La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Traumatisme Jean-Luc DOUILLARD Psychologue clinicien Coordinateur Programme Régional de Santé « Promotion de la Santé mentale et prévention du suicide.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Traumatisme Jean-Luc DOUILLARD Psychologue clinicien Coordinateur Programme Régional de Santé « Promotion de la Santé mentale et prévention du suicide."— Transcription de la présentation:

1 Traumatisme Jean-Luc DOUILLARD Psychologue clinicien Coordinateur Programme Régional de Santé « Promotion de la Santé mentale et prévention du suicide »

2 Définition Du grec Trauma signifiant « Blessure » et « désastre ». Etat général particulier créé par l'action dune violence externe (physique, psychologique) sur notre organisme Perturbation intense (affecte la structure et la fonction) Blessure profonde (événement réel, objectif, ou parfois fantasme pathogène subjectif)

3 Blessure physique et/ou psychologique Effraction dans notre réalité sociale et psychique Monde réel et construction symbolique Intrusion de quelque chose qui ne peut avoir de représentation Impossible à penser La réalité devient une menace permanente Il y aura toujours un avant et un après Le temps se fige au moment du traumatisme

4 Nos histoires de vie sont toutes singulières, pas une ne ressemble à une autre, aucune pratique ne peut être figée Ces histoires peuvent être dures mais sont rarement irréparables... Souvent, la tristesse, la douleur, la précarité construit des ressources (résister à leffondrement narcissique) Certaines blessures restent gravées en nous et agissent à notre insu, de façon manifeste ou latente

5 Blessures humaines Violence sexuelle Accident grave Catastrophe aérienne Catastrophe naturelle Attentat Suicide dun proche

6 Limpact traumatique dépend de l'importance, de l'intensité, des circonstances du trauma autant que de la réaction du sujet à celui-ci

7 Souvenirs Moi Surmoi Pulsions Fantasmes Interdits parentaux Loi sociale Compromis Lapsus Actes manqués Rêves Somatisations Pathologies mentales INCONSCIENT ça Fonctionnement psychique CONSCIENT Histoires de famille Mécanismes de défense Souvenirs Actes Symptômes Traumatisme

8 Les ressentis, les émotions, les souvenirs d enfance, les vécus traumatiques éventuels sollicitent nos facteurs de resilience, nous mobilisons notre pensée pour trouver des indices de nos identités : 1Réorganisation psychique acceptable (Parole et mécanismes de défense efficaces) 2Troubles des conduites du comportement ou de la personnalité (Passages à l'acte comme conduites de rupture) Abus de substances psychoactives 3Pathologies psychiatriques

9 Les effets du traumatisme peuvent être : Manifestes ou latents Immédiats ou différés Normaux ou Pathologiques Somatiques ou Psychologiques Stress post traumatique : Ensemble de perturbations somatiques et psychiques provoquées par une agression ancienne, qui ressurgit après coup

10 Mieux connaître pour comprendre Mieux comprendre pour intervenir et normaliser Intervenir pour contenir et prévenir Prévenir pour apaiser et soutenir

11 Un traumatisme est désorganisateur Le champ psychique Le champ somatique Le champ familial Le champ social

12 A court ou moyen terme

13 Troubles somatiques Perte de lintégrité corporelle Plaintes psychosomatiques ( malaise, étouffement, vertiges, maux de tête, maux de ventre Vomissements, arrêt des règles, dermatoses par lésions de grattage..) Troubles sphinctériens (énurésie, encoprésie) Troubles des conduites alimentaires (boulimie, anorexie, vomissements…) Troubles de lhumeur (agressivité, attitudes de repli et de fuite, violence…) Troubles des conduites sexuelles (prises de risque, multiplicité des partenaires, attitudes masochistes….) Troubles du sommeil (Insomnies, hypersomnies) (anxiété au coucher et/ou à lendormissement, réapparitions des rituels du coucher, attitudes de régressions massives, cauchemars, réveils nocturnes, fatigue… Tentatives de suicide Blessure auto-infligée

14 Troubles des fonctions intellectuelles et de la créativité Désintérêt voire, absence totale de jeu Difficultés scolaires soudaines, notamment dans les apprentissages de la lecture et de lécriture Investissement scolaire très intense Troubles du langage, de la mémoire Dessins stéréotypés

15 Troubles comportementaux Difficultés dadaptation, apathie, état confusionnel Phobies névrotiques (peur du noir, de la solitude, des hommes ou des femmes, de la nourriture, de tout ce qui peut mettre en jeu « le corps » Méfiance, agressivité envers les adultes, signes dépressifs, anxiété Dévalorisation de sa propre image et perte totale de lestime de soi Attitudes obsessionnelles compulsives (propreté, rituels de coucher) Sentiment de culpabilité, honte et réponses paradoxales détournées Sexualité en décalage par rapport à son âge Demande affective massive ou incapacité à faire du lien

16 A long terme

17 Dépression Conduites de ruptures (délinquance, errance, marginalité, prostitution, polytoxicomanie..) Auto-mutilations fréquentes et importantes Crises dangoisse Investissement artistique fusionnel Comportements suicidaires Phobies et TOC Perte de lestime de soi et fascination pour ce qui est morbide Blocage sexuel/ Sexualité à risque et prostitution Troubles alimentaires graves Pathologies psychotiques

