La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Exposé 1 ACCUMULATION, CRISES DU CAPITALISME Amsterdam, IIRE 2013 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Exposé 1 ACCUMULATION, CRISES DU CAPITALISME Amsterdam, IIRE 2013 1."— Transcription de la présentation:

1 1 Exposé 1 ACCUMULATION, CRISES DU CAPITALISME Amsterdam, IIRE

2 « … the central task of the ruling ideology in the present crisis is to impose a narrative which will place the blame for the meltdown not on the global capitalist system as such, but on secondary and contingent deviations (overly lax legal regulations, the corruption of big financial institutions, and so on). Slavoj Zizek, « First as a tragedy, then a farce »,

3 3 Laccumulation capitaliste Le profit capitaliste est utilisé à deux fins : lacquisition de moyens de production et de forces de travail supplémentaires. la satisfaction des besoins de consommation des capitalistes (dividendes des actionnaires, « salaires » et stock options des dirigeants), Cest cet élargissement de léchelle de la production qui constitue laccumulation capitaliste. 3

4 4 La concurrence, premier moteur de laccumulation La première raison est la concurrence des autres capitalistes. Le rapport entre travailleurs et capitalistes règle les conditions de création de la plus-value. La lutte entre capitalistes est une lutte pour la répartition de la plus-value dans laquelle chaque capitaliste essaie de conserver sa part du profit, voire de laccroître. Pour cela, il faut investir, accumuler. 4

5 5 La concurrence : « loi coercitive » « Le développement de la production capitaliste nécessite un agrandissement continu du capital placé dans une entreprise et la concurrence impose les lois immanentes de la production capitaliste comme lois coercitives externes à chaque capitaliste individuel. Elle ne lui permet pas de conserver son capital sans laccroitre et il ne peut continuer de laccroitre à moins dune accumulation progressive ».( Le Capital, Livre I, Tome 3) 5

6 6 Capital et « capitaux nombreux » « Les capitaux nombreux placés dans une même branche de production et fonctionnant entre les mains d'une multitude de capitalistes, indépendants les uns des autres,… » (Le Capital, Livre premier, Tome «Voilà quelle erreur on commet à considérer les choses du point de vue de la concurrence : toutes les notions se présentent la tête en bas et les pieds en lair » (Le Capital, Livre Troisième, Tome 3) La concurrence ne crée pas de plus-value supplémentaire ; par contre, elle détermine le partage de celle-ci. 6

7 7 Caractéristique de laccumulation capitaliste Laccumulation capitaliste nest pas une croissance extensive, une reproduction à lidentique. Le capitaliste doit se tenir à laffût des procédés techniques nouveaux pour abaisser ses coûts en matière premières, en énergie et surtout en force de travail en augmentant la quantité produite au cours de chaque heure de travail, cest-à-dire la productivité. 7

8 8 Deux secteurs fondamentaux dans léconomie le secteur qui fabrique des biens de production (secteur I) et celui qui fabrique des biens de consommation (secteur II). Les travailleurs nachètent pour lessentiel que des biens de consommation, les capitalistes sont les possesseurs des grands moyens de production. 8

9 9 La double nature des biens Pour que la production se déroule normalement, il faut que la production dune période se présente sous forme dune quantités définies de valeurs dusage : celles nécessaires pour la période suivante. Mais le moteur de la dynamique du capitalisme, ce sont des valeurs déchange. Cest en tant que valeurs déchange que les valeurs dusage sont produites : de façon générale, peu importe à un capitaliste de produire des chaussettes, des bombes ou des automobiles pourvu que ces marchandises soient vendues et la plus- value réalisées. Avec le développement de la monnaie, reste la seule dimension quantitative : la marchandise. 9

10 10 Les deux secteurs Chacun des secteurs a une production dont la valeur est égal à : C+V+Pl - C: valeur du capital utilisé dans la production -V : somme des salaires payés -Pl : plus value totale 10

