La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LINFIRMIERE ORGANISATRICE DE LACCUEIL S. P OMMIER M.A. S OVICHE 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LINFIRMIERE ORGANISATRICE DE LACCUEIL S. P OMMIER M.A. S OVICHE 1."— Transcription de la présentation:

1 LINFIRMIERE ORGANISATRICE DE LACCUEIL S. P OMMIER M.A. S OVICHE 1

2 S OMMAIRE 1.Eléments de définition des Urgences 2.Historique de lorganisation des Urgences en France 3.Organisation des Urgences en France 4.Définition du poste de LIOA

3 S OMMAIRE 1.Eléments de définition des Urgences 2.Historique de lorganisation des Urgences en France 3.Organisation des Urgences en France 4.Définition du poste de LIOA

4 L A LARGE DÉFINITION DES URGENCES DONNÉE PAR LA LOI A DE FORTES IMPLICATIONS PRATIQUES La circulaire de la direction des hôpitaux du 14 Mai 1991 relative à lamélioration des S.A.U des établissements à vocation générale indique les urgences comme étant : « laccueil de tout patient arrivant à lhôpital pour des soins immédiats et dont la prise en charge na pas été programmée quil sagisse dune situation durgence lourde ou dune urgence ressentie ». Les services dUrgences sont ouverts 24h/24h, 365 jours par an. Ils ont lobligation de prendre en charge, sous la responsabilité dun médecin qualifié et expérimenté, toute personne arrivant en situation durgence médico-chirurgicale ou psychiatrique. Conséquence: lentrée de personnes de tous horizons (culturels et sociaux) pour une demande de soins immédiate. Définition par la LoiImplications pratiques 4

5 L ACTIVITÉ DES SERVICES D U RGENCES N A CESSÉ D AUGMENTER SUR LES DERNIÈRES ANNÉES ( CHIFFRES I LE DE F RANCE 2005) passages ont été comptabilisés en 2005 dans les services autorisés. Les établissements SAU ont pris en charge près des deux tiers de la totalité des passages aux urgences : 64 %. L'augmentation globale d'activité entre 1996 et 2005 a été importante : + 40 %. Elle est de 6 % entre 2001 et Le taux moyen d'hospitalisation était de 16,3 % en affaires ont été gérées par les SAMU en Ce nombre a augmenté de 6,8 % depuis 2003 et de 3,7 % entre 2004 et Activité en forte croissance Il existe une part importante de patients de gravité relative (91 % de patients classés CCMU 1 ou 2). Les enfants et les personnes âgées aux urgences représentent respectivement 30 % et 8,1 % du total des passages (source: L Assurance Maladie IDF – 2005) Population prise en charge 5

6 S OMMAIRE 1.Eléments de définition des Urgences 2.Historique de lorganisation des Urgences en France 3.Organisation des Urgences en France 4.Définition du poste de LIOA

7 L ORGANISATION ACTUELLE DES URGENCES EN F RANCE TROUVE SON ORIGINE À LA FIN DES ANNÉES 80 Le rapport STEG a été présenté au Conseil Economique et Social en Il met en évidence linsuffisance de médicalisation et la mauvaise qualité de laccueil des services durgences Ce rapport est à lorigine des différents décrets et circulaires appliqués dans les années Le but de ce rapport était daméliorer laccueil dans les services durgences. De la réflexion suscitée par ce rapport est notamment née la fonction d I.0.A pour diminuer lattente, orienter et favoriser ainsi une prise en charge plus efficace du patient avec au cœur de la mission : « le tri ». 15/02/90 et 15/05/91: Parution de 2 circulaires suite à ce rapport pour améliorer les urgences qui précisent entre autres les moyens dont doivent disposer les services durgences et les rôles de chacun dans la structure (dont lIOA) 1993: Nouveau rapport « la médicalisation des urgences » avec une réflexion sur la restructuration à lorigine de 2 décrets qui précise: Le développement des réseaux de soins La redistribution de la carte des urgences (SROS) Lautonomisation des services durgences La formation du personnel La répartition territoriale définit par lAgence Régionale dHospitalisation (ARH) Le rapport STEG et ses implications 7

