La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences Dr Jean-Michel Thurin Psychiatre-psychanalyste Ecole de psychosomatique Rédacteur en chef de Pour la RecherchePour.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences Dr Jean-Michel Thurin Psychiatre-psychanalyste Ecole de psychosomatique Rédacteur en chef de Pour la RecherchePour."— Transcription de la présentation:

1 Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences Dr Jean-Michel Thurin Psychiatre-psychanalyste Ecole de psychosomatique Rédacteur en chef de Pour la RecherchePour la Recherche Co-coordonnateur D.U. stress, traumatisme et pathologies (Paris 6, Pitié-Salpêtrière ) -

2 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma2 Quallons-nous aborder ? La question des relations entre psychanalyse, psychosomatique et neurosciences est dactualité. Dun côté, elle sexprime dans de multiples articles et ouvrages. De lautre, elle est lobjet dun refus catégorique. Le propos de cette présentation est de montrer comment le dialogue a été rompu et comment il est devenu aujourdhui possible et sans doute indispensable. Ce nouveau dialogue, qui démontre la proximité et la complémentarité des modèles du psychisme de la psychanalyse et des neurosciences contemporaines savère utile non seulement dans la perspective du développement des connaissances, mais également – et peut-être surtout - dun éclaircissement de nombreux aspects des pratiques psychothérapiques restés jusquà présent du domaine de lexpérience empirique. Cette présentation comprend 5 parties : 1. les conditions historiques de la séparation de la psychanalyse de la neurologie ; 2. le modèle freudien du psychisme ; 3. Le moment dun dialogue : convergence et articulations du modèle des neurosciences et de la psychanalyse ; 4. La psychosomatique, à la lumière du stress et de la neuro-psycho-endocrino. Immunologie : un nouveau modèle dintégration ? ; 5. Conséquences pour la pratique et conclusions.

3 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma3 Histoire dune divergence La formation initiale de Freud Freud suit lenseignement de Meynert (clinique psychiatrique) neuro-anatomiste, auteur dun ouvrage de psychiatrie basant la classification des troubles sur une base purement anatomique et de von Brücke (physiologie) qui introduit à lécole de Vienne la médecine moderne de laboratoire. Von Brücke est lui-même lélève de Helmholtz pour lequel « seules des forces physico-chimiques sont à lœuvre dans lorganisme » La neurologie clinique repose sur la méthode anatomo- clinique : reconstituer lorigine physique dun trouble, à laquelle on na pas accès directement, à partir de linvestigation clinique et de sa description et la référer aux lésions anatomiques constatées dans des cas similaires. Un certain nombre daires localisées sont ainsi décrites comme le support de fonctions (expression et compréhension verbale, mouvement, reconnaissance dobjets, etc.) Solms M. Preliminaries for an integration of psychoanalysis and neuroscience. MeynertHelmholtz

4 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma4 La double formation de Freud Séjour de Freud à Paris Lécole française (Charcot) met laccent sur le côté clinique : « même si cela va à lencontre de la théorie (neurologique) les faits cliniques passent dabord » (Freud : « Charcot » 1893) Des troubles comme les névroses - hystérie et neurasthénie en particulier nont pas montré à lautopsie de lésions comme cela avait été trouvé avec dautres troubles « nerveux » Différence avec lécole austro-allemande qui portait davantage son attention sur le côté anatomique. Retour à Vienne et accueil glacial. Mise en œuvre de travaux « neuro-psychologiques » (aphasies, paralysies,… ) Charcot Freud S.Charcot (1893). In Résultats, idées, problèmes. Paris PUF, 1984, pp 61-73

5 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma5 Contribution à létude des aphasies (1891) Lanalyse fonctionnelle, par Freud, des aphasies le conduit à la conclusion que ces facultés –ont leur propre organisation interne ; –se décomposent suivant la logique fonctionnelle de leur propre construction interne, et non selon lois structurales et disposition de l'anatomie cérébrale ; –sont, dans leur essence, des processus dynamiques ; –proviennent d'un jeu complexe de forces entre des fonctions composantes plus élémentaires, qui sont constamment restructurantes et re-adaptantes aux changements de circonstances ; –doivent être considérées comme des processus -- les résultantes dynamiques d'interactions entre les éléments statiques du système nerveux ; –leurs corrélations physiologiques ne peuvent donc jamais être localisées dans des centres anatomiques discrets. Freud S. Contribution à la conception des aphasies (1891). Paris PUF, 1983, 155 p Émergence dune nouvelle approche psychophysiologique des facultés mentales

