La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les Macrolides et Apparentés

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les Macrolides et Apparentés"— Transcription de la présentation:

1 Les Macrolides et Apparentés
Dr. Hanène GHOZZI Laboratoire de Pharmacologie Faculté de Médecine de Sfax

2 Introduction Antibiotiques bactériostatiques,
En seconde intention, Voie orale. Spectre: grossièrement celui pénicilline G. Tropisme intracellulaire => indications germes pathogènes chez l’immunodéprimé. Inhibent cytochromes P450 => Interactions médicamenteuses significatives.

3 mécanisme d'action Les macrolides inhibent la synthèse protéique en se fixant sur la sous-unité ribosomale 50 S. La résistance aux macrolides est la conséquence d'une diminution de leur pénétration cellulaire, de leur hydrolyse par des estérases et de modifications ribosomales.

4 Spectre d’activité antibactérienne
antibiotiques bactériostatiques bactéries G+ accumulent environ 100 fois plus de macrolides que les germes G-, action prédominante germes G+ alternative beta-lactamines: cocci G+ aérobies et anaérobies et cocci G(-): gonocoques et méningocoques Tropisme intracellulaire: Nombreux germes atypiques: mycoplasme pneumoniae, legionelles, chlamidia, H.Pylori Sensibilité toxoplasmes: spiramycine et clarithromycine. La spiramycine : toxoplasmose de la femme enceinte

5 Les macrolides Érythromycine
ABBOTICINE* Sirop ÉRYTHROCINE* Cp, Sirop, Poudre orale, Inj ÉRYTHROGEL* formes locales Josamycine JOSACINE* Cp 500 mg, Sol buv, Poudre orale Midécamycine MOSIL* Cp Spiramycine ROVAMYCINE* Cp 1,5 et 3 M/U, Sirop, Sol buv, Inj Roxithromycine CLARAMID* Cp 50, 100, 150 m, Poudre orale RULID* Cp 50, 100, 150 mg, Poudre orale Dirithromycine DYNABAC* Cp 250 mg Clarithromycine ZÉCLAR* Cp 250 et 500 mg NAXY* Cp 500 mg Azithromycine ZITHROMAX* Cp ZITHROMAX* MONODOSE, Cp

6 Pharmacocinétique Biodisponibilité varie: 30 à 80% Diffusion:
résorption incomplète + métabolisme hépatique. Le bol alimentaire réduit la résorption digestive: (erythromycine, spiramycine, josamycine) Diffusion: très bonne (lipophile) : poumon, foie, bile, reins, amygdales Mais ne passent pas dans le LCR. concentration intracellulaire : élevée dans macrophages et polynucléaires.

7 Pharmacocinétique Métabolisés par la voie des cytochromes P450 (CYP 3A4) et éliminés par la bile. demi-vie d’élimination très variable : 2 à 3h : l’erythromycine, josamycine , clarithromycine, 8 à 10h : roxithromycine et la spiramycine et plus de 2 jours : dirithromycine et l’azithromycine (séquestration tissulaire).

8 Interaction médicamenteuse
Tous les macrolides, sauf la spiramycine, inhibent le métabolisme de nombreux médicaments. => Interactions graves: médicaments métabolisés par le CYP 3A4 dont le surdosage est particulièrement dangereux : Dérivés de l’ergot de seigle (risque d’ischémies distales), cisapride, digoxine, bépridil, astémizole…(risque d’arythmies), certaines statines (risque de rhabdomyolyse). carbamazépine, ciclosporine, warfarine, Et autres médicaments: vérifier le cahier des interactions du Vidal avant toute association avec un macrolide.

9 Effets indésirables rares.
Les plus fréquents: troubles gastro-intestinaux Les plus sérieux : atteinte hépatique et risques liés aux interactions médicamenteuses. 1. Effets gastro-intestinaux : anorexie, nausées, vomissements, gastralgies, diarrhées. fréquents mais ne nécessitent que rarement l’interruption prématurée du traitement.

10 Effets indésirables 2. Toxicité hépatique :
hépatotoxicité réversible: l’érythromycine, ttt prolongé Des hépatites aiguës cholestatiques ou cytolytiques Elles sont beaucoup plus rares avec les autres macrolides. Une élévation des transaminases avec tous les macrolides

11 Effets indésirables 3. Manifestations allergiques cutanées.
4. Eosinophilie : (clarythromycine, azithromycine > roxithromycine) 5. Allongement de QT : érythromycine, clarythromycine (CI de toute association avec des produits allongeant aussi QT et arythmogènes par eux mêmes). 6. Torsades de pointes sous érythromycine : toujours associé à d’autres circonstances favorisantes (médicaments allongeant QT, diurétiques, bradycardie, age avancé, sexe féminin, cardiopathie).

12 Effets indésirables 7. autres: rares
Ototoxicité (acouphènes, baisse audition) très rare liée aux fortes doses Rares dysgueusies avec la clarithromycine. Rares syndromes pseudo-myasthéniques transitoires sous clarythromycine.

13 Précautions d'emploi Chez le nouveau-né, la posologie d’erythromycine doit être adaptée à l’immaturité du catabolisme hépatique (risque d’arythmie) La fonction hépatique doit être surveillée si les macrolides s’avèrent indispensables dans l’insuffisance hépatique sévère.

14 Contre indications Allergie à un macrolide: erythromycine, josamycine, spiramycine, midecamycine Certaines associations Antihistaminiques, antidépresseurs tricyclique, antiarythmiques Ia et III (risque d’arythmie) Dérivés de l’ergot de seigle (risque d’ischémies distales),…

15 Les synergystines virginiamycine, n'est plus commercialisée.
pristinamycine virginiamycine, n'est plus commercialisée. traitement des infections à staphylocoques. La pristinamycine peut être à l'origine de réactions allergiques et d'atteintes cutanées parfois sévères. Pristinamycine PYOSTACINE* Cp

16 Les synergystines La quinupristine-dalfopristine est une association de deux nouveaux antibiotiques semi-synthétiques dérivés de la pristinamycine L'association s'administre par voie parentérale. Elle est active contre des germes Gram positif comme les staphylocoques, les pneumocoques et les entérocoques résistants à la méthicilline et à la vancomycine. Quinupristine + dalfopristine SYNERCID* IV perfusion

17 Les lincosanides Clindamycine et lincomycine, ont un spectre d'action semblable à celui de l'érythromycine mais une meilleure activité contre les bactéries anaérobies. Elles ont des propriétés similaires, mais la clindamycine serait plus active. Attention à la colite pseudo-membraneuse (lincomycine). Clindamycine DALACINE* Cp 75 et 150 mg, Inj Lincomycine LINCOCINE* Gélules, Inj

18 Les kétolides La télithromycine, dérivé semi-synthétique de l'érythromycine Elle est utilisée dans le traitement infections des voies respiratoire. Elle tend à allonger l'espace QT (CI: QT long ou une bradycardie). Inhibiteur enzymatique: de très nombreuses interactions médicamenteuses. Autres EI: troubles visuels réversibles et des atteintes hépatiques parfois graves. Télithromycine KETEK Cp 400 mg


Télécharger ppt "Les Macrolides et Apparentés"

Présentations similaires


Annonces Google