La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Soins palliatifs : Définitions Repères éthiques Loi du 22 avril 2005 relative à la fin de vie dite loi Leonetti Master déthique, faculté Lariboisière Dr.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Soins palliatifs : Définitions Repères éthiques Loi du 22 avril 2005 relative à la fin de vie dite loi Leonetti Master déthique, faculté Lariboisière Dr."— Transcription de la présentation:

1 Soins palliatifs : Définitions Repères éthiques Loi du 22 avril 2005 relative à la fin de vie dite loi Leonetti Master déthique, faculté Lariboisière Dr Vianney Mourman,, E.M.S.P. Groupe hospitalier Lariboisière - Fernand Widal

2 Les soins palliatifs : Définition OMS « Les soins palliatifs sont une démarche pluridisciplinaire dont le but est daméliorer la qualité de vie des patients et de leur famille confrontés à lexpérience de la maladie grave mettant en jeu le pronostic vital au moyen dune prévention et du soulagement de la souffrance, par une reconnaissance précoce, une évaluation rigoureuse et le traitement de la douleur et des autres problèmes quils soient physiques, psychosociaux ou spirituels. Les soins palliatifs (…) sappliquent tôt dans le déroulement de la maladie, en association avec les traitements curatifs (…) »

3 Les soins palliatifs Prise en charge globale précocePrise en charge globale précoce La souffranceLa souffrance Le confort/ La qualité de vie/ la dignitéLe confort/ La qualité de vie/ la dignité Tout ce qui reste à faire quand il ny a plus rien à faireTout ce qui reste à faire quand il ny a plus rien à faire La santé selon lOMSLa santé selon lOMS La mort est processus naturelLa mort est processus naturel

4 Phase la maladie: Curative ButAugmenter la survie Toxicité des traitements curatifs Peut être élevée Réanimation Si détresse vitale OUI

5 Phase la maladie: Palliative ButAméliorer la qualité de vie Toxicité des traitements curatifs Faible Réanimation Si détresse vitale Parfois, si la qualité de vie est améliorée

6 Phase la maladie: Terminale ButAméliorer la qualité de vie Toxicité des traitements curatifs NON Réanimation Si détresse vitale NON

7 Schématiquement Soins curatifs: traitement spécifique de la pathologie principale Soins palliatifs Soins palliatifs temps TRAITEMENTTRAITEMENT

8 AIDE A LA DECISION CURATIF / PALLIATIF

9 LES 11 QUESTIONS du Dr Renée SEBAG-LANOË 1. Quelle est la maladie principale du patient? 2. Quel est son degré dévolution ? 3. Quelle est la nature de lépisode actuel surajouté ? 4. Est-il facilement curable ou non ? 5. Y a-t-il eu une répétition récente dépisodes aigus rapprochés ou une multiplicité datteintes pathologiques diverses ?

10 6. Que dit le malade sil peut le faire ? 7. Quexprime-t-il à travers son comportement corporel et sa coopération aux soins ? 8. Quelle est la qualité de son confort actuel ? 9. Quen pense la famille ? 10. Quen pensent les soignants qui le côtoient le plus souvent ? 11. Quel est son statut nutritionnel ?

11 LES REPERES DEONTOLOGIQUES ET PRAGMATIQUES

12 Bienfaisance « Dabord ne pas nuire », obligation à faire le bien au sens physique, moral et métaphysique.

13 Futilité établir une distinction claire entre deux composantes : effets physiologiques et bénéfices escomptés dun traitement.

14 Proportionnalité connaître les effets adverses ou iatrogènes des traitements ou investigations qui pourraient être entrepris, afin de récuser ceux induisant des souffrances surajoutées.

15 Humilité capacité du médecin, qui va prendre in fine la décision, à maîtriser lensemble des connaissances, des pratiques et des bonnes attitudes, doù nécessité de recourir à linterdisciplinarité

16 Respect de lautonomie après consentement éclairé, le considérer comme sujet capable de choisir ce qui est bon pour lui et les risques quil est prêt à courir.

17 Équité respecter ce à quoi les individus ont droit, avec le respect des valeurs dégalité, de liberté et dune inaliénable dignité de lhomme.

18 La législation des soins palliatifs

19 Les balbutiements Années 70 : premier pas des soins palliatifs modernes en France 1984: rapport du sénateur Lucien Neuwirth: constat des déficits français en terme de prise en charge des douleurs 1986 : circulaire Laroque qui donne une structure et une organisation des soins palliatifs

20 Pourquoi légiférer? Lesprit des textes soulager la douleur apaiser la souffrance psychique sauvegarder la dignité de la personne malade soutenir lentourage respecter les volontés de la personne en fin de vie Être opposables?