11 11 A partir de là, on a (de façon très simplifiée): * la demande de biens de consommation = V1+V2 + g (Pl1+Pl2) * la demande de biens de production = C1+C2+ (1-g) (P1+P2) g = part de la plus-value utilisée à la consommation des capitaliste Les deux secteurs (suite)

12 12 La condition déquilibre La demande de biens de consommation résulte à la fois de la production du secteur I et de la production du secteur II. Idem pour la demande de biens de production. A partir de là, on obtient la condition déquilibre : La demande totale de biens de production créée par la production de biens de consommation doit être égale la demande totale de biens de consommation créée par la production de biens de production. 12

13 13 Trois points essentiels La production capitaliste est une production de marchandises ; Lévolution du taux de profit constitue une variable essentielle de la marche de léconomie ; Les schémas de reproduction montrent linstabilité inhérente à la marche de léconomie capitaliste étant entendu quaucun mécanisme économique ne conduit spontanément au respect des proportionnalités nécessaires à une croissance stable. 13

14 14 Crises précapitalistes… Les crises précapitalistes ont un caractère « logique » : une mauvaise récolte (due aux intempéries ou à une guerre) empêche la vie économique de se poursuivre comme à laccoutumée. La misère se répand dans les campagnes et parfois les difficultés sétendent aux activités urbaines. La crise est clairement attribuable à la sous- production de biens, de valeurs dusage. 14

15 15 … Crises capitalistes Inversement, dans le déroulement des crises capitalistes, les entreprises se plaignent de ne pouvoir écouler leur production mais la « surproduction » peut coexister avec une situation de chômage et de non- satisfaction des besoins élémentaires de larges secteurs Les crises capitalistes ont donc dans une certaine mesure un caractère « absurde ». 15

16 16 La surproduction est-elle possible ? La possibilité de la surproduction est loin dêtre évidente pour les économistes du début du 19°siècle. Selon la « loi des débouchés » (« loi de Say »)« loffre crée sa propre demande » : toute production de marchandises est dans le même temps distribution de revenus capable dabsorber les marchandises produites. Il en résulte limpossibilité dune surproduction généralisée, seuls sont possibles des problèmes sectoriels et temporaires. 16

17 17 Marx : la loi de Say est une « niaiserie » Dans « Le Capital » (livre I, tome I), Marx critique durement la loi de Say : « Rien de plus niais que le dogme daprès lequel la circulation implique nécessairement léquilibre des achats et des ventes. ». 17

18 18 Tenir compte de la monnaie Marx souligne la différence entre le troc et léconomie monétaire : dans le premier cas, il y a simultanéité des opérations dachat et de vente, dans le second, la situation est totalement différente : « Après avoir vendu, je ne suis forcé dacheter ni au même lieu, ni au même temps, ni de la même personne à laquelle jai vendu ». 18

19 19 La possibilité des crises Une fois une opération déchange effectuée, « Lacheteur a la marchandise, le vendeur a largent, cest à dire une marchandise douée dune forme qui la rend toujours bienvenue au marché, à quelque moment quelle y apparaisse» : il y a donc possibilité dun décalage temporel. Cela rend la crise possible : « Si la scission entre la vente et lachat saccentue, leur liaison intime saffirme - par une crise ». 19

20 20 Un débat toujours dactualité La question demeure dactualité car la théorie économique aujourdhui dominante (la théorie néo-classique) est une théorie de léquilibre : léconomie de marché contient des mécanismes dautorégulation qui assurent le retour à une situation déquilibre. Dans ce cadre, la crise ne peut venir du mécanisme du marché en lui-même. Trois éléments peuvent cependant être à lorigine des crises : * les « imperfections » du marché, cest-à-dire les écarts par rapport au modèle idéal ; * une politique « inadéquate » de lEtat qui perturbe les mécanismes économiques. * des mutations exogènes au marché comme le « choc pétrolier » de 1973 … ou enfin des comportements déviants: cf. crise financière actuelle.

