La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ÉPIDÉMIOLOGIE, DÉPISTAGE & PRÉVENTION DES CANCERS Dr Caroline ALLARD – ADOC 18.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ÉPIDÉMIOLOGIE, DÉPISTAGE & PRÉVENTION DES CANCERS Dr Caroline ALLARD – ADOC 18."— Transcription de la présentation:

1 ÉPIDÉMIOLOGIE, DÉPISTAGE & PRÉVENTION DES CANCERS Dr Caroline ALLARD – ADOC 18

2 EPIDEMIOLOGIE INCIDENCE MORTALITÉ METHODOLOGIE

3 INCIDENCE Lincidence est - le nombre de nouveaux cas - par unité de temps - dans une population Lincidence du cancer en France : - En 2005 : cas - En 2010 : cas (estimation)

4 MORTALITÉ La mortalité est - le nombre de décès - par unité de temps - dans une population La mortalité par cancer en France : - En 2005 : décès - En 2010 : décès (estimation)

5 Le certificat de décès mortalité Insee CépiDc-Inserm CONFIDENTIALITÉ

6 27 Registres départementaux incidence

7 Incidence des 10 cancers les plus fréquents en 2005 Total cas - Hommes cas - Femmes

8 Mortalité des 10 cancers les plus fréquents en 2005 Total cas – Hommes cas – Femmes cas

9 Hommes : Mortalité / cancer en cancers en 2005

10 Femmes : Mortalité / cancer en cancers en 2005

11 Évolution du taux dincidence des cancers entre 1980 et 2005 hommes femmes PROSTATE De 26 à 121 # Taux X 5 SEIN De 57 à 101 # Taux X 2 COLORECTAL Stabilisation POUMON Hommes = baisse de 1.5 depuis 2000 Femmes = de 3.6 à 12.6 Soit augmentation X 3.5 VADs-Estomac-oesophage Diminution depuis 1985

12 Évolution du taux de mortalité par cancer entre 1980 et 2005 Taux pour PROSTATE Baisse depuis 1990 SEIN Baisse depuis 1995 COLORECTAL Diminution depuis 1980 POUMON Hommes = Baisse depuis 1995 Femmes = augmentation depuis 1980 et accélération dps 2000 VADs-Œsophage-estomac Diminution depuis 1980

13 Évolution de lincidence et de la mortalité par cancer entre 1980 et

14 Augmentation de lincidence des cancers en France entre 1980 et 2005 De à cas : augmentation de 90%

15 Divergence incidence / mortalité

16 SURVIE des patients atteints de cancer en France Survie moyenne à 5 ans de 52 % variant en fonction de : - sexe - âge - localisation Parmi les nouveaux cas de 2005, guériront de leur cancer

17 TRÈS GRANDE VARIABILITÉ DE SURVIE 95% 5%

18 Incidence des cancers de lenfant (0-14 ans) en France – période = 28.6% = 23.5% =11.7% Nombres de nouveaux cas = 1708

19 Mortalité par cancers de lenfant (0-14 ans) en France – période décès = 7.6% de la mortalité infantile 1% < 1an 21% > 1 an après les accidents (32%) Survie globale à 5 ans est de 75 % 38% 21% 7%

20 Incidence et mortalité par cancer de ladolescent (15-19 ans) en 2005 Peu fréquents 765 cas de cancer : - Hodgkin (21%) - leucémies (12%) - thyroïde (9%) - LMNH (9%) - leucémies (8%) - SNC (7%) Mortalité =107 ; leucémies et SNC (45%)

21 Cancer vs Maladies cardiovasculaires

22 Mortalité 2008 / Cancer vs Maladies cardiovasculaires Hommes : première cause de mortalité (34% vs 25%) Femmes : deuxième cause de mortalité (25% vs 30%) Hommes et femmes : première cause de mortalité dans la population générale (29.6% vs 27.5%).

23 AU TOTAL Le cancer est un réel problème de santé publique TRAITEMENTS PERFORMANTS RÔLE MAJEUR DE LA PRÉVENTION

24 TEMPS DIFFUSION DU CANCER PRIMAIRE SECONDAIRE TERTIAIRE

25 TABAC En 2010, la principale cause de décès liée au cancer dans le monde et en France Nombre de décès par cancer liés au tabac en 2006 : % des cancers du poumon Mais aussi VADs, œsophage, estomac, foie et pancréas, cavité nasale et sinus, rein et vessie, col de lutérus, LMC et même colorectal, ovaire et sein !!! Surtout les hommes mais les femmes sont en progression

26 TABAC Risque relatif de cancer du poumon chez le fumeur / non fumeur : - hommes : femmes : 8.7 Effet de la durée de consommation, de la dose et de lâge dinitiation Campagnes de lutte contre le tabac (prix, Evin) efficaces temporairement

27 ALCOOL Associés aux cancers des VADS, œsophage, foie, colorectal et sein. Nombre de décès par cancer liés à lalcool : 9400 en Augmentation linéaire avec la dose Potentialise les effets du tabac !

