La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

MINISTERE DE LENERGIE ET DES MINES JOURNEE DETUDES SUR LE GASOIL ALGER, LE 07/ JUILLET / 2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "MINISTERE DE LENERGIE ET DES MINES JOURNEE DETUDES SUR LE GASOIL ALGER, LE 07/ JUILLET / 2007."— Transcription de la présentation:

1 MINISTERE DE LENERGIE ET DES MINES JOURNEE DETUDES SUR LE GASOIL ALGER, LE 07/ JUILLET / 2007

2

3 SOMMAIRE Carburants classiques Produits propres (de substitution) Essence sans plomb Gaz naturel/Carburant GPL/Carburant Biocarburants

4 PRODUITS PETROLIERS Multitude de produits pétroliers commercialisés en Algérie : Carburants, Combustibles, GPL, Lubrifiants, Bitumes et produits spéciaux (solvants, cires, paraffines, etc..) Ces produits se distinguent par leurs natures physico-chimiques, leurs utilisations.

5 CARBURANTS Les carburants sont : Essences, Gasoil, Fuel, Carburéacteur (Kérosène) et GPL/C. Les carburants sont utilisés dans tous les secteurs dactivités : Résidentiel, Tertiaire, Agricole, Hydraulique, BTP, Industrie, Transports.

6 INTRODUCTION La consommation des carburants en Algérie obéit à certaines considérations, notamment : La consommation des carburants en Algérie obéit à certaines considérations, notamment : Energétiques : privilégier pour les besoins internes, lénergie la plus disponible et la moins entamée. Energétiques : privilégier pour les besoins internes, lénergie la plus disponible et la moins entamée. Environnementales : promouvoir lutilisation des carburants propres pour lutter contre la pollution atmosphérique particulièrement pour les grandes agglomérations, (notamment celle déchappement des gaz des véhicules). Environnementales : promouvoir lutilisation des carburants propres pour lutter contre la pollution atmosphérique particulièrement pour les grandes agglomérations, (notamment celle déchappement des gaz des véhicules).

7 Pour mieux situer le rôle et limportance des carburants de substitution en Algérie, il faut souligner la part quoccupe chaque secteur dactivité dans la consommation des carburants. Ceci nous permettra davoir une clarté sur : Limage du ou des secteurs gros consommateurs en carburants. La vision pour dégager les solutions à prendre pour une meilleure adéquation entre loffre et la demande des carburants. Produits de substitution

8 PART CONSOMMATION CARBURANTS PAR SECTEUR DACTIVITE (2005)

9 STRUCTURE DE LA CONSOMMATION DU SECTEUR DES TRANSPORTS (2006) CARBURANTS CONSOMMATION (Millions tonnes) 1- TERRE 8,46 DONT : GASOIL+FUEL DONT : GASOIL+FUEL6,15 GPL/C GPL/C0,32 ESSENCES ESSENCES1,98 KEROSENE DECLASSE KEROSENE DECLASSE0,01 2- MARINE (GASOIL+FUEL) 0,34 3- AVIATION 0,36 CONSOMMATION TOTALE GASOIL+FUEL 6,5 TOTAL TOTAL ,16

10 PART CONSOMMATION DU SECTEUR DES TRANSPORT PAR CATEGORIE (2006)

11 PART CONSOMMATION CARBURANTS TERRE PAR PRODUIT (2006)

12 PART CONSOMMATION GASOIL+FUEL PAR CATEGORIE (TERRE ET MARINE) (2006)

13 EVOLUTION DE LA CONSOMMATION DES CARBURANTS POUR LE SECTEUR DES TRANSPORTS ( ) Milliers Tonnes CARBURANTS EVOLUTION 1997/2006 (%) 1- TERRE : TOTAL5068,98463,967 DONT : ESSENCES1963,01974,01 GASOIL2978,06151, MARINE : TOTAL266,2345, AVIATION : TOTAL330,3360,99 TOTAL ,49169,962 DONT : GASOIL+FUEL3260,26500,199

14 CONSTATATION SUR LEVOLUTION DE LA CONSOMMATION DES CARBURANTS Si on compare la consommation de lannée 1997 par rapport à celle de 2006, on constate : Evolution importante : Par catégorie, Carburants terre : 67% Par produit, Gasoil terre : 107%

