La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Fascisme hier et aujourdhui. Plan de la formation La montée du fascisme en Allemagne. Que fait le fascisme une fois quil est au pouvoir ? Le cas de lAllemagne.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Fascisme hier et aujourdhui. Plan de la formation La montée du fascisme en Allemagne. Que fait le fascisme une fois quil est au pouvoir ? Le cas de lAllemagne."— Transcription de la présentation:

1 Fascisme hier et aujourdhui

2 Plan de la formation La montée du fascisme en Allemagne. Que fait le fascisme une fois quil est au pouvoir ? Le cas de lAllemagne Le programme du FN et du VB : quelle comparaison entre Bush et Hitler ? Comment lutter efficacement ?

3 1.La montée du fascisme, le cas de lAllemagne : La fin de la guerre La joie des allemands de combattre les français en 1914 La bourgeoisie française et allemande envoit les travailleurs se battre pour leurs comptes

4 Un véritable carnage… Totaux elgique rance llemagne Blessés Morts VictimesPays

5 Pas pour tout le monde…

6 Résultat : la révolution russe doctobre 1917 Le pouvoir révolutionnaire dirigé par les communistes et Lénine applique les revendications du peuple : paix (fin de la guerre), pain et partage des terres.

7 Résultat : la révolution spartakiste de novembre 1918 en Allemagne Fraternisation entre ouvriers et soldats à Berlin en 1918 Karl Liebnecht ( ) Rosa Luxembourg (+ 1919)

8 Un échec pour le mouvement révolutionnaire… Les chefs des sociaux-démocrates (le parti socialiste), Erbert et Noske (ici sur la photo) décident de ramener les troupes du front restées fidèles au gouvernement pour détruire la révolution. Création par les socialistes, les bourgeois et les grands propriétaires terriens des corps francs qui vont mâter dans le sang la révolution et qui vont être les premiers supporters du fascisme hitlérien.

9 Le mouvement révolutionnaire sétend en Europe mais échoue… révolution russe révolution allemande révolution hongroise révolution finlandaise Légende : Grèves révolutionnaires Révolutions avortées Révolution qui se maintient

10 Le traité de Versailles de janvier 1919…

11 … et le redéveloppement du nationalisme allemand Les soldats belges et français occupent la Ruhr pour obtenir gratuitement le charbon de ce grand bassin industriel Des soldats français occupant lAllemagne après la guerre. Cette politique va encourager le nationalisme allemand, alors que la guerre vient à peine de se terminer. Hitler va bcp lutiliser dans ses discours.

12 La bourgeoisie sinquiète : comment contrôler la classe ouvrière ? La tendance moderne : « Les représentants modernes de la bourgeoisie impérialiste – que lon trouvait essentiellement dans les nouvelles branches industrielles de lindustrie chimique et électrique –, leurs idéologues et leurs représentants politiques en Allemagne sétaient déjà rendus compte, au tournant du siècle, que le soutien de lordre capitaliste par les seules bourgeoisie et petite-bourgeoisie ne suffisait plus, quil fallait sefforcer de créer aussi une base de masse dans la classe ouvrière. Cest dans le processus de transformation de la social-démocratie révolutionnaire en un mouvement réformiste social-libéral quils découvrirent la possibilité dun tel soutien. Ces représentants de la bourgeoisie monopoliste allemande virent, dans ladhésion de la direction de la social-démocratie allemande et de ses syndicats à la position de la défense de la patrie le 4 août 1914, une éclatante confirmation que leur tendance était correcte. »

