La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La signification clinique et psychosociale de l'histoire du traumatisme pour des personnes souffrant de schizophrénie Paul H. Lysaker Ph.D. Roudebush VA.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La signification clinique et psychosociale de l'histoire du traumatisme pour des personnes souffrant de schizophrénie Paul H. Lysaker Ph.D. Roudebush VA."— Transcription de la présentation:

1 La signification clinique et psychosociale de l'histoire du traumatisme pour des personnes souffrant de schizophrénie Paul H. Lysaker Ph.D. Roudebush VA Medical Center Indiana University School of Medicine Indianapolis, Indiana Research funded by the Department of Veteran Affairs, Rehabilitation, Research, & Development Service

2 Vue d'ensemble de la présentation Incidence de l'histoire du trauma Incidence de l'histoire du trauma Corrélations cliniques et psychosociales du trauma Corrélations cliniques et psychosociales du trauma Implications pour la conceptualisation de cas Implications pour la conceptualisation de cas Implications pour l'évaluation et l'intervention Implications pour l'évaluation et l'intervention Conclusions Conclusions

3 Incidence de l'histoire du trauma –Les expériences traumatiques peuvent être communes dans la population générale : –60.7% pour les hommes –51.2% pour les femmes (Kessler, Sonnega, Bromet, Hughes, & Nelson, 1995).

4 Incidence de l'histoire du trauma Resnick et autres (2003) ont trouvé 3/4 de leur échantillon ont rapporté l'exposition à un événement traumatique et 13% ont répondu à des critères pour un PTSD Resnick et autres (2003) ont trouvé 3/4 de leur échantillon ont rapporté l'exposition à un événement traumatique et 13% ont répondu à des critères pour un PTSD Les types communs de trauma étaient un accident, un contact sexuel non désiré en tant qu'enfant, une agression avec ou sans une arme, être témoin d'un meurtre, etc. Les types communs de trauma étaient un accident, un contact sexuel non désiré en tant qu'enfant, une agression avec ou sans une arme, être témoin d'un meurtre, etc.

5 Incidence de l'histoire du trauma Le type et l'impact du trauma sur des individus ne sont pas uniformes. Le type et l'impact du trauma sur des individus ne sont pas uniformes. Il y a beaucoup de différentes formes de trauma, et l'intensité du trauma dépend de beaucoup de facteurs qui ne sont pas facilement mesurés. Il y a beaucoup de différentes formes de trauma, et l'intensité du trauma dépend de beaucoup de facteurs qui ne sont pas facilement mesurés.

6 Incidence de l'histoire du trauma Pour focaliser, la recherche s'est concentrée sur l'abus sexuel durant lenfance. Pour focaliser, la recherche s'est concentrée sur l'abus sexuel durant lenfance. Examinant adultes Bebbington et autres (2004) ont trouvé que les individus souffrant de psychose avaient 15.5 fois plus de probabilité davoir vécu un abus sexuel que des individus sans trouble psychiatrique. Examinant adultes Bebbington et autres (2004) ont trouvé que les individus souffrant de psychose avaient 15.5 fois plus de probabilité davoir vécu un abus sexuel que des individus sans trouble psychiatrique.

7 Incidence of Trauma history Les évaluations de plus petits échantillons ont rapporté que 1/3 de personnes souffrant de schizophrénie ont une histoire d'abus sexuel durant lenfance (par exemple Lysaker et autres, 2001). Les évaluations de plus petits échantillons ont rapporté que 1/3 de personnes souffrant de schizophrénie ont une histoire d'abus sexuel durant lenfance (par exemple Lysaker et autres, 2001). Whitfield et autres, (2005) ont trouvés que le risques de psychose était 5 fois plus grand si les individus vivait 7 ou plus expériences négatives durant lenfance. Whitfield et autres, (2005) ont trouvés que le risques de psychose était 5 fois plus grand si les individus vivait 7 ou plus expériences négatives durant lenfance.

