La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Prise en charge des Symptômes Comportementaux et Psychologiques des Syndromes Démentiels.(S.C.P.D) Docteur Chantal Girtanner CHU St Etienne Mardi 11 Avril.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Prise en charge des Symptômes Comportementaux et Psychologiques des Syndromes Démentiels.(S.C.P.D) Docteur Chantal Girtanner CHU St Etienne Mardi 11 Avril."— Transcription de la présentation:

1 Prise en charge des Symptômes Comportementaux et Psychologiques des Syndromes Démentiels.(S.C.P.D) Docteur Chantal Girtanner CHU St Etienne Mardi 11 Avril 2006.

2 La Singularité de chaque Patient ; même maladie et pourtant hétérogénité et La Singularité de chaque Patient ; même maladie et pourtant hétérogénité et présentation clinique différente. La Maladie dAlzheimer nest pas une Maladie dun individu isolé mais une maladie dun Personne avec toute son histoire de vie ; son vécu antérieur. Les troubles de la mémoire vont favoriser une perte didentité progressive ; perte de lien avec son histoire ; remaniement profond des liens familiaux. Souffrance des Aidants : Familles ; Soignants ou Autres.

3 C.Girtanner Avril2006 Les Modifications du comportement Elles sont fréquentes mais non systématiques, et parfois transitoires. Elles peuvent être inquiétantes mais surtout épuisantes Cest pourquoi il est important de les connaître pour mieux les comprendre mais aussi éviter les situations qui les produisent et limiter leurs conséquences Ne pas attendre dêtre en situation de crise pour en parler

4 C.Girtanner Avril2006 Pourquoi ? Quest-ce quune attitude dérangeante ????? Les troubles du comportement sont la conséquence de la progression de la maladie et des lésions neurologiques mais aussi le reflet des mécanismes psychologiques dadaptation de la personne face à sa maladie Il est plus juste de parler de Symptômes Psychologiques et Comportementaux associés à la maladie

5 C.Girtanner Avril2006 Est –ce réellement un trouble du comportement ? Traits de caractères anciens ou troubles du comportement ? Trouble du comportement ou majoration des traits de caractères ? Le trouble du comportement est radicalement différent du trait de caractère. Le trouble du comportement est pathologique sil y a rupture avec le comportement antérieur et impossibilité dassurer les taches quotidiennes, habituelles.

6 C.Girtanner Avril2006 Un mode de communication? L atteinte du langage altère la communication verbale. Le vécu interne, les besoins, les angoisses sont difficiles à exprimer. La vie affective continue ….. La vie affective continue ….. Les manifestations comportementales sont souvent à comprendre comme « l expression agie » de la vie psychique

7 C.Girtanner Avril2006 Le Problème C est le plus souvent une urgence Alors qu il faut du temps … pour s en sortir la première chose: l évaluation

8 C.Girtanner Avril2006 Devant un S.C.P.D 3 étapes 1. Identification du trouble et intérêt ( échelle NPI)avec 1 aidant ou soignant ; préciser le symptôme agitation ? Agressivité ? Délire ? 2. Analyse et signification - Est-ce un trouble du comportement lié au malade (douleur physique, déficience sensorielle,vécu d'abandon…) ? - Est-un trouble issu du contexte, réactionnel à l'environnement ? 3. Proposition thérapeutique.

9 C.Girtanner Avril2006 Le comportement se mesure donc par rapport à quelque chose qui n'est pas forcément maladie ou à "psychiatriser".

10 C.Girtanner Avril2006 Pics de fréquence des manifestations psycho-comportementales

11 C.Girtanner Avril2006 Savoir Préciser le type de symptômes Affectifs et émotionnels Affectifs et émotionnels Dépression Anxiété Apathie Exaltation de lhumeur Perturbations émotionnelles Conduites régressives Psychotiques Psychotiques Hallucinations Troubles perceptifs Idées délirantes Comportementaux Agitation Agressivité Instabilité psychomotrice Compulsions Troubles des conduites élémentaires Troubles des conduites élémentaires Du sommeil Des conduites alimentaires

12 C.Girtanner Avril2006 Comprendre les réactions comportementales Ou ? Quand ? Comment? Pourquoi ? Dans quelles circonstances ? Quelle situation ? Facteurs déclenchant ? Changement récent ? A quel moment de la journée ? Quel est ce trouble ? Depuis combien de temps ? Quel sens lui donner ?

