La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Principes de l’investigation d’une épidémie

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Principes de l’investigation d’une épidémie"— Transcription de la présentation:

1 Principes de l’investigation d’une épidémie
Adapté de : Desenclos JC, Vaillant V, Delarocque Astagneau E, Campèse C, Che D, Coignard B, et al. Les principes de l’investigation d’une épidémie dans une finalité de santé publique. Med Mal Inf 2007;37:77-94 JC. REVEIL, N. TOUSSAINT, V. PIGEOT, O. PICHENOT CH Charleville-Mézières JCR IFSI

2 Définition d’une épidémie
Epidémie : survenue en excès de cas, par rapport à la situation habituelle, d’une maladie donnée, en un lieu et une période de temps donnés. connaître le niveau de base habituel de l’incidence de la maladie définir la période et le lieu définir la nature de la maladie : définition des cas NB : cas en excès = pas obligatoirement d’origine infectieuse (carences, intoxications, intentionnelles, sociogéniques…) JCR IFSI

3 Epidémies d’origine infectieuses : 2 situations
Epidémies par transmission de personne à personne : grippe, SRASS, rougeole, SARM… Chercher et maîtriser les facteurs qui favorise le passage d’une personne à l’autre : isolement, mesures barrières, hygiène des mains, prophylaxie par antiinfectieux ou vaccination… Epidémies de source commune contaminée : aliment, aérosol… Identifier la source et le véhicule de transmission : retrait et arrêt de production d’un aliment, d’un produit de santé… Ces deux modalités impliquent des analyses et des mesures de maîtrise différentes mais elle peuvent être associées ou se succéder… JCR IFSI

4 Modes de transmission des agents infectieux
Transmission : interaction entre l’agent infectieux, l’environnement et l’hôte Transmission directe : transfert de l’agent infectieux, sans élément intermédiaire, d’un hôte infectieux à une porte d’entrée d’un hôte sensible (toucher, gouttelettes pharyngées, rapport sexuel…) Transmission indirecte : intervention d’un élément intermédiaire au niveau duquel l’agent se multiplie ou pas. - véhicule contaminé : eau, aliment, main, matériel, produit biologique.. - vecteur vivant : transport mécanique simple ou cycle plus ou moins complexe de maturation (parasites) Transmission aérienne : acquisition le plus souvent par voie respiratoire. - partie sèche, après évaporation, des gouttelettes de Pflügge (BK) - poussières environnementales (spores fongiques, virus Puumala) JCR IFSI

5 Approche méthodologique
Trois directions complémentaires et interactive : enquête épidémiologique, enquête environnementale, enquête microbiologique Etapes de l’investigation : Confirmer l’existence de l’épidémie (puis Alerter) Définir la maladie (définition des cas) Répertorier les cas Décrire les cas en termes de temps, lieux, personnes (courbe épidémique) Etablir des hypothèses quant au mode de survenue Tester ces hypothèses Conduire une enquête environnementale adaptée Mettre en œuvre les analyses microbiologiques nécessaires Mettre en œuvre les mesures de contrôle et de prévention Rédiger un rapport d’investigation (REX) Démarche évolutive et déductive, ordre des étapes variable JCR IFSI

6 Confirmer l’existence d’une épidémie
Précocité +++, signalements +++, outils de surveillances Exemple de détection statistique, CNR Salmonelles, JCR IFSI

7 Comparaisons des taux des indicateurs épidémiologiques
Taux d ’attaque /100 ED Taux d ’incidence /1000 JH A.b. multiR en Réanimation Mars à Décembre 2002 6,1 4,2 A.b. multiR en Court Séjour Mars à Décembre 2002 0,06 0,03 A.b. multiR sur le total CH Mars 2002 à Décembre 2003 0,07 0,05 SARM acquis en Court Séjour au cours de l ’année 2003 0,25 0,44 JCR IFSI

8 Confirmer l’existence d’une épidémie
Détection de 2 épidémies distinctes et concomitantes de listérioses par typage moléculaire avec véhicules alimentaires différents : - épidémie 1 = rillettes - épidémie 2 = langue de porc en gelée CNR Listeria, JCR IFSI

