La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Groupe de travail effectifs en abattoir de boucherie – Conduite par la DRAAF Bretagne (SRAL) – Participation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Groupe de travail effectifs en abattoir de boucherie – Conduite par la DRAAF Bretagne (SRAL) – Participation."— Transcription de la présentation:

1 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Groupe de travail effectifs en abattoir de boucherie – Conduite par la DRAAF Bretagne (SRAL) – Participation technique du BEAD (RNA) – sur lannée 2010 (données 2009)

2 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Contexte Constat de difficultés croissantes rencontrées par les équipes dinspection : – effectifs en constante diminution, – difficultés concernant ladéquation mission/moyen – Spécificité et manque dattractivité du travail en abattoir – particularités de lorganisation des équipes en abattoir

3 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Objectifs de létude – hiérarchiser et harmoniser les missions à réaliser en abattoir de boucherie – objectiver les effectifs nécessaires – proposer des indicateurs à prendre en compte pour un calcul de DO plus adapté DO : dotation objective: mode de calcul pour répartir la dotation globale au niveau dun département, dun abattoir.

4 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Modalités – grille danalyse et de calculs – coordination départementale + réunions régionales dharmonisation – Cadrage de létude par le BEAD:LDL DGAL/SDSSA/L du 23 juillet 2010.

5 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Modalités – calcul des besoins en fonction des missions règlementaires à assurer et des paramètres propres à labattoir (animaux, volume, cadences) – calcul de la disponibilité réelle des équipes pour les missions dinspection de labattoir et comparaison avec les besoins – Propositions de pistes daméliorations envisageables pour améliorer la situation dune façon globale et dans certains sites en difficulté – les variations saisonnières des abattages en cours dannée nont pas été prises en compte dans létude.

6 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Champ de létude 22 abattoirs danimaux de boucherie tonnage supérieur à 7000 T/an répartis dans les 4 départements bretons : – mono espèces : 10 abattoirs industriels de porcs, un de veaux, 5 de bovins (adultes et veaux) – pluri espèces : 6 abattoirs dont 3 abattant exclusivement des herbivores, et 3 abattant aussi des porcs

7 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Champ de létude 41% du tonnage abattu au niveau national (données 2009) 20% du tonnage national en viande bovine, 35% en viande de veaux, 57% en porc 10% du tonnage en ovins

8 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Effectif total des services vétérinaires dans létude environ 308 ETP : AO : 277 ETP VO : 30,8 ETP missions abattoirs estimées à 272,2 ETP en 2009 (extraction SIGAL - agrégat abattoir) 21% de leffectif national assure linspection de 41% du tonnage national abattu

9 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Exigences réglementaires Inspection « produits » : IAM et IPM Auxiliaires officiels -observation de la totalité des animaux en secteur vif -pourvoir tous les postes dinspection de la chaîne dabattage -estampillage des carcasses Vétérinaires officiels - présence dau moins un pour assurer linspection de second niveau

10 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Missions « hors chaîne » - recueil déchantillon en vue danalyses -tâches daudit (inspections de labattoir en tant quatelier) : modalités en fonction de lactivité et du niveau sanitaire de labattoir -travail administratif : gestion des résultats dinspection : enregistrement, transmissions aux professionnels, statistiques - missions support : organisation des équipes, management, formation - certification à lexportation Exigences réglementaires

11 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Facteurs de variation Activité et configuration des abattoirs - Espèces et catégories danimaux -Variations de production au cours de lannée en fonction du marché -Configuration du secteur vif - Nombre de chaînes dabattage et de séquences horaires dans la journée et dans la semaine -Nombre de postes dinspection à pourvoir par chaîne dabattage -Prise en charge de lestampillage par labatteur (majorité des abattoirs de porcs à forte cadence)