21 21 La crise nait des contradictions internes du mode de production capitaliste Marx souligne les contradictions que recèle la marchandises dans la production capitaliste : valeur dusage/ valeur déchange, travail concret/ travail abstrait. Ce sont ces contradictions qui impliquent la possibilité des crises. La surproduction nest en règle générale pas une surproduction de produits mais une surproduction de marchandises. 21

22 22 Il peut y donc avoir surproduction de marchandises et pénurie de produits La surproduction dun bien peut très bien coexister avec le fait que beaucoup de gens en soient privés. Il sagit dune surproduction au regard de la demande solvable. Celle des personnes qui peuvent payer le prix nécessaire à la réalisation du profit jugé suffisant par le capitaliste. Exemple : actuellement aux Usa, il y a des centaines de milliers de logements invendus et des millions de mal- logés ou sans logement. 22

23 23 A larrière-plan, la loi de la baisse tendancielle du taux de profit (1) Taux de profit = Pl/(C+V) Avec Pl : plus value C : capital constant V : capital variable (salaires) En divisant par V, on a : Taux de profit = (Pl / V) / [1+(C / V)]

24 24 A larrière-plan, la loi de la baisse tendancielle du taux de profit (2) C / V = composition organique du capital C ayant tendance à augmenter plus vite que V, le dénominateur augmente et le taux de profit a tendance à baisser. Pour lutter cette tendance, les capitalistes peuvent augmenter Pl et le taux dexploitation Pl / V. On distingue plus-value absolue (durée du travail), plus-value relative (taylorisme, mécanisation).

25 25 A larrière-plan, la loi de la baisse tendancielle du taux de profit (3) Un autre moyen de ralentir la baisse du taux de profit est, par exemple, la variation des prix relatifs du capital fixe et du capital variable. La baisse relative du prix du capital peut compenser limpact de laccroissement de la quantité de capital utilisée.

26 26 Le capitalisme va de crise en crise Déséquilibres et crises renvoient fondamentalement à la logique de la production pour le profit Un capitaliste ne peut décider de rester à lécart de la concurrence Accumulation désordonnée et spéculation sont inévitables dans ce système 26

27 27 Les cycles économiques Ces crises sont plus ou moins graves Elles se manifestent souvent dabord dans la sphère financière même si leur vraie cause se trouve dans léconomie réelle Elles permettent de distinguer des cycles économiques. 27

28 28 Les crises : différentes configurations Quatre thèses différentes : * la baisse du taux de plus-value : pendant la période dexpansion, le chômage diminue et les travailleurs sont en meilleure position pour obtenir des améliorations de leur situation. * la disproportionnalité entre secteur I et secteur II : dans les conditions de la concurrence capitaliste, les investissements évoluent en fonction dune multitude de décisions de capitalistes individuels qui ne permettent pas de respecter les conditions déquilibre entre secteurs I et II. * la sous-consommation : la logique du profit conduit les capitalistes à limiter les revenus des travailleurs donc leur consommation ce qui conduit à lapparition dun écart entre les capacités de production et la demande adressée au secteur II qui se répercute ensuite sur le secteur I. * la suraccumulation : limportance de linvestissement conduit au déclin de la rentabilité du capital : la masse de la plus-value est insuffisante par rapport au capital. C/V augmente plus vite que Pl/V - ---> le taux de profit diminue.

29 29 Limites des explications mono causales En fait, ces différents facteurs se combinent. Les explications par la baisse du taux de profit tendent à sous-estimer la nécessité le problème de la réalisation. Le problème des capitalistes nest pas seulement que les conditions de la production permettent dextraire une plus-value suffisante des travailleurs : le profit nest que potentiel tant que les marchandises nont pas été vendues. Quant aux explications par la sous-consommation, elles amènent à la conclusion que les crises seraient évitées si les salaires augmentaient régulièrement ou si lEtat distribuait un pouvoir dachat additionnel sous forme de prestations sociales. Ce type de dispositif permettrait damortir les fluctuations mais il doit rester circonscrit aux limites de la production pour le profit sous peine de freiner laccumulation du capital. Enfin, les théories de la suraccumulation et de la baisse de la rentabilité du capital conduisent à linverse à lidée que le remède réside dans la baisse des salaires. En fait, il peut en résulter une chute de la demande ce qui renforcerait les difficultés de réalisation (sauf si les débouchés extérieurs augmentent).

