La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Technologie et Sciences humaines chez Gilbert Simondon Vincent Bontems (CEA-Larsim)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Technologie et Sciences humaines chez Gilbert Simondon Vincent Bontems (CEA-Larsim)"— Transcription de la présentation:

1 1 Technologie et Sciences humaines chez Gilbert Simondon Vincent Bontems (CEA-Larsim)

2 La « technologie » chez Simondon ? Vincent Bontems, Ludovic Duhem et Sacha Loeve Yves Deforges : Monsieur le professeur, vous avez écrit un livre qui s'intitule : "Du mode d'existence des objets techniques" et dans ce livre vous parlez de la technologie. Pouvez-vous nous dire si votre définition de la technologie correspond à celle des ethnologues ou bien à celle des techniciens ? Gilbert Simondon : A proprement parler, l'ouvrage ne cherche pas à donner une définition de la technologie. Il voulait présenter une catégorie de réalités : celles de l'objet technique. Mais il est certain que les définitions qui ont été présentées par les différents spécialistes que vous avez nommés sont très bonnes. Simplement on pourrait sans doute ajouter une dimension nouvelle : on pourrait présenter la technologie comme comportant aussi un aspect normatif, un aspect d'intégration à la culture, un aspect en somme assez voisin de celui de l'esthétique et peut-être de la morale. « Entretien avec Monsieur Gilbert Simondon »,

3 La technologie dans Du Mode dexistence des objets techniques (1968) : la cybernétique ? « De plus, les schèmes fondamentaux de causalité et de régulation qui constituent une axiomatique de la technologie doivent être enseignés de façon universelle, comme sont enseignés les fondements de la culture littéraire. » (p. 13) « on peut remonter vers les sciences séparées pour poser le problème de la corrélation de leurs principes et fonder une science des corrélations et des transformations qui serait une technologie générale ou mécanologie. » (p. 48) « La théorie de linformation est une technologie interscientifique, qui permet une systématisation des concepts scientifiques aussi bien que du schématisme des diverses techniques (…) la théorie de linformation intervient comme science des techniques et technique des sciences, déterminant un état réciproque de ces fonctions déchange. » (p. 110) 17) « Par là se trouve fondée une technologie réflexive au-dessus des différentes technique, et définie une pensée qui crée une relation entre les sciences et les techniques. » (p. 110)

4 Evolution historique de la technologie comme source de paradigmes Projet dencyclopédie génétique (inédit) : Il est dusage de considérer les deuxième et troisième règles de la méthode de DESCARTES comme inspirées de la mise en équation et de la résolution des équations en mathématiques. On pourrait peutêtre, à plus juste titre, les considérer comme des formulations abstraites et des généralisations du schème de concaténation tiré de la technologie rationnelle, applicable à tous les cas où sopère un transfert de causalité. Un raisonnement se construit avec de longues chaînes de raisons qui opèrent un « transport dévidence » comme une machine simple se construit avec de longues chaînes dengrenages et de poulies ou darticulations qui opèrent un transfert de causalité avec conservation du mouvement, comme il y a conservation de lévidence dans un raisonnement bien construit. Limportance des phases encyclopédiques dans MEOT comme passage à une technologie réflexive : « Nous allons tenter danalyser la relation de lesprit encyclopédique à lobjet technique, parce quelle semble bien être un des pôle de toute conscience technologique, et posséder ainsi, en plus de sa signification historique, un sens toujours valable pour la connaissance de la technicité. » (p. 94)

5 « Sur la naissance de la technologie » Cours inédit de Une définition : « La technologie est déjà présente dans linvention dune machine simple : un outil, comme le levier du carrier, ou le faisceau de cordes, ou la roue, ou encore le rouleau, constitue un medium entre lopérateur et la matière naturelle. Dans une machine, il existe un enchaînement dopérations doutils agissant les uns sur les autres, ce qui fait que dans cette chaîne transductive chacun des outils élémentaires est à la fois opéré et opérateur, nature objet et sujet opérant. Le logos de la technologie est cet enchaînement (différent du regard jeté par le sujet connaissant sur la nature connue), le metron de la relation transductive. »

6 La technologie possède deux branches : « La technologie chimique nest pas différente en structure de la technologie physique des machines ; elle est un enchaînement rattachant des ordres de grandeur qui sans elles nauraient pas de communication. » La technologie se fonde sur la communication entre ordres de grandeur : « De tous les aspects du caractère transductif de la technologie, celui qui permet le changement dordre de grandeur, et par conséquent la mobilisation, lintemporalisation, la potentialisation, est sans doute le plus important. » Cest pourquoi lune de ces premières figures est lalchimie : « L'alchimie postule l'unité des sciences les unes par rapport aux autres, et l'unité des sciences et des techniques, contenue dans le sens même de la technologie, mécanique ou alchimique. » 6 La technologie comme universalisation des schèmes mécanologique et chimique