13 La bourgeoisie sinquiète : comment contrôler la classe ouvrière ? La tendance dure : A lopposé de cette tendance se tenaient les représentants de la tendance dure, de la politique répressive et du refus de toute concession aux organisations de la classe ouvrière. Ces représentants se retrouvaient avant tout dans lindustrie lourde et – évidemment – parmi les grands propriétaires terriens (les Junkers). Les seules organisations auxquelles ils permettaient aux ouvriers dadhérer étaient les Werkverein (comités dentreprise), sous domination du patronat. Cest la position quils développaient avant la première guerre mondiale. Mais la révolution russe et la révolution allemande fit comprendre aussi aux Junkers et aux militaristes les plus bornés que les classes dirigeantes étaient incapables daccomplir leurs buts impérialistes sans le soutien dune partie considérable de la classe ouvrière. La révolution dOctobre effraya la bourgeoisie allemande car elle apportait la preuve que le prolétariat avait acquis la force du nombre mais aussi – du moins en Russie – la maturité politique nécessaire pour livrer à la bourgeoisie la lutte finale.

14 Le double objectif de cette tendance dure de la bourgeoisie : Anéantir le mouvement ouvrier Tout en gagnant des larges couches de travailleurs

15 Plusieurs essais infructueux… Parti de la Patrie Allemande (1917) : Échec car ce parti était directement dirigé par les représentants de la bourgeoisie donc la masse des travailleurs ne voulait pas y adhérer et ne développait aucunement des points de vue anticapitalites. Comité libre pour une paix ouvrière allemande (fin 1917): Wilhelm Wahl (son fondateur), avait lintention de percer parmi les travailleurs sociaux-démocrates à laide dune propagande social- impérialiste, qui se servait dune démagogie anticapitaliste, mais uniquement contre le capitalisme des puissances étrangères et certainement pas contre les capitalistes allemands.

16 Mais toujours pas de parti ouvrier fasciste … Une solution ? Kapp et Gellert fondent « le parti allemand des ouvriers et employés ». Son objectif ? – «le parti ouvrier allemand ne devait pas être un appendice du Parti de la Patrie mais un parti pleinement indépendant, car ce nest quavec une telle perspective quil pourrait se dresser contre la social-démocratie». – «conduire à un virage durable du mouvement ouvrier vers le camp patriotique» En août 1920, il cesse dexister… Les troupes de Kapp en action lors du Putsch anti ouvrier de 1920

17 Le Part Ouvrier Allemand (janvier 1919) Mêmes objectifs que les deux dernières organisations Connaît les mêmes problèmes que les autres organisations Fondateur = Drexler Hitler = membre de ce parti.

18 Le Parti National Socialiste Allemand (NSDAP) Le Parti qui va réussir à accomplir cette tâche de nationaliser les travailleurs allemands en : – Anéantissant les traditions de lutte du mouvement ouvrier. – Gagnant par la démagogie et le nationalisme de larges couches de travailleurs au fascisme. « Le fait que ces milieux économiques de première classe ait répondu en nombre à linvitation prouve limportance qua déjà atteint le mouvement national-socialiste sous la direction dAdolf Hitler. Léconomie doit prêter plus dattention à ce mouvement qui se bat en premier lieu parmi les travailleurs pour conquérir leur âme allemande ». Extrait du « Reinisch-Westfälische Zeitung », journal du patronat minier de la région de la Ruhr en 1926.

19 La politique du Parti National Socialiste Allemand dHitler (1) : En 1922, Hitler écrivait une lettre à un cercle dentrepreneurs pour mendier de largent; largumentation montre quil avait parfaitement compris ce qui importait aux forces de la classe dirigeante auxquelles il sadressait. Il écrivait: «Son but (celui du NSDAP) est, en bref: anéantissement et extermination de la philosophie marxiste. Les moyens doivent être 1. une organisation de propagande et déducation incomparable, utilisant tous les moyens dinfluencer sur les hommes, 2. une organisation forte sans scrupules et dune détermination brutale prête à répliquer à chaque acte de terreur du marxisme par une réaction dix fois plus grande, les Sections dassaut du mouvement.» Et il poursuit: «Aussi longtemps que ne serait-ce quun tiers du peuple rejette cette notion de lEtat et de lidentité nationale elle-même, tout renouveau est impossible. (…) En fait la proportion de notre peuple qui est sous linfluence du marxisme international sélève à plus de 40% de la population totale. Cest une vérité particulièrement ahurissante car on compte parmi ces 40% les éléments les plus actifs et les plus laborieux de la nation actuellement.»