15 DEMANDE EN GASOIL Lévolution croissante du secteur des transports, sest corrélativement accompagnée en Algérie dune croissance quelque peu préoccupante de la consommation du gasoil. Déjà en 2006, la demande sest rapprochée de loffre (soit 6,1 millions de tonnes). Raisons de laugmentation de la demande en gasoil. Accroissement du parc automobile Tendance de plus en plus élevée à la diésélisation du parc (La diésélisation du parc Véhicule, sexplique par le différentiel de coût entre lessence et le gasoil). Relance des secteurs économiques agricole et industriel

16 Parc véhicule diesel au 31/12/2005 Parc total véhicule : 3 millions GENRE NOMBRE VEHICULES DIESEL PART VEHICULES DIESEL/G ENRE(%) PART CONSOMMATION GASOIL (%) Véhicule de tourisme ,5 Camion ,3 Camionnette ,1 Autocar / Autobus ,4 Tracteur Routier ,8

17 DEFIT La prédominance de la consommation du gas-oil, pourrait en 2008, conduire à une situation de déficit en ce produit, doù la nécessité dentreprendre un certain nombre de mesures pour une meilleure adéquation entre loffre et la demande telles que : Encouragement de lutilisation des gaz carburants, Encouragement de lutilisation des autres carburants propres.

18 LES CARBURANTS PROPRES

19 Certains produits peuvent occuper une place plus ou moins conséquente dans le mix national des produits pétroliers. Il sagit de : Carburants classiques : Essence sans plomb Carburants gazeux : GPL/C GNC Les biocarburants, ne peuvent, actuellement, occuper une place dans le bilan énergétique nationale, comme carburants de substitution. INTRODUCTION

20 Le programme de réhabilitation de loutil actuel de raffinage, a été lancé par lentreprise Naftec, pour répondre aux besoins majeurs que sont : Le durcissement des spécifications des produits pétroliers, notamment des carburants. La préservation de lenvironnement. La commercialisation des carburants vers le marché international et plus particulièrement européen. Ce programme une fois achevé permettra de rendre les carburants plus propres : Essence sans plomb, à basse teneur en souffre à teneur en aromatique réduite. Gasoil à très basse teneur en souffre et à teneur en polyaromatique réduite. REMARQUE

21 LE GAZ NATUREL UTILISE COMME CARBURANT GNC

22 LE GNC Le gaz naturel utilisé comme carburant est le même gaz que celui commercialisé par Sonelgaz aux ménages, pour être utilisé pour le chauffage et la cuisson et aux unités industrielles, sauf quil est comprimé à 200 bars.

23 AVANTAGES Réduction énorme des émissions de CO 2, CO, NOX. Réduction du bruit émis par le véhicule de -5 à -8 décibels. Un très bon indice doctane (110). Plus léger que lair : en cas de fuite, sa dispersion se fait facilement. Ne gèle quau dessous de -165°c : ce qui le rend insensible aux caprices de la météo. Acheminé principalement par des réseaux souterrains : supprimant ainsi les nuisances liées au transport du carburant par la route.

24 INCONVENIENTS Le Gaz naturel utilisé comme carburant possède des avantages, mais aussi dispose aussi dinconvénients par rapport aux carburants classiques : grande consommation faible autonomie infrastructure peu développée perte de puissance coûts élevés des investissements. Lentretien nécessite des compétences techniques avérées.

25 ATOUTS POUR LUTILISATION DU GNC EN ALGERIE LAlgérie dispose à son avantage de certains atouts qui peuvent contribuer à la réussite du programme dutilisation du GNC : A savoir : Dimportantes réserves de gaz naturel (3500 milliards de m 3 ). Dun réseau de gaz naturel, qui couvre lensemble de la partie nord du territoire national et le territoire des principales localités du pays. Dune configuration du réseau gaz couvrant parfaitement la configuration du réseau routier, permettant ainsi dassurer la mise à disposition directe du produit sur les lieux de consommation. (installation de stations dapprovisionnement). Dune expérience internationale datant de plusieurs décennies.