6 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma6 Freud précise sa position relativement aux neurosciences « Cest un résultat inébranlable de la recherche, que lactivité animique est liée à la fonction du cerveau comme nul organe. On est mené un peu plus loin - on ne sait jusquoù - par la découverte de linégalité de valeur des parties du cerveau et de leur relation spécifique à des parties du corps déterminées et à des activités déterminées de lesprit. Mais tous les essais pour deviner, à partir de là, une localisation des processus animiques, toutes les tentatives pour penser les représentations comme emmagasinées dans les cellules nerveuses, et pour faire voyager les excitations sur des fibres nerveuses, ont radicalement échoué. Le même destin attendrait une doctrine qui prétendrait, par exemple, reconnaître le lieu anatomique du système Cs, de lactivité de lâme consciente, dans lécorce cérébrale, et placer les processus inconscients dans les parties sub-corticales du cerveau. Il y a là un vide béant dont le comblement nest actuellement pas possible et ne relève dailleurs pas des tâches de la psychologie Notre topique psychique na, provisoirement, rien à voir avec lanatomie, elle est ne relation avec des régions de lappareil animique, où quelles puissent être situées dans le corps et non avec des localités anatomiques » Freud S. Linconscient, 1915, In Œuvres complètes, Vol 13, pp

7 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma7 En résumé Dans ses rapports aux neurosciences –Freud se sent moins lié par le versant anatomique de la neurologie après son passage à la Salpetrière et sa découverte dune méthode « clinico-descriptive » qui a sa propre cohérence. –Ses travaux « neurologiques » intègrent le conflit et ouvrent à la dynamique fonctionnelle sans renoncer au parallélisme psychophysiologique. –Maintenant le principe de ce parallélisme, il élabore, à partir de sa formation initiale et de la clinique un système virtuel qui trouvera éventuellement ultérieurement sa validation. –Les maître mots de ce modèle sont : processus dynamique mémorisé, restructurations permanentes, non localisation.

8 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma8 Modèle freudien du psychisme Contribution à la conception des aphasies (1891) Projet pour une psychologie scientifique (1895) Linterprétation des rêves (1900) Linconscient (1915) –Quatre aspects centraux de ce modèle seront présentés Réseaux neuronaux et mémoire Traces mnésiques et représentations Conscience Inconscient(s) Freud S. Contribution à la conception des aphasies (1891). Paris PUF, 1983, 155 p Freud S. Esquisse dune psychologie scientifique. In La naissance de la psychanalyse. Paris PUF 1973, pp Freud S. Linterprétation des rêves, chap. 7 (1900). Paris PUF, 1976, 573 p Freud S. Linconscient, 1915, In Œuvres complètes, Vol 13, pp

9 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma9 Réseaux neuronaux et mémoire La mémoire est distribuée dans des complexes neuronaux qui se constituent en fonction de lintensité des stimuli, de leur répétition et de leur simultanéité [1]. Le corrélat physiologique de la représentation nest pas quelque chose qui est au repos, mais plutôt quelque chose de la nature dun processus. Lorsquil sest déroulé, il laisse une modification des connexions neuronales (les frayages) auxquels correspond la possibilité dun souvenir [2]. Ce processus est dirigé en fonction des connexions établies, mais également de mécanismes dattraction par des neurones déjà investis (en particulier du fait de lattention et du principe de plaisir) : régulation par le moi [3] Freud S.1 et 2. Contribution à la conception des aphasies. (1. p 153 ; 2, p 106) ; 3. Esquisse dune psychologie scientifique, p 342 A. Maruani et JM Thurin, Psychiatries, 1989

10 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma10 Activation du réseau Lactivation du système de mémoire provient de deux sources, externe et interne –Source externe : stimulations sensorielles –Sources internes Pulsion (source continue) –Se manifeste à partir dun effet de seuil et devient continue dans certaines conditions dexcès –Nécessite une action spécifique pour cesser –Ne peut trouver de résolution chez le nourrisson et nécessite une aide extérieure, c-a-d également lattention de lautre. Elle acquiert une fonction secondaire : celle de la compréhension mutuelle. « Limpuissance originelle de lêtre humain devient ainsi la source première de tous les motifs moraux »*. Régulations élémentaires, expériences biologiques fondamentales, expériences vécues : sentiments et affects *Freud S. Esquisse dune psychologie scientifique

11 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma11 Traces mnésiques et représentations 3.Troisième niveau : à cette représentation dobjet (de chose) sassocie une représentation de mot. 2. Deuxième niveau : ces traces élémentaires sont organisées par des représentations dobjet (ou de chose). Plusieurs afférences (visuelles, kinesthésiques, …) sintègrent avant daboutir à la création dune représentation simple (généralement visuelle) 1.Premier niveau : traces brutes et élémentaires du sensible, auxquelles sassocient rapidement celles constituées par lexpérience de la satisfaction et de la douleur, les sentiments primaires, sensations corporelles et expériences biologiques. Thurin JM. Niveaux dans le modèle freudien du psychisme. In Modèles pour le psychisme (sous dir. Barthelemy, Grumbach, Maruani, Thurin et Thurin, Eshel, 1992,

