La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Traduction anatomo-pathologique des maladies chroniques bronchiques « obstructives » Dr Béatrice Vergier et Dr Hugues Bégueret Service de Pathologie –

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Traduction anatomo-pathologique des maladies chroniques bronchiques « obstructives » Dr Béatrice Vergier et Dr Hugues Bégueret Service de Pathologie –"— Transcription de la présentation:

1 Traduction anatomo-pathologique des maladies chroniques bronchiques « obstructives » Dr Béatrice Vergier et Dr Hugues Bégueret Service de Pathologie – CHU Bordeaux

2 Pathologies broncho-pulmonaires Maladies bronchiques obstructives : –anomalies des bronches/bronchioles –aigües ou chroniques Pneumopathies interstitielles : –anomalies de linterstitium (alvéoles, septa…) –aigües ou chroniques Vasculaires et hémodynamiques : –oedème pulmonaire –hypertension pulmonaire, –vascularites/connectivites … Infectieuse : –pneumonie, abcès etc… Tumorale (bénigne ou maligne)

3 Maladies bronchiques chroniques obstructives Toutes les affections qui entrainent une réduction du passage de lair (trouble ventilatoire obstructif) Résistance accrue au flux aérien (rétrécissement calibre bronches) BPCO Asthme Pression réduite de lair expiré (diminution élasticité pulmonaire) Emphysème (perte de lélasticité pulmonaire par destruction parois alvéolaires)

4 Cas clinique (Mlle A, 23 ans) Symptômes : –dyspnée deffort souvent sibilante accompagnée dune toux. –allergique aux acariens, aux pollens et aux moisissures. –au repos, la patiente nest pas dyspnéique, elle tousse le soir. Examen clinique: auscultation pulmonaire normale. Epreuve fonctionnelle respiratoire –au repos montre une obstruction distale réversible à linhalation de salbutamol sans déficit fonctionnel ventilatoire : VEMS : 83% Th- CVF : 86% Th DEMM : 38 % Th CPT : 87 % Th- VR : 98% Th –après un exercice intense et abrupt, le VEMS chute de 21% puis se normalise après inhalation de salbutamol. La radiographie thoracique est normale. Diagnostic retenu ?? Trouble obstructif réversible = Asthme (BPCO : irréversible)

5 Asthme : définition hyperréactivité bronchique : réponse exagérée non spécifique du Muscle Lisse en réponse à stimuli directs et indirects (allergènes, irritants chimiques, fumée de tabac, air froid, exercice…) épisodes récidivants de dyspnée, toux, sifflements, Remodelage bronchique syndrome obstructif réversible + hyperréactivité bronchique Inflammation bronchique

6 Asthme: que se passe-t-il ? Bronchoconstrictions plus précoces et plus fortes lors de toute stimulation Formation dun bouchon muqueux qui contribue à lobstruction + dilatations des vaisseaux Rétrécissement lumière bronchique

7 Conséquences : remodelage paroi bronchique Polynucléaires éosinophiles Lymphocytes T CD4 Mastocytes Polynucléaires neutrophiles macrophages

8 Hypertrophie muscle lisse Hyperplasie cellules mucosecrétantes Éléments inflammatoires

9 Remodelage : épaississement parois bronchiques Piégeage expiratoire

10 Mécanismes immunitaires : rôle dominant (réaction dhypersensibilité de type 2: Ac lié à surface cellule, dommage du à activation complément ou cytotoxicité cell), 80% asthmatiques sont atopiques Asthme allergique : –1°inhalation pneumallergène = sensibilisation –2°inhalation = réaction inflammatoire allergique = crise dasthme Rôle des –mastocytes (histamine, PGD2, LTD4…) récepteurs haute affinité IgE –lymphocytes T CD4 : IL-2 (chimiotactisme éosinophiles) –polynucléaires éosinophiles –Polynucléaires neutrophiles Asthme : mécanismes cellulaires ?

