La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Un bon départ Protection et éducation de la petite enfance.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Un bon départ Protection et éducation de la petite enfance."— Transcription de la présentation:

1 Un bon départ Protection et éducation de la petite enfance

2 Au sujet du Rapport Etabli par une équipe de recherche indépendante basée à lUNESCO, à Paris Financé par neuf donateurs bilatéraux, bénéficiant des conseils dun comité de rédaction Suit les progrès accomplis vers la réalisation des six objectifs de lÉducation pour tous adoptés à Dakar en 2000 par 164 pays Évalue laide à léducation Met en avant les politiques et les pratiques efficaces en vue daccélérer les progrès Attire lattention sur les nouveaux défis Quatre rapports depuis 2002: tendances globales, genre, qualité et alphabétisation Des données et des analyses pour lélaboration des politiques et les actions de plaidoyer 1

3 Les objectifs de lÉducation pour tous de Dakar et les Objectifs du millénaire pour le développement 1.Réduire lextrême pauvreté et la faim 2.Assurer léducation primaire pour tous 3.Promouvoir légalité entre les sexes et lautonomisation des femmes 4. Réduire la mortalité infantile, et autres objectifs concernant la santé 1.Développer la protection et léducation de la petite enfance 2.Réaliser lenseignement primaire universel dici à Programmes dacquisition de connaissances ainsi que de compétences nécessaires dans la vie courante pour les jeunes et les adultes 4.Augmenter de 50% les taux dalphabétisme des adultes dici à Réaliser la parité entre les sexes pour 2005 et légalité entre les sexes en 2015 au plus tard 6.Améliorer la qualité de léducation OMDObjectifs de lEPT Aucun pays ne verra ses efforts vers lEPT contrariés par le manque de ressources 2

4 Loin de lEPT (IDE inférieur à 0,80) Position intermédiaire (IDE entre 0,80 et 0,94) EPT réalisée ou près de lêtre (IDE entre 0,95 et 1,00) EPT: Où en sommes-nous? Afrique subsaharienne Etats arabes Asie centrale Asie de lEst/Pacifique Asie du Sud et de lOuest Amérique du N / Europe occ. Amérique latine/Caraïbes Europe centrale/orientale Aucun pays dans la région na encore atteint les objectifs de lEPT Les pays enregistrant les progrès les plus marqués appartiennent au groupe ayant les plus faibles indicateurs LIndice ne peut prendre en compte nombre de pays éloignés des objectifs, notamment les pays en conflit Total 3

5 Nombre de pays où les dépenses publiques déducation en % du PNB ont: Financement de léducation: un tableau mitigé

6 En milliards de dollars EU constants de 2003 Aide à léducation de base: en augmentation Laide totale à léducation de base dans les pays à faible revenu a presque doublé entre 2000 et 2004 mais reste très en deçà des 11 milliards de dollars par an requis pour réaliser les objectifs Aide totale à léducation de base Aide totale à léducation 5

7 De plus en plus denfants commencent lécole Etats arabes Europe centrale et orientale Amérique du N Europe occ. Asie de lEst et Pacifique Asie centrale Afrique subsaharienne Amérique latine/ Caraïbes Asie du Sud et de lOuest Taux brut dadmission dans lenseignement primaire (%) Fort accroissement de 27% de laccès à la 1ère année du primaire en Afrique subsaharienne entre 1999 et 2004 Inscrit ne signifie pas présent Présent ne signifie pas apprendre 6

8 La participation à lécole primaire est en augmentation Presque tous les pays qui enregistraient des taux inférieurs à 85% en 1999 ont amélioré leur situation Afrique subsaharienne Etats arabes Asie du Sud etde lOuest Europe centrale et orientale Asie centrale Asie de lEst/ Pacifique Amérique latine et Caraïbes Amérique du N. et Europe occ. Taux nets de scolarisation Dans lenseignement primaire (%)

9 77 millions denfants ne sont toujours pas scolarisés La moitié en Afrique subsaharienne Le tiers en Inde, au Nigéria, au Pakistan et en Ethiopie 20 millions de moins quen 1999, surtout en Asie du Sud 8