26 UTILISATION DU GNC DANS LE MONDE Regain dintérêt dans lutilisation du Gaz Naturel comme carburant pour les véhicules dans le monde. Quelques données : Parc véhicule GNC : évalué à 4,6 millions. Une consommation de 4,3 millions de TEP/an. Le développement, de lutilisation du GNC dans le monde est le résultat dune politique de protection de lenvironnement et dencouragement financière (Mise en place des mesures incitatives).

27 Le parc véhicule GNC dans les principaux pays. PaysNombre de véhicule (milliers) Argentine1300 Brésil800 Pakistan475 Italie400 Inde220 Etats-Unis130 Chine80 Egypte56 Venezuela44

28 Expérience de lutilisation du GNC en Algérie Vers la fin des années 80 : Lancement de la première expérience qui na pas abouti du fait dabsence de mesures daccompagnement pour son encouragement. En 1998 : Sonelgaz, a été chargée de lancée une opération pilote, en sa qualité de distributeur de gaz naturel et propriétaire du réseau du GN. Opération coordonnée par le Ministère de lEnergie.

29 Expérience Sonelgaz Cette opération sest déroulée en deux phases : Première phase : Objectif essentiel : créer les conditions qui serviront dassise au développement du marché du GNC Consistance : Mise en place de dispositifs réglementaires et tarifaire, Réalisation dune infrastructure de distribution, Conversion dune flotte de véhicules légers et Mise en circulation dautobus. Deuxième phase : Objectif: généraliser lutilisation du GN comme carburant à travers les grandes villes. Consistance : Réalisation de 25 stations de distribution de GNC et Conversion de véhicules.

30 Constat établi à ce jour relatif à lutilisation du GNC Résultats demeurent largement en deçà des objectifs escomptés. Le développement de lutilisation du GNC nécessite une implication totale des pouvoirs publics, à savoir, à linstar de lexpérience des autres pays, : Mise en œuvre de moyens financiers. Octroi davantages fiscaux.

31 Perspectives de d é veloppement du GNC Stratégie préconisée pour le développement du GNC : lancer un programme de promotion au niveau des grandes villes qui représententent un marché captif. Les villes retenues présentent : Une forte concentration : dinstitution publiques et de véhicules. Un taux de renouvellement du parc automobile appréciable. LEtat se doit de dégager un financement en concours définitif : Programme à court terme pour la période ème programme à long terme pour la période

32 Perspectives du d é veloppement du GNC PROGRAMME A COURT TERME Destiné au profit exclusif des entreprises publiques de transport et des taxis. Alger pourrait constituer une phase pour le lancement du programme GNC au niveau des grandes villes du pays. Consistance du programme globale : Conversion de véhicules taxis, dont : 3400 pour Alger. Concrétisation du programme suivant :

33 Perspectives du d é veloppement du GNC CONSISTANCE ET EVALUATION FINANCIERE DU PROGRAMME (M: Millions) ConsistanceNombre Coût unitaire Montant de linvestissement Stations Dont pour Alger ,1 M 0,1 M 4 M 4 M Raccordement 4,8 Km 5257(DA/ML) 25,2 MDA 25,2 MDA Remisage Dont pour Alger 41 1,6 MDA Bus(euro) Dont pour Alger ,32 M 0,32 M 56 M 56 M Total Dont pour Alger 7, 2 Milliards DA 7, 2 Milliards DA 2,7 Milliards DA

34 Perspectives du d é veloppement du GNC COUT DE LINVESTISSEMENT DANS LE CAS DE LA CONTRIBUTION FINANCIERE DE LETAT Si lEtat contribue pour la prise en charge dune partie de ce programme, linvestissement consenti sera de 2,6 Milliards de DA, dont 11,9 Millions duros. Sur la période , lenveloppe financière (2,6 Milliards de DA), pourrait être dégagée par lune des trois propositions suivantes : Sous forme de dotation en concours définitif qui sera accordée par lEtat. Financée entièrement par le Fonds de Développement de lEnvironnement et de la Dépollution FDPE Inscrite au sein du Fonds National de la Maîtrise de lEnergie.

