La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ETAT DE LA CONCURRENCE AU BURKINA FASO Dr Noël THIOMBIANO 23/01/2014 1 VERS DES REGIMES EFFICIENTS DE LA CONCURRENCE PAR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ETAT DE LA CONCURRENCE AU BURKINA FASO Dr Noël THIOMBIANO 23/01/2014 1 VERS DES REGIMES EFFICIENTS DE LA CONCURRENCE PAR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES."— Transcription de la présentation:

1 ETAT DE LA CONCURRENCE AU BURKINA FASO Dr Noël THIOMBIANO 23/01/ VERS DES REGIMES EFFICIENTS DE LA CONCURRENCE PAR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES DANS LES PAYS SELECTIONNES DAFRIQUE DE LOUEST Projet CUTS 7Up4

2 Introduction 1. Etapes de la libéralisation de léconomie burkinabè 2. Cadre institutionnel 3. Agences de mise en œuvre de la concurrence et de la protection des consommateurs 4. Prévalence des pratiques anticoncurrentielles 5. Perception du niveau de la concurrence 6. Mise en œuvre de la législation en matière de la concurrence 7. Place des médias 8. Actions à mener Conclusion 23/01/20142 Plan de la présentation

3 Burkina Faso pays de lAfrique Occidentale Population de près de 14 millions et demi Membre de plusieurs organisations dintégration régionale: UEMOA, CEDEAO 23/01/ Introduction

4 Trois étapes essentielles ont marqué louverture de léconomie burkinabè à la concurrence: ladoption des PAS amorcement de la libéralisation; lavènement de lUnion Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA); ladhésion à lOMC 23/01/ ETAPES DE LA LIBERALISATION DE LECONOMIE BURKINABE

5 Cadre juridique général: a) loi de la concurrence adoptée en 1994 révisée en 2001, b) loi communautaire de lUEMOA et c) accords et règlements internationaux en matière de commerce dont lOMC Cadres juridiques sectoriels : a) loi sur lARMP, b) loi sur les télécommunications, c) règlements de la CSC… 23/01/ CADRE INSTITUTIONNEL

6 Agences de mise en œuvre de la concurrence CNCC, ARTEL, ARMP, CSC… Dautres sont en cours délaboration dans le secteur de lélectricité Agences de protection des consommateurs CNCC, IGAE, LNSP, Organisations des consommateurs: LCB, OCB et ACB 23/01/ Les agences de mise en oeuvre de la concurrence et de protection des consommateurs

7 Forte prévalence des pratiques anticoncurrentielles (83%) ; Selon groupes sociopolitiques, 77% Gouvernement/autorités reconnaissent fréquemment les pratiques anticoncurrentielles ; Selon groupes socioprofessionnels, 40% cultivateurs et 31,6% élèves reconnaissent peu fréquentes les pratiques anticoncurrentielles ; mais 54,1% fonctionnaires affirment le contraire ; Pratiques prohibées plus fréquentes : ententes sur les prix (20,6%), fixation prix de vente (12,1%), trucage offres (11,9%), partage de marchés (11,2%), discrimination de prix (10,9%) et barrières à lentrée (10,2%) 23/01/ Prévalence des pratiques anticoncurrentielles 1/3

8 23/01/ Prévalence des pratiques anticoncurrentielles 2/3

9 Selon la première pratique anticoncurrentielle observée, ententes sur les prix toujours très forte (38,2%) suivie de trucage des offres (15,1%) et de discrimination des prix. Bien que les transgressions aux lois seffectuent beaucoup sur les prix, toutes des pratiques existent même si cest dans les proportions moindres (vente liée, refus de vente, prix de prédation…) 23/01/ Prévalence des pratiques anticoncurrentielles 3/3

10 Majorité de la population interviewée (70%) estime que le niveau de la concurrence varie de modéré (31%) à nul (11%). Sur 100 personnes interrogées, seulement 30 pensent que le niveau de la concurrence est élevé au Burkina Faso. Ces limites à la concurrence sont dues à : culture faible de la concurrence, méconnaissance des textes, dysfonctionnement de léconomie (coûts facteurs de production élevés, domination économie nationale par firmes étrangères), faiblesses des structures de lutte contre concurrence au plan matériel, financier et humain ; Tout de même connaissance de lexistence des lois assez bonne soit 51,2% ; Lois plus connues: loi CNCC, loi ARMP, code sur la publicité et règlements sur télécommunications. 23/01/ PERCEPTION NIVEAU DE CONCURRENCE 1/4