12 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Facteurs de variation Difficultés dues à la configuration des stabulations - configuration physique ne permettant pas toujours lexamen des animaux hébergés : organisation pour assister aux déchargements et mobilisation sur des plages horaires plus importantes OU non réalisation de linspection ante mortem sur certaines plages horaires - configuration physique des chaînes dabattage : abats pas toujours inspectés faute de poste aménagé

13 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Facteurs de variation Difficultés dues aux cadences - abattoirs de porcs à forte cadence : inspection de fait de type « visuelle » - actes dinspection répétitifs générateurs de TMS agents des services dinspection régulièrement amenés à convoyer physiquement les viandes et abats (déplacement de carcasses, abats jetés) systèmes de rotation des équipes sur chaîne = compensation à la pénibilité des postes et maintien de la vigilance lors de linspection à forte cadence.

14 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Pour chaque abattoir et pour chaque jour dabattage, le modèle calcule, en fonction de lorganisation de léquipe les effectifs nécessaires en : - AO et VO pour linspection ante mortem - AO et VO pour pourvoir les postes en post mortem -AO surnuméraire(s) pour assurer le système de rotation des équipes sur chaîne - AO et VO pour les missions hors chaîne, administratives, et support Etude chiffrée des besoins

15 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Le calcul du nombre dinspecteurs est fait en fonction des obligations règlementaires MAIS en intégrant des ajustements correspondant à la réalité de terrain : Certaines missions règlementaires non prises en compte dans létude des besoins : - présence du vétérinaire officiel tout au long de linspection ante mortem et post mortem - besoins nécessaires pour effectuer les palpations et coupes règlementaires en abattoir de porcs en IPM premier niveau - inspection des têtes de porcs - décisions de saisies partielles de viande de porc par un vétérinaire officiel Etude chiffrée des besoins

16 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Etude chiffrée des besoins Besoin global : A0 : 250 ETP VO : 34 ETP Inspection ante et post mortem - > 80 % des besoins pour les auxiliaires officiels (208 ETP) dont plus de 45 % en inspection post-mortem de premier niveau - près de 50% des besoins des vétérinaires officiels (15 ETP).

17 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Etude de la disponibilité des équipes Auxiliaires officiels – conditions particulières dexercice au titre de la pénibilité du travail (environnement bruyant, horaires contraints, station debout postée) – durée annuelle de travail règlementaire est de 1467 h, pour une durée hebdomadaire de 32 h sur 3, 4 ou 5 jours – 2h par semaine sont affectés forfaitairement au temps de vestiaire – Disponibilité annuelle des AO : 1377 h (85% du temps de travail dun agent affecté en DDPP) = temps pris en compte pour les calculs en ETP dans létude

18 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Heures de nuit effectuées avant 6h ou après 21h – soit rémunérées soit compensées en temps, au choix de lagent pour les 4 premières heures, – Disponibilité diminuée si choix de compensation Le total des heures de compensation des heures effectuées de nuit représente sur les 22 abattoirs léquivalent de 7,3 ETP Etude de la disponibilité des équipes

19 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Absences non remplacées – Sur lannée 2009, les absences représentent un total de léquivalent de plus de 19 ETP = 7,4% du temps disponible total – congés maternités ou maladies non remplacés : équivalents à 16,7 ETP au total – variabilité entre les différents sites : 3 abattoirs : plus de 15% de la disponibilité en ETP totale sur ces sites. Etude de la disponibilité des équipes

20 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Missions considérées « hors abattoir » - missions autres secteurs dactivité : restauration collective, remise directe, ateliers agréés - missions support externes : ACMO, formation.. soit au sein du complexe dabattage : inspection des ateliers annexés à labattoir : ateliers de découpe ou de transformation soit en dehors : inspection itinérante - temps consacré à des remplacements dans dautres abattoirs qui concourent à diminuer la disponibilité globale Total : AO : 9,9 ETP – VO 2,9 ETP Etude de la disponibilité des équipes