13 C.Girtanner Avril2006 Recherche Du Diagnostic Par Exemple... attention aux solutions trop rapides… « elle est agitée » « à chaque fois que sa fille passe la voir » -> pb psy -> globe « il est agité » « tous les jours au moment de se mettre à table » -> les chaussons attention aux solutions trop rapides (N.Bazin 2005)

14 C.Girtanner Avril2006 SCPD : Savoir rechercher cause psychologique ou confusion (somatique) MAIS Soit une maladie qui donne lieu à des manifestations psychologiques voire comportementales dues à la présence de conflits psychiques dont nous devons rechercher le sens et la fonction avant de débuter un suivi et mise en place de projet de soins individualisés MAIS Savoir rechercher une cause somatique :confusion.

15 C.Girtanner Avril2006 Attentions aux modifications brutales du comportement Pensez à un problème médical En cas de changement brutal de comportement, ne pas hésiter à appeler son médecin traitant: Une maladie d alzheimer ne s aggrave pas en 24 ou 48 heures En cas de changement brutal de comportement, ne pas hésiter à appeler son médecin traitant: Une maladie d alzheimer ne s aggrave pas en 24 ou 48 heures

16 C.Girtanner Avril2006 Confusion. Les états infectieux. Les états infectieux. Les troubles métaboliques Les troubles métaboliques: glycémie, natrémie(DEC), urée et créatinine, TSH, calcémie. Bas débit cérébral avec hypoxie Bas débit cérébral avec hypoxie ; TA ou,anémie I.C par troubles du rythme, E.P, IDM …… Pneumopathie. Pneumopathie. Les causes neurologiques Les causes neurologiques : Comitialité,Tumeurs cérébrales AVC, hématome sous –dural.

17 C.Girtanner Avril2006 Confusion. Diversdouleur ( Divers : fécalome, globe vésical, douleur (dentaires cancer du colon……) Facteurs psychologiques : Facteurs psychologiques :tout choc émotionnel (deuil,maladie dun proche, changement de cadre de vie (hospitalisation, entrée en EHPAD…)

18 C.Girtanner Avril2006 Confusion Vérifier la prise médicamenteuse et le type de médicaments. Vérifier la prise médicamenteuse et le type de médicaments. Attention aux psychotropes : certains très confusiogènes par leurs effets anticholinergiques comme les neuroleptiques (ex Haldol,Melleril, Neuleptil, Tercian…Contre indiqués.) idem pour certains anti dépresseurs ( Tricycliques :Anafranil,Laroxyl… ) pour préferer les I.R.S. Attention aux psychotropes : certains très confusiogènes par leurs effets anticholinergiques comme les neuroleptiques (ex Haldol,Melleril, Neuleptil, Tercian…Contre indiqués.) idem pour certains anti dépresseurs ( Tricycliques :Anafranil,Laroxyl… ) pour préferer les I.R.S. Contrôler les ordonnances et leur renouvellement. Contrôler les ordonnances et leur renouvellement.

19 Attentions aux modifications brutales du comportement Rechercher une situation de stress Ne pas oublier que par effet miroir, votre proche peut être très sensible à votre état émotionnel: cercle vicieux Manifestation comportementales Dépression de laidant

20 C.Girtanner Avril2006 Lagressivité : manifestation dangoisse ; jai encore le choix et je mexprime ; Parfois seul moyen dexpression si aphasie ou manque de mots Elle a un sens et un rôle et peu avoir une valeur antidépressive => Savoir la respecter Mais "la contenir" = Tout n'est pas possible - Savoir rappeler la Loi Dépression hostile.

21 C.Girtanner Avril2006 Lagressivité : manifestation dangoisse ; jai encore le choix et je mexprime ; Parfois seul moyen dexpression si aphasie ou manque de mots Agressivité famille - patient " Symptôme qui unit et sépare les groupes" = Toujours en soi, nous avons l'illusion d'une famille indivisible, pleinement unie = Accepter son parent comme être séparé = C'est accepter la vieillesse et permettre la mort…" Revendication, exigences… Reflet de l'attitude du soignant… Patient trop "stimulé" ?

22 C.Girtanner Avril2006 Exemple : Mr P…… Plainte majeur de son épouse car violence verbale Raisons : dispute de son épouse car erreur dans les courses…doù il refuse dadmettre ses oublis et ce quelle fait pour lui ….. Importance de ne pas accepter les interprétations de lentourage et de vérifier et comprendre les circonstances dapparition des attitudes dérangeantes ;

23 Face à lagressivité : 2 Questions. Problèmes somatiques = Douleur, globe vésical, fécalome, température ? iatropathologie…Examiner le Patient …….Poids, température, T.A ….. Environnement ? Qualité des liens ? Projet de soin individualisé. Projet de soin individualisé Cadre :Travail psy:Tt psychotropes ou somatique. Cadre :Travail psy:Tt psychotropes ou contenant autre Tt à visée somatique. sécurisantFamille ; groupesLiens Familiaux? Thérapeutiques ou Equipe soignante? occupationnellesCohérence ? Complémentarité ? Clivage ?