12 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma12 Représentations de mot et de chose La représentation de mot apparaît comme un complexe représentatif clos, la représentation dobjet par contre comme un complexe ouvert. La représentation de mot nest pas reliée à la représentation dobjet par toutes ses parties constituantes, mais seulement par limage sonore. Parmi les associations dobjet, ce sont les visuelles qui représentent lobjet de la même façon que limage sonore verbale avec les autres associations dobjet ne sont pas indiquées Freud S. Contribution à la conception des aphasies (1891). Paris PUF, 1983, p 127

13 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma13 Conscience Une partie du système préconscient (Pc-Cs) « le conscient (qualité sensorielles + plaisir-déplaisir) représente la face subjective dune partie des processus physiques se produisant dans le système neuronal, nommément les processus perceptifs » [1] La prise de conscience des processus de pensée dépend de leur association avec des « restes verbaux » (réactivés et re-prononcés à létat débauche au cours de la pensée) Naissance de la psychanalyse [2] Pour que soit conférée une qualité aux processus de pensée, ceux-ci sont associés, chez lhomme aux souvenirs verbaux, dont les restes qualitatifs sont suffisants pour attirer sur eux lattention de la conscience, à partir de quoi un nouvel investissement mobile se dirige sur la pensée [3] Freud S. Esquisse dune psychologie scientifique. (1, p 331 ; 2, p ). 3. Freud S. Interprétation des rêves, p 502

14 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma14 Linconscient psychanalytique Trois perspectives différentes –Inconscient réprimé ou dynamique : « lInconscient » : pulsions inconscientes, défenses, conflits -> refoulement de la représentation de mot –Inconscient préconscient : la plus grande partie de la vie mentale est inconsciente, mais une partie delle peut devenir consciente par le mécanisme de lattention -> associe représentations de mot et de chose –Inconscient des traces, des habitudes, … (mémoire procédurale) -> ne sera jamais conscient

15 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma15 Vers une convergence ? Les neurosciences aujourdhui –Dans les paradigmes actuels, le cerveau a une activité intrinsèque, est hautement intégré, interactif avec lenvironnement, et orienté vers un but, avec des prédictions opérant à chaque niveau, des systèmes les plus bas jusquaux fonctions les plus élevées de la pensée abstraite (Pally, 2004, cité par Grobstein 2004). Son extrême complexité et sa richesse constituent lenjeu du 21ème siècle*. Grobstein P. Making the Unconscious Conscious, and Vice Versa: A Bi-directional Bridge Between Neuroscience/Cognitive Science and Psychotherapy? * Le cerveau comprend au moins 30 milliards (10 12 neurones) et un million de milliards de synapses

16 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma16 Vers une convergence Une ouverture méthodologique approche par niveaux Différentes disciplines peuvent aborder un objet commun à différents niveaux dapproche, moléculaire, cellulaire, physiologique, clinique, social Les questions qui se posent sont celles des articulations et des rapports entre un niveau et un autre approche fonctionnelle des processus : Luria*, Kandel identifier les différents composants qui contribuent, par interaction dynamique, à la faculté psychologique déceler comment un élément particulier (par exemple, lhyperémotivité) peut, sans être la cause initiale, être la source dun dysfonctionnement plus général. Pour accéder à des niveaux plus profonds, il est nécessaire de constituer une relation analytique dans une configuration professionnelle fiable, dans laquelle il est possible de travailler possibilités dobjectivation : imagerie médicale ; sophistication des méthodes de recueil et danalyse des données cliniques * Solms, Op. cité1999

17 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma17 Un appel au dialogue (1) –E Kandel est un témoin et un acteur actuel de cette problématique. Il en pose le diagnostic : la psychanalyse –représente encore la vision de lesprit la plus cohérente et la plus satisfaisante intellectuellement –a aidé à développer chez les médecins des voies directes et respectueuses dinteraction avec les patients malades mentaux, et a conduit à une perspective sur la maladie mentale moins stigmatisée socialement –est actuellement en déclin du fait de sa fermeture vis à vis de la biologie, des neurosciences et de la méthode scientifique E Kandel Prix Nobel de médecine Kandel E. La biologie et le futur de la psychanalyse : un nouveau cadre conceptuel de travail pour une psychiatrie revisitée. Evol Psychiatr 2002 ; 67 :

18 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma18 Un appel au dialogue (1) –Et la thérapeutique Inscrire la psychanalyse comme une discipline pilote des relations entre clinique et neurosciences. Jeter un pont entre les « hypothèses » de la psychanalyse et les connaissances actuelles en neurobiologie « réécrire la métapsychologie sur un fondement scientifique » dans une coopération psychanalyse-neurosciences à partir de thèmes spécifiques –Il y apporte sa contribution en apportant léclairage des neurosciences sur 8 points clés E Kandel Prix Nobel de médecine