21 La loi du 9 juin 1999 (Neuwirth) Droit pour tout patient dont létat le requiert davoir accès aux soins palliatifsDroit pour tout patient dont létat le requiert davoir accès aux soins palliatifs Les soinsLes soins à domicileà domicile en structureen structure Organisation des soins palliatifs :Organisation des soins palliatifs : formation,formation, rôle des bénévoles,rôle des bénévoles, le congés daccompagnementle congés daccompagnement Aboutit aux plans KouchnerAboutit aux plans Kouchner

22 Contexte jusquen 2005… Pas de véritable cadre législatif Médecine de plus en plus « médico légale » Affaires : Vincent Humbert et autres… Débat médiatisé et orienté sur la légalisation de leuthanasie Mission dinformation sur la fin de vie –Auditions –Rapport présenté par Jean Léonetti à lassemblée

23 LA DEMANDE DEUTHANASIE Définition : le fait de mettre fin à la vie dun patient atteint dune maladie incurable et évolutive, par compassion, de façon délibérée et active. Volontaire : requise ou acceptée par la personne malade Imposée : laccord du sujet na pas été demandé ou obtenu Législation : assimilée à un homicide. Déontologie, art. 38 : « (le médecin) na pas le droit de provoquer délibérément la mort. »

24 Les demandes deuthanasie sinscrivent dans une situation de souffrance en impasse : cest dabord lappel à laide dun sujet « affronté à la mort dans son désir de vie » quil faut entendre. Entendre cette demande en sasseyant, pour en signer la gravité, la recevoir sans linterpréter, sans vouloir en débattre, sans préparer une argumentation, est le 1er temps du soin : lappel de détresse est reçu

25 La loi Léonetti 22 avril 2005 Lobstination déraisonnableLobstination déraisonnable Lautonomie :Lautonomie : –Limitation ou refus de traitement –Directives anticipées –La personne de confiance Limitation de traitement pour le patient hors détat dexprimer sa volontéLimitation de traitement pour le patient hors détat dexprimer sa volonté Le double effetLe double effet Projet médical de serviceProjet médical de service

26 Pré requis Le médecin sauvegarde la dignité du mourant et assure la qualité de sa vie en dispensant les soins… ( article 1 ). Traçabilité: Les décisions sont inscrites dans le dossier médical.

27 LACHARNEMENT THERAPEUTIQUE Code de Déontologie Médicale : « Il ny a aucune obligation morale à faire durer une vie au prix de prouesses technologiques susceptibles de générer des inconforts supplémentaires venant aggraver la souffrance dune vie arrivant à son terme» Attention à lobstination déraisonnable

28 Quand les soins sont devenus inutiles, disproportionnés ou nayant dautre effet que le seul maintien artificiel de la vie, ils peuvent être suspendus ou ne pas être entrepris. Lobstination déraisonnable

29 Lautonomie : L'arrêt ou refus de traitement Lorsquune personne décide de limiter ou darrêter tout traitement, le médecin respecte sa volonté après lavoir informée des conséquences de son choix. Dans tous les cas, le malade doit réitérer sa décision après un délai raisonnable

30 Lautonomie : Les directives anticipées La personne de confiance Lordre à suivre en cas de décision à prendre

31 Le double effet Larticle 2 garantit la légitimité de recourir à des traitements qui « peuvent avoir pour effet secondaire dabréger la vie » lorsquil ny a pas dautre moyen de soulager la souffrance dune personne en fin de vie.

32 Le double effet (2) Leffet dabrègement de la vie est en proportion raisonnable avec lintensité de la souffrance et il est « secondaire » cest à dire quil nest pas recherché.

33 La limitation de traitement pour le patient hors détat de sexprimer Reprise du consensus de la SRLFReprise du consensus de la SRLF Procédure Collégiale Procédure Collégiale Concertation de léquipe Concertation de léquipe Concertation des directives anticipées, de la personne de confiance, de la famille, des proches Concertation des directives anticipées, de la personne de confiance, de la famille, des proches Avis motivé dun consultant Avis motivé dun consultant Transparence Transparence Information et accompagnement du patient et des familles Information et accompagnement du patient et des familles

34 La limitation de soins Soins sophistiqués : réa, transfusions, traitement spécifiques?Soins sophistiqués : réa, transfusions, traitement spécifiques? Examens complémentaires? Examens complémentaires? Alimentation?Alimentation? Hydratation?Hydratation? Nursing?Nursing?

35 Questionnement pour décider dun traitement (P. Verspieren) Utilité du traitement? Rapport bénéfice / risque? Sommes nous avec ce traitement dans les missions de la médecine? Diagnostiquer, guérir si possible, Ne pas nuire, Prendre soin

36 En conclusion La loi Léonetti permet une reconnaissance juridique de la période de la fin de vie. Une loi mal présentée… Une loi mal connue… Une loi fort utile!

37


Télécharger ppt "Soins palliatifs : Définitions Repères éthiques Loi du 22 avril 2005 relative à la fin de vie dite loi Leonetti Master déthique, faculté Lariboisière Dr."

Présentations similaires


Annonces Google