La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Réunion du bureau de la CLE 21 septembre 2009 Valeurs de références de lindice linéaire de pertes des réseaux dalimentation en eau potable Application.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Réunion du bureau de la CLE 21 septembre 2009 Valeurs de références de lindice linéaire de pertes des réseaux dalimentation en eau potable Application."— Transcription de la présentation:

1 Réunion du bureau de la CLE 21 septembre 2009 Valeurs de références de lindice linéaire de pertes des réseaux dalimentation en eau potable Application dans le contexte du SAGE Nappes Profondes de Gironde Eddy RENAUD

2 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Volumes annuels des sercices deau

3 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Définition des volumes 1/2 Volume mis en distribution (Vd) Volume consommé autorisé (Vca)

4 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Définition des volumes 2/2 Volume non consommé (VNC) Volume de pertes (P)

5 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre L, longueur du réseau de distribution hors branchements particuliers en kilomètres ; N, nombre dabonnés du service. Indice linéaire des volumes non comptés (ILVNC) Indice linéaire de pertes en réseau (ILP) Indicateurs de pertes

6 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Densité dabonnés (D) Indice linéaire de consommation (ILC) Indicateurs Urbain/Rural

7 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Référentiels « publics » selon D - 1/2 Référentiel « AEAG – SMEGREG » Référentiel GEA

8 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Référentiels « publics » selon D - 2/2

9 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Référentiels « distributeurs » selon ILC - 1/2 Référentiel SAUR Référentiel VEOLIA Référentiel LDE

10 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Référentiels « distributeurs » selon ILC - 2/2

11 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Une enquête a été lancée auprès de lensemble des DDAF. 81 des 97 DDAF concernées ont répondu, 69 ont transmis des bases de données non vides. La base de données ainsi créée comporte lignes. Elle concerne 2096 services sur les années 1990 à Elle présente de grandes disparités entre les départements. Peu de données avant Après nettoyage (Correction des erreurs évidentes et suppression des données aberrantes), valeurs dILP ont pu être calculées. Collectes des données nationales

12 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Description des données valeurs Distribution Ratios

13 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Répartition par densité La densité est inférieure à 25 pour environ 70 % des valeurs

14 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Répartition par ILC ILC est inférieur à 10 m 3 /km/j pour environ 75 % des valeurs

15 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Corrélations entre les données de base Toutes les données de base sont corrélées, il existe une corrélation très forte entre le volume non compté (Vnc) et le volume mis en distribution (Vd).

16 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Analyse par classes de densité Les données sont regroupées par classes de densité avec un pas de 5 abonnés/km En raison du faible nombre de valeurs, les densités au-delà de 45 abonnés/km ne sont pas prises en considération. Pour chaque classe :

17 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre ILC en fonction de D

18 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Pour la définition dun service rural, les systèmes « publics » et « distributeurs » sont équivalents (25.3 pour 25), en revanche pour la limite « intermédiaire / urbain » un écart important est constaté (75.9 pour 50). Comparaison des critères Urbain/Rural

19 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre ILVNC en fonction de ILC

20 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre ILVNC en fonction de D

21 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Références distributeurs et droite de régression

22 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Référentiels « publics » et droite de régression

23 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Tous référentiels et droite de régression

24 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Indicateurs IWA : UARL UARL (Unavoidable Annual Real Losses ) Exprimées en litres/branchement/jour avec : Lm = Longueur du réseau hors branchements en km Nc = nombre de branchements Lp = longueur moyenne des branchements de la voirie au compteur en m P = pression moyenne de service en m Hypothèses simplificatrices: Nc (nombre de branchements) = N (nombre dabonnés) Lp = 8 P = 50 UARL (m 3 /km de réseau/jour)

25 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre CARL (Current Annual Real Losses) : Pertes nettes. Volume non compté (Vnc) diminué des volumes autorisés (consommation non comptés et eaux de services) et des pertes apparentes estimées (vol deau et sous comptage). Indicateurs IWA : CARL

26 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Indicateurs IWA : ILI ILI (infrastructure leakage index), indice de fuites structurelles :

27 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Pertes incompressibles en fonction de la densité

28 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Indice de pertes structurelles selon la densité Pour les faibles densité :

29 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre On considère que : Le seuil moyen découle de la régression linéaire passant par lorigine calculée à partir de lensemble des données regroupées par classes. Les seuils haut et bas sont construits à partir des régressions linéaires passant par lorigine calculées sur les services situés respectivement au dessus et en dessous de la droite de régression linéaire moyenne regroupés par classes. On définit ainsi 4 niveaux de pertes: Niveau de pertes faible ; Niveau de pertes modéré ; Niveau de pertes élevé ; Niveau de pertes très élevé. Référentiel alternatif : Méthode