10 Qui sont les enfants non scolarisés? Ruraux, pauvres, ayant une mère sans instruction Enfants non scolarisés: répartition en fonction de lexpérience éducative 9

11 Trop peu délèves achèvent le cycle primaire Outre quelle accroît laccès, une meilleure rétention est une des clés de la réduction du nombre denfants non scolarisés RwandaBurundi Lesotho Madagascar Ghana Swaziland Bénin Niger Togo Erythrée Mali Cap-Vert Cameroun Maurice Mauritanie Maroc Arabie saoudite Algérie Liban Oman Koweït Mongolia Azerbaïdjan Tadjikistan Kazakhstan RDP lao Myanmar Népal Bangladesh Nicaragua Equateur Guatemala Colombie Panama Bolivie Dominique Costa Rica Barbade Bélarus Taux de survie en dernière année du primaire (%) Taux dachèvement par cohorte (%) 10

12 Qualité: Les évaluations de lapprentissage se développent De plus en plus de gouvernements procèdent à des évaluations nationales des résultats dapprentissage et participent aux évaluations internationales 11

13 Il faut davantage denseignants formés LAfrique subsaharienne a besoin de recruter au moins 1,6 million denseignants pour réaliser lEPU dici à 2015 Graves pénuries dans les zones rurales Trop peu denseignantes dans les pays où la scolarisation des filles est faible. Légère amélioration des ratios élèves/enseignant dans la plupart des régions entre 1999 et 2004 Légère augmentation seulement du nombre denseignants formés 12

14 Progrès vers la parité entre les sexes Environ les deux tiers des 181 pays disposant de données ont réalisé la parité entre les sexes dans lenseignement primaire Un tiers seulement des pays ont réalisé la parité dans le secondaire Enseignement primaire Ligne de parité entre les sexes IPS du TBS Afrique subsaharienne Etats arabes Asie du Sud de lOuest Amérique Latine Caraïbes Europe centrale et orientale Amérique du N. Europe occ. Asie centrale Asie de lEst et Pacifique Ligne de parité entre les sexes Enseignement secondaire IPS du TBS Afrique subsaharienne Etats arabes Asie du Sud de lOuest Amérique Latine Caraïbes Europe centrale et orientale Amérique du N. Europe occ. Asie centrale Asie de lEst et Pacifique 13

15 Le secondaire sous pression La participation augmente, surtout dans le premier cycle du secondaire Fortes disparités entre le premier et le deuxième cycles du secondaire dans certaines régions Afrique subsaharienne Asie du Sud et de lOuest Asie de lEst et Pacifique Etats arabes Amérique latine et Caraïbes Asie centrale Europe centrale et orient. Amérique du N et Europe occ. Taux brut de scolarisation 2004 (%) Premier cycle du secondaire Ensemble du secondaire Deuxième cycle du secondaire 14

16 Lalphabétisation reste un objectif difficile à atteindre Un adulte sur cinq – 781 millions – ne possède pas de compétences dalphabétisme de base Limmense majorité des analphabètes vit en Asie du Sud et de lOuest, en Afrique subsaharienne et en Asie de lEst 15

17 Lutter contre le désavantage Compenser la pauvreté et le désavantage Suppression des frais de scolarité Des allocations et des bourses pour les groupes marginalisés De meilleures possibilités dintégration pour les handicapés Des incitations et des initiatives communautaires pour remédier au besoin de faire travailler les enfants Programmes petite enfance Enseignement dans la langue maternelle Secondes chances Programmes passerelles pour les jeunes et les adultes nayant pas reçu déducation formelle Programmes dalphabétisation des jeunes et des adultes Programmes dans les situations de post-conflit Des politiques destinées à surmonter les obstacles à léducation sont en place dans de nombreux pays, mais il faut les développer La pauvreté prive les enfants de lécole 16