11 23/01/ Répartition selon groupe sociopolitique 5. Perception niveau de concurrence 2/4

12 Pour Hommes daffaires et Gouvernement/Autorités, concurrence assez élevée (resp. 55% et 56%); mais plus modérée pour société civile 35% et quelque peu faible 32% pour ce groupe. Impact certain des pratiques anticoncurrentielles sur niveau de vie des populations soit 89% des enquêtés; Niveau de concurrence variant suivant les secteurs dactivités 23/01/ Perception niveau de concurrence 3/4

13 Concurrence secteur électricité nulle pour 92% de léchantillon Concurrence élevée dans les télécommunications et les biens de détails pour au moins 50% des enquêtés et assez élevée dans les transports, soit environ 75%. Concurrence élevée pour tous ces secteurs pour 38% de leffectif et moyenne pour 23%. Tout de même, concurrence nulle pour 28% (non négligeable) efforts à fournir 23/01/ Perception niveau de concurrence 4/4

14 Législation très mal connue des acteurs ; Impunité totale assez importante en cas dinfraction (24%) 23/01/ MISE EN ŒUVRE DE LA LEGISLATION 1/3

15 Part non négligeable dautorités (8,9%) qui protestent face à lapathie des pouvoirs en cas de violations des règles de concurrence. Toute la sphère de décision nest pas inerte; ce qui laisse voir des perspectives meilleures pour lamélioration du climat des affaires. 23/01/ Mise en œuvre de la législation 2/3

16 Non application de la loi (44%) et corruption (30%) = principaux facteurs de non sanction 23/01/ Mise en œuvre de la législation 3/3

17 Faible médiatisation des problèmes de concurrence. Seulement 19% de léchantillon juge les questions de concurrence rapportées pas les médias. 51% ne reçoivent jamais ou rarement de nouvelles des questions de concurrence. 23/01/ PLACE DES MEDIAS 1/2

18 Journaux (42%) et Télévision(40%) sont les principaux canaux de diffusion des questions de concurrence. Radio dans une moindre mesure Niveau déducation important car élèves(52,6%) et travailleurs dONG (44,4%) comprennent bien les problèmes liés à la concurrence contre 33,3% chez les cultivateurs. 23/01/ Place des médias 2/2

19 Sensibilisation de masse des différents agents économiques sur les textes et la législation en matière de concurrence par médias ou documents (dépliants, documents consolidés) ; rendre opérationnelle les organes de régulation de la concurrence en les renforçant en moyens humains, matériels et financiers ; accorder à ces organes de régulation de la concurrence une véritable autonomie et de céder au niveau des Etats de leur souveraineté au profit de la Commission de lUEMOA ; coopération internationale pour mieux réguler la concurrence afin daider les pays en développement face aux grandes firmes. 23/01/ ACTIONS A MENER

20 On retient que les pratiques anticoncurrentielles sont très fréquentes (72,6%) sur le marché burkinabè. Lentente sur les prix sest révélée comme la plus usitée sur ce marché. Causes majeures dimpunité: corruption (30%), non application de la loi (44%) et faiblesse de lautorité de la concurrence (16%). Situation explicable par un faible niveau (23,4%) de compréhension des questions de concurrence, par manque de communication sur ces questions (41%). Létude fait ressortir en effet, à 51% que les médias ne rapportent jamais (12%) ou au mieux rarement (39%) ces questions. Faible taux dalphabétisation limitant les possibilités de compréhension. Perspectives meilleures par un engagement plus soutenu de toutes les parties prenantes et la mise en place dun observatoire. 23/01/ CONCLUSION

21 JE VOUS REMERCIE!


Télécharger ppt "ETAT DE LA CONCURRENCE AU BURKINA FASO Dr Noël THIOMBIANO 23/01/2014 1 VERS DES REGIMES EFFICIENTS DE LA CONCURRENCE PAR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES."

Présentations similaires


Annonces Google