19 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma19 Une démarche non isolée … –On pourrait lui associer celles* de Luria Edelman, Damasio Green, Widlöcher … Solms et le courant de neuro-psychanalyse Et dun ensemble de psychanalystes et de chercheurs (Stern, Westen, Shevrin, Grobstein …) qui ont recherché plutôt des solutions dans le dialogue et larticulation que le clivage –Deux ordres de questions se posent La comparaison et la compatibilité des modèles Celle dapports réciproques et de travaux communs entre psychanalyse et neurosciences * Bibliographie à la fin de la présentation

20 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma20 Des points darticulation (1) 1.Le point le plus important est peut-être celui de la démonstration de relations constantes et permanentes entre génétique et environnement. La plasticité neuronale en est une application à un niveau, les mémoires, les circuits du stress et les interactions précoces à un autre niveau 2.Lexistence des processus inconscients nest plus discutée. La différenciation des mémoires explicite et implicite ouvre à la distinction des processus conscients et inconscients.

21 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma21 Des points darticulation (2) 3.Dores et déjà, différents travaux (plasticité cérébrale, mémoires procédurale et déclarative, priming, interactions précoces et ultérieures, conscience, mécanismes de défense*,…) montrent que les connaissances des neurosciences ne sopposent pas et même convergent avec le modèle freudien du psychisme et celui de ses successeurs. 4.Un nouvel espace se situe dans le développement de la branche psycho-neuro- endocrinologique-immunologique des neurosciences concernant les travaux sur le stress et le traumatisme et leurs relations aux pathologies mentales et autres**. Plasticité neuronale et mémoire, comportement et interaction, mémoires, conditions et fonctions, conscience * Westen D. The scientific status of unconscious processes (1999). ** Thurin JM, Bauman N. Stress, traumatisme et pathologies. Médecine-Sciences Flammarion, 2003, 285 p

22 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma22 Plasticité neuronale et mémoire Lenvironnement sexprime sur un mode génétique En particulier, l'efficacité des synapses peut se modifier les modulations du fonctionnement des synapses sont essentielles pour l'apprentissage et la mémoire La phosphorylation des protéines dans la synapse joue un rôle important pour l'apparition d'une forme de mémoire immédiate La constitution d'une mémoire à long terme demande en plus une synthèse de protéines qui induisent, entre autres, des modifications dans la forme et le fonctionnement de la synapse. Les changements anatomiques dans le cerveau se produisent tout au long de la vie ; ils modèlent les capacités pratiques et le caractère dun individu. Thurin JM, In Modèles pour le psychisme, 1992 Kandel, 1999 (2002)

23 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma23 Plasticité neuronale et interactions : le modèle de Kandel Environnement Expression génétique neuronale Comportements Relations environnement social Ce modèle permet denvisager une série de boucles qui vont vers laggravation … ou vers lamélioration

24 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma24 Différenciation des mémoires –explicite (consciente) –implicites (inconscientes) Mémoire procédurale : procédures et manières de faire (jouer du piano, apprécier les règles implicites dune conversation, savoir faire fonctionner une grue au cm près sans pouvoir le décrire, avoir la bonne intervention sans pouvoir lexpliciter) Mémoire associative : le priming. Intervention de marquages inconscients sur les réponses ultérieures orientant les associations En dehors de la conscience, capacité de construction de relations entre affects et représentations

25 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma25 Influence âge et contexte émotionnel sur mémorisation. Conséquences sur lexpression actualisée. Mémoires Déclarative (explicite) Procédurale (implicite) FaitsÉvénements Hippocampe Lobe médiotemporal Diencéphale Outils et habitudes Amorçage Apprentissage Associatif basique Striatum Cortex moteur Cervelet Néo cortex Réponses émotionnelles Squelette musculature Voies réflexes Amygdale Cervelet Apprentissage Non associatif Sens Procédures … Réactions … Activation NA Modulation corticale Mémoire consciente personnes, objets, lieux Mémoire inconsciente éléments perceptifs et moteurs Interactions relationnelles Jusquà 2-3 ans(moment de linteraction) Lenfant sappuie sur mémoire procédurale En fonction après lâge de 2-3 ans

26 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma26 Réseaux neuronaux et conscience Le départ : –Diversité des systèmes nerveux individuels –Diversité des mondes vécus La sélection neuronale –Construction : les neurones les mieux adaptés sont sélectionnés dans la diversité de départ –Développement : renforcement ou affaiblissement de certains réseaux de synapses : cartes cérébrales –Connexion intercartes par réentrée des signaux. Différents niveaux dinscription conscience primaire (apprentissage et abstraction) à conscience supérieure (symbolisation, mémoire explicite) Edelman G. Plus vaste que le ciel, une nouvelle théorie générale du cerveau. O. Jacob 2004, 216p

27 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma27 En résumé Évidemment, il nest pas possible didentifier point à point le modèle freudien du psychisme à celui actuel des neurosciences. En revanche on peut dire quil lui est structurellement compatible dans quatre registres au moins –mémoire connexionniste, –distribution fonctionnelle des facultés mentales, –niveaux dinconscient (linconscient dynamique nétant actuellement prouvé expérimentalement), –distinction de la mémoire narrative (représentations de mot et dobjet) de celle constituée des différents éléments, enchaînements et logique des interactions, participant à la constitution des représentations de chose.