8 Incidence de l'histoire de trauma Spauwen et autres (2005) : l'abus durant l'enfance a été associé à une psychose Spauwen et autres (2005) : l'abus durant l'enfance a été associé à une psychose 3 ans et demi après les faits Janssen et autres (2004) : l'exposition à une fréquence élevée dabus rends 30 fois plus probable le développement dune psychose 2 ans après. Janssen et autres (2004) : l'exposition à une fréquence élevée dabus rends 30 fois plus probable le développement dune psychose 2 ans après.

9 Incidence of Trauma history La psychose implique la perte de contact de la réalité, alors devrions- nous douter de la validité de lauto- déclaration ? La psychose implique la perte de contact de la réalité, alors devrions- nous douter de la validité de lauto- déclaration ? Aucune évidence que la psychose mène à exagérer les déclarations de trauma. Aucune évidence que la psychose mène à exagérer les déclarations de trauma. Les rapports de l'abus dans la psychose sont fiables (Goodman, et al., 1999). Les rapports de l'abus dans la psychose sont fiables (Goodman, et al., 1999).

10 Vue d'ensemble de la présentation Incidence de l'histoire du trauma Incidence de l'histoire du trauma Corrélations cliniques et psychosociales du trauma Corrélations cliniques et psychosociales du trauma Implications pour la conceptualisation des cas Implications pour la conceptualisation des cas Implications pour l'évaluation et l'intervention Implications pour l'évaluation et l'intervention Conclusions Conclusions

11 Clinical / Psychosocial correlates Clinical / Psychosocial correlates Ross et al (1994): l'abus a un pouvoir prédictif pour des niveaux graves d hallucinations et didées délirantes. Ross et al (1994): l'abus a un pouvoir prédictif pour des niveaux graves d hallucinations et didées délirantes. Blankertz et al (1993): 90% de l'échantillon a reconnu une certaine forme de trauma d'enfance et l'histoire d'abus était un facteur de risque pour l'abus de substance et la précarisation. Blankertz et al (1993): 90% de l'échantillon a reconnu une certaine forme de trauma d'enfance et l'histoire d'abus était un facteur de risque pour l'abus de substance et la précarisation. Lysaker et al., (2001): abus sexuel est associé avec la qualité du travail et la fonction psychosociale Lysaker et al., (2001): abus sexuel est associé avec la qualité du travail et la fonction psychosociale

12 Clinical / Psychosocial correlates Lysaker et al., (2005b): l'histoire d'abus sexuel a prospectivement prédit des symptômes plus élevés et de la fonction plus pauvre après 4 mois de réhabilitation. Lysaker et al., (2005b): l'histoire d'abus sexuel a prospectivement prédit des symptômes plus élevés et de la fonction plus pauvre après 4 mois de réhabilitation. Hardy et al (2005): le contenu et la forme des hallucinations a été lié à l'histoire du trauma. Hardy et al (2005): le contenu et la forme des hallucinations a été lié à l'histoire du trauma.

13 Clinical / Psychosocial correlates Lysaker et al (2005a): abus + schizophrénie = des niveaux plus élevés de dissociation, expériences intrusives et anxiété que pas dabus + schizophrénie. Lysaker et al (2005a): abus + schizophrénie = des niveaux plus élevés de dissociation, expériences intrusives et anxiété que pas dabus + schizophrénie. Calhoun et al., (2006): PTSD + schizophrénie = ont diminué la qualité de vie et une plus grande utilisation des services médicaux. Calhoun et al., (2006): PTSD + schizophrénie = ont diminué la qualité de vie et une plus grande utilisation des services médicaux.

14 Clinical Psychosocial correlates Lysaker & Salyers (soumis) ont cherché à déterminer avec une analyse automatique si Lysaker & Salyers (soumis) ont cherché à déterminer avec une analyse automatique si –Nous pouvions identifier un groupe qui a eu des niveaux graves danxiété –Si ce groupe a également eu une qualité de vie plus pauvre, plus d'hallucinations, peu d'espoir et une histoire de traumatisme.