24 Quelques conseils visant à contrôler lagressivité. Ne jamais répondre à lagressivité par lagressivité. Isoler lagresseur du public. Le faire asseoir et sasseoir à côté de lui. Lui montrer que lon a perçu lagressivité. Reconnaître notre propre agressivité en écho en réponse. Inviter lagresseur à sexpliquer. Lui manifester une attitude découte neutre et bienveillante. Laider à exprimer la totalité de ses griefs.

25 C.Girtanner Avril2006 Les cris Ne pas prescrire dans l'urgence MAIS Ne pas prescrire dans l'urgence MAIS Analyse fine afin d'en retrouver l'explication avec équipe soignante ou / et famille « Le déambulant agit sans penser, le grabataire crie « La douleur physique Angoisse d'abandon (calmée par la présence d'un tiers).Angoisse de la nuit ou du noir (léger éclairage)

26 C.Girtanner Avril2006 Les cris Paroles ritualisées (comptage, récitation de mots, de noms, de phrases…) = Rituel servant à évacuer une angoisse névrotique ancienne. Penser iatropathologie Excès Nleptiques = akatisies, mouvements répétitifs et impossibilité de rester assis

27 C.Girtanner Avril2006 Fugues ; en lien avec lanxiété. Réactionnelles Réactionnelles à la frustration, à l'ennui… Fuite Fuite devant la réalité trop anxiogène Si + délire Si + délire = Tentative d'échapper à une menace imaginaire Désir de "retrouver son domicile", Désir de "retrouver son domicile", chez lui ….sa maison, son histoire ….. Aide à resituer le patient dans son histoire de vie Et changement ou modification de son environnement avec famille +/- soignant référent -> aide à la séparation

28 C.Girtanner Avril2006 Fugues ; en lien avec lanxiété. Dans l'urgence = tt Anx + ou – Nlpt. Si + délire = dans l'urgence Tt Nleptique gouttes (ou IM) Tiapride + tt IRS Tt Nleptique antipsychotique Rispéridone (2 mg/j) Savoir réévaluer et stopper tt Ax ou Nleptique

29 C.Girtanner Avril2006 Troubles psychotiques ; « Deliria: sortir du sillon » ; Hallucinations visuelles ou auditives. Tentative d'adaptation à une réalité trop difficile Brutal: Confusion => tt étio(dont -> iatropathologie, comitialité) -> Penser concept de désafférentation sensorielle Visuelle ORL Si visuelle = H. visuelle colorée = Syndrome Charles Bonnet Si ORL = délire plutôt Eventuellement = Tt Nleptique Rispéridol 1 à 2 mg

30 C.Girtanner Avril2006 chronique Problème psychiatrique ; Fonction du délire = Maintenir le contact du sujet avec son environnement Mécanisme de défense partiellement réussi face à la dépression = Travail de deuil d'une image antérieure de soi Les traitements médicamenteux si nécessaire Délire

31 C.Girtanner Avril2006 Tt relationnel : rassurer Savoir respecter, ne pas "casser" le délire, ni sédater, rassurer et Savoir reformuler de façon cohérente et organisée a toujours un effet thérapeutique. Ce travail contribue à rétablir la continuité narcissique. Rechercher les facteurs déclenchants : Environnement - Famille - Soignant Délire

32 C.Girtanner Avril2006 Troubles des conduites élémentaires Les conduites alimentaires. Hypophagie Hypophagie : Poids Causes organiques = Masticatoires, dentaires, maladie somatique à chercher et tt étiologique Bio : NF - Iono +/- Tx albumine (urée, créatinine) Penser déshydratation par perte de sel, soif Ou tt diurétique Ou régime sans sel Ou tt Nleptique sédatif Absorption excessive de liquide = Diabète Hyperthyroïdie, excès diurétique Hypophagie : Poids

33 C.Girtanner Avril2006 Troubles des conduites élémentaires Les conduites alimentaires. Lié à maladie dAlzheimer et favorisé par les traitements ! Prudence IRS anorexigène, intérêt Miansérine Causes psy Dépression Intérêt Tt IRS, IRS Na Moclobémide (IMAO A) Grignotage souvent Equivalent état dépressif Préférer IRS Hyperphagie

34 C.Girtanner Avril2006 Peu souvent parlés… Famille ou soignant Soit réduction de la libido Soit perte de la décence, désinhibition Evaluation objective des troubles Sans jugement et évaluation souffrance Aidant soignant - Observer le comportement relationnel Observer le comportement sexuel et séduction Prudence sur les tentatives de manipulation et clivage par les uns ou les autres Troubles des conduites élémentaires. Les conduites sexuelles.