28 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma28 Psychosomatique Le champ de la psychosomatique est organisé actuellement par le concept de stress Ce concept, initialement identifié au syndrome dadaptation, sest progressivement complexifié et prend en compte les dimensions qualitatives, dhistoire et de spécificité individuelle et inter-individuelle Le stress est un processus dont un des aspects étonnants est son implication dun « module commun psychosomatique » intégrant la réponse à des événements aussi bien somatiques que psychologiques Il se prête à une analyse par niveaux et par pôles fonctionnels. Le cerveau tient une double place : organe intégrateur et support des fonctions mentales. Cette double fonction se retrouve dans dautres organes comme la peau, lintestin, le cœur, –Seuls seront abordés ici stress périnatal et développement conséquences secondaires (dépression, anxiété, troubles somatiques périph.)

29 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma29 Stress : définition Le stress est un processus biologique Il est engagé par tout ce qui anime un être vivant ou le conduit à se défendre –Événements/situations « psychiques » –Événements/situations « somatiques périphériques » Sa réponse utilise quatre grands systèmes –1) nerveux central; 2) nerveux autonome; –3) neuroendocrinien; 4) immunitaire Son objectif premier est ladaptation (« au service de linstinct de vie » Freud) –« réponse non spécifique que donne le corps à toute demande qui lui est faite » « délimitée en 3 temps » Selye

30 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma30 CRF HYPOTHALAMUS ACTH CORTICO SURRÉNALES HIPPOCAMPE Récepteurs aux cytokines Récepteurs aux corticoïdes INF, INF, IL1, IL6, TGF Cortisol AMYGDALE CRF HYPOPHYSE Hormones Neuromédiateurs Endoxines Vasopressine INF, INF, IL1, IL6, TGF Neuromédiateurs (NA, 5HT,glut,…) POMC -endorph Actions métaboliques SNA Réactions comportementales NEOCORTEX Locus Coeruleus Raphé nucleo Systèmes, médiateurs, régulations Daprès Jacque et Thurin, 2002

31 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma31 Interactions précoces Carences et abus précoces Trauma(s) Phases précoces Lattachement sécurisant de la mère et de lenfant nourrit le confort de lenfant avec lui même et sa confiance de base dans les autres, alors que lattachement non sûr nourrira lanxiété Le développement des représentations internes du rapport au monde se produit à certaines périodes précoces et critiques de la vie de lenfant. A cette période, lenvironnement doit être « en moyenne prévisible » Bowlby J..Attachment and loss, Tavistock Institute of Human Relations, L'attachement, PUF, Paris, 1978

32 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma32 Lappel et les réponses qui lui sont données constituent un premier prototype de de la réaction de stress et de la réaction interpersonnelle qui laccompagne* La séparation en est un second prototype Phases précoces * Freud S. Esquisse dune psychologie scientifique. In La naissance de la psychanalyse. Paris PUF 1973, pp

33 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma33 Stress précoce de lenfant : conséquences Le stress précoce par négligence ou par abus accroît le risque détat de stress post traumatique tout au long de la vie et dans des circonstances actualisées (chez 1/3 des personnes concernées / 10%) Les victimes dabus physique ou sexuel durant lenfance, sont à lâge adulte à risque considérablement plus important, quil sagisse des maladies mentales (dépression, anxiété, …) ou de troubles tels que les maladies cardiaques et le diabète Dans certaines études, les conséquences dune négligence durable sont plus importantes que celles de labus. Heim C, Nemeroff C B. The role of chilhood trauma in the neurobiology of mood and anxiety disorders : preclinical and clinical studies. Biol Psychiatry 2001 ; 49: Spitz R. The first year of life, NY IUP, 1965, De la naissance à la parole, PUF, Paris, 1973

34 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma34 Stress précoce : modèles animaux Séparation de petits singes de leur mère : - agitation - troubles du sommeil - hurlements - puis au bout de 1 ou 2 jours, "désespoir" : réduction de l'activité, de l'appétit et du poids, du jeu et de l'interaction sociale, posture voûtée et expression triste du visage. (Hinde et al. 1978, in Holsboer 1999) Isolement précoce durable (6 mois) - Physiquement bien portants, mais dévastés au niveau du comportement (tapis dans un coin ou se déplaçant) ; absence dinteraction - Syndrome partiellement réversible avec mère de substitution - Comportement peut être sauvé avec présence dun enfant singe normal quelques heures /jour