30 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Référentiel alternatif ILVNC selon ILC Pour ILC < 30

31 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Référentiel alternatif ILVNC selon D Pour D < 45

32 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Comparaison des référentiels « alternatif » et « AEAG »

33 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Indice des volumes non comptés par abonné Le référentiel alternatif résulte de relation du type Soit qui peut sécrire Référentiel basé sur IVNCA

34 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Le CG33 a confié à SAFEGE la réalisation dune synthèse départementale de la distribution deau potable. Dans le cadre de cette étude, des données techniques relatives aux 110 services deau potable du département de la Gironde ont été recueillies pour les années 2003, 2004 et Certaines collectivités ont dû être exclues de létude : Collectivités nexerçant pas la compétence distribution ; Collectivités ayant subit une réorganisation territoriale sur la période étudiée ; Collectivités pour lesquelles certaines données de base sont manquantes ou manifestement erronées ; La Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB), trop atypique pour être intégrée dans une étude statistique des données. Collecte des données girondines

35 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Description des données Girondines Informations complémentaires Le diamètre des canalisations (non exhaustif) ; Le matériau constitutif des canalisations (non exhaustif) ; Le type de sol (sable, non sable, mixte).

36 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Répartition par densité dabonnés

37 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Corrélations

38 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre ILP selon le diamètre

39 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre ILP selon le taux de PVC

40 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre ILP selon le type de sol

41 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Evolutions interannuelles des pertes globales

42 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre ILP selon D pour les données Girondines

43 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Synthèse des régression linéaires

44 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Résultats Girondins et référentiels

45 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Il nexiste pas de référentiel partagé des indicateurs de pertes Pour définir le caractère Urbain/Rural les organismes publics utilisent des seuils de la densité dabonnés, les distributeurs se basent sur lindice linéaire de consommation. Létude de données nationales aboutit aux relations suivantes : Conclusions 1/6

46 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Les deux méthodes dévaluation du caractère urbain ou rural dun service sont largement concordantes la contribution du linéaire de réseau aux pertes nest pas prépondérante par rapport à celle du nombre dabonnés. Il ny a aucun intérêt à apprécier le caractère urbain ou rural dun service par seuils. Des références faisant intervenir un lien continu de lILP avec un indicateur de la densité urbaine du réseau semblent préférables. Conclusions 2/6

47 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Exprimer ILVNC ou ILP en fonction dILC revient quasiment à raisonner en termes de rendement du réseau, avec les mêmes inconvénients. Pour les réseaux peu urbains, la densité dabonnés et la densité de branchements ont des valeurs très voisines et constituent des indicateurs pertinents pour apprécier le caractère rural ou urbain dun service : La densité de branchements a lavantage de représenter une caractéristique physique du réseau indépendante des règles de gestion du service. La densité dabonnés présente lavantage dêtre calculée avec des données dont la production annuelle est explicitement prévue dans le cadre du RPQS. Conclusions 3/6

48 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre La méthode IWA dévaluation des pertes incompressibles nest donc pas pertinente pour les services ruraux français Pour les données Girondines, aucune influence propre du diamètre moyen, du taux de PVC ou du type de sol sur lILP na pu être mise en évidence. De 2003 à 2005, chaque année la performance globale des services girondins saméliore significativement. les niveaux moyens de pertes girondins sont significativement inférieurs à ceux constatés au niveau national, moyenne 2005 : Conclusions 4/6

49 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Référentiel alternatif dILP en fonction de D pour D<45 : Référentiel alternatif de lindice linéaire de pertes par abonné (IPA) en fonction de D pour D<45 Conclusions 5/6

50 Réunion du bureau de la CLE – 21 septembre Les résultats de cette étude nous montrent que pour les réseaux peu urbains, le niveau des pertes est davantage lié au nombre dabonnés quau linéaire de réseau. Le nombre de branchements, généralement proche du nombre dabonnés est une donnée qui présente lintérêt de ne pas être influencée par des règles de gestion. Un indice de pertes par branchement serait plus pertinent quILP ou ILVNC pour évaluer les pertes des réseaux peu urbains. Ce type dindicateur, qui nest pas actuellement prévu par la réglementation française, fait partie de ceux préconisés par lIWA. Conclusions 6/6

51 Réunion du bureau de la CLE 21 septembre 2009 Merci de votre attention Eddy RENAUD


Télécharger ppt "Réunion du bureau de la CLE 21 septembre 2009 Valeurs de références de lindice linéaire de pertes des réseaux dalimentation en eau potable Application."

Présentations similaires


Annonces Google