La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Autisme infantile et psychoses précoces de lenfant IFSI Hôpital St. Joseph. Cours de Pédopsychiatrie 2ème année. 26 janvier 2006.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Autisme infantile et psychoses précoces de lenfant IFSI Hôpital St. Joseph. Cours de Pédopsychiatrie 2ème année. 26 janvier 2006."— Transcription de la présentation:

1 Autisme infantile et psychoses précoces de lenfant IFSI Hôpital St. Joseph. Cours de Pédopsychiatrie 2ème année. 26 janvier 2006

2 Objectifs: Savoir reconnaître les signes précoces de lautisme infantile. Connaître la description de lautisme infantile constitué. connaître les investigations devant une suspicion dautisme infantile ou de psychose précoce de lenfant. connaître les principes et les différentes modalités de prise en charge des pathologies autistiques et psychotiques précoces de lenfant.

3 Plan: 1. Contexte historique 2. Classifications 3. Etat de la recherche 4. Epidémiologie 5. Diagnostic et évaluation 6. Annonce du diagnostic 7. Diagnostic précoce 8. Diagnostics différentiels 9. Formes cliniques 10. Evolution 11. Prise en charge 12. Film?

4 Contexte historique: Jusqu'au début du XIXème siècle, la pathologie mentale de l'enfant était considérée comme l'expression d'une déficience du développement de l'intelligence. La psychose était considérée comme exclusivement liée à l'adulte.

5 Contexte historique (2) En 1943, Léo Kanner décrivit pour la première fois l'autisme infantile précoce. Il définit une caractéristique commune à ces enfants: "l'inaptitude à établir des relations normales avec les personnes et à réagir normalement aux situations, depuis le début de leur vie."

6 Contexte historique (3): Premières descriptions cliniques: retrait autistique ("aloness"), besoin d'immuabilité ("sameness"), troubles du langage

7 Classifications: Aujourdhui on retient 3 critères consensuels (apparus avant 36 mois) pour le diagnostic dautisme:

8 Altération qualitative des interactions sociales: Fuite du regard Impression de surdité au monde environnant Absence dintérêt envers autrui (retrait) Absence de jeux interactifs, de jeux de groupe, dimitation ou dimagination Refus du contact corporel

9 Altération qualitative de la communication et du langage: Défaut dexpression, du contact oculaire Défaut dintention communicative (pointage, attention conjointe) 50% sans langage Quand le langage est présent il présente des particularités: - modulation anormale de la voix, de la prosodie - inversion pronominale - écholalie, incongruités - Peu de valeur de communication du langage

10 Intérêts restreints: Stéréotypies, rituels Comportements et activités répétitifs Intolérance au changement Hypo/hyperréactivité touchant toutes les modalités sensorielles

11 Contexte historique (4): Recherche et classifications: domaines aussi divers que la neurobiologie ou la psychanalyse souci de trouver un cadre nosographique adéquat pour l'autisme et les troubles apparentés a donné lieu à d'innombrables débats: critères comportemenaux (DSM IV) / développement psychoaffectif (CFTMEA)

12 Etat de la recherche: 3 grands domaines: Neurologique (neurosciences, imagerie cérébrale fonctionnelle, génétique, biochimie, neurophysiologie) Développement psychoaffectif (Psychanalyse) Sciences cognitives (modalité particulière du fonctionnement de lintelligence des autistes) Tout lenjeu est de nos jours de concilier ces différentes approches théoriques.

13 Epidémiologie: Fréquence en population générale: 1/1000 SR: 1/4 ou 5 75% de retard mental associé 25% de pathologie organique associée (périnatalité; infection congénitale; maladie métabolique; abbération chromosomique; épilepsie)

14 Examen dun enfant psychotique: diagnostic et évaluation Lévocation du diagnostic dautisme nécessite une démarche extrêmement rigoureuse dans largumentation et lévaluation de la gravité du trouble. Plusieurs bilans sont nécessaires: - le bilan clinique - le bilan somatique - le bilan psychologique - le bilan de langage - le bilan psychomoteur.