21 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir organisation des abattages et des équipes – phases dattente entre abattages différentes catégories animaux (changement de chaîne) – Système de rotation des équipes : utilisation du temps « hors chaîne » : Mission abattoir : contrôles physiques ponctuels, tâches administratives,missions support de linspection en abattoir : Autre : travail en relation avec une mission « hors abattoir », dossier personnel (gestion de son dossier personnel, demande de congés, consultation messagerie, etc..), pause. En moyenne 60% du temps est utilisé pour une mission abattoir : perte de disponibilité estimée >20 ETP – variabilité importante Etude de la disponibilité des équipes

22 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir En moyenne, un auxiliaire officiel affecté en abattoir est disponible pour des missions en abattoir pour un temps équivalent à moins de 70% dun agent affecté hors abattoir Etude de la disponibilité des équipes

23 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir – pas de conditions particulières dexercices pour leurs missions en abattoir. – disponibilité en moyenne de 91%, déduction faite des différentes absences et missions hors abattoir – Variabilité due aux remplacements sur dautres sites Etude de la disponibilité des équipes Vétérinaires officiels

24 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Comparaison besoins / disponibilité Besoins calculés supérieurs aux DO et aux Déficit global des équipes AO disponibilité réelle calculée pour les missions en abattoir : 211, 8 ETP déficit environ 39 ETP soit 14% de leffectif total variabilité très importante VO Effectifs en vétérinaires officiels insuffisants Déficit de 6 ETP soit 21% de leffectif total VO dabattoirs peu mobilisables Difficultés importantes lors dabsence non programmée

25 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Gestion de la continuité de service Si personnel disponible en nombre insuffisant, une organisation locale des priorités est établie: - postes dinspection sur chaîne prioritaires - missions hors chaînes pas assurées ou reportées -inspection ante mortem diminuée et sur certains sites en sous- effectif notoire, supprimée Problème : manque dharmonisation entre abattoirs et département A noter : les missions hors abattoir attribuées à certains agents en abattoir servent aussi de facteur dajustement des équipes. En 2010, les plans de contrôles et de surveillance (PSPC) en abattoir nont pas pu être réalisés à 100% dans les abattoirs des Côtes dArmor.

26 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Difficultés rencontrées De 3 ordres : – Structurel – Professionnel – Services de contrôle Analyse des difficultés et propositions de pistes de travail

27 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Propositions de solutions Niveaux décisionnels – Central Prioriser les missions et révision de la réglementation Validation nationale dune organisation du travail Améliorer la réactivité (selon production) Gestion décentralisée de contrats de vacataires – agents volants Révision du calcul des DO Travail sur la pénibilité : faciliter la reconversion, aménagement des postes – Services déconcentrés Mise en place de la nouvelle organisation – Professionnel Engagement au travers du protocole cadre (horaires, ajustements ponctuels, augmentation de production) Aménagements physiques de labattoir pour améliorer les possibilités dinspection

28 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Affiner le système de calcul des DO pour les abattoirs à plus forte capacité – Prise en compte du nombre de chaînes dabattage fonctionnant simultanément et des abattoirs travaillant en 2X7 h

29 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Ajuster les besoins Missions pouvant être réalisées par le professionnel, sous contrôle du VO réalisation de prélèvements – Obex des bovins (ESB) (déjà réalisé) – trichines : 1,2 ETP sur les 22 abattoirs – plans de surveillance et de contrôle (gestion administrative toujours réalisée par les SV) : 2,5 ETP sur les 22 abattoirs

30 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Ajuster les besoins Missions pouvant être réalisées par le professionnel, sous contrôle du VO réalisation de lestampillage – Lien avec le calcul des redevances dès 2011 – Pas de gain réel en ETP car déjà délégué en grande partie dans les abattoirs à forte cadence en porc – Postes pas individualisés dans les autres abattoirs – Mais amélioration des conditions de travail en terme de TMS et gain defficacité pour le travail dinspection su chaîne