35 Perspectives du d é veloppement du GNC EFFETS INDUITS PROBABLES DU PROGRAMME A COURT TERME La mise en œ uvre de ce programme permettra sur la p é riode , sur la base d un parc roulant GNC de v é hicules l é gers et 175 bus : Substitution d environ tonnes d essence et de gas-oil Substitution d environ tonnes d essence et de gas-oil Ces quantit é s sont é valu é es à 55,5 millions de dollars. Ces quantit é s sont é valu é es à 55,5 millions de dollars.

36 Perspectives du d é veloppement du GNC PROGRAMME A MOYEN TERME Consistance du programme : 112 stations service GNC, réparties à travers lensemble des grandes villes du territoire national. Raccordement de ces stations services GNC au réseau Gaz Naturel. Acquisition de 500 bus dédiés au GNC. Le coût global du programme est estimé à environ 20,3 Milliards de DA, dont 168 Millions duros. Le Montant global à supporter par lEtat sera de 7,8 milliards de DA. Sa prise en charge financière est identique au programme à court terme.

37 CONCLUSION Lintérêt du GNC/Carburant se situe actuellement principalement au niveau environnemental. Lintérêt sera économique, si lEtat supporte la réalisation des programmes et leurs développements. Compte tenu de la baisse de rendement du moteur ainsi que de la faible autonomie, le GNC/Carburant est plus : Adapté aux véhicules lourds Propice aux zones à très forte urbanisation. Focaliser les efforts sur la création dun réseau de stations de compression bien étudié.

38 CONCLUSION Limpulsion du développement de ce carburant nécessite : Lallégement des pressions fiscales et douanières La mise en œuvre de mesures incitatives. Les promoteurs identifiés sont: Sonatrach en sa qualité de producteur dont le rôle et de valoriser ses produits. Sonelgaz en sa qualité de distributeur du gaz naturel pour rentabiliser son réseau Naftal en sa qualité de distributeur final. Les importateurs de véhicules et déquipements de GNC pour dynamiser le programme.

39 GPL/CARBURANTS

40 GPL Les Gaz du pétrole liquéfiés (GPL) sont des mélanges de butane et de propane Ils proviennent soit du raffinage du pétrole brut, soit du traitement du gaz naturel. Ils peuvent être utilisé comme carburant.

41 INTRODUCTION Les GPL ont constitué depuis longtemps un choix de politique énergétique nationale, en raison : Dune part, des réserves importantes en GPL dont dispose notre pays. Dautre part, pour répondre mieux aux exigences de protection de lenvironnement (lutter contre la pollution). Grace à leurs atouts dénergie propre et transportable, les GPL ont réussi à pénétrer, à côté du pétrole et du gaz naturel, des secteurs aussi divers que le résidentiel, lindustrie et le transport (GPL/Carburant).

42 PROGRAMME GPL/Carburant Lancement depuis 1980, par les pouvoirs publics, des programmes de développement de lutilisation de cette énergie comme carburant (GPL/C). Ce qui a permis de faire du GPL/Carburant un produit de large consommation, grâce à : Mise en place à travers le territoire national dun réseau dinstallateur de kits GPL sur véhicules. Accroissement du nombre de stations service distribuant le GPL/C. Prix attractif du GPL/C en comparaison au différentiel avec les essences Existence dun dispositif daide mis en place par Naftal par la prise en charge financière de lacquisition de léquipement GPL/C au niveau des stations services des promoteurs privés intéressés. Existence dun parc relativement important de véhicules convertis au GPL/C.

43 QUELQUES DONNEES Premières livraisons de GPL/C : Année Quantités consommées : de 4000 Tonnes en 1986 elles passent à Tonnes en 2006 Part de consommation GPL/C par rapport aux carburants terres (essences et gasoil) en 2006 : 3,5 % Conversion de véhicules : actuellement contre en Nombre de Stations services : de 130 en 1996, il est passé à près de 600 en 2006 (sur un total de stations service de 2000, soit 30% seulement distribuent le GPL/C). Nombre dateliers de conversion de véhicules : de 13 en 1997, il est passé à une centaine environ en 2006.