20 La politique du Parti National Socialiste Allemand dHitler (2) : Le 28 février 1926 Hitler parle devant les grands industriels et commerçants de Hambourg. Il y dit ceci: «Plus de la moitié de tous les habitants adultes hommes et femmes est consciemment anti-allemande. … La question du redressement de lAllemagne dépend de lanéantissement de la vision du monde marxiste en Allemagne. Si cette vision nest pas exterminée, lAllemagne ne se relèvera jamais. Nous avons 15 millions de personnes qui, consciemment et volontairement, ont une conception antinationale et aussi longtemps que ces 15 millions, qui représentent la partie la plus vive et la plus forte de la population, ne sont pas ramenés dans le giron du sentiment national commun, tout discours de renouveau et de redressement de lAllemagne nest que bavardage sans aucune signification... La destruction et lanéantissement (de la conception du monde marxiste) est quelque chose de fondamentalement différent de ce que les partis bourgeois se fixent comme but. Les partis bourgeois nont pas pour but cet anéantissement mais seulement une victoire électorale.»

21 La réaction patronale : un soutien politique et financier (1) Une division des tâches au sein même de la bourgeoisie politique… En août 1930, le journal de la direction du DNVP (Deutschnationale Volkspartei) caractérisait comme suit la division du travail voulue par elle entre parti nazi et DNVP: «Un développement politique accéléré dans le sens de la droite nationale ne pourra être atteint que quand la Deutsch nationale Volkspartei regroupera de la façon la plus large possible tous les milieux de la population résolument nationalistes mais également favorables à léconomie privée, et quand le national-socialisme accomplira la tâche de faire des socialistes internationalistes des socialistes-nationaux.»

22 La réaction patronale : un soutien politique et financier (2) Le cas Thyssen : Hitler avec Thyssen, qui deviendra plus tard le ministre de léconomie nazie. En 1927, les caisses du NSDAP étant vides, Rudolf Hess, stratège formé à l'école de K. Haushofer ( ), lui même formé à celle du suédois Rudolf Kjellen, théoricien de la géopolitique et de la supériorité de l'Allemagne ( ), puis secrétaire d'Hitler, sera chargé des dons par Hitler et servira, à ce titre, d'intermédiaire aux industriels Thyssen, Flick (qui appartiendra au cercle des amis d'Himmler) et Emil Kirdof. En 1928, Thyssen fera un virement de marks (2 millions d'Euros) par l'intermédiaire de la Bank voor Handel en Scheepvaart au parti nazi pour l'achat du Barlow Palace de la Briennerstrasse, qu'Hitler baptisera "Maison Brune" lorsqu'il en fera son quartier général.ritz Thyssen apparaîtra officiellement comme membre du parti nazi en 1931.

23 La réaction patronale : un soutien politique et financier (3) Le cas Krupp : Alfred Krupp ( ), membre des SS dès 1933, torturera par le travail forcé plus de détenus à Auschwitz et en Silésie. L'on estimera à le nombre de ceux qui mourront. Quand Hitler nommera Krupp ministre de l'économie de guerre en 1943, Krupp imposera ce supplice à près de civils russes dans les forges Krupp et à près de prisonniers dans les mines de charbon d'Etat.