8 S OMMAIRE 1.Eléments de définition des Urgences 2.Historique de lorganisation des Urgences en France 3.Organisation des Urgences en France 4.Définition du poste de LIOA

9 L ES STRUCTURES ISSUES DE CETTE RÉORGANISATION SONT AU NOMBRE DE DEUX Les Services dAccueil des Urgences Les SAU Les Unités de Proximité dAccueil de Traitement et dOrientation des Urgences Les UPATOU Les Pôles Spécialisés dUrgence Plus exceptionnellement les POSU Depuis 1991, les urgences sont réglementées et soumises à autorisation délivrée selon des minima déquipement et techniques de fonctionnement vérifiés lors de visites de conformité. On trouve deux grandes catégories détablissements formant le système daccueil des urgences :

10 L ES SAU CORRESPONDENT AUX ÉTABLISSEMENTS LES PLUS IMPORTANTS Les Services dAccueil des Urgences: Hôpitaux recevant plus de urgences/an ou desservant plus de habitants. Ils ne possèdent pas obligatoirement un SMUR sil en existe un dans les établissements proches. Médecins et collaborateurs formés à lurgence Létablissement siège du SAU doit comporter au moins des services de: Réanimation Médecine générale Médecine à orientation cardio-vasculaire Médecine pédiatrique Anesthésie Chirurgie orthopédie Chirurgie viscérale et gynécologique Plus salles dopération, de surveillance post-interventionnelle, radio, écho, scanner, labo… Le SAU doit disposer de moyens propres: Un médecin responsable praticien hospitalier Au moins un médecin présent 24h/24h 365j/an Un psychiatre présent 24h/24h ou la possibilité den faire venir un à tout moment Sur place une astreinte de praticiens de différentes spécialités Un cadre infirmier Au moins 2 IDE (non compris lIOA) Un personnel suffisant dAS et agents hospitaliers, une assistant du service social et agent chargé des admissions Conditions sur létablissement siège Conditions sur le Service des Urgences 10

11 LE SAU EST DÉCOMPOSÉ EN 3 ZONES : 11

12 LUPATOU PRÉSENTE UNE STRUCTURE PLUS LÉGÈRE QUE LE SAU POUR DES MISSIONS PLUS RESTREINTES LUPATOU se situe dans un établissement public ou privé disposant dau moins dun service dhospitalisation complète. Il accueille toute personne se présentant en urgence et procède à lexamen clinique. Il traite dans se locaux les patients dont létat nécessite des soins courants de médecine générale, de psychiatrie ou des actes chirurgicaux simples. Conditions pour lUPATOU AccueilleTraiteOriente Orientation vers le SAU si besoin de spécialité non présentes sur place Moyens : Au moins un médecin présent 24h/24h Un psychiatre « disponible » Pas de couverture médicale ou chirurgicale Un cadre infirmier Au moins 1 IDE Un personnel suffisant dAS et agents hospitaliers, Missions et moyens de lUPATOU 12

13 L ES POSU BÉNÉFICIENT D UNE AUTORISATION À TITRE EXCEPTIONNEL Ces établissements de santé prenant en charge sur site unique: Des enfants malades ou blessés Affection touchant un même organe ou altérant une même fonction Les POSU sont des équipes et moyens techniques spécialisés Une convention est possible avec un établissement possédant un SAU ou une UPATOU 13

14 S OMMAIRE 1.Eléments de définition des Urgences 2.Historique de lorganisation des Urgences en France 3.Organisation des Urgences en France 4.Définition du poste de LIOA

15 Q U EST CE QUE L ACCUEIL AUX URGENCES ? « Laccueil est une évaluation sommaire et rapide du point de vue bio-psycho-social, de tous les patients se présentant aux urgences, afin de déterminer la nature du problème, le degré durgence des soins requis et de les orienter vers la ou les ressources les plus appropriées et ce, en garantissant une approche personnalisée. » Professeur BARON du CHU de Nantes 15

