La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Nutrition pour les PVVIH souffrant d'une autre maladie Module 6.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Nutrition pour les PVVIH souffrant d'une autre maladie Module 6."— Transcription de la présentation:

1 Nutrition pour les PVVIH souffrant d'une autre maladie Module 6

2 Fournir des connaissances de base permettant la prise en charge nutritionnelle des maladies liées au VIH chez l'adulte et chez l'enfant Objectifs Pour savoir comment aider les PVVIH à : 1.Se servir des aliments pour accélérer leur rétablissement après une maladie 2.Réduire limpact de la maladie sur létat nutritionnel 3.Bien connaître les implications nutritionnelles et alimentaires du TARV But

3 La prise en charge diététique des maladies : un outil puissant. Elle permet de : Salimenter davantage Réduire la gravité des symptômes et contribuer à renforcer le confort Compenser la perte de nutriments et de prévenir la déshydratation Compléter et de renforcer les traitement médicaux, y compris l'observance du TARV et des thérapies contre la tuberculose

4 Les PVVIH présentant des symptômes doivent au moins : Surveiller de près le poids et faire régulièrement des évaluations nutritionnelles (approfondies) Maintenir, en tout temps, une propreté, une hygiène alimentaire et une salubrité de leau/des aliments, de haut niveau

5 Prise en charge diététique des symptômes caractéristiques Manque dappétit : manger de petites quantités daliments à intervalles rapprochés et consommer des aliments à forte teneur énergétique Candidose : manger des aliments en purée froids ou à température ambiante, et éviter les épices et le sucre Fièvre : boire beaucoup et consommer des soupes riches en énergie et en nutriments

6 Prise en charge diététique (suite) Diarrhée : boire beaucoup de liquides, utiliser les SRO et manger des aliments énergétiques et riches en nutriments Nausée : manger de petites quantités daliments doux pour lestomac, éviter les aliments gras et produits laitiers Constipation : boire plus et manger des aliments riches en fibres, faire de lexercice

7 Prise en charge diététique (suite) Anémie : Une PVVIH doit manger des aliments riches en fer tels que les produits dorigine animale, des légumes-feuilles verts. Elle doit prendre des compléments de fer sur prescription de son médecin. Ballonnement, aigreurs destomac et flatulences : manger de petites quantités en plusieurs fois, éviter les aliments provocant la formation de gaz et prévoir du temps entre le moment où lon mange et celui du coucher. Mauvaise absorption : lorsque les nutriments ne sont pas absorbés, on peut observer une perte de poids même si la personne mange suffisamment.

8 Exercice N° 1 A ppliquer la nutrition aux maladies liées au VIH

9 Particularités des enfants (+ 2 ans) vivant avec le VIH La malnutrition est fréquente chez les enfants séropositifs et cela complique leur prise en charge médicale. Les carences en nutriments sont fréquentes chez les enfants séropositifs. Ces déficiences réduisent leur immunité et les prédisposent davantage aux infections et à laggravation de leur état nutritionnel.

10 Suivi de la croissance de lenfant et VIH : Les enfants nés de mères séropositives a rrivent au monde avec un état nutritionnel déficient Les unités de récupération nutritionnelle accueillent de plus en plus d'enfants séropositifs La gravité du déclin de croissance chez les enfants séropositifs est liée à une survie réduite

11 Suivi de la croissance de lenfant : Une occasion de sauver des vies La croissance est un indicateur très sensible dans linfection à VIH et sa progression chez lenfant Les programmes de surveillance de la croissance constituent un bon point d'entrée pour le dépistage du VIH chez lenfant Le déclin de croissance chez lenfant séropositif est un facteur déclenchant pour lévaluation du TARV Le déclin de croissance chez lenfant séropositif répond bien au TARV

12

13 Comment protéger létat nutritionnel des enfants porteurs du VIH 1.Utiliser ce que vous savez déjà sur la nutrition des enfants et sa programmation 2.Nattendez pas lapparition de signes de malnutrition pour détecter et prendre en charge très tôt, la nutrition chez les enfants séropositifs. 3.Elaborer et adapter des systèmes de PSC pour détecter et prendre en charge très tôt le déclin de croissance 4.Prodiguer des conseils et assurer un suivi nutritionnels 5.Encourager le rattrapage du retard de croissance 6.Améliorer laccès des enfants au TARV 7. Administrer aux femmes enceintes séropositives du Cotrimoxizole en prophylaxie, afin de réduire lincidence du paludisme.

14 Les enfants séropositifs ont besoin de manger davantage, de manger mieux… Augmenter la consommation de nutriments en diversifiant le régime alimentaire Nourrir les enfants séropositifs plus souvent ; encourager une alimentation « active » Utiliser des aliments riches en énergie et à forte densité de nutriments (ex. aliments germé, aliments fermentés et enrichis) Modifier la préparation pour permettre l'augmentation de l'apport alimentaire (par ex. aliments en purée, liquides, écrasés ou légèrement épicés)

15 Les conseils nutritionnels sont-ils différents pour les PVVIH sous TARV ?

16

17 Interactions aliments/médicaments (à tous les âges) Les principales interactions aliments / médicaments sont : 1.leffet des aliments sur lefficacité des médicaments 2.les effets des médicaments sur labsorption, le métabolisme, la répartition et lexcrétion des nutriments 3.les effets secondaires des médicaments affectant les quantités daliments consommées et labsorption des nutriments 4.les interactions aliments/médicaments entraînant des effets secondaires néfastes pour la santé

18 Que peut-on faire par rapport aux interactions aliments/médicaments ? Les professionnels de la santé doivent donner des conseils très précis Les patients doivent être encouragés à discuter avec le médecin de TOUS leurs médicaments (traditionnels et modernes)

19 Les PVVIH sous TARV ont-elles des besoins nutritionnels particuliers ? Les PVVIH sous TARV ont besoin : de 10 % dénergie supplémentaire pour le reste de leur vie et 30 % de plus pendant les accès de maladie ; d'un régime alimentaire équilibré, coloré- avec tous les groupes daliments- tous les jours de suivre les conseils médicaux sur les interactions entre les aliments et les médicaments quils prennent.

20 Les PVVIH sous TARV ont-elles des besoins nutritionnels particuliers ? (suite) Conseils et assistance pour la prise en charge des interactions aliments/médicaments Conseils diététiques continus et prise régulière de leur poids Réhabilitation nutritionnelle pour recouvrer le poids éventuellement perdu en début de TARV

21 Certains effets secondaires des ARV ont des implications nutritionnelles spécifiques… Nausée Lipodystrophie Augmentation du cholestérol Résistance à l'insuline (Diabète) Syndrome de réalimentation

22 Comment ces informations permettent-elles d' améliorer la programmation ? Adapter et suivre minutieusement les programmes PSC pour assurer le dépistage précoce du VIH chez lenfant Prévoir laccompagnement nutritionnel nécessaire aux patients, sous TARV, tuberculeux ou recevant des SAD Garantir que les personnels en charge de lévaluation nutritionnelle et des conseils comprennent bien linfection à VIH, le sida et le TARV Adapter les programmes denseignement de la nutrition au contexte du VIH Adapter les programmes WatSan (eau et assainissement) de la nutrition au contexte du VIH


Télécharger ppt "Nutrition pour les PVVIH souffrant d'une autre maladie Module 6."

Présentations similaires


Annonces Google