24 Les nazis aux élections en Allemagne depuis leur fondation…

25 Comment ont-ils pu prendre le pouvoir ? Un programme au verbiage de gauche … Ses rédacteurs (Drexler, Feder et Hitler) y inclurent toutefois quelques points dans lesquels les travailleurs pouvaient voir des revendications qui leur étaient familières comme revendications ouvrières. Ainsi, on pouvait considérer le point 7 («Nous exigeons que lEtat sengage à se soucier prioritairement des possibilités dexistence et de travail des citoyens») comme une périphrase de la revendication du droit au travail. Mais le point 11 devait particulièrement sonner socialiste. On y exigeait la «suppression des revenus acquis sans peine et sans travail». Cela ressemblait à sy méprendre au mot dordre des partis ouvriers: «Qui ne travaille pas, ne mange pas.» De toute façon la deuxième phrase du point 11 disait: «Suppression du fermage.». Le point 12 était particulièrement destiné aux ouvriers: «Nous exigeons la confiscation sans réserve de tous les profits de guerre», de même que les points suivants: «Nous exigeons la nationalisation de toutes les entreprises déjà socialisées (trusts).» Le point 13: «Nous exigeons une participation aux bénéfices dans toutes les grandes entreprises.» Le point 14: «Nous exigeons une extension généreuse des pensions de retraite.»

26 Comment ont-ils pu prendre le pouvoir ? La tactique vis-à-vis de la nationalisation des travailleurs … Casser les premières grèves :

27 Comment ont-ils pu prendre le pouvoir ? La tactique vis-à-vis de la nationalisation des travailleurs … Sen prendre aux juifs (voleurs, puissants…)

28 Comment ont-ils pu prendre le pouvoir ? La tactique vis-à-vis de la nationalisation des travailleurs … Créer des « cellules dentreprise ». Ces NSBO nont pas le droit de grève… Sous la pression de plusieurs délégués des régions industrielles, une session extraordinaire du congrès de Nuremberg du NSDAP en 1929 décida de passer à la construction dune organisation de cellules dentreprises, le NSBO. Jusquen août 1932, lattitude du NSBO vis-à-vis des grèves était: aucun soutien financier aux grévistes. Sa tâche principale était le combat contre le marxisme dentreprise, cest- à-dire avant tout contre les syndicats.

29 Comment ont-ils pu prendre le pouvoir ? La tactique vis-à-vis de la nationalisation des travailleurs … Insigne du NSBO «La tâche la plus noble des nationaux-socialistes dans les usines est la lutte pour notre mouvement et pour lanéantissement de lennemi. Quelle que soit la forme sous laquelle lennemi vient à nous – quil sagisse du KPD, du RGO ou des syndicats social- démocrates et chrétiens semi-marxistes qui sont à leur remorque – notre combat concerne toutes ces formations. (…) Chaque national-socialiste est en outre obligé détablir lidentité de chaque délégué marxiste dans lentreprise, indépendamment de sa nuance, et de fournir son adresse exacte. Chaque fois quil est possible, il doit essayer dobtenir une photographie de ces personnes. (…) Si le patron est membre de notre parti, il a le droit dêtre constamment mis au courant. Il sera ainsi possible dassainir chaque entreprise, lune après lautre, des éléments nuisibles et un grand nombre de nos camarades de parti y trouveront ainsi du travail. Un tel registre dadresses pourra aussi se révéler dune grande importance après notre prise de pouvoir. (…) Il est aussi important de signaler à Messieurs nos camarades patrons que, face à déventuelles baisses indispensables des salaires, le personnel national- socialiste montrera une toute autre compréhension de la situation économique quun personnel excité par les marxistes.» Texte tiré du congrès du NSBO.

30 Deux événements importants vont modifier la tactique des nazis… La crise de 1929 va sapprofondir … ainsi que la lutte des classes De à de chômeurs Manifestation à Berlin du KPD le 1er mai 1929

31 La combat ultime pour le pouvoir… La défaite électorale de 1932 Il faut absolument que le parti nazi regagne les voix quil a perdues afin de prétendre prendre le pouvoir.