9 Définir la maladie épidémique
Caractéristiques cliniques, biologiques, de lieu, de temps, de personne Souvent définition des cas avec trois niveaux de sensibilité et spécificité : - cas possible – cas probable – cas confirmé - important pour prendre rapidement des mesures sans attendre la confirmation des cas (ex: SRASS) Prendre en compte les formes asymptomatiques : dépistage (BMR, HVC, HVA) Rechercher les cas Dépend de la nature de la maladie et du lieu de survenue : - revue de dossiers, contacts avec les soignants, ville, pays, instituts de surveillance nationaux et internationaux (ex : legionelles) - échantillonnage, réseaux sentinelles - enquêtes séro-épidémiologiques JCR IFSI

10 Décrire les cas Étape essentielle et indispensable :
- décrire la population touchée - estimer le taux d’attaque - permet de repérer les variations selon les caractéristiques démographiques et de lieu - permet d’orienter les investigations ultérieures et les mesures de maîtrise à mettre en œuvre - permet de générer des hypothèses sur la survenue et le développement e l’épidémie Parfois cette étape est suffisante pour identifier le mode de transmission et contrôler l’épidémie JCR IFSI

11 Caractéristiques de temps
Source commune prolongée et intermittente : légionelloses dans le Pas-de-Calais à partir d’une tour aéro-réfrigérante industrielle, Nov 2003-Jan 2004 JCR IFSI

12 Caractéristiques de temps
Source commune ponctuelle : TIAC à norovirus. Distribution des cas selon la période d’incubation JCR IFSI

13 Caractéristiques de temps
SRASS : cas à l’hôpital français de Hanoï, février-mars 2003 La courbe épidémique permet d’estimer la période d’incubation médiane ( 1er pic : 3 à 10 j après hospitalisation du cas index, médiane 7j) JCR IFSI

14 Caractéristiques de temps
Source alimentaire commune prolongée : salmonellose Paratyphi B (lysoype 1 var 3) France, juillet-décembre 1993 Pas d’augmentation des autres sous-types (intérêt du lysotypage) JCR IFSI

15 Caractéristiques de temps
Transmission de personne à personne : gastroentérites, SSR Distribution irrégulière sur une période bien supérieure à la période d’incubation, recrudescences limitées de cas sur des périodes de 2 à 3 jours (incubation des GEI virales) JCR IFSI

16 Caractéristiques de temps
Épidémie nosocomiale d’hépatite C par transmission manuportée de patient à patient prolongée par le personnel soignant dans une unité d’hémodialyse Intérêt de la surveillance et du signalement JCR IFSI

17 Caractéristiques de temps
Source commune ponctuelle : épidémie d’hépatites A liée à la fréquentation d’une pataugeoire. Les cas ont fréquenté la pataugeoire avec le patient source qui était contagieux (signes cliniques le lendemain) JCR IFSI

18 Exemple d ’évolution dans le temps
JCR IFSI

19 Exemple d ’évolution dans le temps
JCR IFSI

20 Caractéristiques de lieu
Épidémie communautaire de légionellose : représentation géographique des cas selon la zone de résidence, de travail ou de déplacement. Rennes 2000 JCR IFSI

21 Répartition géographique des cas de légionellose lors de l’épidémie de Harnes (Pas -de-Calais)
JCR IFSI

22 Epidémie d ’Acinetobacter baumanii BLSE
Épidémie d’infections et de colonisations à A. baumannii BLSE dans la région NORD PAS de CALAIS en 2001 et 2003 Alerte diffusée par le C-CLIN Paris Nord en octobre 2003 Alerte diffusée au niveau national par l’InVS via les 5 C-CLIN Etablissements ayant signalé des cas d’A. baumannii multirésistant d’avril à octobre 03 Il est tout de même important de signaler que, cette épidémie locale s’inscrit dans un contexte épidémiologique plus large puisqu’une épidémie importante d’infections et de colonisations à Ab BLSE a été signalée dans le nord de la France au CCLIN Paris nord en octobre 2001. Et que cette alerte a été relayée au niveau national par l’invs auprès des 5 CCLIN. Voici la carte représentant les établissements concernés par cette épidémie depuis le mois d’avril : plusieurs établissements du NpdeC (une quinzaine à ce jour), 1 étab de la région parisienne, et 2 en CA : Charleville et Reims. 11/2003 : 19 établissements JCR IFSI