7 La technologie est « allagmatique », non une science, mais une technologie interscientifique « Le no man's land entre les sciences particulières n'est pas une science particulière, mais un savoir technologique universel, une technologie interscientifique qui vise non un objet théorique découpé dans le monde mais une situation. » Sa figure contemporaine est inspirée de la cybernétique telle que lappréhendait LIndividuation à la lumière des notions de forme et dinformation (1964, 2005) : « au cours de ce remplacement, la notion dinformation ne doit jamais être ramenée aux signaux et supports ou véhicules dinformation, comme tend à le faire la théorie technologique de linformation, tirée par abstraction de la technologie des transmissions. La notion pure de forme doit donc être sauvée deux fois dun paradigmatisme technologique trop sommaire : une première fois, relativement à la culture ancienne, à cause de lusage réducteur qui est fait de cette notion le schème hylémorphique ; une seconde fois, à létat de notion dinformation, pour sauver linformation comme signification de la théorie technologique de linformation, dans la culture moderne. » (p. 35)

8 Le caractère normatif de la technologie : lutter contre laliénation par la réflexivité La technologie devient lélément central de la réflexivité encyclopédique contemporaine (MEOT) : « lhomme se libérait, par la technique, de la contrainte sociale ; par la technologie de linformation, il devient créateur de cette organisation de solidarité qui jadis lemprisonnait ; létape de lencyclopédisme technique ne peut être que provisoire ; elle appelle celle de lencyclopédisme technologique qui lachève en donnant à lindividu une possibilité de retour au social qui change de statut, et devient lobjet dune construction organisatrice au lieu dêtre lacceptation dun donné valorisé ou combattu, mais subsistant avec ses caractères primitifs, extérieurs à lactivité de lhomme. (…) Telles sont les trois étapes de lesprit encyclopédique, qui fut dabord éthique, puis technique, et qui peut devenir technologique, en allant au-delà de lidée de finalité prise comme justification dernière. » (p. 105) « la technologie, en les enveloppant (adaptations) et en permettant non seulement de les penser, mais aussi de les réaliser rationnellement, laisse en pleine lumière les processus ouverts de la vie sociale et individuelle. En ce sens, la technologie réduit laliénation. » (pp )

9 Cette ambition se heurte à des blocages psychosociaux dans la culture 9 MEOT : « La tâche du technologue est donc dêtre le représentant des êtres techniques auprès de ceux par qui sélabore la culture : écrivains, artistes, et, très généralement, auprès de ceux que lon nomme cynosures en psychologie sociale. Il ne sagit pas dobtenir, par lintégration dune représentation adéquate des techniques à la culture, que la société soit mécanisée. (…) Lintégration dune représentation des réalités techniques à la culture, par une élévation et un élargissement du domaine technique, doit remettre à leur place, comme techniques, les problèmes de finalité, considérés à tort comme éthiques et parfois comme religieux. » (pp ) Psychosociologie de la technicité (1961) : « Lallure aérodynamique dun véhicule peut être fort éloignée de laérodynamisme réel ; des constructeurs puristes en technologie ont parfois déplu à la clientèle pour avoir recherché un aérodynamisme réel et non limage stéréotypée de la forme aérodynamique ».

10 La technologie nest pas une technique de lhomme mais du rapport au monde MEOT : « La pensée technique doit développer le réseau de points relationnels de lhomme et du monde, en devenant une technologie, cest-à-dire une technique au second degré qui soccupe dorganiser ces points relationnels. » (p. 226) « la technologie ne peut se développer que sur une réalité déjà technique. La pensée réflexive doit réaliser une promotion de la technologie, mais elle ne doit pas tenter dappliquer les schèmes et les procédés techniques en dehors du domaine de la réalité technique. » (pp ) « La culture est ce par quoi lhomme règle sa relation au monde et sa relation à lui-même ; or, si la culture nincorporait pas la technologie, elle comporterait une zone obscure et ne pourrait apporter sa normativité régulatrice au couplage de lhomme et du monde. » (p. 227)

11 La technologie face aux sciences humaines, retour à la méthode… LInvention dans les techniques (1971, 2005) : « La technologie serait en ce sens une étude parallèle à la linguistique et différente de celle-ci. Elle définirait un type de cohérence (celui de lobjet technique) qui vient des propriétés conférées aux composants en action par le fait que le problème est supposé résolu (…). Lanalyse technique est une étude de lobjet diachronique, selon sa genèse (discontinue, par grandes inventions, ou continue, par perfectionnements), et synchronique, sous la forme de la définition des régimes de fonctionnement et des structures. » (p. 84) « Il est donc possible de définir un troisième type détude de la technique, la technologie comparée, partant des résolutions de problèmes (médiation instrumentale) chez les animaux et ordonnant les différents moyens en fonction à la fois de leur utilité fonctionnelle (comme médiation entre lorganisme et son milieu) et leur perfection, ou autocorrélation interne, ce qui est un critère normatif de lacte dinvention institue ces médiations. » (p. 85)


Télécharger ppt "1 Technologie et Sciences humaines chez Gilbert Simondon Vincent Bontems (CEA-Larsim)"

Présentations similaires


Annonces Google