18 Exemple de situation traumatique dans lenfance Lincarcération dun parent

19 Les blessures auto-infligées Exemple de symptôme post traumatique fréquent

20 La peau symbolise lultime barrière entre soi et lautre, entre le monde intérieur et le champ social. La peau est lentre deux qui permet de se sentir exister, de se reconnaître une valeur, de personnaliser son identité et de maintenir une distance avec l autre

21 Certaines souffrances ne trouvent pas de représentation dans les mots, elles s expriment autrement, souvent par le corps

22 Sources traumatiques génératrices dangoisses Souffrance ressentie comme destructrice, ravageuse Impossibilité de se penser, nécessité dagir Nécessité de matérialiser les limites de soi Nécessité de faire trace pour ensuite se panser Nécessité de donner corps à la souffrance Nécessité de séprouver pour se ressenti Manifestations dune souffrance psychique

23 SANG DOULEUR ORIFICES LIMITES La symbolique La maîtrise

24 C est quoi et qui se blesse ? Acte de blessure contre soi, individuelle (coupures, brûlures, ecchymoses, lésions par frottements) Les filles plus que les garçons Blessures typiques et atypiques (Types de lésions, localisation, fréquences) Apparaît à ladolescence le plus souvent pour disparaître vers la trentaine La première fois en voyant faire quelquun dautre

25 La blessure est elle impulsive ? Les blessures auto-infligées sont rarement impulsives tant quelles suffisent à lapaisement intérieur Moments le plus souvent ritualisés (un lieu intime, un rituel bien défini, un objet intime que lon garde avec soi, un moment précis, souvent le soir dans lintimité dune chambre) Dans certaines situations, on peut projeter de se faire mal plus tard, pensée suffisante dans certaines situations pour apaiser une angoisse envahissante. Dans certaines situations de forte angoisse, la nécessité de recourir à la blessure auto-infligée se fait pressante.(Situations précises, échec, réussite à un examen, frustration..)

26 Quel sens ? Séchapper dun moment émotionnel difficile Apaiser la souffrance intérieure, lexpulser de soi Stigmate souvent dune violence subie Rechercher et supporter la douleur Savoir de quoi lon souffre Avoir le sentiment de maîtriser son intériorité Choisir de se faire mal, de garder la maîtrise sur un corps que lon ressent comme douloureux, sale, pourri

27 CUMP Cellule dUrgence Médico Psychologique

28 Les séquelles psychologiques graves démontrées dans les années 1970 par les vétérans de la guerre du Vietnam ont provoqué un regain d'intérêt pour la pathologie traumatique

29 Ces troubles se manifestent par une réexpérience persistante de l'événement traumatique, des comportements d'évitement des stimuli associés au traumatisme, un émoussement de la réactivité générale et un état d'hyperactivité neurovégétative

30 Prise en charge médicale Prise en charge psychologique Prise en charge médicale Pas de prise en charge psychologique Faible incidence des symptômes post traumatiques Forte incidence des symptômes post traumatiques

31 Historique 1995 attentats Métro St Michel et création du dispositif 1997 Extension nationale du dispositif daide aux victimes 1999 Une CUMP par département sous lautorité des préfets

32 Objectifs Organiser rapidement la mise en œuvre du dispositif avec les services concernés Prévenir les risques liés au traumatisme (victimes, témoins, familles, sauveteurs) Les réduire par une évaluation et une prise en charge rapide (médicale et psychologique) Traiter les traumatismes et orienter les victimes

33 CUMP 17 Protocole 1 Situations déclenchées par Préfet de Charente-Maritime sur Catastrophes impliquant un grands nombre de victimes Protocole 2 Situations déclenchées à la demande des institutions en lien direct avec les services du centre hospitalier de proximité (Urgences-Pédopsychiatrie- Psychiatrie)

34 Les moyens Psychiatres, Psychologues et infirmiers –Évaluation de la situation –Prise en charge médicale –Débriefing collectif –Prise en charge individuelle –Tri, ventilation et évacuation des victimes –Informations aux familles –Proposition de suivis psychologique à court, moyen et long terme –Évaluation du protocole

35 Pistes dintervention Bien se connaître Poser un cadre fiable et contenant Apprendre à être authentique Ne pas tricher avec la réalité Mettre des mots justes Rester simple et humble Accepter dêtre parfois directif Se cultiver et faire confiance aux autres

36 Ne jamais banaliser Nommer la souffrance et la valider Ne pas faire de promesses impossibles à tenir Ne pas porter de jugement Eviter de moraliser et rester très vigilants

37 Questions diverses Le secret médical Le travail en réseau La relation daide et lauthenticité La bonne distance La formation initiale La fragilité des institutions….


Télécharger ppt "Traumatisme Jean-Luc DOUILLARD Psychologue clinicien Coordinateur Programme Régional de Santé « Promotion de la Santé mentale et prévention du suicide."

Présentations similaires


Annonces Google