La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

RAPPORT GLOBAL SUR LE MAGHREB ASPECTS ECONOMIQUE ET SOCIAL.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "RAPPORT GLOBAL SUR LE MAGHREB ASPECTS ECONOMIQUE ET SOCIAL."— Transcription de la présentation:

1 RAPPORT GLOBAL SUR LE MAGHREB ASPECTS ECONOMIQUE ET SOCIAL

2 INTRODUCTION Le Maghreb se situe au nord de lAfrique, lunion du grand Maghreb est venue consolider les aspiration des peuples et des dirigeants maghrébins à édifier un ensemble régional intégré,plus viable et plus durable que ne lont été les expériences tentées par le passé… Réuni à lautomne 88, les rédacteur de la grande commission maghrébine du traité constitutif de lUMA du 17 février 1989 ont tenu dans le préambule à mettre en exergue les liens solidaires qui unissent les peuples du Maghreb, liens fondés sur la communauté de lhistoire, de la religion et de la langue, dans la perspective est « la marche progressive vers la réalisation dune intégration complète » Il comprend: ALGERIE/MAROC/TUNISIE/LYBIE/MAURITANIE

3 Contexte syndical Les syndicats du Maghreb ont senti à temps le nécessité de sorganiser en une inter- syndicale. A cet effet les syndicats des cinq organisations syndicales UMT-Maroc, UGTA-Algerie, UGTT-Tunisie, Libye et la Mauritanie) ont fondé lUnion Syndicale des Travailleurs du Maghreb Arabe (USTMA) en1989 à Casablanca.

4 Cadre economique Les cinq pays présentent des économies differentes: Petrolière : en Algerie 2ème exportateur du gaz /Lybie.à + de 93 p.cent Touristique et Agricole: en Tunisie / Maroc.

5 Quelques données Economiques AlgérieMarocTunisieTotal/Moyenne Population(millions) Pop. Active Taux Dactivité Femme homme 14 %51.9 % 27.3% 77.4% Espérance de vie72ans70 ans72 ans73.3 Taux de scolarisation100 %92 %98 %96.7 % Taux de chômage23.8 %12 %15.5 % PIB (Mlrds) Secteur –Tertiaire - Secondaire - Primaire % 12 % % % % % 32 % 14 % administration15.90 % Taux de croissance7.3 %5.2 %5 % Taux dinflation3.1 %2 %2.7 %2.9 % Dette exterieure (Mlrds $) % dette/PIB33 %28 %40 %

6 PASSAGE À LECONOMIE DE MARCHÉ léconomie neo-libérale passé pour être la caractéristique essentielle des politiques économiques du Maghreb. (lAlgérie après une longue expérience qui se dit socialiste bascule brusquement vers léconomie de marché. Les 3 pays ont subi les conséquences sociales de lapplication du PAS ( pour le Maroc et la Tunisie et depuis 1994 pour lAlgérie) Accord de libre échange avec lunion européenne, avec toutes ses retombées sur léconomie nationale, pour le cas du Maroc trois

7 Maghreb et institutions financieres internationales accords de libre échange avec les USA, la Turquie et quatre pays arabes. Le Maroc et la Tunisie sont des membres à part entière de lOMC,ladhésion de lAlgérie est prévue pour Des zones franches existent au Maghreb notamment au Maroc et en Tunisie. Tous les pays du Maghreb sont membres des institutions financières internationales.

8 Limpact de la mondialisation sur les syndicats. La recrudescence des violations des droits et des libertés syndicales la précarité de lemploi. Le développement du travail intérimaire notamment au Maroc. Le développement du secteur informel et de léconomie parallèle. Le retour sur les acquis sociaux. Le gel des salaires. La remise en cause de la législation sociale. Menace sur les services publics. Privatisation et ses conséquences. Grandes difficultés à organiser les travailleurs surtout dans les PME

9 Quelle alternative pour les syndicats face à la mondialisation. renforcer la coopération et laction syndicale dans le cadre de lUSTMA. Agir ensemble pour accélérer lintégration véritable du Maghreb dans le cadre de lUMA. Conditionner toute privatisation à la conception et à la mise en œuvre dun plan daccompagnement social. Informer les travailleurs sur menaces de la mondialisation. Mobiliser de façon continue aux différents niveaux des structures et des militants. Créer des synergies sectorielles au niveau des pays du Maghreb.

