La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

C.PAQUOT OPTIQUE. C.PAQUOT ANTIQUITE le seul vrai problème est celui de la vision. Il y a plusieurs courants qui s'affrontent à propos du mécanisme de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "C.PAQUOT OPTIQUE. C.PAQUOT ANTIQUITE le seul vrai problème est celui de la vision. Il y a plusieurs courants qui s'affrontent à propos du mécanisme de."— Transcription de la présentation:

1 C.PAQUOT OPTIQUE

2 C.PAQUOT ANTIQUITE le seul vrai problème est celui de la vision. Il y a plusieurs courants qui s'affrontent à propos du mécanisme de la vision, on recherche la liaison existant entre lœil et la chose vue. De l'objet vers lœil : atomistes, De lœil vers l'objet : EUCLIDE ( av.J. C.) et les pythagoriciens, Combinaison des deux : EMPEDOCLE ( av.J. C.) Ce sont les théories 1 et 2 qui furent adoptées.

3 C.PAQUOT

4 L'école d'Alexandrie (300 av.J.- C.-640) HIPPARQUE de Nicée ( av.J. C.) et Claude PTOLEMEE (90 168) sont des disciples d'Euclide. Claudios Galenos GALIEN ( ) s'intéresse à la structure de lœil et essaie de comprendre le mécanisme de la vision (limage se forme sur le cristallin) et le rôle du nerf optique en expérimentant, il pense quil existe un fluide de l'extérieur vers l'intérieur et un autre intérieur qui sensibilise le nerf optique.

5 C.PAQUOT La science arabe (VIIIème- XIIème s.) IBN AL HAITHAM ou ALHAZEN ( ) Son traité d'optique est la contribution la plus originale et la plus féconde avant le XVII ème siècle. Les rayons se propagent en ligne droite de l'objet vers lœil. Cette oeuvre reste inconnue ou négligée même dans le monde arabe jusquau XIIIème siècle.

6 C.PAQUOT OCCIDENT MEDIEVAL Les vitriers observent que des verres d'épaisseur irrégulière grossissent les dessins d'où le nom de LENTILLES DE VERRE. Puis au XIIIème s., à Florence et à Venise, ils les assemblent par paire, ils font ainsi des lunettes qui corrigent la presbytie ensuite ils utiliseront des verres creux (concaves) pour corriger la myopie.

7 C.PAQUOT OCCIDENT MEDIEVAL Robert GROSSETETE ( ) adepte de la méthode expérimentale, étudie les lentilles et note : "Si nous comprenons bien cette partie de loptique, nous pourrons faire apparaître comme toutes proches des choses... très lointaines. Des objets gros et proches pourront paraître très petits et nous pourrons lire incroyablement loin les lettres les plus petites." Roger BACON ( ) est l'auteur de traités d'optique, il étudie la réfraction et les couleurs de l'arc en ciel. Thierry de FREIBERG (mort en 1311) va donner la première explication satisfaisante à la réfraction et à larc-en-ciel. WITELO ( ) mesure les angles de réfraction des rayons traversant l'air, l'eau, le verre, r augmente moins vite que i. Giambattista Della Porta ( )

8 C.PAQUOT

9

10 RENAISSANCE Johann KEPLER ( ) étudie Alhazen, Grossetête et Thierry de Freiberg, il résout le problème de la formation des images dans lœil, l'image rétinienne est inversée d'où la correction des défauts de vision par les lentilles de verre. Il étudie la réfraction, il remarque que pour des angles petits (inférieurs à 30°), les angles dincidence et de réfraction sont égaux. Galileo Galilei GALILEE ( ) présente sa longue vue au duc de Toscane à Padoue, il offre sa lunette au Prince. Il publie ses découvertes en mars 1610 dans : « Sidereus Nuncius ».

11 C.PAQUOT

12

13

14

15 XVII ème siècle Le concept de rayon lumineux, les notions de propagation rectiligne, de formation des images, les lois de la réflexion sont bien établies mais les interrogations suivantes subsistent : Que vaut un angle de réfraction ? En quoi consistent les couleurs ? La vitesse de propagation de la lumière est-elle infinie comme le croit Képler ou très grande comme le postulent Alhazen, Bacon et Galilée ?