32 La solution ? Le soutien total à sa première (et quasi dernière) grève … En octobre 32, le NSBO distribue un tract titré: «Reconnaissance de la grève comme moyen de lutte contre la politique dappauvrissement.» On peut aussi y lire: «Chaque action de résistance des camarades de notre peuple touchés par le dernier arrêté durgence de Monsieur von Papen est justifiée non seulement moralement mais aussi économiquement. Cest pourquoi lorganisation national-socialiste des cellules dentreprises se place à la tête des travailleurs allemands. (…) Dans cette résistance, nous ne renonçons pas non plus à la grève! (…) Cest notre grève contre von Papen et sa haute finance! (…) Chaque grève justifiée contre la politique de misère du système mérite notre soutien sous toutes ses formes. Vu les défaillances des syndicats, nous avons pris la direction du combat.» La grève des transports en commun de novembre 1932

33 1933 : la prise de pouvoir (1) Reçoit le soutien de la droite et des chrétiens pour former un gouvernement.

34 1933 : la prise de pouvoir (2) Hitler fait incendier le parlement (Reichstag) et fait accuser les communistes Dès le lendemain, plus de militants du arti communiste allemand, le KPD sont arrêtés ainsi que bon nombre de leaders de la gauche. Ils sont assassinés ou envoyés vers les premiers camps de déportation. Le KPD est dissous, les journaux suspendus de parution et les meetings interdits.arti communiste allemand

35 1933 : la prise de pouvoir (3) Hitler supprime les syndicats et les autres partis. Les premiers camps de concentration (ex. Dachau) sont construits. On y place les communiste, les socialistes, démocrates et syndicalistes.

36 1933 : la prise de pouvoir (4) Interdiction des syndicats ouvriers (le 1er mai 1933, jour de la fête du Travail, Hitler fait un discours ou il flatte les dirigeants syndicaux… Le lendemain, il donne lordre à ses troupes de choc dinvestir la maison des syndicats et prononce un discours dans lequel il déclare interdire les syndicats… Les travailleurs allemands devront attendre 13 ans (fin de la guerre) pour réavoir le droit de sorganiser indépendamment face à leurs patrons !

37 Le fascisme au pouvoir : un pouvoir patronal (1) Des énormes entreprises privées avec monopole de fabrication et de vente soutenues par létat Groupe sidérurgique thyssen krupp IG Farben (chimie) : Bayer, Hoechst…

38 Le fascisme au pouvoir : un pouvoir patronal (2) Baisse du niveau de vie des travailleurs A Berlin, en 1937, on mange une fois par jour… En + de travailler + longtemps, les salaires sont bloqués et le niveau de vie baisse

39 Le fascisme au pouvoir : un pouvoir patronal (3) Réduction du chômage par une « militarisation » du travail et des grands travaux militaires

40 Le fascisme au pouvoir : un pouvoir militariste (1)

41 Le fascisme au pouvoir : un pouvoir antidémocratique Les autodafés : brûler les livres des communistes, socialistes, démocrates, chrétiens qui ont une autre vision que celle des nazis

42 Le fascisme au pouvoir : un pouvoir raciste Théorie de la supériorité des races, attaques et persécutions des juifs… « Juifs ! Vous êtes interdits ». Illustration dun livre pour enfants en 1936…

43 Conclusion : quest-ce que le fascisme ? « Le fascisme, cest la dictature ouverte des éléments les plus réactionnaires, les plus chauvins, les plus impérialistes du capital financier ». Définition de lInternationale Communiste de Dimitrov, dirigeant de lInternationale Communiste, rajoute : « Le fascisme, cest le pouvoir du capital financier lui-même. Cest lorganisation de la répression terroriste contre la classe ouvrière et la partir révolutionnaire de la paysannerie et des intellectuels. Le fascisme en politique extérieure, cest le chauvinisme sous sa forme la plus grossière, cultivant une haine bestiale contre les autres peuples ».

