La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 DYSPNEES DE LENFANT. 2 Introduction Situations durgences ou à linverse découverte fortuite, les DOH exigent une analyse sémiologique fine pour prise.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 DYSPNEES DE LENFANT. 2 Introduction Situations durgences ou à linverse découverte fortuite, les DOH exigent une analyse sémiologique fine pour prise."— Transcription de la présentation:

1 1 DYSPNEES DE LENFANT

2 2 Introduction Situations durgences ou à linverse découverte fortuite, les DOH exigent une analyse sémiologique fine pour prise en charge adaptées. Les étiologies sont très variées. Les questions quon se pose: - est-ce grave et si oui comment intervenir? - Quelle est lorigine de la dyspnée?

3 3 Diagnostic topographique En fonction de la fréquence respiratoire: - Accélération : polypnée(ou tachypnée)origine pulmonaire ou cardiaque - Ralentissement: bradypnée origine respiratoire ou centrale. Association ou non à des poses respiratoires( épuisement ou origine neurologique)

4 4 Diagnostic topographique En fonction du type de dyspnée - Dyspnée aux deux temps: cause trachéale ou trachéo-bronchique - Dyspnée inspiratoire: origine laryngée - Dyspnée expiratoire: origine bronchique ou bronchiolaire

5 5 Recherche des signes de lutte:traduisent la mise en jeu de processus physiologiques dadaptation aux conditions ventilatoires difficiles. On peut ainsi avoir: Tirage sus-sternal ( laryngée), intercostal, sous-costal traduisant la mise en jeu des muscles respiratoires accessoires Battement des ailes du nez Balancement thoraco-abdominal Geignement expiratoire( ou grunting) audible au stethoscope ou à loreille:

6 6 Recherche de signes de gravité Signes de lutte(SL): à interpréter en fonction de lâge de lenfant - nourrisson: paroi thoracique très compliante et visibilité rapide des SL sans traduction obligatoire de gravité - Grand enfant:paroi thoracique rigide, SL=gravité Retentissement hémodynamique: troubles vaso-moteurs, tachycardie, hypotension ou hypertension artérielle

7 7 Recherche de signes de gravité - Cyanose: traduit une hypoxie - Sueurs traduisent une hypercapnie - Troubles de la conscience - Signes dépuisement respiratoire: disparition brutale des SL, irrégularité du rythme respiratoire

8 8 Interrogatoire ATCD personnels de lenfant - Prématurité avec ventilation artificielle - Bronchiolite aiguë - Eczéma, terrain allergique,… - Maladie respiratoire connu: asthme, mucoviscidose,malformation

9 9 Interrogatoire Circonstances de survenue - Apparition progressive - Survenu brutale - Syndrome de pénétration( corps étranger) - ATCD familiaux: terrain asthmatique ou allergique, conditions sociales, environnement au domicile

10 10 Examen clinique Inspection: cyanose,polypnée, bradypnée,distension thoracique,SL, Comportement de lenfant: agité,prostré Position dexamen:assis, penché en avant,… possibilité de parler

11 11 Examen clinique Auscultation: râles bronchiques( ronchi ou sibilants), râles crépitants diffus ou focalisés; diminution du murmure vésiculaire,auscultation cardiaque systématique pour éliminer toute cardiopathie méconnu en voie de décompensation Percussion: recherche dépanchement

12 12 Examen clinique Palpation: - creux sus claviculaires: recherche demphysème sous-cutané - Abdomen: foie, rate Examen somatique complet systématique

13 13 Examens paracliniques Radiographie thoracique Gaz du sang( capnie)

14 14 PRINCIPALES SITUATIONS CLINIQUES Dyspnées laryngées (DL) 1. Stridor laryngé congénital essentiel - Bruit de tonalité variée, essentiellement inspiratoire - Apparition souvent retardée par rapport à la naissance - Apparaît aux cris, aux pleurs ou aux prises de biberons - Habituellement pas de retentissement sur la croissance - Disparaît vers lâge de 18 mois

15 15 Dyspnées laryngées 2. Autres causes de stridor congénital - Malformations et tumeurs - Symptomatologie volontiers plus prononcée avec souvent une gêne au repos, des vomissements et une prose pondérale faible - Stridor aux deux temps:inspiratoire et expiratoire - Nécessité des examens complémentaires: endoscopie( angiomes) et TOGD( arcs aortiques)

16 16 Dyspnées laryngées 3. Stridor acquis - Contexte anamnéstique différent - Notion dintervalle libre et dintervention avec intubation - Apparition dun stridor à la suite dun épisode infectieux - Dyspnée aux deux temps - Diagnostic par lendoscopie

17 17 Dyspnées laryngées 4. Laryngites aiguës: prédominance automno- hivernale. Il existe plusieurs tableaux de gravité différente Laryngites striduleuses: - Cause la plus fréquente des DL - Survenue à tout âge, surtout après 1 an - Pathologie bénigne mais volontiers récidivante

