La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L E MARAÎCHAGE URBAIN ET PÉRIURBAIN : LEÇONS ET PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DU MARCHÉ Dr F. ASSOGBA KOMLAN (INRAB) Mr R. AHLONSOU (Mairie de Cotonou.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L E MARAÎCHAGE URBAIN ET PÉRIURBAIN : LEÇONS ET PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DU MARCHÉ Dr F. ASSOGBA KOMLAN (INRAB) Mr R. AHLONSOU (Mairie de Cotonou."— Transcription de la présentation:

1 L E MARAÎCHAGE URBAIN ET PÉRIURBAIN : LEÇONS ET PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DU MARCHÉ Dr F. ASSOGBA KOMLAN (INRAB) Mr R. AHLONSOU (Mairie de Cotonou ) Mr E. DEGUENON (Exploitant agricole )

2 P LAN DE PRÉSENTATION 1. Aperçu du maraîchage périurbain 2. Contribution de la recherche à lamélioration de la qualité des produits maraîchers 3. Organisation du marché de légumes 4. Atouts et freins au développement du marché de légumes 5. Leçons et perspectives

3 1. A PERÇU DU MARAÎCHAGE PÉRIURBAIN Maraîchage périurbain : forte contribution à la sécurité alimentaire Existence de flux de ressources entre maraîchage et la ville. Maraîchage au Bénin : peu pris en compte dans les politiques agricoles et dans les stratégies de planification urbaine.

4 Q UELQUES D ÉFIS À C OTONOU Accroissement de la population urbaine Problématique de lurbanisation Pression foncière (précarité et coût de laccès) Pollution par les déchets urbains (718 t/j) Insécurité alimentaire

5 FONCTIONS DU MARAÎCHAGE PÉRIURBAIN Approvisionnement en légumes frais Diversité des légumes à forte valeur nutritionnelle Accès facile et régulier Réduction des coûts de transport Création demplois Amélioration du revenu des acteurs directs.

6 LE SYSTÈME MARAÎCHER À C OTONOU Plus de 600 maraîchers installés sur une 8 sites dune superficie avoisinant 30 ha. Légumes cultivés Exotiques : chou, carotte, laitue, concombre, cornichon, tomate, piment etc. Traditionnels : 70% amarante, morelle (gboma), vernonie, tchayo, gombo etc…

7 LE SYSTÈME MARAÎCHER URBAIN A C OTONOU ( SUITE ) Régime et habitudes alimentaires (> 60% des superficies cultivées en légumes feuilles traditionnels) Le revenu influence les investissements et les techniques culturales pratiquées Caractérisé par : Production simultanée de plusieurs espèces qui varient selon les saisons Système irrigué à plus de 80% encore manuel

8 Q UELQUES CONTRAINTES Faible intervention de lÉtat Faiblesse de lencadrement Faible technicité des producteurs Des organisations de producteurs peu dynamiques Instabilité du marché / forte concurrence avec les produits importés Faible accès au crédit Menace sur la fertilité des sols Pression phytosanitaire Caractère périssable des produits Instabilité de loffre Demande souvent > offre Risques sanitaires : pollution de lair, du sol, de leau et des légumes Contraintes généralesContraintes techniques

9 2 - RECHERCHE ET QUALITÉ DES PRODUITS MARAÎCHERS (AVRDC ) Identification des légumes prioritaires (2004) Intérêts national et économique Introduction de variétés performantes tomate et piment gombo, légumes feuilles Résistance à la chaleur et à lhumidité Riche en B carotène IgphF1 Ninja CLN 1314G CLN 2070

10 QUALITÉ DES PRODUITS MARAÎCHERS Résistan ce au Tylcv Résistance à lanthracnose TLCV15

11 Maraîchers Consommateurs Semi-Grossistes Grossistes Détaillants 3. O RGANISATION DU MARCHÉ DE L ÉGUMES : A CTEURS ET FLUX DE LÉGUMES Nigeria, Ghana,Togo, Burkina, Niger