30 30 Les ondes longues Léconomie capitaliste voit donc se succéder des phases dexpansion et de ralentissement plus ou moins amorties : ce sont les cycles courts. Au-delà, on peut distinguer des mouvements économiques de longue période. Chacun de ces mouvements voit se succéder une phase ascendante (croissance rapide) et une phase descendante (croissance ralentie). Chaque onde longue est entrecoupée par des cycles courts dampleur plus ou moins accentuée. Remarque : les dates indiquées correspondent à la périodisation de la plupart des études. Des décalages peuvent exister entre les situations des pays : ainsi, on a pu soutenir que le retournement de la 3ème onde longue était intervenu en 1929 aux USA, soit nettement plus tard quen Europe. Phase ascendan te Phase descendante 1 ère onde longue ème onde longue ème onde longue /45 4 ème onde longue 1940/ / /73- ?

31 31 Les « ordres productifs » (1) Chaque onde longue est marquée par un mode dominant de fonctionnement du capitalisme dont le contenu est constitué par la combinaison de quatre séries déléments : a/ un mode daccumulation du capital. Deux aspects : * rapport intra-capital : structures industrielles et financières, modalités de la concurrence. De façon schématique, il sagit du degré de monopolisation de léconomie et du lien entre capital bancaire et capital industriel, des formes dintervention de lEtat dans léconomie * rapport capital-travail : -mode de détermination du salaire (salaire aux pièces ou salaire au temps, existence ou non de négociations collectives et dun salaire minimum légal, etc.) ; -répartition du surplus économique entre les classes.

32 32 Les « ordres productifs » (2) b/ un type de forces productives matérielles : lien entre les ondes longues et les vagues successives dinnovation technologique. c/ un mode de contrôle social Bernard Rosier : « Dans un système social traversé dintérêts contradictoires, il ne peut y avoir defficience économique sans que soient assurées les conditions dune soumission suffisante (selon des formes diverses) des forces de travail à lordre industriel ». Il sagit ici ensemble déléments étatiques et paraétatiques : droit du travail, système de protection sociale,... mais aussi forces dites « de lordre ».

33 33 Les « ordres productifs » (3) d/ le type de division internationale du travail. Lespace économique capitaliste a toujours été internationalement structuré et hiérarchisé : * hiérarchie des puissances militaires et politiques ; * place des différentes économies dans le processus productif (qui fournit les matières premières, qui produit les biens industriels les plus sophistiqués ?) ; * rôle international des monnaies (quelle est, au-delà des systèmes monétaires nationaux, la devise acceptée universellement comme instrument de paiement et de réserve ?) ; * orientation des flux financiers internationaux.

34 34 La succession des ondes longues Trotsky soulignait dès 1923 la différence de nature entre onde longue et cycle court : « La répétition périodique des cycles courts est conditionnée par la dynamique interne des forces du capitalisme. Elle se manifeste toujours et partout une fois que le marché est né. Si lon considère par contre les larges segments de la courbe de développement capitaliste (cinquante ans) que le professeur Kondratieff propose un peu rapidement dappeler des cycles, leur caractère et leur durée sont déterminés non pas par la résultante des forces internes du capitalisme, mais par lenvironnement extérieur dans lequel se propage le mode de développement capitaliste ». Il précise que lexplication des ondes longues exige « une étude plus concrète de la courbe capitaliste et de lensemble des relations entre ce dernier et tous les aspects de la vie sociale. ». La logique interne (endogène) du capitalisme explique lévolution de chaque onde longue de même que le passage dune onde longue expansive à une longue récessive. Par contre, il ny a aucun mécanisme endogène qui rende automatique le passage à une onde expansive après londe récessive.

35 35 Merci de votre attention ….La crise actuelle exposé 2


Télécharger ppt "1 Exposé 1 ACCUMULATION, CRISES DU CAPITALISME Amsterdam, IIRE 2013 1."

Présentations similaires


Annonces Google