35 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma35 Niveau physiologique : 1. la double implication du CRF Changements comportementaux chez le singe, ressemblant à une réaction désespoir à la rupture du lien d attachement ACTH Cortisol Cytokines Réduction des ondes lentes du sommeil et de l hormone de croissance chez l humain Changements comportementaux chez le rat - renforcement de la phobie - réduction de la réponse aux tests de conflit - réduction de l interaction sociale - réduction de l appétit - réduction de la réceptivité sexuelle - réduction du déplacement - augmentation des comportements de toilettage - Augmentation de la pression sanguine et tachycardie - Réduction de l activité gastro-intestinale Suppression de l activité splénique des cellules NK chez le rat Hypothalamus Hypophyse CRH- Corticosurrénale

36 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma36 Niveau physiologique : 2. cortisol et récepteurs 1. Si la balance entre une production exagérée de CRH et que la suppression induite de corticostéroïdes est sévèrement perturbée, une dépression se développe. Des stress précoces tels que la négligence ou labus peuvent conduire à des élévations persistantes de CRH rendant lindividu vulnérable à la dépression, à lanxiété ou aux deux 2. Des chocs répétés (chez lanimal) produisent un syndrome ressemblant à la dépression. Les troubles de réduction des capacités dapprentissage sont consécutifs à une émotionnalité accrue ou une terreur (ou les deux). Un tableau semblable se retrouve chez lhumain soumis à stress incontrôlables Un sentiment de vulnérabilité extrême accompagne cette dépression. Seule un partie de la population réagit de cette façon et une susceptibilité génétique est envisagée. Différents troubles sont associés (réduction du sommeil profond, de lappétit et de la pulsion sexuelle, anxiété accrue. (Holsboer, 1999) ACTH Cortisol Cytokines Hypothalamus Hypophyse CRH- Corticosurrénale

37 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma37 Niveau génétique et environnement : Modèles animaux L'exposition au stress durant la phase précoce de la vie peut produire des changements dans l'axe HHS (et de ses régulations) qui vont persister chez l'adulte, et constituer un facteur de risque de développement de troubles. L'importance de ces effets dépend à la fois de la vulnérabilité génétique et des réponses de l'environnement anxieux (A) ou sécurisant (S) Francis D, Champagne F, Liu D, Meaney M. Maternal care, gene expression and the development of individuel différences in stress reactivity. Annuals N Y Acad. Sciences, 1999 ; 896 : Environnement précoce Développement de la Réactivité au stress Réactivité au stress modeste Risque réduit de trouble Réactivité au stress accrue Risque augmenté de troubles mentaux et somatiques liés au stress Modification des interactions Génétique SA 1.Vocalisation à la séparation -> comportements désespoir manque de chaleur, de nourriture, de stimulation tactile de la mère = facteur de risque 2.Handling : brève période de séparation quotidienne (3-15 mn) -> réduit réponse comportementale et endocrinienne au stress toute la vie Une séparation plus longue (3-6 heures) accroît la réponse de stress -> augmentation de la sécrétion de CRF -> adrénaline et sérotonine -> augmentation corticoïdes à lâge adulte 3.Les séparations brèves entraînent renforcement des soins (léchage/caresses) de la mère 4.Différences suivant génétique Transmission des effets du comportement maternel sur générations suivantes 5.Implication de la préparation de la mère à langoisse /souriceaux : plus les mères sont anxieuses, moins elles sont positives envers leurs bébés

38 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma 38 Conséquences du stress Histoire dune maladie Stress environnementaux (travail, domicile, voisinage) A. Réaction de stress aiguëB. Phase allostatiqueC. Santé/Maladie TROUBLES FONCTIONNELS Événements de vie majeurs Trauma, maltraitances précoces Différences individuelles (gènes, développement, style, expérience) Soutien social Troubles sommeil Addictions SNA HHS SNC SI Réponses comportementales Charge allostatique 2 3 SANTÉ MALADIE Cognition Métabolisme

39 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma39 Effets sur lhippocampe Action des glucocorticoïdes sur lhippocampe –Atrophie dabord réversible –Dommages permanents : troubles de la mémoire

