La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Rapport : la politique et les Indicateurs sur la STI en RCA Présenté par : Ambroise BAKI Chef de Service de Coordination et de Gestion des Projets de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Rapport : la politique et les Indicateurs sur la STI en RCA Présenté par : Ambroise BAKI Chef de Service de Coordination et de Gestion des Projets de."— Transcription de la présentation:

1 1 Rapport : la politique et les Indicateurs sur la STI en RCA Présenté par : Ambroise BAKI Chef de Service de Coordination et de Gestion des Projets de la Recherche Scientifique

2 2 PLAN DE LEXPOSE Introduction 1 ere Partie 1 ere Partie : Rapport sur la politique de S-T Généralités sur la Politique Nationale de STI 1-Principales institutions Etat(Ministère,Université) Ministère de lEducation Nationale, de lEnseignement Supérieur et de la Recherche Université de Bangui(Laboratoires de recherches) Autres(Institut Pasteur de Bangui 2- Systèmes dinnovations Inventeur et innovateurs de Centrafrique Les associations des forgerons et « Matawa » PME et PMI et les entreprises publiques(SUCAF, HUSACA, CENTRAPALM, ANDE, ACDA) Structures scientifiques et technologiques existantes 2 ème Partie: Indicateurs et Collecte de données statistiques sur la STI 1-Indicateurs -Secteurs dEtat(Départements ministériels, Enseignement Supérieur, Entreprises) -Priorités de lEtat(Publication des données fiables, budgétisation des secteurs) 2- Collecte de données Statistiques sur la STI. Secteur Etat. Secteur Enseignement. Sauf secteur dentreprises étatiques(SUCAF, HUSACA,CENTRAPALM,SODECA,ENERCA,SEGA). Autres sources secondaires

3 3 Politiques et Indicateurs sur la Science et la Technologie en Centrafrique

4 4 Principales institutions et systèmes dinnovations 1: Principales institutions 2: Systèmes dinnovations 1: Principales institutions 3: Financement de ces institutions - par lEtat centrafricain en accordant les les crédits de formation -par les organismes internationaux et les ONG. 1: Principales institutions

5 5 cadre légal de la politique st et innovations 3-Autres -Création de lAcadémie Nationale des Sciences, Création dun cadre légal de protection des résultats des travaux des chercheurs, technologues, inventeurs et innovateurs par des certificats et brevets -Redynamisation des secteurs de transfert de technologies 1-Création dun cadre légal de protection et de vulgarisation des résultats et des acquis de Elaboration et adoption dune loi organisant la Recherche Scientifique et technologique. 2-Définition des objectifs clairs de cette nouvelle politique en matière de Science, Technologie et Innovation(STI)

6 6 2 ème Partie: Indicateurs et Collecte de données Statistiques sur la Science et Technologie (S-T) 1- Indicateurs: Secteurs dentreprises(Sucaf, Centrapalm,Husaca,ANDE,ACDA) Secteur Etat(Départements ministériels) Secteur Enseignement Supérieur(Différents Laboratoires de recherche) Priorités de lEtat Centrafricain

7 7 2- Collecte de données Statistiques sur la Science et la Technologie (STI) -Etat(Départements ministériels) - Enseignement Supérieur - Sauf Entreprises étatiques(SUCAF, HUSACA,CENTRAPALM, SODECA, ENERCA, SEGA) - Institutions privées sans but lucratif - Exemplaire de questionnaire Autres sources secondaires - Certains Laboratoires non fonctionnels ( Laboratoire de Minéralogie, Laboratoire National des travaux publics)

8 8 2- Collecte de données Statistiques sur la Science et la Technologie (STI) …suite Les indicateurs sur les institutions de recherche sur la Science et la Technologie constituent une source dinformation dun pays sur les chercheurs scientifique les technologues, les entreprises privées, les inventeurs et les innovateurs. Les sources de financement de leurs travaux de recherche en RCA. Les indicateurs apportent une information particulière sur chaque activité dans les domaines du développement économique. information sur lidentification des ressources humaines disponibles par profession, sexe et secteurs demploi. Certains départements ministériels sont aussi sources secondaires des indicateurs et la collecte de données statistiques et des enquêtes sur les recensements sur la population, les ménages, la production agricole etc. En dépit de toutes les informations, il y a un manque considérable dun cadre approprié abritant les activités de recherche au niveau de certains structures départementales de lEtat, cest pourquoi, il semble difficile davoir des indicateurs disponibles. Donc, il serait souhaitable de réhabiliter certaines infrastructures locales.

9 9 CONCLUSION GENERALE (1/2) La République Centrafricaine adhère à la révision de lancienne politique nationale sur la STI en tenant compte des nouvelles exigences lui permettant dêtre en phase de compétition avec les autres pays du monde et ceux de la zone CEMAC. Avec ses potentialités en ressources humaines et naturelles disponibles à exploitées mais aussi à vulgariser les connaissances technologiques locales existantes. Cependant, elle doit disposer dun Cadre Légal renfermant tous les organes susceptibles dimpulser véritablement la Recherche- Développement en matière de la Science, la Technologie et lInnovation. Il y a des organes en STI, qui manque, cest lAcadémie des Sciences, la Création dun Fonds dAppui au domaine de la Recherche et la Création dune structure de publication des résultats des travaux de recherche. Enfin, il est indispensable dimpliquer lOAPI le cadre légal institutionnel et juridique de la protection des résultats des travaux des chercheurs, technologues, inventeurs et innovateurs pour la valorisation de leur profession.

10 10 CONCLUSION GENERALE …suite Ces dernières années, les chercheurs centrafricains confondus se sont confrontés aux problèmes réels du financement par l Etat pour la publication de leurs revues scientifiques, la question de leur statut particulier, leur carrière professionnelle et la coopération avec les partenaires extérieurs. Cest à travers les indicateurs quon pourra faire des estimations ou des projections sur lévolution dun pays sur les activités menées par les principales institutions privées ou publiques et les entreprises locales. Ensuite, il faudrait impliquer les opérateur économiques, les patronats et le secteur informel contribuant aussi à léconomie centrafricaine. Certes, les défis et les contraintes sont multiples et cela nécessite la volonté, la décision des leaders politiques et la cohésion nationale pour prétendre à une amélioration future. Il sagit de la mise en œuvre et de lapplication des objectifs fixés: -une amélioration des anciennes structure scientifiques et technologiques; -budgétisation des activités selon les domaines identifiés au préalable pouvant éviter le pilotage à vue; -Respecter les engagements auprès des partenaires extérieurs en matière de la gestion financière.

11 11 Sigles et abréviations ANDE: Agence Nationale de Développement de lélevage(Bangui) ACDA: Agence Centrafricaine de développement agricole(Bangui) SUCAF: Sucrerie Centrafricaine à Bambari HUSACA: Huilerie et Savonnerie Centrafricaine à Bangui CENTRAPALM: Huile de Palme Centrafricaine de Bossongo (Mbaïki) SODECA: Société de Distribution dEau en Centrafrique ENERCA: Energie Centrafricaine ANRCA :Agence Nationale de Radioprotection de la RCA


Télécharger ppt "1 Rapport : la politique et les Indicateurs sur la STI en RCA Présenté par : Ambroise BAKI Chef de Service de Coordination et de Gestion des Projets de."

Présentations similaires


Annonces Google