18 Limpératif PEPE: les menaces pesant sur les jeunes enfants Un enfant né dans le monde en développement a une probabilité de 40% de vivre dans lextrême pauvreté La pauvreté écarte des millions denfants de lécole 31% des enfants des pays en développement présentent un retard de croissance modéré ou sévère 10,5 millions denfants meurent chaque année avant lâge de 5 ans, la plupart de maladies quil est possible de prévenir Taux élevés de mortalité des enfants de moins de 5 ans en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud et de lOuest Chaque jour, enfants sont infectés par le VIH Les enfants vivant dans des situations durgence, de conflit et de post- conflit sont très vulnérables 17

19 Développer et améliorer sous tous leurs aspects la protection et léducation de la petite enfance, et notamment des enfants les plus vulnérables et désavantagés Droits Convention des Nations Unies relative aux droits de lenfant Développement Réduction de la pauvreté et OMD concernant la santé et léducation Éducation Participation et réussite scolaires futures Équité Réduction des inégalités sociales EPPE: des bases solides 18

20 Nutrition Penser de manière globale Les programmes holistiques englobent: Nutrition Santé et hygiène Développement physique et affectif Compétences sociales Éducation 19

21 Petite enfance, nutrition et éducation Apports en fer, nutrition, déparasitage et stimulation psychosociale ont un impact majeur sur les résultats cognitifs Combiner nutrition et éducation permet un impact plus large et plus durable améliore laccès la rétention le développement du langage réduit le redoublement améliore les performances Nutrition et éducation se renforcent mutuellement La participation aux programmes pour la petite enfance 20

22 Agir tôt : un investissement rentable Les études les plus rigoureuses des bienfaits de programmes spécifiques viennent de pays développés Létudes pionnière High/Scope Perry, aux Etats-Unis, a montré des QI plus élevés à lâge de 5 ans, une plus grande réussite scolaire et des gains plus élevés à lâge de 40 ans dans le cas denfants afro-américains à faible revenu Les recherches sur des programmes en Inde, Egypte, Colombie et Bolivie révèlent une forte rentabilité « Il est rare quune initiative de politique publique qui promeut léquité et la justice sociale promeuve en même temps la productivité de léconomie et de la société dans son ensemble. Cest le cas dune politique dinvestissement dans les jeunes enfants défavorisés » James Heckman, lauréat du Prix Nobel déconomie 21

23 Un domaine divers 22 3 ans et plus Enseignement préprimaire ou non-formel pour les enfants de plus de 3 ans 0 à 2 ans Soutien aux parents / Congé parental Protection et éducation dans cadre organisé ou non formel Pouvoirs publics Secteur privé (rôle important en Afrique subsaharienne et États arabes, relativement élevé en Amérique Latine/Caraïbes ONG Organisations communautaires Prestataires 0 à 8 ans Prise en charge informelle par les parents ou la famille élargie, surtout à domicile mais parfois dans dautres cadres familiaux ou communautaires

24 Un mélange public-privé Région Pays classés selon le pourcentage du privé dans les effectifs de lenseignement préprimaire Faible (0% à 32%) Moyen (33% à 66%) Elevé (67% à 100%) Afrique subsaharienne 8712 Etats arabes 3413 Asie centrale 8 Asie de lEst et Pacifique 856 Asie du Sud et de lOuest 121 Amérique latine/Caraïbes Amérique du N/Europe occ Europe centrale et orientale 18 Total Dans tout le monde en développement, le secteur privé joue un rôle de premier plan 23

25 Pays ayant au moins un programme destiné aux enfants de moins de 3 ans en 2005 (%) Programmes destinés aux moins de trois ans Beaucoup de pays nont pas de programmes de santé, de nutrition, de protection et déducation destinés aux moins de 3 ans, période critique de la vie de lenfant 0%50%100% Monde Etats Arabes Europe centrale et de l'est Afrique subsaharienne Asie de l'Est et Pacifique Asie de l'Ouest et du Sud Amérique Latine/Caraïbes Asie Centrale Amérique du Nord/Europe occ. 22

