La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ETUDE DE LA QUALITE DE VIE DES FEMMES PRATIQUANT UNE ACTIVITE PHYSIQUE REGULIERE DE LOISIR ET SOUFFRANT DINCONTINENCE URINAIRE DEFFORT BADER Georges 1,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ETUDE DE LA QUALITE DE VIE DES FEMMES PRATIQUANT UNE ACTIVITE PHYSIQUE REGULIERE DE LOISIR ET SOUFFRANT DINCONTINENCE URINAIRE DEFFORT BADER Georges 1,"— Transcription de la présentation:

1 ETUDE DE LA QUALITE DE VIE DES FEMMES PRATIQUANT UNE ACTIVITE PHYSIQUE REGULIERE DE LOISIR ET SOUFFRANT DINCONTINENCE URINAIRE DEFFORT BADER Georges 1, KELDER Beatrice 1, BUI Charles 1, DOMPEYRE Philippe 1, FAUCONNIER Arnaud 1 1 CHI POISSY – SAINT GERMAIN EN LAYE

2 INTRODUCTION Activités sportives souvent associées à apparition ou aggravation de lIUE féminine Variation selon niveau de sport pratiqué et rythme hebdomadaire 5O% des femmes pratiquant une activité physique modérée souffrent dIUE durant sport 33% des incontinentes arrêtent le sport ou limitent sa pratique Impact de lIUE sur la qualité de vie des femmes sportives peu étudié OBJECTIF Evaluer impact de lIUE sur qualité de vie des femmes pratiquant une activité physique régulière et modérée MATERIELS ET METHODES Etude comparative cas témoin Un groupe de 102 femmes de 18 à 78 ans pratiquant une activité physique régulière comparé à un groupe de 103 femmes agées de 18 à 89 ans ne pratiquant aucun sport Autoquestionnaire de symptomes (ICIQ) Autoquestionnaire de qualité de vie (CONTILIFE) Juin à décembre 2010

3 RESULTATS Caractéristiques des deux groupes comparables IUE pour 35% des femmes pratiquant un sport de loisir vs 25% des non sportives (NS) Age et multiparité significativement associées au risque dIUE dans les 2 groupes (p<0.05) IUE de novo chez 77% des femmes sportives - apparue après le début de la pratique sportive Scores de symptômes et de qualité de vie (ICIQ et CONTILIFE) comparables dans les deux groupes Qualité de vie dans le groupe sportive pas significativement altérée par IUE occasionelle (peu génante) Connaissances de limpact du sport sur la statique pelvienne et taux de consultation pour IUE équivalents dans les deux groupes CONCLUSION Activité physique recommandée pour limiter le risque de surpoids Pratique dune activité physique régulière et modérée tend à favoriser IUE occasionnelle mais sans altérer la qualité de vie des femmes Prévention et traitement de lIUE féminine doivent être encouragées Impact du sport sur la statique pelvienne à mieux étudier pour en limiter les conséquences

4


Télécharger ppt "ETUDE DE LA QUALITE DE VIE DES FEMMES PRATIQUANT UNE ACTIVITE PHYSIQUE REGULIERE DE LOISIR ET SOUFFRANT DINCONTINENCE URINAIRE DEFFORT BADER Georges 1,"

Présentations similaires


Annonces Google