44 Le programme du Front National dans la Belgique de 2005 (1) Attaquer les syndicats : le corporatisme et le solidarisme. Plus de classe sociale qui se combattent… Avec l'extrême droite, les salaires varient suivant les profits... « La participation des employés: à côté de son salaire de base, l'employé reçoit une rémunération en fonction des bénéfices engendrés par son entreprise. » (Programme du Vlaams Blok de 2004, version français page 7)

45 Le programme du Front National dans la Belgique de 2005 (2) Les salaires sont liés aux bénéfices des entreprises… En cas faillite pour lentreprise, cest la faillite complète pour votre porte- feuille aussi… Avec l'extrême droite, les salaires varient suivant les profits... « La participation des employés: à côté de son salaire de base, l'employé reçoit une rémunération en fonction des bénéfices engendrés par son entreprise » (Programme du Vlaams Blok de 2004, version française, page 7)

46 Le programme du Front National dans la Belgique de 2005 (3) Tout le monde paye le même impôt, les riches comme les pauvres ! En gros, les riches senrichissent de + en +, les pauvres sappauvrissent de + en + et la sécurité sociale (en partie financée par les impôts) sera sous financée. Avec l'extrême droite, l'impôt que l'on paie ne dépend plus des revenus. « Les impôts à la consommation doivent être préférés à l'impôt sur le revenu » (Programme du Front National de Belgique, sur septembre 2004, point 7)

47 Le programme du Front National dans la Belgique de 2005 (4) La pension est en partie payée par le privé. Ce nest donc plus un devoir de la société de veiller au bien-être de ceux qui lont servi, mais bien votre devoir à vous déconomiser sur votre salaire pour pouvoir survivre quand vous aurez fini de travailler… Avec l'extrême droite, la pension, c'est chacun pour soi... «... encourager les Belges à l'épargne et au système de pensions complémentaires par capitalisation » (Programme du FN de 2004, p.8)

48 Le programme du Front National dans la Belgique de 2005 (5) Moins dargent pour létat = moins dargent pour les pensions, la sécurité sociale, les services publics (transports en commun, enseignement…), les soins de santé. Cest une cure damaigrissement pour le peuple et une cure de grossissement pour les bourgeois. Avec l'extrême droite, moins de moyens pour les services publics... « Il faut faire subir une cure d'amaigrissement de l'état. » (Programme du Front National de 2000, p.9)

49 Le programme du Front National dans la Belgique de 2005 (6) Pas de possibilité dépanouissement social pour les femmes en dehors des enfants, de son mari et des tâches ménagères. Avec l'extrême droite, c'est le retour de la femme au foyer... « Faciliter le travail à mi-temps et le travail à domicile des mères. » (Programme du Front National de 2004, p.12)

50 Le programme du Front National dans la Belgique de 2005 (7) Finis les concerts, le rock, le hip-hop, le métal, la culture alternative, les maisons de jeunes, les films engagés, le mélange des traditions, les livres progressistes, les journées interculturelles, le mélange des cultures… Avec l'extrême droite, ce qui vient d'ailleurs est suspect... « Cesser de financer des cultures exotiques ou des huluberlus. Encourager et défendre le folklore traditionnel et la véritable culture. » Programme du Front Nouveau de Belgique de 2000 dans Le Bastion, octobre 2000, p.23

51 Le programme du Front National dans la Belgique de 2005 (7) Le chômage ? Si vous êtes au chômage, c'est parce que vous avez «choisi délibérément la profession de chômeur» et «l'Etat ne peut accepter d'entretenir ceux qui ont choisi délibérément la profession de chômeur». Le FN «retirera donc les allocations aux personnes coupables d'abus manifestes». Lécole ? Si tu as des difficultés scolaires, tu nas qu'à aller travailler... Pour le FN «la date de fin de scolarité doit pouvoir varier en fonction de l'élève. Il n'est pas nécessaire que des élèves démotivés encombrent certains établissements et handicapent le travail des autres». Qu'on arrête d'ailleurs de tenter de faire des enfants d'ouvriers des intellectuels ou des techniciens de haut niveau. «Une redécouverte de la nécessité des filières de formation manuelle et pratique permettra à la fois l'épanouissement des personnes destinées à ce type d'activités et une diminution du taux de chômage». Et que les ouvriers ne pensent surtout plus envoyer leurs enfants à l'université ou dans une haute école. Le FN les en empêchera en «augmentant la participation financière des étudiants des universités et des écoles supérieures».