40 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma40 Études Dépression ( Harris et al 2000) –Étude chez une population de femmes de linfluence dune élévation du taux de cortisol matinal sur la survenue dune dépression majeure. –Des niveaux élevés de cortisol salivaire sont associés avec le déclenchement dune dépression en relation avec dautres facteurs de vulnérabilité : faible estime de soi, interactions négatives persistantes avec un proche, dépression ou anxiété sub clinique, intervention dévénements de vie. Cancer (Maunsell 1995) –224 femmes avec un diagnostic récent de cancer du sein. interrogées pour savoir si elles avaient eu un confident avec lequel elles avaient parlé de leurs problèmes personnels dans les 3 mois suivant leur opération. –suivies durant 7 ans. Le pourcentage de survie chez les femmes sans confident était 56% et de 72% pour les femmes avec au moins un confident. Les pourcentages de survivantes à 7 ans saccroissaient suivant que les femmes rapportaient avoir respectivement 0, 1 ou 2 confidents. La variable « confident » était plus importante que celle du choix entre deux procédures de traitement (16% versus 6%) Sida (Leserman 1999) –Quatre-vingt deux hommes séropositifs ont été suivis pendant 5 ans1/2. progression plus rapide vers le SIDA associée avec davantage dévénements stressants, davantage de symptômes dépressifs et moins de support social. Quand les trois variables sont analysées ensemble, le stress et le soutien social restent significatifs. –A 5ans1/2, la probabilité davoir le SIDA est deux à trois fois plus importante parmi ceux qui sont au dessus de la moyenne pour le stress ou au dessous de la moyenne pour le soutien social en comparaison avec ceux qui sont respectivement au dessous de la moyenne pour le stress et au dessus pour le support social.

41 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma41 Résumons Le stress que constitue labsence (durable) de réponse à un appel, une séparation précoce de lenfant de sa mère, une insécurité de base produit une réaction chez lenfant qui est emmagasinée de façon primaire dans le système de la mémoire procédurale, le seul système de mémoire bien différencié quil possède précocement dans sa vie ; Cette inscription dans la mémoire procédurale peut conduire à un cycle délétère de changement (renforcement chronique de la réaction de stress) avec renforcement réciproque de vulnérabilité - interactions inadaptées - psychopathologie. Celle-ci va se traduire, après une longue phase de troubles fonctionnels, par différentes pathologies jusquà dommages cérébraux (notamment, hippocampe) et extra-cérébraux (notamment, réactions inflammatoires (hyper ou hypo cort) Ce processus de constitution dune vulnérabilité consécutive au traumatisme dans le rapport à la réalité (vulnérabilité hors-conscience sensible aux indices associés au traumatisme) sexprime donc à différents niveaux de lorganisme et est un facteur de risque de pathologies. Une question majeure qui se pose est linterruption du cours naturel de ce cercle vicieux et son inversion en un processus de réparation et de développement. Deux facteurs semblent nécessaires pour y contribuer : le rétablissement dune relation qui va se situer pour partie dans des espaces dinteraction originaires, impliquant la sécurité de base ; la symbolisation de relations primaires participant de la construction de lidentité. Stress

42 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma42 Conséquences thérapeutiques Des changements structuraux de la mémoire impliquent insight et perlaboration dans contextes différents. La mémoire ne se réduit pas à la mémoire déclarative mais implique également la mémoire procédurale. Certaines situations (prototypes dinteraction, ant. à 2 ans, traumatismes non- pensés, mécanismes de défense,…) en sont captives -> nécessaire processus de symbolisation Certaines changements portant sur la mémoire déclarative peuvent induire un changement associé de la mémoire procédurale. Lidentification de la mémoire impliquée permet permet de mieux situer si la référence est celle de linconscient psychodynamique (refoulement, conflit) ou de linconscient pré-objectal et pré-symbolique. Le choix des attitudes thérapeutiques, prenant en compte dans le seconde cas les mécanismes de défense primaires (évitement, test voire rejet du lien) liés à linsécurité et au traumatisme en découle. Thurin JM. Une vie sans soi. Clinique et interprétation des maladies psychosomatiques. Frison-Roche 1996

43 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma43 Conclusions La psychanalyse peut apporter à la biologie un cadre général darticulation de différents registres : développement, mémoires, motivation, crises, interactions subjectives = une appréhension de la complexité de la subjectivité humaine dans sa réalité. La biologie peut aider la psychanalyse au niveau de la connaissance des mécanismes, et des circuits dinteraction ; elle ouvre la possibilité dun abord expérimental de certains aspects particuliers. La psychosomatique remet définitivement en question le clivage corps-esprit, démontre laspect longitudinal de nombreux troubles, pose la questions de larticulation des interventions dans un système intégré complexe. Dores et déjà, un certain nombre de travaux sont en cours concernant linsight, la conscience, les mécanismes de défense, le rêve, laffect, le développement de lenfant, la motivation, les somatisations. Lanalyse des processus de crise, de leurs répercussions mentales et somatiques peut ouvrir à des attitudes psychothérapiques stratégiques, repérées non pas en fonction de techniques fixes, mais du diagnostic des différents niveaux dinscriptions psychiques, des interactions, situations prototypes, traumatismes, conflits, etc.