44 CONTRAINTES Ceci, na pas empêché que des contraintes surgissent à lencontre de sa généralisation sur tout le territoire national, par rapport aux objectifs assignés, en raison principalement du coût élevé des équipements relatifs à ce carburant. Les Objectifs fixés par le séminaire de Mars 1997 en matière de développement du GPL/Carburant visaient ainsi dans leur globalité à asseoir une stratégie de sa promotion. La journée détude sur la distribution des produits pétroliers, tenue le 29 Mars 2005, a consacré un atelier sur la valorisation du GPL/C sur le territoire national. Cet atelier a noté certaines contraintes (Déficit en matière de sensibilisation du public, Faible écart de prix entre le GPL/C et le gasoil et entre lessence et le GPL/C, Absence de mesures incitatives).

45 CONCLUSION Pour assurer la relance du programme dutilisation du GPL/C, les recommandations suivantes ont été émises lors de cet atelier : Mise en œuvre dun programme de sensibilisation et de promotion du GPL/carburant à travers les médias lourds. Mettre en place des mesures financières et fiscales incitatives à limage de ce qui existe dans certains pays où lexpérience du GPL/C a connu un développement notable (Grande Bretagne, France, Italie…). Geler le prix du GPL/C et augmenter le différentiel du prix par rapport aux autres carburants. Actualiser la réglementation et introduire lhomologation des équipements du GPL/C. Améliorer la disponibilité du produit. Mettre en place un système dévaluation périodique de la mise en œuvre de ces recommandations.

46 ESSENCE SANS PLOMB

47 INTRODUCTION Lintroduction de lessence sans plomb sur le marché national sinscrit dans le cadre de : Politique de préservation de lenvironnement. Diversification des carburants. Adaptation aux spécification internationales (réduction de vloa teneur en plomb) Existence dun marché national de véhicules roulant en ce produit.

48 OFFRE Lutilisation de lessence sans plomb sur le marché national a débuté en Actuellement, il nest fabriqué que dans la raffinerie de Skikda. La production de lannée 2005 est de 256 milliers de tonnes, représentant environ 12% de la production totale des essences.

49 CONSOMMATION La consommation nationale de lessence sans plomb a connu une croissance élevée. Elle est passée de 107 tonnes en 1998 à en En 2006, la consommation de lessence sans plomb représente 7% de la consommation totale des essences.

50 PERSPECTIVE DE LUTILISATION DE LESSENCE SANS PLOMB Il est prévu à court terme la généralisation de lessence sans plomb en remplacement aux essence plombé qui ne seront plus commercialisé, grâce au programme dinvestissement lancé par lentreprise Naftec. Ce programme concerne : Réhabilitation et Modernisation des installations des raffineries pour adapter loutil de raffinage aux durcissements des spécifications internationales des produits pétroliers, notamment les carburants.

51 BIO CARBURANTS

52

53 INTRODUCTION Les biocarburants, qui sont actuellement dans le monde au stade de lancement ou dessai, sont produits à travers plusieurs filières : Ethanol-Carburants, Méthanol-Carburants : cette filière connaît des freins techniques, car le mélange obtenu dispose dinconvénients, il est, notamment plus corrosif que les carburants classiques. Dérivées dhuiles végétales : constituent un progrès technique considérable et prometteur dans la mesure où le produit obtenu dispose de propriétés physicochimiques proches de celles du gasoil moteur. Au Brésil on compte déjà six usines. Le frein principal de cette filière, est son bilan énergétique qui est généralement négatif.

54 BIOCARBURANTS EN ALGERIE En Algérie, un projet a été lancé par une société privée algérienne (Nakheel El Djazair). Lobjet de cette usine est dexploiter la production non comestible de dattes pour produire du Bioéthanol. Objectif à horizon 2008 : Produire TM de Bioéthanol. Objectifs à Long terme : Produire plus de TM de bioéthanol, à partir de dattes non commercialisable.

55 CONCLUSION En Algérie, les biocarburants, ne peuvent pas constituer, actuellement, une solution alternative à grande échelle, en terme de produits de substitution, pour les carburants classiques, en raison de : Ils sont actuellement dans le monde au stade de lancement ou dessai. Ils sont produits, notamment pour la filière Dérivées dhuiles végétales, à partir de produits agro-alimentaires.

56 MERCI DE VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "MINISTERE DE LENERGIE ET DES MINES JOURNEE DETUDES SUR LE GASOIL ALGER, LE 07/ JUILLET / 2007."

Présentations similaires


Annonces Google