52 Une comparaison Feret, De Winter, Bush, Hitler, est-ce possible ? Qui a dit ? « Comment voulez-vous que le travailleur français qui travaille avec sa femme et qui ensemble gagnent environ FF et qui voit sur le palier à côté de son HLM entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses et une vingtaine de gosses et qui gagne FF de prestation sociale sans naturellement travailler. Si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur, eh bien le travailleur français sur le palier, il devient fou. Et ce n'est pas être raciste que de dire cela. Nous n'avons plus les moyens d'honorer le regroupement familial et il faut enfin ouvrir le débat qui s'impose dans notre pays qui est un vrai débat moral pour savoir si il est naturel que les étrangers puissent bénéficier au même titre que les Français d'une solidarité nationale à laquelle ils ne participent pas puisqu'ils ne payent pas d'impôts. » Voir ttp://www.zebda.frttp://www.zebda.fr Filip De Winter, un des hauts dirigeants du Vlaams Belang, discute et fait rigoler Yves Leterme, le président du parlement flamand et député démocrate chrétien… Entre la démocratie bourgeoise et le fascisme, les différences sont réelles mais les portes qui mènent de la première à la deuxième sont tout aussi présentes…

53 La famille Bush a aidé Hitler à financer son économie de guerre … La direction de Brown Brothers & Harriman. Le deuxième à partir de la gauche est Prescott Bush, grand-père de George W. Bush. La firme travaille avec le géant de l'acier allemand Fritz Thyssen, pour porter Hitler au pouvoir. L'arrière-grand-père et le grand-père de Bush ont, via la banque Brown Brothers & Harriman investit des millions de dollars dans l'Allemagne nazie. Via la banque UBC de Thyssen, dont le grand- père est devenu le manager directeur… La famille Bush récolte aux USA les bénéfices de l'armement. Ceux-ci se chiffrent en 1934 à des centaines de millions. «La famille Bush savait très bien que Brown Brothers était le canal qui acheminait l'argent vers l'Allemagne nazie et que lUBC était le pipeline secret qui amenait l'agent nazi aux Etats-Unis, via les Pays-Bas», écrit John Loftus, ancien procureur du département US contre les crimes de guerre nazis.

54 … et G. W. Bush a utilisé cet argent pour se lancer dans lindustrie pétrolière Après la guerre, aucune sanction nest prise… Prescott Bush reçoit 1,5 million de dollars pour sa part dans UBC, qu'il donne à son fils, George Herbert Walker Bush, pour se lancer dans le secteur du pétrole. Avec ces fonds, George Bush senior fonde la Bush-Overby Development Company, active dans le commerce du pétrole et dans les brevets pétroliers. Deux ans plus tard, il crée la Zapata Offshore Oil Company, la firme qui exploitera les premiers puits de pétrole au large du Koweït. C'est avec l'argent des crimes nazis que la famille Bush s'est lancée dans le secteur pétrolier, qu'elle s'est liée à la famille royale du Koweït et qu'elle a déclenché la première guerre du Golfe contre l'Irak. Bush dans les champs de pétrole de son père, au Texas.

55 Le Vlaams Belang est ultra pro-Bush Anvers, «Bush a raison». Quelques membres du Vlaams Belang manifestent en solidarité avec Bush lorsquil commence à bombarder l'Afghanistan Voici quelques citations choisies délus du VB sur Bush. La Sénatrice Anke Van Dermeersch dit ainsi: «Il est incroyable que l'Europe mène une politique anti-Bush. En tant que politicienne de droite et conservatrice, je suis la stratégie dure de Bush.» Le député et chef de file Gerolf Annemans: «Très certainement, je vote pour Bush. Il a amené un tel réveil néoconservateur aux Etats-Unis que ce pays a dix ans d'avance sur l'Europe.» Le député Vlaams Blok Filip De Man frétille comme un gamin: «Je vote Bush parce que j'aime les cowboys, okay?»

