pas de jugement de valeur possible sur les préférences des individus) Définition de loptimum : état de la société qui nest pas uniformément améliorable, cest-à-dire quon ne peut améliorer la situation dun individu sans dégrader celle dau moins une autre personne optimum nest pas relié à un critère de justice (situation de parfaite égalité comme celle dune parfaite inégalité sont des optimum de Pareto)

12 Ch.4 - L'équilibre général12 optimum est généralement atteint à partir de léchange (probabilité que la répartition initiale des ressources permette loptimum est très faible) échange permet de déboucher sur loptimum si des conditions sont respectées échange se fait avec légalisation des TMS des consommateurs échange se fait avec légalisation des TMST des producteurs le Taux Marginal de Transformation (TMT) entre deux biens doit correspondre au TMS entre ces biens conditions de loptimum correspondent aux caractéristiques de la Concurrence Pure et Parfaite

13 Ch.4 - L'équilibre général13 Premier théorème de léconomie de bien être Pour toute dotation initiale, il existe un équilibre de marché en concurrence pure et parfaite, et cet équilibre est un optimum de Pareto dans l'espace des répartitions des biens question de la détermination dun état de léconomie favorable pour une société en mettant en œuvre les moyens les plus propices pour atteindre cet état tout équilibre concurrentiel est un optimum de Pareto (toutes les transactions mutuellement avantageuses ont été réalisées) 2.2 Les théorèmes de léconomie de bien être

14 Ch.4 - L'équilibre général14 G. Debreu – Cowles Commission Discussion Papers Sens du premier théorème : économie concurrentielle de marché est le moyen le plus efficace de coordonner des individus

15 Ch.4 - L'équilibre général15 Deuxième théorème de léconomie de bien être Sous certaines hypothèses, tout optimum de Pareto correspond à un équilibre concurrentiel

16 Ch.4 - L'équilibre général16 2 ème théorème aborde la question de la justice sociale marché de concurrence est neutre dun point de vue distributif réalisation dun objectif de justice sociale suppose la mise en œuvre dune action sur les dotations initiales des agents puis de laisser le jeu du marché garantir lefficacité « la supériorité de l'économie libérale est incontestable et mathématiquement démontrable, en utilisant des modèles informatiques, qui sont parfaitement maîtrisés » - G. Debreu – Le Figaro Magazine – 1984 N. B. : Debreu démentira avoir tenu ces propos

17 Ch.4 - L'équilibre général17 Raisonnement suppose des hypothèses fortes (en particulier dotations initiales et caractère volontaire des échanges) Question de la pertinence de ces hypothèses Question de la forme des fonctions de demande nette : mouvements de prix doivent assurer la marche vers léquilibre en permettant aux demandes nettes de tendre vers zéro 3- Les interrogations sur le modèle de léquilibre général 3.1 Les doutes sur lanalyse dArrow - Debreu

18 Ch.4 - L'équilibre général18 Théorème de Sonnenschein – Mantel - Debreu Sous les hypothèses du modèle Arrow – Debreu, on démontre la possibilité de lexistence dune fonction de demande nette positive Le jeu dagents maximisateurs dans un contexte concurrentiel ne conduit pas nécessairement vers un équilibre walrassien

19 Ch.4 - L'équilibre général19 Thèse 1 : un modèle irréaliste et dintérêt limité cf. Coase : modèle décrit une économie de petits producteurs qui nont recours que marginalement à léchange analyse de léquilibre partiel de marché permettait surtout de comprendre pourquoi lentreprise a rationnellement intérêt à chercher à limiter la concurrence Thèse 2 : importance de la concurrence mais remise en cause de la possibilité de léquilibre (école autrichienne) 3.1 Létat du débat sur la question de léquilibre général néo-classique

20 Ch.4 - L'équilibre général20 Thèse 3 : évolution de la réflexion néo-classique Notion de « cœur » (core) développée par Debreu et Scarf : équilibre est lié à la multiplication du nombre des participants à léchange Question de léquilibre ne se pose pas à léchelle de lensemble de léconomie mais se traite de manière « spécialisée » (cf. analyse des marchés financier) Allègement de certaines hypothèses (marchés de concurrence imparfaite + information imparfaite)


Télécharger ppt "LA QUESTION DE LEQUILIBRE GENERAL Fondements logiques de la question : effets de report (voir Guesnerie) Si lexistence dun équilibre partiel de marché"

Présentations similaires


Annonces Google