12 L ES SYSTÈMES D APPROVISIONNEMENT L ÉGUMES CONVENTIONNELS Achat bord champ Réservation de planches Contrat dachat et de vente Commercialisation sur marchés locaux ou régionaux Réseau de femmes commerçantes Femmes ou filles de maraîchers Grossistes niveau sous région (Nigeria, Burkina, Togo, Ghana etc.) Les importations limitées aux légumes de grande consommation : tomate, oignon, piment Tempérés de production difficile : chou, carotte

13 E TUDE DE CAS DES LÉGUMES ORGANIQUES Expériences ONG AMAP Association pour le Maintien de lAgriculture Paysanne. Système déconomie solidaire Relation directe agriculteur et un groupe de consommateurs. Consommateur : membre dune AMAP est un partenaire dune exploitation agricole Achète en début de saison une part de la production de la ferme. Distribution de produits chaque semaine dans un lieu convenu

14 E TUDE DE CAS DES LÉGUMES ORGANIQUES 18 principes fondateurs dont : Une production respectueuse de la nature, de lenvironnement et de lanimal : développement dune biodiversité, fertilité des sols, production sans pesticides chimiques, gestion économique de leau, etc. La formalisation et le respect des contrats à chaque saison entre consommateurs et producteurs: Une bonne qualité des produits : gustative, sanitaire, environnementale; La définition à chaque saison dun prix équitable entre producteur et consommateurs La solidarité des consommateurs avec le producteur dans les aléas de la production

15 4. A TOUTS ET FREINS AU DÉVELOPPEMENT DU MARCHÉ Quelques atouts Existence de quelques producteurs professionnels périurbains producteurs organisés en coopératives ; Avertis des problèmes denvironnement et de qualité des produits maraîchers Développement de partenariat Recherche/développement : INRAB, FSA, CIRA (IITA, AVRDC, CIRAD, AfricaRice Projets, ONG Mairie de Cotonou

16 A TOUTS ( SUITE ) Existence de demande potentielle et de marché pour les produits maraîchers de la ville ; La place des légumes dans lalimentation au Bénin Mise en place progressive des institutions financières pour les crédits dans le domaine de lagriculture urbaine

17 Q UELQUES FAIBLESSES Irrégularité dans la disponibilité sur le marché La saisonnalité des légumes exotiques La pression foncière limitant loffre Les stratégies de vente La qualité des produits Qualité physique Insuffisance de variétés adaptées Produits très périssables Faiblesse du maillon post-récolte Qualité sanitaire Pratiques culturales peu recommandées Présence de résidus de pesticides, de métaux lourds, de pathogènes

18 5 - L EÇONS ET P ERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DU MARCHÉ Sensibilisation à la consommation des fruits et légumes Etude récente de MSP (2008) 80% de la population du Littoral (Cotonou) Consommation des Fruits et Légumes (<5 portions par jours) Organisation de filière agricole au niveau de la ville (assistance technique et financière )

19 L EÇONS ET P ERSPECTIVES ( SUITE ) Forum de concertation entre les différents acteurs Viabilisation des sites de production Sensibilisation des acteurs de la ville Gestion des déchets urbains (ordures, déjections, déchets industriels, eaux usées) Mise en place de projets daccompagnement Les normes de qualité : renforcement labo existants Recherche de nouveaux marchés Développement de la communication Diffusion dinformations Prix Disponibilité Marchés potentiels exista nts

20 P ERSPECTIVES Milieu urbain : problème de durabilité économique et écologique des systèmes maraichers Diffusion des systèmes techniques reproductibles Concertation entre acteurs indispensable pour limiter les risques pour la production et le marché La collaboration niveau sous régional est souhaitée


Télécharger ppt "L E MARAÎCHAGE URBAIN ET PÉRIURBAIN : LEÇONS ET PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DU MARCHÉ Dr F. ASSOGBA KOMLAN (INRAB) Mr R. AHLONSOU (Mairie de Cotonou."

Présentations similaires


Annonces Google