35 C.Girtanner Avril2006 Troubles des conduites élémentaires. Les conduites sexuelles. Entretien avec le patient - Savoir les répéter ET entretien patient - familleou patient – soignant Non sous le mode d'un interrogatoire, mais conversation empathique et ouverte. Ne pas prendre partie, mais savoir rappeler la loi. Synthèse des entretiens Synthèse des entretiens Intérêt synthèse pluridisciplinaire et projet de soin adapté Eventuellement Impact tt IRS et tt IACHE.

36 C.Girtanner Avril2006 Le Bon Sens... Rester souple dans la prise en charge Adapter l environnement au patient Réduire les facteurs stressants Favoriser les automatismes et éviter les changements Etre attentifs aux déficits sensoriels Eviter l abandon et la sur-stimulation (agitation) Favoriser les centres d intérêt antérieurs Eviter les situations d échec … etc...

37 C.Girtanner Avril2006 Projet de soins. Quelques conseils. La maladie dAlzheimer entrave la capacité du patient à affronter les situations de stress et dimprévu avec Frustration aggravée par les déficits sensoriels sur ou sous stimulation (retrait ou agitation) situation dinconfort physique.

38 C.Girtanner Avril2006 Projet de soins. Quelques conseils. Intérêt des groupes médiatisés (photo- langage, histoire de vie, journal, peinture,musique ….)Veiller à un fonctionnement ritualisé sappuyant sur la mémoire procédurale ; ex. clés au même endroit, rangement deshabits, des papiers ….. Abonnement à un journal,radio, Maintien de lien social.

39 C.Girtanner Avril2006 Conclusions du sens au soin Seul un projet de soin individualisé intégrant Patient, Famille et équipe soignante peut permettre qualité de vie et de soin et donner du sens au soin garant de professionnalisme. formation ……clivage Lépuisement des Equipes soignantes est souvent lié à un manque de formation ……clivage..manque de cohérence, divergence dans léquipe non compléméntaire et problème de pouvoir……. inadaptation du malade aux changements qui laffectent réactions inappropriées de lentourage Les SCPD résultent dune inadaptation du malade aux changements qui laffectent ou de réactions inappropriées de lentourage liées à lépuisement de celui ci ;

40 C.Girtanner Avril2006 Conclusions « Se poser des questions reste essentiel car cela reste la seule possibilité de se tourner vers lhistoire du Patient,voir ce qui lui manque et éprouver le besoin de mieux le connaître. Ainsi léquipe investit un peu plus le Patient et son entourage familial et reste dans le soin. » P. Charazac. P. Charazac.

41 C.Girtanner Avril2006

42 Projet de soins. Quelques conseils. La maladie dAlzheimer entrave la capacité du patient à affronter les situations de stress et dimprévu avec Frustration aggravée par les déficits sensoriels sur ou sous stimulation (retrait ou agitation) sur ou sous stimulation (retrait ou agitation) situation dinconfort physique. Intérêt des groupes médiatisés (photo-langage, histoire de vie, journal, peinture,musique ….)Veiller à un fonctionnement ritualisé sappuyant sur la mémoire procédurale ; ex. clés au même endroit, rangement deshabits, des papiers …..

43 C.Girtanner Avril2006 TRAITEMENT 1- Traitement étiologique +++ Evaluation Facteur déclenchant / étiologie 2- Sinon: Le « bon sens « Les techniques non médicamenteuses Aide aux aidants Les médicaments

44 C.Girtanner Avril2006 si lon sintéresse à la vie Psychique du patient. UN Projet de soins est toujours possible quel que soit la sévérité de la maladie si lon sintéresse à la vie Psychique du patient. Bon sens avant tout. aux médicaments. Savoir penser à un syndrome confusionnel cad cause somatique et problèmes lié aux médicaments. Ne pas oublier le contexte affectif Ne pas oublier le contexte affectif et environnemental :Famille ou équipe soignante. et environnemental :Famille ou équipe soignante.

