La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Propositions de recommandations émises par les COREVIH Centre et Poitou Charentes/Aquitaine sur la prise en charge des patients VIH incarcérés.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Propositions de recommandations émises par les COREVIH Centre et Poitou Charentes/Aquitaine sur la prise en charge des patients VIH incarcérés."— Transcription de la présentation:

1 Propositions de recommandations émises par les COREVIH Centre et Poitou Charentes/Aquitaine sur la prise en charge des patients VIH incarcérés

2

3 Etat des lieux

4 F ICHES TECHNIQUES D AIDE À LA PRISE EN CHARGE DU VIH ET DES HÉPATITES EN MILIEU CARCÉRAL 3 ème édition 186 pages

5 Plan Dépistage en milieu carcéral Outils de Réductions des risques Prise en charge médicale des hépatites virales B et C et de linfection par le VIH Sensibilisation à léducation et à la promotion de la santé

6 Plan Dépistage en milieu carcéral Outils de Réductions des risques Prise en charge médicale des hépatites virales B et C et de linfection par le VIH Sensibilisation à léducation et à la promotion de la santé

7 Dépistage en milieu carcéral Prévalence

8 Quand dépister? Le dépistage du VIH et des hépatites doit être : – Systématiquement reproposé à lentrée en détention ; – Proposé périodiquement (au moins 1 fois par an pour les hépatites) au cours de lincarcération (rapport Yéni 2010 et recommandations de la HAS). Cette démarche autorise un meilleur suivi des personnes et crée des espaces pour parler de prévention – Systématiquement proposé en cas de refus à lentrée, de prise de risque, dans le cas dexposition connue et avérée ; – À la demande spontanée des personnes auprès des personnels de lunité sanitaire. – À la sortie dans le cadre de la consultation de sortie si possible

9 Comment dépister? Proposé et assuré – Par lunité sanitaire – Antenne CDAG Dépistage classique qui permet de cibler le VIH, VHC, VHB et IST Alternative TROD – Évite la prise de sang – Ne permet aujourdhui que dépister le VIH Nécessité dêtre à distance de la prise de risque (6 semaines pour la sérologie et 3 mois pour le TROD)

10 Plan Dépistage en milieu carcéral Outils de Réductions des risques Prise en charge médicale des hépatites virales B et C et de linfection par le VIH Sensibilisation à léducation et à la promotion de la santé

11 Outils de Réductions des risques (1) Préservatifs masculins, féminins et lubrifiants – Mise à disposition par administration pénitentiaire, association, CDAG… – Accès libres, sans justification – Points daccès choisis et diversifiés pour garantir une confidentialité maximale – Et vous dans votre établissement ?? : UCSA ?, salle de sport ?.....

12 Outils de Réductions des risques (2) Eau de javel – Délivrée gratuitement par ladministration pénitentiaire à tous les arrivants – Renouvelée tous les 15 jours – Information des personnes détenues aux consignes dutilisation Respect de la durée douverture (<3semaines) Conservation du flacon à labri de la lumière Pas de dilution ni mélange avec quelques produits ou liquides que se soit – Rappels réguliers et diffusion des principaux messages de prévention (ex….., tatouage, piercing, sniff, partages de seringues)

13 Outils de Réductions des risques (3) AES – Indication à une prise en charge sur place dans les 48 heures maximum après la prise de risque et au mieux dans les 4 heures – Prise en charge sur lUCSA pour les personnes détenues ainsi que tout le personnel de la pénitentiaire durant les heures douverture ou auprès du service des urgences du centre hospitalier de rattachement aux heures non ouvrables. – Disposition dun kit de traitement ARV au sein des UCSA – Se référer à la procédure du COREVIH (www.corevih-cpc.fr)www.corevih-cpc.fr – Discuter de la séro-vaccination contre le virus de lhépatite B

14 Outils de Réductions des risques (4) Actions générales – Travailler en lien avec les CAARUD et CSAPA locaux, les associations (AIDES, croix rouge, etc…..) – Développer des actions de réductions des risques – Aider les consommateurs à accéder aux soins (notamment à la substitution aux opiacés) et au dépistage des infections virales – Campagne de vaccination, notamment contre le virus de lhépatite B

15 Plan Dépistage en milieu carcéral Outils de Réductions des risques Prise en charge médicale des hépatites virales B et C et de linfection par le VIH Sensibilisation à léducation et à la promotion de la santé

16 Prise en charge médicale des hépatites virales B et C et de linfection par le VIH Durant lhospitalisation – sassurer de lapplication des bonnes pratiques de confidentialité inhérentes à toutes pathologies chroniques – proposer une continuité et une qualité des soins dispensés (accès aux différents spécialistes) – Assurer labsence de rupture de dispensation des médicaments antirétroviraux

17 Prise en charge médicale des hépatites virales B et C et de linfection par le VIH A la sortie – Exigence de continuité des soins – Remise dune ordonnance et dune avance de traitement de quelques jours (à adapter au contexte de chaque personne) indispensables pour éviter tout risque de rupture de traitement – Remise dun rendez vous de consultation avec le service correspondant de lunité sanitaire selon le domicile du patient, établi en sadressant si besoin au COREVIH (en cas dinfection par le VIH) ou au pôle de référence (hépatites) de proximité. – Délai de rendez vous rapproché et cohérent avec la provision de médicaments remis – Indiquer à la personne détenue les autres ressources locales pouvant lui être nécessaires : centres de soins, médecins, associations, etc

18 Plan Dépistage en milieu carcéral Outils de Réductions des risques Prise en charge médicale des hépatites virales B et C et de linfection par le VIH Sensibilisation à léducation et à la promotion de la santé

19 Définition : – Actions collectives sadressant à des petits groupes de personnes : Actions ponctuelles telles que lorganisation dévénements à loccasion de journées nationales ou mondiales (VIH, tuberculose, tabac), semaine internationale de la santé mentale, semaine de la vaccination, par exemple. Groupes de parole, dateliers dexpression se réunissant sur plusieurs sessions ou ponctuellement. Séances dinformation suivies déchanges. Construction de supports dinformation donnant loccasion dun échange. Actions adaptées au public auquel elles sadressent (âge, sexe, maîtrise de la langue).

20 Par qui et comment? Intervenants internes – personnels de soins de lunité sanitaire – SPIP – …. Intervenants externes – Association – IREPS – …. Il revient dans ce cas au comité de pilotage de valider ces choix.

21 Un exemple doutil au service des soignants


Télécharger ppt "Propositions de recommandations émises par les COREVIH Centre et Poitou Charentes/Aquitaine sur la prise en charge des patients VIH incarcérés."

Présentations similaires


Annonces Google