23 Epidémie d ’Acinetobacter baumanii BLSE
VEB-1 + VEB-1 - Le clone A.baumannii bla VEB-1 était déjà présent au CH de …….. lors de l’épidémie de 2002 à partir du service de Réanimation. JCR IFSI

24 Epidémie de SARM dans un établissement
JCR IFSI

25 Caractéristiques de lieu
Épidémie de GEI dans une maison de retraite : progression dans le temps de chambre à chambre suggérant une transmission de personne à personne par le personnel soignant Épidémie de Fièvre Q, vallée de Chamonix 2002 : taux d’attaque plus élevé dans les lieux ou quartiers fréquentés par des élevages de moutons ou sur le trajet de la transhumance (élevages contaminés par Coxiella burnetti) Épidémies d’origine alimentaire : la répartition géographique des cas oriente vers un source à distribution locale, régionale , nationale ou internationale… JCR IFSI

26 Caractéristiques de personne
Épidémie de méningites à méningocoque W135, après le pèlerinage à La Mecque, France, 2000. Diffusion limitée dans la population, d’abord auprès des contact, puis extinction de l’épidémie. Épidémie de fièvre typhoïde à Paris, 2004 : employé d’une boulangerie servant sandwichs et salades porteur chronique de Salmonella typhi JCR IFSI

27 Epidémie communautaire de GEI à rotavirus et surveillance des cas nosocomiaux
Surveillance des IN à rotavirus patients semaines 2006 Répartition temporelle des cas d’infections communautaires et nosocomiales à rotavirus en 2006 JCR IFSI

28 Établir des hypothèses et les tester
Enquête cas-témoins lors d’une épidémie de trichinellose : Cas et témoins selon la consommation de viande dans les 3 semaines avant le début de la maladie. Charente-Maritime, décembre 1993 L’hypothèse « cheval » n’avait pas été jugée crédible initialement par les parasitologues JCR IFSI

29 Établir des hypothèses et les tester
Enquête de cohorte rétrospective lors d’une TIAC : Taux d’attaque de GEI selon la consommation d’huitres provenant d’un lieu spécifique, dans une maison de retraite, Paris, décembre 2002. JCR IFSI

30 Enquête environnementale, analyse microbiologique et typage de l’agent responsable
vérifier chaine alimentaire, conditions de conservation, traçabilité, nécessité de compétences spécifiques (services vétérinaires). ex : poudre de lait pour nourrissons contaminée par Enterobacter sakasakii, épidémie de syndrome hémolytique et urémique lié à des steacks hachés contaminés à E.coli O157 recherche d’une source de légionelles, modélisation de la diffusion de l’agent (>6km dans l’épidémie du Pas-de-Calais !) établir la clonalité d’une épidémie, typages moléculaires (bactéries), parfois approches phylogéniques et séquençage (HVC) JCR IFSI

31 Epidémie de SARM dans un service : identité des pulsotypes
Réa Réa Réa Réa Réa Réa Réa MG Pne Ger Réa Réa JCR IFSI

32 Mesures de contrôle et de prévention
prendre en compte de manière réactive et régulière les résultats de l’enquête importance des relations entre équipe investigatrice et les décideurs de l’organisation avec les interfaces institutionnelles : à l’hôpital, prévenir le chef de service, de pôle, le président du Clin, le Directeur, le Directeur des soins. Prévoir une éventuelle cellule de crise. information des patients (obligatoire si épidémie nosocomiale), du public si risque alimentaire établir des recommandations (ex : double filtre au niveau des capteurs de pression en hémodialyse, double nettoyage des endoscopes) JCR IFSI

33 Les contraintes lors de l’investigation d’une épidémie
souvent contexte difficile, environnement social, institutionnel, médiatique et politique, il faut « faire avec » pressions plus ou moins importantes des multiples intervenants, professionnels de santé, responsables d’établissement, autorités sanitaires une épidémie est souvent révélatrice de dysfonctionnements anciens…ce qui peut susciter des controverses…. nécessité d’une approche rigoureuse, d’un personnel légitime au plan institutionnel, et d’une communication transparente et mesurée vers les professionnels et le public difficultés liées à la nature rétrospective de l’enquête : les informations ont été recueillies dans les dossiers à des fins cliniques et non épidémiologiques, mais il faut cependant conduire l’investigation dans l’espoir d’en tirer un bénéfice. JCR IFSI