16 Q UI EST L I NFIRMIÈRE O RGANISATRICE DE L A CCUEIL ? Anciennement I.A.O, rebaptisée depuis Avril 2004 IOA, celle-ci nayant pas, de par sa fonction le pouvoir de décider et donc dorienter LIAO est une IDE qui travaille aux urgences. Donc le premier texte qui régit la fonction dIOA est le décret infirmier du 29/07/2004 article R4311. Elle na pas de statut particulier, sa responsabilité est la même que celle de linfirmière. Elle fait partie du service des urgences et na pas de relation hiérarchique avec ses collègues infirmier(e)s. Sa fonction repose sur les textes législatifs de linfirmière : larticle L du code de la santé publique qui réglemente les conditions dexercice de la profession dinfirmière, un décret de compétence et des règles professionnelles 16

17 L A FONCTION D I.O.A EST APPARUE RELATIVEMENT RÉCEMMENT EN F RANCE PAR RAPPORT AUX PAYS ANGLO - SAXONS 17 Années 60 Apparition du tri au Québec effectué par des secrétaires-réceptionnistes, puis, par une I.A.O en 1970 pour faire face aux lacunes. Année 80 Face à laffluence des urgences les anglo-saxons ont opté pour un tri des patients Année 90 En France, suite à la réorganisation des services durgence, est apparue cette nouvelle fonction paramédicale, citée pour la première fois suite au rapport STEG dans la circulaire du 14 mai 1991 relative à lamélioration de laccueil des urgences, et précisant le rôle daccueil et coordination de lIOA. Depuis 91 Suite à la circulaire du 15 février 1990, certains hôpitaux publics imposent la formation à la fonction dI.O.A. dispensée par le CESU au sein de leurs services durgence. Quant aux hôpitaux privés, ils peuvent faire appel à un organisme de formation extérieur (Action Santé, Europe) dans le cadre de la formation continue.

18 LE RÔLE DE LIOA EST DÉFINIE PAR LA CIRCULAIRE DU 14 MAI 1991 QUI FAIT SUITE AU RAPPORT STEG Elle se tient dans la zone d'accueil et d'orientation. Tous les malades arrivants sont dirigés vers elle au point d'accueil. Ceux qui, amenés par le SMUR et annoncés, sont conduits directement vers le médecin doivent être à l'entrée signalés à l'infirmière d'accueil. Elle doit être avertie chaque fois que le SAMU adresse un patient, transporté d'urgence ou non, à l'établissement. Pour tous les autres, elle les guide vers les salles d'examen et de soins ; elle informe aussitôt les médecins. Dans le cas où il y a distinction entre des circuits selon le degré de gravité, elle se réfère au médecin avant d'orienter les patients. Elle fait rechercher, s'il y a lieu, leur dossier médical. Elle coordonne les relations avec les accompagnants et avec la famille qu'elle avertit ou fait avertir en application du décret du 14 janvier Elle assure la surveillance régulière de la salle d'attente. Elle assure et selon le cas coordonne l'information des patients eux-mêmes entre les diverses phases de la prise en charge. Elle est tenue informée des décisions médicales concernant les malades. Hors des heures ouvrables de l'antenne d'admission, elle recueille les informations essentielles sur les arrivants : état civil et personnes à prévenir, lorsque c'est possible. 18

19 L ACTIVITÉ DE L IOA EST STRICTEMENT ENCADRÉE Article 5 (R4311-5) relatif au rôle propre : installation du patient dans une position en rapport avec sa pathologie ou son handicap, recueil des observations, surveillance des fonctions vitales, entretien daccueil privilégiant lécoute de la personne avec orientation si nécessaire, aide et soutien psychologique Article 3 (R et R4311-6) soins liés aux fonctions dentretien et de continuité de la vie visant à compenser le manque dautonomie de la personne. Identification des besoins et mise en œuvre de gestes appropriés. Article : protocoles antalgiques Le secret professionnel (art R4312-4) 19 Article : Soins durgence ( En cas d'urgence et en dehors de la mise en œuvre du protocole, l'infirmier ou l'infirmière décide des gestes à pratiquer en attendant que puisse intervenir un médecin. Il prend toutes mesures en son pouvoir afin de diriger la personne vers la structure de soins la plus appropriée à son état) Le respect de la vie, la dignité et de lintimité du patient et de sa famille et labsence de discrimination (art R4312-2) Lassistance à personne en péril (artR4312-6) Le respect du patient et de ses droits le rends maître de ses choix (art ) Règles professionnelles non réglementaires (bonnes pratiques, chartes, recommandations, référentiel, règles dorganisation interne, protocoles).