31 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Propositions de pistes damélioration – diminuer les besoins : faire évoluer les obligations réglementaires: cadre communautaire prioriser les missions: niveau national – augmenter la disponibilité des équipes Réorganiser le travail Modifier les systèmes de rotations et le nombre de postes par chaîne instaurer une souplesse administrative, en améliorant réactivité et formation

32 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Conclusion Travail à conduire sur lorganisation des équipes – Définir le nombre minimum dagents requis chaque jour par site systèmes dorganisation, « ordinaire » et en mode « continuité de service » propres à chaque service dinspection – Diminuer les TMS et harmoniser les systèmes de rotations des équipes en fonction de lactivité et des cadences – Harmoniser l organisation des équipes entre abattoirs pour harmoniser les conditions de travail Pour harmoniser les conditions dinspection – Favoriser ladaptation des équipes : accueil, encadrement, rôle du VO cadre de proximité Validation nationale dune organisation des équipes

33 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Améliorer la disponibilité Contribuer à minimiser la pénibilité du travail en abattoir – recenser précisément les problèmes: travail en charge du groupe abattoir du CHS ministériel, – points permettant une amélioration exclure strictement les manipulations de carcasses et dabats aménagement des postes à la charge des abatteurs sensibilisation et formation des cadres et des ACMO formation des agents à lergonomie et à lutilisation des couteaux – lutter contre la répétitivité des gestes

34 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Améliorer la disponibilité Contribuer à minimiser la pénibilité du travail en abattoir – rendre les postes en abattoir plus attrayant, et ainsi favoriser le maintien des agents techniquement compétents – diminuer le nombre des TMS ayant pour conséquence des arrêts maladies ou des aménagements de postes rendant lorganisation plus difficile.

35 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Améliorer la disponibilité Contribuer à minimiser la pénibilité du travail en abattoir – diversifier les missions : inspections hors chaînes et hors abattoir, travail administratif – favoriser les journées à plus faible amplitude horaire : privilégier les organisations prévoyant la présence des agents sur chaque jour de la semaine (travail sur 5 jours) effectuer régulièrement des semaines complètes sans cumul dheures supplémentaires devrait pouvoir être valorisé car le passage à 5 jours est source de contraintes personnelles pour les agents (plus de frais de trajets, de frais de garde denfant, etc..)

36 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Mieux sadapter aux facteurs de variations Améliorer la réactivité – Remplacement des absences : favoriser la présence dagents supplémentaires sur des périodes limitées Constat dune grande rigidité actuelle des conditions demplois des agents, en particulier contractuels alors que les besoins sont accrus – Difficulté pour effectuer des transfert entre sites, même pour des agents volontaires

37 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Mieux sadapter aux facteurs de variations Améliorer les conditions de formation – besoins estimés 15,2 ETP (y compris veille règlementaire) – manque de temps pour la formation continue, du fait des effectifs restreints et programmation des formations souvent tardive – difficultés à acquérir et conserver les compétences – besoin dune formation spécifique adaptée dés la prise de poste : prévoir un recrutement suffisamment tôt : Problème de la formation des vacataires : ne pouvant pas assurer toutes les missions, ils restent au 1 er poste dinspection les plus faciles à pourvoir.

38 11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Autres solutions envisageables – modulation de la redevance : rédiger ou revoir les protocoles particuliers avec les abatteurs et fixer au mieux les horaires dabattage – améliorer laménagement des postes, avec la médecine du travail – travailler à la reconversion de poste en cas de TMS et autres maladies invalidantes. – faciliter la gestion des contrats des vacataires pour sadapter au mieux au besoin des équipes (vacataires « volants », gestion locale des contrats...)


Télécharger ppt "11 mars 2011 E Descamps, référent national abattoir Groupe de travail effectifs en abattoir de boucherie – Conduite par la DRAAF Bretagne (SRAL) – Participation."

Présentations similaires


Annonces Google