34 Importance de la surveillance et de sa capacité de détection
Situation 1 Situation 2 Dans la situation 1 de détection et réponse tardives, l’impact est limité Dans la situation 2 de détection et réponse précoce, l’impact est important JCR IFSI

35 Autres exemples d’épidémies
JCR IFSI

36 Épidémie d’hépatite A dans les Côtes d’Armor
le : CIRE Ouest alertée par la Ddass 22 de 8 cas d’hépatite A déclarés depuis mi-août. à la date du : 84 cas confirmés, résidant ou ayant résidé dans le département depuis début juillet. 46 : autre département; 3 : étranger lieu de résidence ou de séjour : secteur Lannion-Paimpol 42 hommes, 39 femmes ; âges : 4-82, médiane : 42 symptômes : du au 04-09; pic : 06 au 12-08 source de contamination ponctuelle : du 4 au 21-07 ictère dans 73 cas sur 80 documentés, 25 hospitalisés, évolution favorable pour tous JCR IFSI

37 Sur les 26 touristes interrogés : 100% des huîtres et 58% des moules
Investigation épidémio sur 81 cas : absence de séjour hors métropole, de contact avec collectivité d’enfant, de restaurant et de zones de baignade communs. Contamination par eau de distribution exclue. Conso d’au moins une espèce de coquillage pour 99% des cas; 83% des coquillages crus (huîtres, amandes, palourdes, praires), 77% des huîtres et 51% des moules. Sur les 26 touristes interrogés : 100% des huîtres et 58% des moules Coquillages consommés au domicile ou au restaurant mais origine commune probable des huîtres (en cours) 2 cas avec début des signes après le considérés comme secondaires Conclusion provisoire : épidémie liée à la consommation de coquillages entre le 4 et le 21 juillet, en particulier d’huîtres provenant de la baie de Paimpol JCR IFSI

38 Côtes d’Armor, juillet-septembre 2007
Distribution hebdomadaire des cas d’hépatite A par date de début des signes Côtes d’Armor, juillet-septembre 2007 N=81 JCR IFSI

39 FHSR : le point de l’InVS au 07-09-2007
2007 : nombre des cas légèrement supérieur à celui des années non épidémiques. 66 cas identifiés , 53 hommes, âges : ans médiane : 35,5 Afssa : pas augmentation de la population des campagnols roussâtres dans les Ardennes pendant l’hiver JCR IFSI

40 JCR IFSI

41 JCR IFSI

42 Epidémie de Choléra au Sénégal Incidence/semaine, district de Touba
Novembre Avril 2005 JCR IFSI

43 Cas cumulés notifiés de choléra au Sénégal de Octobre 2004 au 12 Avril 2005
JCR IFSI

44 Epidémie de Salmonelloses en France à S.agona Janvier-Avril 2005
JCR IFSI

45 Cas de diarrhée à S.agona en fonction du département de résidence
JCR IFSI

46 JCR IFSI

47 JCR IFSI

48 Diarrhées aiguës France entière
JCR IFSI

49 Diarrhées aiguës, France fin 2010-début 2011
JCR IFSI S

50 Diarrhées aiguës France entière
JCR IFSI

51 Grippe JCR IFSI

52 Grippe JCR IFSI

53 Syndromes grippaux, France fin 2010-début 2011
JCR IFSI S

54 Conclusion amélioration des connaissances scientifiques (ex : légionelles Pas-de-calais) champ large de méthodes incluant la dimension clinique, épidémiologique, environnementale, microbiologique et comportementale. le terme « épidémie » est parfois employé par excès pour caractériser un problème infectieux pas nécessairement menaçant s’il est géré de manière réactive et rationnelle. constante évolution des agents infectieux et de leurs interactions avec l’homme : il y a toujours à apprendre ! anticiper et gérer les risques par la veille et la surveillance épidémiologique, mais aussi par l’investigation approfondie des épidémies. JCR IFSI


Télécharger ppt "Principes de l’investigation d’une épidémie"

Présentations similaires


Annonces Google