20 LA PLACE DE L 'IOA EST CENTRALE DANS LE FONCTIONNEMENT DES URGENCES Faire face à de multiples actions dans le but daméliorer la qualité de la prise en charge des patients et de leurs accompagnants dès laccueil. Ces actions sont menées en lien constant avec le médecin référent afin de superviser le fonctionnement du service et la gestion des flux de patients (entrées et sorties). Accueillir, évaluer et procéder à un tri des patients arrivant aux urgences Décider du lieu de soins adapté Informer et aider Installer Donner les premiers soins Rassurer, informer Surveiller Soulager Communiquer et coordonner Une organisation avec les autres acteurs Une mission généraleDes missions permanentes 20

21 LIOA EST AU CENTRE D UN RÉSEAU AU SEIN DU SERVICE DES URGENCES IOA Infirmières des urgences Médecins référents Familles ou accompagn ants Patients Pompiers Ambulancier s Police Agents administratif s 21

22 L ES PRINCIPAUX OBJECTIFS DU TRI 22 « Le but nest pas de faire un diagnostic médical mais de porter un jugement clinique sur le degré de priorité de soins pour orienter le patient vers le secteur de soins approprié » Principaux objectifs du tri Analyse rapide du motif de recours Evaluation des besoins en soins Faciliter la gestion du flux Optimiser les délais dattente

23 L A PRISE EN CHARGE DU PATIENT SE FAIT DANS LE BOX D ACCUEIL Il se situe dans le prolongement logique de la zone d'admission. Il permet une première évaluation, un entretien individualisé et une évaluation des besoins de santé et d'hygiène Il permet le passage d'un brancard, Il garantit la confidentialité et le respect de la personne accueillie, Un ordinateur Un appareil à tension, Un thermomètre, Un oxymètre de pouls, Un hémocue Un mesureur du débit de pointe (peak flow), Un appareil lecteur de glycémie capillaire, Des gants à usage unique, Des antiseptiques locaux, Un nécessaire à pansements, Des attelles, Des canules de Guédel Matériel pour aspirer, oxygener Matériel pour perfuser et faire des prélèvements de sang… Le box des premiers soinsSon équipement matériel 23

24 A PRÈS L ACCUEIL ADMINISTRATIF, COMMENCENT LE RECUEIL DE DONNÉES ET LES PREMIERS SOINS Motif de recours, exprimé par: le patient, ses accompagnants les personnels sanitaires (pompiers, ambulanciers, etc...) courrier médical. Avant de décider du lieu de soins adapté aux besoins du patient, lIOA doit noter et observer les éléments suivants qui servent à préciser le degré durgence : Vérification de lidentité du patient (relevée auparavant par un agent administratif) Circonstances de survenue de la pathologie et autres symptômes associes. Circonstances de survenue des troubles, évolution des symptômes dans le temps ( régression progressive et spontanée, aggravation) Traitement reçu et en cours Antécédents : médicaux et chirurgicaux Allergies Pour affiner la précision du degré d'urgence, il est nécessaire de mesurer les paramètres vitaux: Tension artérielle Fréquence cardiaque Température Saturation en O2 Evaluation de la douleur ( EVA ) Etat de conscience ( Glasgow) Fréquence respiratoire Peak flow si crise d'asthme Glycémie capillaire si patient diabétique, malaise, troubles de la conscience. Hemocue BU si brûlures mictionnelles, douleur abdominales. ECG si douleur thoracique ou épigastrique, malaise. Gaz du sang si saturation inférieure à 90%. Le recueil de donnéesLes soins au patients 24

25 L A PRISE EN CHARGE PAR L IAO SE POURSUIT PAR L OBSERVATION CLINIQUE ET S ACHÈVE AVEC LES TRANSMISSIONS Observation du patient afin de détecter des éléments non verbalisés ( pâleur, cyanose, de marbrures, de sueurs, de la déformation ou de limpotence dun membre). Recherche dautres symptômes transitoires ( brûlures urinaires, des vomissements) Lappréciation de létat de conscience et des fonctions cognitives A lissue de cet entretien, lIOA fait une synthèse et une analyse de tous les éléments recueillis afin dévaluer le degré durgence, de prioriser les besoins en soins du patient pour une orientation adéquate. LIOA transmet alors oralement et sur support papier/informatique toutes ces informations à ses collègues. L observation cliniqueLes transmissions 25