44 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma44 Complément bibliographique (1) 1.Bowlby J..Attachment and loss, Tavistock Institute of Human Relations, L'attachement, PUF, Paris, Damasio A R. Le sentiment même de soi. Corps, émotions, conscience. O. Jacob 2002, 480 p 3.Edelman G. Plus vaste que le ciel, une nouvelle théorie générale du cerveau. O. Jacob 2004, 216p 4.Francis D, Champagne F, Liu D, Meaney M. Maternal care, gene expression and the development of individuel différences in stress reactivity. Annuals N Y Acad. Sciences, 1999 ; 896 : Freud S.Charcot (1893). In Résultats, idées, problèmes. Paris PUF, 1984, pp Freud S. Contribution à la conception des aphasies (1891). Paris PUF, 1983, 155 p 7.Freud S. Linconscient, 1915, In Œuvres complètes, Vol 13, pp Freud S. Esquisse dune psychologie scientifique. In La naissance de la psychanalyse. Paris PUF Freud S. Linterprétation des rêves, chap. 7 (1900). Paris PUF, 1976, 573 p 10.Green A. Un psychanalyste face aux neurosciences. La Recherche 1992; 23(247): Grobstein P. Making the Unconscious Conscious, and Vice Versa: A Bi-directional Bridge Between Neuroscience/Cognitive Science and Psychotherapy? 12.Harris TO, Borsanyi S, Messari S, Stanford K, Cleary SE, Shiers HM, Brown GW, Herbert J. Morning cortisol as a risk factor for subsequent major depressive disorder in adult women. Br J Psychiatry Dec;177: Heim C, Nemeroff C B. The role of chilhood trauma in the neurobiology of mood and anxiety disorders : preclinical and clinical studies. Biol Psychiatry 2001 ; 49: Holsboer F. Clinical Neuroendocrinology. In: Charney D, Nestler E, Bunney B, eds. 15.Jacque C et Thurin JM, Stress, immunité et physiologie du système nerveux. Médecine/Science, 2002, 18(11) : Kandel E. La biologie et le futur de la psychanalyse : un nouveau cadre conceptuel de travail pour une psychiatrie revisitée. Evol Psychiatr 2002 ; 67 :

45 18/11/2005Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences - approches croisées psyche/soma45 Complément bibliographique (2) 1.Leserman J, Jackson ED, Petitto JM, Golden RN, Silva SG, Perkins DO, Cai J, Folds JD, Evans DL. Progression to AIDS: the effects of stress, depressive symptoms, and social support. Psychosom Med 1999 May-Jun;61(3): Maruani A et Thurin JM. Psychanalyse, connexionnisme et modèles neuronaux ou : si Freud avait connu la calculette. Psychiatries, Maunsell E, Brisson J, Deschenes L. Social support and survival among women with breast cancer. Cancer 1995 ; 76 : Olds D. Introduction. JAPA 45(3) 5.Rosenblatt A. Insight, working through, and practice : the role of procedural knowledge. JAPA 2004; 52(1) 6.Sauvagnat F. Psychanalyse et neurosciences (Paru dans Psychanalyse et Recherches Universitaires, ouvrage collectif, Presses Universitaires de Rennes, 1994) 7.Shevrin H. Psychoanalytic and neuroscience research. Am Psychoanalyst 1998;3. 8.Shevrin H, Bond J, Brakel LAW, Hertel RK, Williams WJ. Conscious and unconscious processes : psychodynamic, cognitive and neurophysiological convergences. New York:Guilford Press, Solms M. Preliminaries for an integration of psychoanalysis and neuroscience Solms M. The interpretation of dreams and neurosciences. The British Psychoanalytical Association Spitz R. The first year of life, NY IUP, 1965, De la naissance à la parole, PUF, Paris, Stern D. The process of therapeutic change involving implicit knowledge : some implications of developmental observations for adult psychotherapy. Infant Mental Health J. 1998; 19: Thurin JM. Niveaux dans le modèle freudien du psychisme. In Modèles pour le psychisme (sous dir. Barthelemy, Grumbach, Maruani, Thurin et Thurin, Eshel, 1992, Thurin JM. Une vie sans soi. Clinique et interprétation des maladies psychosomatiques. Frison-Roche Thurin JM, Bauman N. Stress, traumatisme et pathologies. Médecine-Sciences Flammarion, 2003, 285 p 16.Westen D. The scientific status of unconscious processes (1999). klein/westen99.htmhttp://www.psychomedia.it/rapaport- klein/westen99.htm 17.Widlöcher D. Les nouvelles cartes de la psychanalyse. O. Jacob 1996, pp


Télécharger ppt "Psychanalyse, psychosomatique et neurosciences Dr Jean-Michel Thurin Psychiatre-psychanalyste Ecole de psychosomatique Rédacteur en chef de Pour la RecherchePour."

Présentations similaires


Annonces Google