15 Corrélations psychosociales cliniques Questionnaire multidimensionnel danxiété (Reynolds, 1999) Questionnaire multidimensionnel danxiété (Reynolds, 1999) Echelle des symptômes positifs et négatifs (Kay et al., 1987) Echelle des symptômes positifs et négatifs (Kay et al., 1987) Echelle de qualité de vie (Heinrich et al., 1984) Echelle de qualité de vie (Heinrich et al., 1984) Mesure de l histoire du trauma (Cusak et al., 2004 Mesure de l histoire du trauma (Cusak et al., 2004 Echelle de désespoir de Beck (Beck et al 1974) Echelle de désespoir de Beck (Beck et al 1974) Hopkins test verbal de mémoire (Brandt, 1991) Hopkins test verbal de mémoire (Brandt, 1991)

16 Caractéristiques de fond des groupes marqués par le niveau danxiété (n = 128) __________________________________________________________________________ GroupsF Comparaisons de groupes LSD p <.05 n =37n= 55n =36 Moyenne Moderer Grave __________________________________________________________________________ Age47 (9.7)47 (8.6)45 (10.7) 0.47ns Éducation12 (1.9)12 (2.1)12 (1.9) 0.60ns Hospitalisations durant vie10 (14.2)10 (11)17 (21.1) 3.24*3 > 2, 1 Âge première hospitalisation28 (7.9)25 (9.8)25 (10.5)1.26ns MAQ t Scores Panique physiologique52 (9.0)69 (14) 98 (19.2)91**3>2>1 phobie Sociale 53 (6.1)63 (7.7)86 (13.9)114**3>2>1 Craintes, soucis56 (9.4)76 (11) 102 (15)128**3>2>1 Humeur Negative 50 (8.1)61 (7.7) 71.2 (9.5)58**3>2>1 __________________________________________________________________________ * p <.05; ** p <.0001

17 Background characteristics of groups labeled by anxiety level (n = 128) _________________________________________________________ GroupsX n =37n= 55n =36 Moyenne Modérer Grave _________________________________________________________Genre Homme * Femme Diagnostic Schizophrénie Schizoaffective Origine groupe VAMC CMHC ________________________________________________________ * p <.05; ** p <.0001

18 Symptôme, espoir, fonction et niveaux de mémoire verbal __________________________________________________________________________ GroupsF Group Comparisons 1 (n =37)2 (n= 55)3 (n =36)LSD p <.05 Moyenne ModéréeGrave __________________________________________________________________________ PANSS Illusions2.9 (1.5)3.1 (1.5)3.6 (1.3)2.32ns PANSS Hallucinations 2.3 (1)2.4 (1)3.4 (1)7.08*3 > 1,2 PANSS Retrait passif2.6 (0.9)2.6 (0.9)3.0 (1.5)1.68ns PANSS Affect émoussé3.1 (1.1)2.9 (1.5)3.1 (1.2)0.30ns PANSS Manque dinsight et jugement 3.8 (1)3.6 (1)3.0 (1)4.27*3 > 1, 2 PANSS Humeur déprimée2.5 (1)3.8 (1)4.3 (1) 15.60***3, 2 > 1 PANSS Inquiétude2.6 (1)3.5 (1)3.9 (1)10.89***3, 2 > 1 Echelle de désespoir16 (3)14 (4)10 (6.6)11.16***3 < 2 < 1 HVLT rappel total t score33 (11)32 (11)34 (11)0.47 QOL Score totaux55 (18)56 (13) 47 (14)4.65*3<1,2 __________________________________________________________________________ * p <.05; ** p <.0001

19 Frequencies of sexual, physical and combined sexual or physical assault _________________________________________________________ Group1 (n =37)2 (n= 55)3 (n = 36) X2 AverageModerateSevere AnxietyAnxietyAnxiety ________________________________________________________Reporting Sexual assault16 (43%)23 (42%)24 (67%)6.11* Not Reporting Sexual assault21 (57%)32 (58%)12 (33%) _______________________________________________________Reporting Physical assault 15 (41%)31 (56%)25 (69%)3.51 Not Reporting Physical assault 22 (59%)24 (44%)14 (31%) _________________________________________________________ Reporting sexual or physical assault 16 (43%)38 (69%)32 (89%)8.18* Not Reporting sexual or physical assault 21 (57%)17 (31%)04 (11%) _________________________________________________________ * p <.05