45 C.Girtanner Avril2006 LE BON SENS... Rester souple dans la prise en charge Adapter l environnement au patient Réduire les facteurs stressants Favoriser les automatismes et éviter les changements Etre attentifs aux déficits sensoriels Eviter l abandon et la sur-stimulation Favoriser les centres d intérêt antérieurs Eviter les situations d échec … etc...

46 C.Girtanner Avril2006 LE BON SENS... Rester souple dans la prise en charge Adapter l environnement au patient Réduire les facteurs stressants Favoriser les automatismes et éviter les changements Etre attentifs aux déficits sensoriels Eviter l abandon et la sur-stimulation Favoriser les centres d intérêt antérieurs Eviter les situations d échec … etc...

47 C.Girtanner Avril2006 LE BON SENS... Plus facile si Formation … ex: éviter le « on » dépersonnalisant « on va se changer » « on va faire sa toilette » … ex: éviter les situations infantilisantes « mamie », tutoiement...

48 C.Girtanner Avril2006 LE BON SENS... Plus facile si Formation … Mise en place et Maintien des repères +++

49 C.Girtanner Avril2006 LES TECHNIQUES NON MDTEUSES: Quelques études La lumière - agitation motrice, 6 patients, 30 mn 2/j, 5 jours de suite Haffman, agitation nocturne, 8 patients, 2 conditions (double aveugle, aléatoire, crossover avec 1 sem. libre), lux thérapie vs lux placebo, ttt pdt 4 sem de suite, 1 H ts les matins -> sommeil nocturne + 2H Lykestsos, 1999 La musique - agitation (CMAI), 39 patients, 30 mn 2 fois par sem Gerdner, comportements agressifs /bain en musique Clark, 1998

50 C.Girtanner Avril2006 LES TECHNIQUES NON MDTEUSES: Quelques études La « Présence simulée » - 54 patients déments avec tr. du comportement - 3 conditions (dble aveugle, aléatoire, 2 fois/j): 1- enregistrement audio: évocation dun souvenir agréable à répéter « a fresh and live telephone call », 2- enregistrement audio: lecture d un journal 3- soins habituels - efficace Camberg, 1999

51 C.Girtanner Avril2006 LES TECHNIQUES NON MDTEUSES: Quelques études La « pet « thérapie Comportement irritable Zisselman 1996 Le Toucher-Massage 4 patientes, MMS: 11, 0, 0, 0 errance, écholalie, cris, stéréotypies Malaquin 1997

52 C.Girtanner Avril2006 QUELQUES REGLES DE TRAITEMENT A VISEE RELATIONNELLE I. AVEC LE PATIENT Prendre son temps Ne pas réagir dans l'urgence 1. Réunion Personne Agée avec sa Famille autour d'une table dans une pièce fermée 2. Importance du cadre précis et d'une certaine disponibilité sans lesquels un travail ne peut se faire Importance de recevoir Patient, Famille avec IDE référent(qui le restera par la suite) 3. Objectifs clairs et précis à expliquer en fin d'entretien (rythme visite, traitement, effet secondaire…) 4.Entretien : chacun doit pouvoir s'exprimer ET veiller à ce qu'il soit compris 5. Observation du patient et de sa famille Etude de clivages familiaux : Ex : fille - mère, fusionnels

53 C.Girtanner Avril2006 II. AVEC LA FAMILLE OU L'EQUIPE SOIGNANTE 1. Importance de l'accueil des familles avant l'entrée 2. Triangulation Famille - Patient - Soignant à préserver 3. Importance de la complémentarité et cohérence des projets de soin dans la continuité Sans clivage entre les différents soignants OU entre Soignant et Famille Spécificité de chaque soignant IDE, AS, Médecin Mais complémentarité = Qui fait quoi ? Travail en équipe 4. Plus une famille est "procédurière", plus elle souffre => Prendre du temps et de l'écoute Mais la loi à l'intérieur de l'institution doit être claire pour tout Soignant et Soigné. => Et cadre précis de soin

54 C.Girtanner Avril2006 CONCLUSION Intérêt Du décodage des symptômes : interaction de facteurs individuels (personnalité antérieure, biographie, habitudes de vie) et de facteurs environnementaux Du travail des liaisons avec ce qui se passe = Maintenant = Avec la famille Et le rattacher progressivement à l'histoire ancienne pour leur donner du sens = Accompagnement d'un travail de liaison interne


Télécharger ppt "Prise en charge des Symptômes Comportementaux et Psychologiques des Syndromes Démentiels.(S.C.P.D) Docteur Chantal Girtanner CHU St Etienne Mardi 11 Avril."

Présentations similaires


Annonces Google