18 18 Laryngites striduleuses Laryngites striduleuses - Clinique: apparition brutale souvent la nuit dune gêne respiratoire à type de dyspnée inspiratoire avec voie conservée et apyrexie - Évolution spontanément favorable: disparition de la dyspnée en règle en moins dune heure, persistance dune toux rauque - Traitement: atmosphère humide, corticoïde orale pendant 3 à 5 jours - En cas de récidives fréquentes, penser possibilité dallergie

19 19 Laryngites sous-glottiquesLaryngites sous-glottiques Survenue épidémique, lhiver, parfois au printemps Physiopathologie: inflammation de la région sous-glottique dorigine virale le plus souvent mais attention aux co-infections bactériennes Clinique: installation progressive de la dyspnée inspiratoire précédée par une infection des voies aériennes supérieures ; toux et voie rauques

20 20 Laryngites sous-glottiques(suite)Laryngites sous-glottiques(suite) Traitement : hospitalisation souvent nécessaire - Oxygénothérapie si Sa O2<90% - Aérosols dadrénaline 3à5mg en fonction de lintensité de la dyspnée à répéter si besoin - Corticothérapie pendant 3à5jours ( célestène, solupred) - Antibiothérapie dans les cas graves chez les enfants non vaccinés contre lhaemophilus( claforan,rocéphine)

21 21 Epiglottite aiguë Cest lurgence type des DL Survenue entre 2 et 4 ans Fréquence diminuée depuis la vaccination anti- haemophilus Tableau dinfection bactérienne généralisée avec localisation épiglottique

22 22 Epiglottite aiguë(suite) Clinique: - début brutal chez un enfant jusque-là bien portant - Malaise avec fièvre élevée, frissons et altération de létat général - Apparition rapide de signes respiratoires intenses avec dyspnée inspiratoire majeure - Signes de gravité avec cyanose, tirage sus-sternal et intercostal, voix étouffée et visage angoissé - Enfant assis dans son lit,penché en avant et hypersalivation

23 23 Epiglottite aiguë(suite) Evolution et traitement: - Urgence de réanimation - Enfant à transporter en position assise sous O2 et jamais en position allongée sur le dos - Pas dexamen de la sphère pharyngée - Intubation sous sédation - Une trachéotomie peut être nécessaire en cas déchec - ATB>

24 24 CORPS ETRANGER DES VOIES RESPIRATOIRES 1.Données générales: Pathologie de lenfant de moins de 2 ans Gravité extrême dans certains cas Accident survenant le plus souvent au moment dun repas ou du jeu Cacahuètes occasionnent le plus de problèmes Possibilité de décès par étouffement

25 25 CORPS ETRANGER DES VOIES RESPIRATOIRES( CE) 2. Données cliniques: - Syndrome de pénétration: accident asphyxique en présence ou pas de témoins( parents) chez un enfant en train de jouer ou de prendre son repas. - Subitement lenfant présente un accès de toux,suffoque, se cyanose - Selon la grosseur et la localisation du CE, amendement des symptômes ou au contraire lenfant reste dyspnéïque

26 26 CORPS ETRANGER DES VOIES RESPIRATOIRES (CE). Données cliniques(suite): En labsence de témoin du syndrome de pénétration, on aura le syndrome du séjour dont les signes sont liés à la présence du CE dans les voies aériennes: - intensité dépendant de la qualité du CE et de sa localisation: laryngée( très symptomatique),trachéale (souvent toux isolée), bronchique( expression variable) - Exemple de tableaux cliniques: bronchites à répétition, pneumopathies récidivantes dans le même territoire, wheezing unilatéral, auscultation asymétrique

27 27 CORPS ETRANGER DES VOIES RESPIRATOIRES (CE) 3. Données paracliniques - Rx thoracique: face en inspiration et expiration, dont la normalité nélimine pas le diagnostic si syndrome de pénétration franc - Endoscopie bronchique: indispensable pour tout syndrome de pénétration, à réaliser en urgence si enfant dyspnéïque - Autres: scanner thoracique, scintigraphie pulmonaire de perfusion

28 28 CE, prise en charge Extraction en urgence si enfant dyspnéïque Manœuvre de HEIMLICH:se placer derrière le sujet debout ou assis; entourer son thorax et croiser les mains solidement sur lépigastre, puis exercer une ou plusieurs pressions violentes pour faire remonter le diaphragme. La brutalité de la pression permet une expulsion du CE du larynx par la mobilisation de lair résiduel des VAI

29 29

30 30 CE, prise en charge Manœuvre de MOFENSON: taper violemment dans le dos de lenfant penché en avant,tête en bas,pour comprimer brutalement son thorax En cas déchec des techniques précédentes: intubation trachéale En cas dimpossibilité dintubation par absence de perméabilité laryngée, trachéotomie de sauvetage

31 31

32 32

33 33


Télécharger ppt "1 DYSPNEES DE LENFANT. 2 Introduction Situations durgences ou à linverse découverte fortuite, les DOH exigent une analyse sémiologique fine pour prise."

Présentations similaires


Annonces Google