11 Libèrent médiateurs de linflammation –Leucotriènes LTC4 et LTD4 => contraction bronchique –Prostaglandines et thromboxane =>stimulent contraction fibres musculaires lisses –Facteur dactivation des plaquettes (rôle +++) : hyperstimulation muscle lisse bronchique Asthme : rôle des PN éosinophiles

12 Stimulation des nerfs afférents par des médiateurs de linflammation Asthme : mécanismes cellulaires autres Libération de peptides (substance P) Œdème et hypersécrétion de mucus

13 Cas Clinique : Mr B, 54 ans Fume 1 paquet de cigarettes / jour depuis 30 ans. Symptômes : –tousse tous les jours du 1° Janvier au 31 Décembre depuis une dizaine dannées. –sa toux est grasse et ramène une expectoration muco-purulante peu abondante. Examen clinique : auscultation pulmonaire retrouve des râles bronchiques bilatéraux. Epreuve fonctionnelle respiratoire au repos montre une obstruction proximale et distale non réversible à linhalation de salbutamol avec déficit fonctionnel ventilatoire : –VEMS : 53% Th- CVF : 81% Th –DEMM : 28 % Th –CPT : 97 % Th- VR : 118% Th (air piégé) Radiographie thoracique: syndrome bronchique bilatéral sans foyer pleuro-parenchymateux. TDM thoracique : pas dimage tumorale suspecte.

14 Diagnostic proposé : Bronchite chronique obstructive (BPCO) Définition: désordre fonctionnel «toux avec expectoration apparaissant presque tous les jours pendant période de 3 mois et ce pendant au moins 2 années consécutives » Sécrétion excessive de mucus Diminution de calibre des bronches et bronchioles Hypoventilation alvéolaire – Hypoxémie et Hypercapnie

15 Bronchite chronique : traduction anatomo- pathologique

16

17 Maladies bronchiques chroniques obstructives Toutes les affections qui entrainent une réduction du passage de lair (trouble ventilatoire obstructif) Résistance accrue au flux aérien (rétrécissement calibre bronches) BPCO Asthme Pression réduite de lair expiré (diminution élasticité pulmonaire) Emphysème (perte de lélasticité pulmonaire par destruction parois alvéolaires)

18 Cas clinique : Mr E, 65 ans fume 2 paquets de cigarettes / jour depuis 25 ans. Symptômes : essoufflé au moindre effort depuis 20 ans. Examen clinique : Lauscultation pulmonaire retrouve une diminution du murmure vésiculaire prédominant dans les sommets. Epreuve fonctionnelle respiratoire au repos montre une obstruction proximale et distale non réversible à linhalation de salbutamol avec déficit fonctionnel ventilatoire et une distension pulmonaire vraie: –VEMS : 47% Th- CVF : 71% Th –DEMM : 32 % Th- Raw : 140 % –CPT : 127 % Th- VR : 198% Th Radiographie thoracique montre des coupoles aplaties et un parenchyme hyperclair aux sommets. TDM thoracique : pas dimage tumorale suspecte mais des destructions parenchymateuses des sommets de nature centro-lobulaire. BPCO (VEMS ) avec emphysème (distension CPT/VR) Diagnostic retenu ??

19 Emphysème : définition « Élargissement anormal et permanent des espaces aériens distaux aux bronchioles terminales, saccompagnant dune destruction des cloisons alvéolaires, sans signe évident de fibrose »

20 Emphysème : définition Emphysème centro-lobulaire

21 Emphysème : définition Emphysème pan-lobulaire

22 Emphysème : que se passe-t-il ? Tabagisme +++ Bronchite chronique Inflammation bronchique Libération de protéases (élastase) par les neutrophiles et macrophages Destruction des parois alvéolaires EMPHYSEME inhibiteurs des protéases (alpha1-antitrypsine…) Déficit en alpha1-antitrypsine

23 Le plus fréquent Associé au tabac + bronchite chronique + inflammation des voies aériennes Lobes supérieurs souvent concernés Emphysème centro-lobulaire

24 plus rare rôle du tabac Génétique : déficit en alpha 1 antitrypsine Maladie hépatique et pulmonaire Emphysème pan-lobulaire

25 Conclusion pathologie bronchique chronique obstructive Pathologies mixtes: bronchite chronique + asthme + emphysème Broncho-pneumopathie chronique obstructive bronchite chronique + emphysème Facteurs de risque : - tabac - crises dasthme pendant lenfance

26 Conclusion pathologie bronchique chronique obstructive


Télécharger ppt "Traduction anatomo-pathologique des maladies chroniques bronchiques « obstructives » Dr Béatrice Vergier et Dr Hugues Bégueret Service de Pathologie –"

Présentations similaires


Annonces Google