16 C.PAQUOT XVII ème siècle Willebrord SNELL ( ) trouve la relation entre les angles dincidence et de réfraction, il meurt et cest René DESCARTES ( ) qui publie les résultats en 1637 dans «la Dioptrique ». Loptique géométrique devient une science exacte. Francesco GRIMALDI ( ) forge un mot nouveau : diffraction, phénomène quil découvre, analyse et décrit dans un ouvrage « De Lumine », paru en 1665 : « Si lobstacle est constitué dun trou percé dans une plaque, la tache lumineuse qui apparaît sur lécran est plus grande que ne le voudrait le principe de la propagation rectiligne, les bords en sont irisés ».

17 C.PAQUOT

18

19 XVII ème siècle Isaac NEWTON ( ) écrit un traité doptique : « Mon dessein dans cet ouvrage nest pas dexpliquer les propriétés mais de les exposer crûment pour les prouver ensuite par le raisonnement et par les expériences. » Il montre expérimentalement que la lumière solaire est composée de sept couleurs élémentaires et propose une explication postulant «la nature corpusculaire » de la lumière en 1672 à la Royal Society. Il isole une couleur, il place un second prisme et il obtient limage de la couleur choisie. Cette expérience permet de rejeter la théorie de Descartes, cest une expérience cruciale.

20 C.PAQUOT

21

22

23

24 XVII ème siècle Christiaan HUYGENS ( ) soppose à la théorie corpusculaire. Il remarque que deux rayons peuvent se croiser sans être déviés pas les particules, cest un rejet de la théorie corpusculaire mais les ondes se propagent dans un milieu (air pour les sons, eau pour les vagues), il y a donc un milieu entre le soleil et la Terre : cest léther qui est le siège de mouvements vibratoires.

25 C.PAQUOT

26

27 XVIII ème siècle Il ny a pas une évolution importante au cours de ce siècle. Loptique nest plus une science à la mode.

28 C.PAQUOT XIX ème siècle Etienne Louis MALUS ( ) met en évidence les phénomènes de polarisation de la lumière. On connaissait la biréfringence du spath dIslande, il observe le phénomène de polarisation par réflexion. En janvier 1810, son mémoire sur la «Théorie de la double réfraction de la lumière dans les substances cristallisées » reçut un prix de LAcadémie des Sciences de Paris. Disciple de Newton, il semble avoir écarté toute interprétation ondulatoire des phénomènes de double réfraction et de polarisation ; il admet que la lumière est constituée de particules possédant des pôles (analogie avec laimant), doù le terme de lumière polarisée. Dans ce mémoire, il écrit quand même : « Jadopte …lopinion de Newton, non comme une vérité incontestable, mais comme un moyen de fixer les idées et dinterpréter les opérations de lanalyse. Cest une simple hypothèse qui na dailleurs aucune influence sur les résultats définitifs du calcul. »

29 C.PAQUOT

30 XIX ème siècle Thomas YOUNG ( ) sintéresse au problème de la vision et à celui de la nature de la lumière. Il étudie les franges produites par des lames minces et énonce le principe des interférences : « lorsque deux portions de la même lumière arrivent à loeil par des voies différentes, soit exactement dans la même direction, soit dans deux directions très proches, la lumière est au maximum dintensité lorsque la différence des chemins parcourus est un multiple dune certaine longueur, et au minimum dintensité pour létat intermédiaire des portions interférentes ; cette longueur prend des valeurs différentes pour les lumières des différentes couleurs.» Il est en correspondance avec Fresnel.

31 C.PAQUOT

32 XIX ème siècle Auigustin FRESNEL ( ) est considéré comme le fondateur de loptique moderne. Il entreprend des expériences à partir de 1814 sur la diffraction de la lumière. Il fait appel à une nouvelle notion la longueur dondulation (longueur donde). Il écrit : « La théorie vibratoire se prête mieux à expliquer la marche complexe des phénomènes lumineux ». Après la séance davril 1819, à lAcadémie des Sciences, la structure ondulatoire de la lumière paraît définitivement acquise, Fresnel obtient le prix de lAcadémie.

33 C.PAQUOT

34


Télécharger ppt "C.PAQUOT OPTIQUE. C.PAQUOT ANTIQUITE le seul vrai problème est celui de la vision. Il y a plusieurs courants qui s'affrontent à propos du mécanisme de."

Présentations similaires


Annonces Google