20 MAQ points pour des participants par rapport a une agression sexuel et/ou physique ________________________________________________________ Sexual No FP or physicalassault assault (n = 92)(n = 36) _________________________________________________________ Panique physiologique (23.3) (20.3) Phobie sociale (17.1) (10.6) Soucis et craintes (21.7) (16.7) Affectivité négative (10.8) (12.2) Total (22.7)74.44 (15.7) __________________________________________________________________________ 1 These analyses were ns when only males were considered

21 Vue d'ensemble de la présentation Incidence de l'histoire du trauma Incidence de l'histoire du trauma Corrélations cliniques et psychosociales du trauma Corrélations cliniques et psychosociales du trauma Implications pour la conceptualisation de cas Implications pour la conceptualisation de cas Implications pour l'évaluation et l'intervention Implications pour l'évaluation et l'intervention Conclusions Conclusions

22 Purcell : Mâle, 40s Type désorganisé de schizophrénie. Type désorganisé de schizophrénie. La parole est forte, rapide, avec des associations relâchées La parole est forte, rapide, avec des associations relâchées L'affect s'étend d'émoussé à inadéquat. L'affect s'étend d'émoussé à inadéquat. Expressions mal modulées d'inquiétude. Expressions mal modulées d'inquiétude. Modèle de l'autodestruction brute. Modèle de l'autodestruction brute. Croit que d'autres peuvent entrer dans son corps et causer de la douleur. Croit que d'autres peuvent entrer dans son corps et causer de la douleur. Hallucinations auditives. Hallucinations auditives.

23 Purcell : Mâle, 40s Précédemment hospitalisé pendant plus de Précédemment hospitalisé pendant plus de 20 années. Aucun ami proche, emploi et ou contacts familiaux. Aucun ami proche, emploi et ou contacts familiaux. Problèmes légaux multiples. Problèmes légaux multiples. Physiquement en mauvaise santé, douleur chronique. Physiquement en mauvaise santé, douleur chronique. Déficits neurocognitifs multiples graves. Déficits neurocognitifs multiples graves.

24 Case conceptualisation « Puisquil est difficile de se retrouver soi-même. Nimporte qui peut proposer une question et déformer complètement la situation. Nimporte qui peut trouver une réponse et ils ne peuvent pas vous sentir. Mais si vous avez quelque chose à quoi tenir, quelque chose que vous pourriez tenir contre eux, ça vous réduira en miettes et ça les réduira en miettes. Et quelquun peut vous soutenir dans votre vie dun coté et dun autre côté, ça peut être votre propre famille. Ils ne veulent pas quils prennent votre parti. »

25 Case conceptualisation « Je me suis absenté plusieurs fois du service sans lannoncer, tandis que jétais là-dedans. Je ne sais pas pourquoi… cétait de ma faute, parce que, de lune ou de lautre manière, si je nétais pas en fugue, si jétais resté là- dedans, jétais en grand danger. Jai déjà eu un truc qui clochait chez moi, les accidents qui métaient infligés et accidentels, et dans les modes de vie, jai eu des difficultés parce quil y avait une grande occasion à ce moment-là par les compagnies autour et autres trucs. Une personne peut gagner de quoi vivre en dehors de la compagnie et ne doit pas travailler pour la compagnie, ce qui est mauvais dans un sens et bon dans lautre. Cest mélangé, mais je ne peux pas aligner les histoires correctement, parce quelles sont toutes dans des tranches de temps différents. »