26 Tendances régionales du préprimaire Pays développés/en transition Amérique latine/Caraïbes Asie de lEst/Pacifique Asie du Sud et de lOuest Etats arabes Afrique subsaharienne Les effectifs du préprimaire ont triplé en 30 ans Plus dun enfant sur trois inscrit mais très fortes disparités régionales 23

27 Les pays en transition regagnent le terrain perdu République tchèque Féd. de Russie Ukraine Kirghizistan Roumanie Arménie Les réductions des dépenses publiques ont entraîné de fortes régressions des effectifs après Ces dépenses recommencent à augmenter, et les prestataires privés deviennent des acteurs importants 24

28 Quels facteurs limitent la participation? Pauvreté Fortes disparités daccès entre les ménages les plus riches et les plus pauvres Mère nayant pas fait détudes secondaires Lieu de résidence Participation rurale inférieure de 10 à 30 points de pourcentage à la participation urbaine Absence de centre proche du domicile Absence de certificat de naissance, reflétant souvent la marginalisation Ce sont les enfants désavantagés et vulnérables qui tirent le plus grand profit des programmes pour la petite enfance 25

29 La pauvreté limite laccès Niger R.D. Congo R.U. Tanzanie RDP lao Tadjikistan Ouganda Rwanda Sénégal Egypte Bolivie Myanmar Azerbaïdjan Madagascar Sierra Leone Philippines Cameroun Kenya Nicaragua Mongolie Haïti Lesotho Inde Venezuela Viet Nam Colombie Trinité/Tobago Taux dassiduité (%) Ménages les plus pauvres Ménages les plus riches Les enfants des ménages les plus riches présentent des taux dassiduité supérieurs Taux dassiduité inférieurs parmi enfants des ménages les plus pauvres qui pourraient bénéficier le plus des programmes PEPE Rôle dominant du secteur privé dans plusieurs pays soulève risque dun système à deux vitesses 26

30 Etats arabes. Europe centrale orientale Asie centrale Asie de lEst Pacifique Asie du Sud et de lOuest Amérique du N Europe occ. Afrique subsahariennbe Amérique latine et Caraïbes IPS du TBS dans lenseignement préprimaire Ligne de parité entre les sexes Le facteur genre Les disparités entre les sexes dans les programmes pour la petite enfance sont faibles dans la plupart des pays Les programmes évitent aux sœurs plus âgées de devoir soccuper des plus jeunes, obstacle courant à léducation des filles Les programmes peuvent promouvoir des valeurs différentes à travers la pédagogie, lenseignement et le jeu 27

31 Des moteurs pour lEPPE Forces historiques Industrialisation et demande de travailleuses De la charité privée à la responsabilité publique Plus de femmes qui travaillent en dehors de lagriculture Etroite association avec la participation aux programmes préscolaires Migrations et urbanisation Evolution des structures des ménages Moins de familles élargies Plus de ménages monoparentaux Recherches sur le développement de lenfant 28

32 Pourquoi le manque dintérêt? Lente réaction aux tendances économiques et sociales Rôle de la famille / rôle de lEtat La diversité du secteur rend la coordination difficile Les résultats des recherches sur le développement de lenfant ne sont pas suffisamment connus Absence détudes rigoureuses dans les pays en développement Les gouvernements donnent la priorité à lenseignement primaire Laide internationale est ciblée sur dautres niveaux denseignement La petite enfance nest toujours pas une priorité dans nombre de pays en développement 29

33 Des politiques robustes pour les jeunes enfants Soutien politique au plus haut niveau Une politique nationale de la petite enfance rassemblant de multiples acteurs Un organisme chef de file pour coordonner les politiques de la petite enfance Intégration dans les plans de développement national et les DSRP Qualité: dotations en personnel, formation et normes pour tous les prestataires Mesures pour atteindre les plus vulnérables et défavorisés Partenariats avec les ONG, le secteur privé et les institutions internationales Financement : plus de dépenses, ciblage et plus daide internationale Environnement politiqueÉlements clés de politique 30