10 Structure et fonctionnement de UGTA Si la section syndicale est la base du mouvement syndical, elle nest pas la seule organisation. Sur le plan professionnel : la section syndicale est rattachée au syndicat de la corporation, lui-même rattaché à la fédération nationale qui participe par son S/G à lactivité de la C.E.N. de LUGTA Les travailleurs des autres professions sont eux aussi organisés sur les mêmes principes en sections syndicales, syndicats dentreprises et fédérations. Cest le rôle des unions locales qui unissent tous les syndicats dune même localité. Cest également le rôle des unions de wilaya ou (départementales) qui unissent et coordonnent lactivité des syndicats sur le département en étroite coordination avec les fédérations concernées. LUGTA, le secrétariat national, sa commission exécutive nationale, à laquelle participent fédérations et unions départementales coordonnent toute lactivité générale, impulsent les luttent ouvrières sur la base des décisions du congrès national.

11 Etat des adhésions par Fédération AU 31/12/2005 fédérationsNombre Education nationale Pétrole et cheminot Enseignement Supérieur Culture et information Formation prof jeunesses et sport Santé Sécurité sociale Mines Agroalimentaire P et T Administrations et collectivités locales Finances Bâtiments Matériaux de Construction Bois et liège Commerce et Tourisme Cuirs et textiles Transports Mécanique et électrique et Electronique Travailleurs Retraités Femmes Travailleuses Secteur Privé TOTAL

12 FORMATION SYNDICALE Depuis le 10e congrès, lUGTA fait de la formation syndicale un axe prioritaire afin de mieux comprendre les profondes mutations en cours dans le pays et dans le monde. lun des leviers essentiels de laction de formation syndicale réside dans la formation des jeunes, des femmes et des hommes militants et responsables à tous les niveaux. LINERS est lun des établissements qui assure cette lourde responsabilité.

13 On peut évaluer les tendances de l'emploi et du chômage à travers le tableau suivant: chiffres en milliers Population active en périodes respectives Chômeurs en milliers En pourcentages respectifs

14 EVALUATION DE LA FORMATION 2005 Nombre de séminaires Nombre de participa nts Participants hommes Participante s femmes %

15 Les problématiques de la mondialisation I Une baisse régulière et continue de lemploi salarié, structuré, stable et déclaré auprès des services publics concernés (sécurité sociale, fisc,…) Développement de relations demploi dites flexibles et qui ont surtout pour particularité de se nouer en marge de la législation relative au travail et à la protection sociale. Une précarité de plus en plus prononcée des emplois créés et qui est illustrée par une nette prédominance des contrats à durée déterminée (maximum une année). Une augmentation continue du chômage et de lancienneté au chômage qui renforce ainsi son caractère structurel, et qui entraîne donc une paupérisation accrue et une exclusion prolongée du travailleur qui à la longue se déqualifie perd son rythme de travail.

16 Les problématiques de la mondialisation II Une baisse du chômage des femmes qui sexplique par le fait quune grande partie des emplois atypiques créés a surtout profité aux femmes, car elles semblent plus disposées à accepter les conditions de travail et de salaire offertes et qui sont loin dêtre décentes. Travail des enfants, une étude du ministère de la solidarité en 1999 révèle que enfants démunis, âgés entre 06 et 16 ans sont poussés au travail parfois avec la complicité de leurs parents victime du chômage et de lexclusion. Prolifération dune main dœuvre étrangère dont le statut est difficile à déterminer. Elle est composée de travailleurs migrants souvent clandestins liés au développement de léconomie souterraine et du travail noir et en partie de travailleurs > dans le cadre de projet économique à réaliser par des entreprises étrangères. Dans le meilleur des cas, certains travailleurs dont les qualifications professionnelles oscillent de manœuvre à chef de chantier, sont déclarés officiellement auprès de la sécurité sociale au salaire uniforme de DA/mois, c'est-à-dire au SNMG. Car bien entendu ce nest pas la totalité des travailleurs étrangers qui est déclarée.

17 Quelques chiffres à retenir La population en chômage est estimée à près de 1.5 millions de personnes. Soit chômeurs en moins par rapport à Soit un taux de 15.3 % Il y a lieu de noter que la part des jeunes chômeurs a légèrement augmenté: 73 % en 2004 / 75% en 2005.

18 Bon a savoir aussi Embellie pétrolière depuis 2003 Paiement de la dette exterieure Il nous reste 04 milliards des 29. en Relance des grands chantiers: Infrastructures de base. Transports Reforme de lEcole. Recherche scientifique.

19 Fait à Alger le 29 /03/2007 A.DEGHMANI


Télécharger ppt "RAPPORT GLOBAL SUR LE MAGHREB ASPECTS ECONOMIQUE ET SOCIAL."

Présentations similaires


Annonces Google