La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Imagerie du genou de lenfant spécificité et pièges Valérie Merzoug Paris, Solène Ferey Genève.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Imagerie du genou de lenfant spécificité et pièges Valérie Merzoug Paris, Solène Ferey Genève."— Transcription de la présentation:

1 Imagerie du genou de lenfant spécificité et pièges Valérie Merzoug Paris, Solène Ferey Genève

2 Situations cliniques Genou douloureux Traumatisme : pratique du sport +++ Genou déformé

3 Particularités de lenfant Interrogatoire difficile voire impossible Douleurs projetées : Hanche ++ Les pathologies varient avec lâge Pas dimagerie systématique : clinique +++

4 Particularités de lenfant Squelette en croissance Muscles et ligaments sont plus « solides » que los et le cartilage de croissance Apophyses

5 Lucas 16 ans. ATCD déchographie de la cuisse pour douleur persistante après un traumatisme

6 QUELLE IMAGERIE ? Radiographie standard : face et profil Jamais de comparatif systématique Incidence fémoro patellaire? (ossification de la rotule à partir de 5 ans) Variantes du normal : Keats

7 IMAGERIE IRM : examen de choix +++ ( sédation) Séquences : T1, T2 Rho Fat sat. Connaître les particularités de los en croissance : Cartilage et Moëlle osseuse T Laor, D Jaramillo : MR imaging Insigths into skeletal maturation : what is normal? Radiology 2009

8 GENOU DOULOUREUX Toute douleur du genou persistante, +/- atypique = radiographies du genou Etiologies différentes : fonction de lâge de lenfant Douleurs projetées : pensez à la hanche +++

9 7 mois

10 4 ans

11

12 Infections ostéoarticulaires Arthrites Ostéomyélites Kingella kingae avant deux ans, clinique peu bruyante Stratégies dimagerie : disponibilité des équipements - efficacité diagnostique

13 IRM Méthode dimagerie de choix Développement de séquences 3D Intérêt du 3D STIR FOV Scintigraphie « like » permet de redresser les diagnostics IRM en première intention ?

14 Diagnostic différentiel 2 ans

15

16

17 Arthrites rhumatismales Un épanchement persistant caractérise un grand nombre de maladies regroupées sous le terme arthrite juvénile idiopathique : –+ de 6 semaines –Avant 16 ans –Exclusion des autres causes darthrite Incidence :0.01 à 2/1000

18 Arthrites juvéniles idiopathiques : différentes maladies Nombre darticulations touchées pendant les 6 premiers mois et signes extra articulaires : –Oligoarthrite : 1 à 4 articulations - genou, cheville, coude, main, asymétrique –Polyarthrite : > 5 (avec ou sans facteur rhumatoide) –Forme systémique –Arthrites avec enthésites –Rhumatisme psoriasique

19 13 ans

20 Ostéochondrites Fréquence décroissante –Condyle médial –Condyle latéral –Trochlée fémorale –Rotule Étiologie inconnue : micro traumatismes, traumatismes aigus, ischémie, facteurs génétiques Juvénile / Adulte selon la maturité osseuse Forme juvénile, meilleur pronostic

21 IRM Apprécier la stabilité du fragment Cartilage articulaire Intérêt des séquences « cartilage »

22 Critères pronostiques à lIRM Taille de la lésion Liseré hyper intense ??? Kystes périlésionnels ?

23 osteochondritis dissecans WARM UPACUTE INJURIESCHRONIC INJURIESCOOL DOWN true-FISP L

24 OSTÉOCHONDROSES Apophysites de traction –TTA : Osgood Schlatter –Pôle inférieur de la rotule : Sinding Larsen

25 Osgood Schlatter/ Sinding Larsen Grand enfant. Adolescent sportif ( foot) 20% des enfants sportifs et 5 à 10% des non sportifs. ( Obèses ++) Sinding Larsen : plus souvent sport avec sauts « Jumpers knee »

26 Osgood Schlatter/ Sinding Larsen Imagerie ? : variable selon les institutions Si oui : radiographie standard

27 Ménisques Attention au signal méniscal : plus élevé que chez ladulte, ressemble à des ménisques dégénératifs dadultes ! Avant 12 ans, une image linéaire centrale horizontale est un vaisseau nourricier.

28 Ménisques Une lésion méniscale peut révéler un ménisque discoïde Blocage, pseudo blocage

29 Gros ménisque en hypersignal

30

31 TRAUMATISMES Là où ladulte fait une rupture tendineuse ou ligamentaire, lenfant, ladolescent et ladulte jeune font une fracture avulsion apophysaire Apophyse immature fragile

32 Entorses Avant la fermeture du cartilage de croissance 3 à 4 % des ruptures du LCA

33 9 ans ski

34

35 Classification de Mc Keever I : fragment osseux presque pas déplacé II : déplacement plus important, élévation du tiers ou de la moitié antérieure du fragment III : fragment avulsé sans contact osseux

36 15 ans foot

37 Classification Ogden Mise sous tension de lappareil extenseur

38 Fracture SH type IV

39 Salter, potentiel de croissance détermine la prise en charge

40 Les fractures de Salter Tout traumatisme grave du cartilage de croissance expose à des troubles de la croissance

41 Emma 4 mois

42 Traumatisme non accidentel

43 GENOU DÉFORMÉ Maladie de Blount

44 Rachitisme carentielEpiphysiodèse

45 CONCLUSION Rx face profil : première étape incontournable Ne pas hésiter à poursuivre par une IRM Connaître les pathologies selon les tranches dâge

46 CONCLUSION Petit enfant : infections Grand enfant : microtraumatismes Traumatismes : arrachements osseux et lésions chondrales +++ Penser à la douleur projetée

47


Télécharger ppt "Imagerie du genou de lenfant spécificité et pièges Valérie Merzoug Paris, Solène Ferey Genève."

Présentations similaires


Annonces Google