34 Qualité : ce qui fait nécessité Participation des parents Éducation parentale, en particulier lalphabétisation des femmes Programmes communautaires de soutien aux jeunes enfants et à leurs familles Favoriser la participation des parents dans les programmes formels (personnes ressources) Continuité entre famille, PEPE et lécole primaire Enfants prêts pour lécole et lécole prête à accueillir les enfants Meilleure formation et soutien pour le personnel PEPE Normes minimales applicables aux services publics et privés Promouvoir lintégration Diversité culturelle et égalité entre les sexes Apprentissage dans la langue maternelle Enfants handicapés et ayant des besoins spéciaux La qualité de linteraction entre lenfant et la personne qui sen occupe est le déterminant le plus important de la réussite dun programme 31

35 Financement de lEPPE: Trouver léquilibre Le financement est public et privé Moins de 10% des dépenses publiques déducation vont au préprimaire Même dans les pays de lOCDE, la part à la charge des parents peut atteindre 60% Couverture universelle + soutien supplémentaire pour les enfants défavorisés (OCDE) Ciblage en fonction du revenu Ciblage géographique (zones reculées, bidonvilles) Ciblage de groupes spécifiques: handicapés,enfants dans des situations durgence Comment allouer des ressources limitées aux enfants qui ont les plus grands besoins? Une politique universelle avec dépenses ciblées sur les plus défavorisés? 32

36 Japon EC Royaume Uni Allemagne France Pays Bas Danemark PNUD Italie Canada Irelande Belgique Luxembourg Portugal Norvège N.Zélande UNICEF Australie Finlande Espagne 33 EPPE: Une priorité secondaire pour les donateurs Presque tous les donateurs allouent au préprimaire moins de 10% de ce quils allouent au primaire Les donateurs bilatéraux donnent la priorité aux programmes ayant pour cadre des centres pour les enfants de 3 ans et plus % de l'aide à l'enseignement primaire

37 A chaque donateur ses priorités Cinq donateurs apportent 72% de toute laide bilatérale à léducation Plusieurs donateurs attribuent un rang de priorité élevé à léducation, mais pas à léducation de base 34

38 LInitiative de mise en oeuvre accélérée: pas encore un pacte mondial Vingt-trois plans nationaux ont été approuvés, et douze autres devraient lêtre avant la fin de 2006 Jusquici, 96 millions de dollars EU ont été versés à 11 pays Le total des contributions des donateurs se monte à près de 230 millions de dollars; un montant supplémentaire de 450 millions de dollars a été promis pour la période à courir jusquà la fin de 2007 Les Pays-Bas, la Commission européenne et le Royaume-Uni sont à lorigine de 85% des promesses 35

39 Education Pour Tous: un déficit de financement subsiste Montant actuel de laide Montant de laide en 2010 si les promesses de 2005 sont tenues Milliards de dollars EU constants de 2003 Montant requis par an pour réaliser lEPT 36

40 Volonté et responsabilité pour lagenda EPT 1.Approche globale: tous les objectifs comptent 2.Lurgence: renforcer la volonté politique 3.Lintégration: atteindre les plus vulnérables et défavorisés 4.Financement: accroître les dépenses pour léducation de base 5.Petite enfance: mettre en place des bases solides 37

41 Agir sans délai! 1.Agir sur tous les objectifs: petite enfance, alphabétisation et EPU 2.Agir avec un sentiment durgence 3.Mettre laccent sur léquité et linclusion 4.Accroître les dépenses publiques et mieux les cibler 5.Accroître laide et lallouer là où elle est la plus nécessaire 6.Mettre lEPPE au premier plan dans les agendas nationaux et internationaux 7.Accroître et cibler le financement public de lEPPE 8.Améliorer la qualité du personnel de lEPPE Les progrès sont évidents mais il faut durgence des efforts plus soutenus et une approche plus globale

42 Nous contacter Equipe du Rapport mondial de suivi sur lEPT c/o UNESCO 7, place de Fontenoy Paris 07 France


Télécharger ppt "Un bon départ Protection et éducation de la petite enfance."

Présentations similaires


Annonces Google