26 Conceptualisation de cas Purcell ne répond pas à des questions directes mais note que quelque chose était « faux » avec lui et que cela lui « a été infligé. » Purcell ne répond pas à des questions directes mais note que quelque chose était « faux » avec lui et que cela lui « a été infligé. » Beaucoup de références aux « accidents » Beaucoup de références aux « accidents » Purcell reconnaît qu'il avait été une victime d'une agression sexuelle : « Nous sommes allés regarder les livres dans sa bibliothèque et il m'a attaqué… comme un animal. » Purcell reconnaît qu'il avait été une victime d'une agression sexuelle : « Nous sommes allés regarder les livres dans sa bibliothèque et il m'a attaqué… comme un animal. »

27 Case conceptualization L'histoire de trauma semble raisonnable car Hallucinations et anxiété sont intensifiées Hallucinations et anxiété sont intensifiées Le retrait peut le protéger contre la re- expérience intrusive de son traumatisme. Le retrait peut le protéger contre la re- expérience intrusive de son traumatisme. Avec l'amélioration liée à sa psychothérapie, il est soudainement proie à la re-expérience, à langoisse et à la fureur traumatiques, qui mène à l'abus d'alcool et au retrait. Avec l'amélioration liée à sa psychothérapie, il est soudainement proie à la re-expérience, à langoisse et à la fureur traumatiques, qui mène à l'abus d'alcool et au retrait. Son auto destruction a du sens comme qqch qui le protège. Son auto destruction a du sens comme qqch qui le protège.

28 Vue d'ensemble de la présentation Incidence de l'histoire du trauma Incidence de l'histoire du trauma Corrélations cliniques et psychosociales du trauma Corrélations cliniques et psychosociales du trauma Implications pour la conceptualisation de cas Implications pour la conceptualisation de cas Implications pour l'évaluation et l'intervention Implications pour l'évaluation et l'intervention Conclusions Conclusions

29 Interventions Le trauma possible devrait être évalué de façon continue et avec délicatesse. Le trauma possible devrait être évalué de façon continue et avec délicatesse. En devenant davantage engagés avec d'autres et la vie quotidienne, les clients souffrant de traumatisme peuvent éprouver plus d'angoisse, de douleur, de dépression ou danxiété. En devenant davantage engagés avec d'autres et la vie quotidienne, les clients souffrant de traumatisme peuvent éprouver plus d'angoisse, de douleur, de dépression ou danxiété. Les rapports thérapeutiques peuvent être orageux. Les rapports thérapeutiques peuvent être orageux.

30 Interventions Pendant la réhabilitation la psychothérapie, l'expérience de lanxiété parfois motivante, peut également être immobilisante et dévastatrice. Pendant la réhabilitation la psychothérapie, l'expérience de lanxiété parfois motivante, peut également être immobilisante et dévastatrice. Les cliniciens ne devraient pas se replier et protéger leur clients et les décourager de l'essai d'améliorer leurs vies. Les cliniciens ne devraient pas se replier et protéger leur clients et les décourager de l'essai d'améliorer leurs vies.

31 Vue d'ensemble de la présentation Incidence de l'histoire du trauma Incidence de l'histoire du trauma Corrélations cliniques et psychosociales du trauma Corrélations cliniques et psychosociales du trauma Implications pour la conceptualisation de cas Implications pour la conceptualisation de cas Implications pour l'évaluation et l'intervention Implications pour l'évaluation et l'intervention Conclusions Conclusions

32 Conclusions L'histoire de trauma est inhabituellement commune chez les personnes avec des psychoses. L'histoire de trauma est inhabituellement commune chez les personnes avec des psychoses. L'histoire de trauma est liée avec des symptômes et des déficits intensifiés dans la fonction sociale. L'histoire de trauma est liée avec des symptômes et des déficits intensifiés dans la fonction sociale. Il peut être difficiles dévaluer le trauma. Il peut être difficiles dévaluer le trauma. Le traitement est possible. Le traitement est possible.


Télécharger ppt "La signification clinique et psychosociale de l'histoire du traumatisme pour des personnes souffrant de schizophrénie Paul H. Lysaker Ph.D. Roudebush VA."

Présentations similaires


Annonces Google