26 LIOA PEUT SE VOIR CONFIER D AUTRES MISSIONS Inscrire les patients en l'absence de l'agent administratif. Demander les dossiers des patients aux archives. Surveiller et gérer la salle d'attente (attente assise et couchée). Répondre au téléphone. Renseigner non seulement les patients, les familles mais aussi toutes les personnes se présentant aux urgences. Gérer les priorités lorsque les patients arrivent tous en même temps... Gérer les problèmes informatiques éventuels. 26

27 LIOA PEUT APPORTER BEAUCOUP À LA PERFORMANCE D UN SERVICE D URGENCE Amélioration de la qualité et de la personnalisation de l'accueil Informations claires des patients et des proches sur les délais d'attente et suivi de cette information, ce qui désamorce souvent les conflits naissants Interlocuteur unique Amélioration de la gestion du flux de malades Relais rapide des professionnels du transport sanitaire avec décharge de leur Responsabilité grâce aux transmissions données à une personne identifiée Amélioration de la fiabilité et sécurité des transmissions. Optimisation des ressources humaines et de la qualité des soins Préservation du fonctionnement de l'équipe de soins (bouclier) Dimension relationnelle Efficience des professionnels 27

28 LES OUTILS DE TRI À LHÔPITAL SAINT JOSEPH ABOUTISSENT À LA CLASSIFICATION DES CAS EN 4 CATÉGORIES DURGENCE U1 PRORITE I Urgence absolue Réanimation Installation immediate en box de dechocage U2 PRIORITE II Urgent Installation dans les 30 min U3 PRIORITE III Moins urgent, prise en charge différée Installation dans les 60 min U4 PRIORITE IV Non urgent, consultation Installation dans les 120 min 28

29 L A RECONNAISSANCE DE L URGENCE EST BASÉE SUR UN BILAN VITAL EN 3 PARTIES 29 Fonction vitale neurologique Conscience Inconscience Coma… Fonction vitale ventilatoire FR Dyspnée Cyanose Tirage… Fonction vitale circulatoire FC Pâleur Marbrures… Bilan Vital

30 L E POSTE D IOA EST EXIGEANT ET REQUIERT UN CERTAIN NOMBRE D ACQUIS Compétences reconnues dans le domaine des soins durgences Expérience dans la structure Avoir bénéficié dune formation complémentaire (DU durgence ou formation IOA) Etre capable de maitriser les situations durgences et maîtrise des gestes techniques de réanimation Communiquer de manière appropriée en faisant preuve de tact et douverture desprit Savoir gérer le stress et lagressivité des familles et des patients Faire preuve danalyse et de synthèse de la situation Etre capable de sintégrer à une équipe pluridisciplinaire Connaissance des différentes pathologies Connaissance de la législation Capacité pour sadapter à lévolution des outils technologique en particulier linformatique Les Pré requisQualités requises 30

31 L E POSTE D IOA PRÉSENTE BIEN ENTENDU DES AVANTAGES ET UN CERTAIN NOMBRE DE DIFFICULTÉS Poste enrichissant (notamment humainement) et complet (techniquement) Autonomie Diversité des cas à traiter Esprit déquipe fort entre personnels soignants Reconnaissance des patients dans des cas extrêmes et satisfaction … Horaires Bruit Sollicitations perpétuelles Faire face à l'agressivité, à la violence Difficultés dappréciation du degré durgence selon laffluence Cohésion médico-infirmière parfois difficile Responsabilité importante Distances parcourues Contraintes de manutention (patients, brancards) … AVANTAGESLIMITES et DIFFICULTES 31

32 C ONCLUSION Poste exigeant mais très enrichissant et intéressant à occuper Poste permettant la sécurisation des acquis en soins infirmiers Poste clé dans le fonctionnement des services durgence Poste riche humainement au contact de lensemble de la société… riches, pauvres, vieux, jeunes… 32


Télécharger ppt "LINFIRMIERE ORGANISATRICE DE LACCUEIL S. P OMMIER M.A. S OVICHE 1."

Présentations similaires


Annonces Google