28 Alimentation, activité sportive Alcool obésité, surpoids Viande rouge charcuterie sel Fruits Légumes Activité physique Fibres Œsophage pancréas Colorectal sein Endomètre rein … Colorectal Estomac Bouche Pharynx Larynx Œsophage Estomac Poumon Colorectal

29 Agents infectieux Hélicobacter pylori et cancer de lestomac HPV : Human Papilloma Virus et cancer du col de lutérus vaccin VHB et VHC et hépatocarcinome vaccin Hep B

30 Environnement Ondes électromagnétiques : prudence ! Ultraviolets naturels ou artificiels : attention dans lenfance ! Radon : risque de cancer pulmonaire

31 Cancers professionnels et nouveaux cas par an Connaissance incomplète des facteurs de risque, du degré dexposition et cas sous estimés Amiante et mésothéliome : 80% Silice, amiante, radon et cancer du poumon Bois, nickel et chrome dans les cancers nasosinusiens

32 FACTEURS DE RISQUE ON NE PEUT PAS AGIR SUR TOUS LES FACTEURS DE RISQUES DANS 50% DES CANCERS AUCUN FACTEUR DE RISQUE NEST IDENTIFIE

33 LE DÉPISTAGE RECHERCHE DUNE LÉSION PRÉCANCÉREUSE OU DUN CANCER CHEZ UNE PERSONNE ASYMPTOMATIQUE

34 TEMPS DIFFUSION DU CANCER GUÉRISON POTENTIELLE DIAGNOSTIC DEPISTAGE TRAITEMENT...

35 Critères de mise en œuvre dun dépistage (OMS) Pertinence : Problème important de santé publique (incidence, mortalité) Évolution naturelle de la pathologie doit être connue Un stade latent identifiable doit exister Test de dépistage de qualité (sensibilité, spécificité) Test de dépistage acceptable pour la population Existence de traitements efficaces Bénéfice en terme de coût Bénéfice en terme de santé publique : mortalité Continuité : répétition du processus de détection

36 Qualité dun test de dépistage Sensibilité Spécificité VPP VPN Faux positifs Faux négatifs M+M- T+ T- A B CD A+B C+D A+CB+DTOTAL

37 CANCER DU SEIN cas par an, décès en 2005 premier cancer chez la femme en terme dincidence et de mortalité Âge moyen du diagnostic vers 61 ans, maximal à 65 ans Cancer de bon pronostic Taux de survie à 5 ans = 85%

38 Facteurs de risque spécifiques Antécédents familiaux Premières règles précoces (avant 12 ans) Ménopause tardive (après 55 ans) Femmes sans enfant, ou première grossesse après 30 ans THS de la ménopause prolongé > 10 ans

39 CANCER DU SEIN MAMMOGRAPHIE tous les 2 ANS chez les femmes de 50 A 74 ANS

40 CANCER DU SEIN

41 micro-calcifications

42 CANCER DU SEIN

43 CANCER COLORECTAL 3ème cancer en terme dincidence nouveaux cas par an dont 53 % chez lhomme et décès/an 95% des cas après 50 ans Âge moyen du diagnostic : 70 ans Diminution de lincidence et de la mortalité depuis 2005 : amélioration des traitements et le …dépistage

44 CANCER COLORECTAL et le …dépistage Importance dune détection précoce - Survie à 5 ans localisé = 90.8% - Survie envahissement ganglionnaire = 69.5% - Survie avec métastases = 11.3% 80% des cancers se développent sur un polype = lésion précancéreuse

45 CANCER COLORECTAL 3 niveaux de dépistage Risque très élevé de cancer : Polypose adénomateuse familiale ou HNPCC COLOSCOPIE Risque élevé de cancer : antécédents familiaux de cancer ou personnel de polypes COLOSCOPIE Risque moyen de cancer DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CCR

46 CANCER COLORECTAL Test Hemoccult II® Tous les 2 ans De 50 à 74 ans

47 LE DEPISTAGE ORGANISE

48 COLOSCOPIE

49 CANCER COLORECTAL ADENOME PRECANCEREUX CANCER

50 Polypectomie (1)

51 Polypectomie (2)

52 Polypectomie (3)

53 Polypectomie (4)

54 CANCER DU COL DE LUTERUS 12 ème rang des cancers féminins pour lincidence 13 ème rang pour la mortalité Âge moyen du diagnostic = 53 ans Âge médian au décès = 64 ans Passage nécessaire par des lésions précancéreuses (CIN) qui peuvent régresser (30 à 50%) Cancer de pronostic intermédiaire : 70% à 5 ans Mise en place dun dépistage depuis les années 1960

55 CANCER DU COL DE LUTERUS FROTTIS CERVICO VAGINAL tous les 3 ans de 25 à 65 ans

56 CANCER DU COL DE LUTERUS ASPECT NORMAL LÉSION PRÉCANCÉREUSE CANCER

57 CANCER DE LA PROSTATE cas en 2005, estimés à en 2010 = 1er cancer chez lhomme Incidence en forte augmentation : impact du vieillissement et du dépistage 9200 décès en 2005, estimés 8790 en 2010 Âge moyen du diagnostic à 71 ans Cancer de bon pronostic : survie à 5 ans 80% Amélioration des thérapeutiques plus que leffet du dépistage

58 CANCER DE LA PROSTATE Dosage du PSA +/- biopsie transrectales Limite PSA > 4 ng/ml VPP 30%, 70% de biopsies inutiles Recommandations depuis septembre 2009 dun test tous les ans ou 3 ans de 55 à 69 ans et avant si facteurs de risque Dépistage individuel uniquement : libre choix éclairé du patient

59 CANCER DU POUMON nouveaux cas en 2005, 75 % chez lhomme et décès. Diminution chez lhomme et augmentation chez la femme Âge moyen du diagnostic : 65 ans Pronostic sombre : survie à 5 ans = 14% Pas de test de dépistage efficace Importance de la prévention des facteurs de risque : TABAC !!!!

60 RÔLE DU SOIGNANT DANS LA PRÉVENTION DES CANCERS Prévention des facteurs de risque Des patients convaincus de lutilité du dépistage mais connaissances confuses sur les modalités Angoisse +++ « Je vais bien, ce nest pas pour moi … » Rôle incitatif du professionnel


Télécharger ppt "ÉPIDÉMIOLOGIE, DÉPISTAGE & PRÉVENTION DES CANCERS Dr Caroline ALLARD – ADOC 18."

Présentations similaires


Annonces Google