56 Bush et Hitler : quelles comparaisons (1) ? La guerre comme dernier recours : Quand on dit «fascisme», on dit deux choses: d'une part, que cet impérialisme est prêt aux pires guerres, aux pires massacres, à la pire répression pour se sortir de la crise. D'autre part, qu'il s'agit du tout dernier recours dont il dispose. Contrairement aux dernières décennies, lagressivité des Etats-Unis a monté dun coup de plusieurs crans. Cest clair que depuis 1989, il y a un changement qualitatif qui s'est opéré et que l'impérialisme américain se lance dans une stratégie de conquête et de terreur jamais vue, avec des ambitions de domination qui dépassent largement celles des fascismes antérieurs.

57 Bush et Hitler : quelles comparaisons (2) ? Twin Towers – Reichtag, même principe : sattaquer à un symbole fort du pays et à partir de là, partir en guerre contre des ennemis fantômes à lextérieur du pays (les guerres) et à lintérieur (réduire voire supprimer les libertés démocratiques. Bush va plus loin quHitler dans la domination du monde Bush ne poursuit pas (encore) les syndicalistes et les communistes aux Etats-Unis, comme Hitler le faisait. Par contre, il dépasse de très loin Hitler dans la terreur qu'il exerce, directement et indirectement, sur les gens qui, dans le Tiers Monde, osent revendiquer leur indépendance, leur liberté. C'est vrai qu'en soi, toutes les administrations américaines ont exercé cette terreur brutale depuis la Seconde guerre mondiale. Ce qui change avec George W. Bush, c'est qu'il déclare ouvertement que c'est par la force brutale que les Etats-Unis entendent rester maîtres du monde, écraser toute tentative de les dépasser ­ même d'arriver au même niveau. C'est littéralement le monde entier qu'il veut sous sa botte, par n'importe quels moyens. Hitler n'a jamais osé aller si loin.

58 Bush et Hitler : quelles comparaisons (3) ? La supériorité de la civilisation Hitler parlait de la «supériorité de la race blanche ou aryenne», Bush parle de la défense (entendez la supériorité) de la «civilisation occidentale». Cette «civilisation occidentale» domine le monde de façon toujours plus tyrannique et barbare et Bush prétend qu'elle est menacée! Je ne vois honnêtement aucune différence de fond avec Hitler. Notre Déclaration se réfère à un rapport d'une réunion des dirigeants du Pentagone qui «estiment que le monde arabe est un monde d'arriérés qui ne comprennent que le langage de la violence. La perte des droits démocratiques Même si cest beaucoup moins fort quHitler (interdiction des partis ouvriers et des syndicats), aux Etats-Unis, la répression croît au rythme de l'opposition des masses à la politique d'austérité et de guerre! Le «USA Patriot Act» que Bush a énoncé limite de façon assez draconienne les droits et libertés démocratiques : organisation de paix = terrorisme, racisme légalisé, délation encouragée….

59 Mais alors, … que faire ? Renforcer le mouvement ouvrier et ses organisations (exemple pour nous les jeunesses syndicales FGTB et CSC ou le PTB). Renforcer Comac comme une organisation de jeunesse : – Antifasciste – Antiguerre – Anticapitaliste – Solidaire dans les actes avec la classe ouvrière Lutter à fond pour les libertés démocratiques et contre les guerres impérialistes.


Télécharger ppt "Fascisme hier et aujourdhui. Plan de la formation La montée du fascisme en Allemagne. Que fait le fascisme une fois quil est au pouvoir ? Le cas de lAllemagne."

Présentations similaires


Annonces Google