15 Le bilan clinique: Anamnèse et examen clinique actuel permettent dorienter le diagnostic parmis 4 catégories: 1. Autisme infantile (Kanner: pas de RM, pas daffection médicale)) 2. Autisme atypique (syndrome comportemental + RM et/ou signes neurologiques)) 3. Psychoses précoces déficitaires (RM important au 1er plan) 4. Dysharmonies psychotiques (polymorphes +++)

16 Le bilan somatique: Neuropédiatre recherche: Anomalie neurologique? Comitialité? Déficit sensoriel? Anomalies génétiques? Examens complémentaires: Bilan ORL + audiogramme Bilan ophtalmo EEG (avec sieste) Bio standard et caryotype

17 Le bilan psychologique: Évaluation du niveau intellectuel (performances cognitives très variables) Appréciation des caractéristiques de la personnalité de lenfant Il existe des outils adaptés: - Autism Diagnosis Interview - CARS (++ suivi évolutif) - PEP (niveau développemental et compétences émergentes) - Vineland (capacités adaptatives) - Reynel (ludique, pour enfant sans langage)

18 Le bilan psychomoteur: Informe sur la façon dont lenfant investi son corps

19 Annonce du diagnostique dautisme et de psychose précoce: Diagnostic peut être « lourd » de conséquences Nécessite une argumentation et un certain recul clinique Évaluation de la capacité de lenvironnement familial à comprendre le diagnostic Rôle déterminant des parents dans lévolution de lenfant

20 Diagnostic précoce dautisme infantile: Les progrès de la recherche ont permis de repérer certains signes (avant 3 ans) Utilisation de la vidéo Permet dinstaurer rapidement une prise en charge ce qui augmente les chances de déjouer des interactions pathologiques Aucun signe spécifique si isolé. Prudence +++

21 « Signes dalerte » avant 6 mois: Absence déchange avec la mère Indifférence au monde sonore BB « trop calme » Troubles psychomoteurs Anomalie du regard Troubles graves et précoces du sommeil Troubles oro alimentaires Absence de vocalisations Absence de sourire-réponse vers 2-3 mois

22 « Signes dalerte » après 6 mois: Quête active de stimuli sensoriels Intérêt compulsif pour des objets insolites Réaction inconstante ou paradoxale aux bruits Défaut de contact Absence d émissions vocales Pas dimitation Pas dangoisse de séparation Pas dangoisse de létranger

23 « Signes dalerte » au cours de la 2ème année: Confirmation des signes précédents Absence de pointage Absence de jeu de « faire semblant » Constants troubles du langage Anomalies de la marche Phobies de certains bruits Autoaggressivité Stéréotypies gestuelles

24 Diagnostics différentiels à la phase précoce: Retard global (secondaire à un déficit neurologique ou sensoriel) Aphasies Dépression Variation développementale

25 Diagnostics différentiels chez lenfant: Retard mental Trouble du langage schizophrénie

26 Formes cliniques: Autisme de « haut niveau » (syndrome dAsperger) Poly handicap

27 Evolution: facteurs pronostiques Question des parents: « Que va devenir notre enfant? » Facteurs liés à lenfant: Absence de déficience intellectuelle précoce Apparition du langage avant 5 ans Formes dapparition plus tardive Facteurs liés à lenvironnement: Précocité du diagnostic et de la PEC Qualité de la PEC Qualité de la coopération et du soutien familial

28 Evolution à long terme: Extrèmement variable et fonction de multiples facteurs: diminution des troubles du comportement, progression du langage 20 % dinsertion correcte sur le plan professionnel et social développement dune autonomie (acquisition dhabitudes) mais gêne par un déficit intellectuel ou certains traits de personnalité pathologiques ou la persistance de comportements compulsifs, rituels) Évolution plus sévère et faible autonomie Évolution vers une schizophrénie

29 Prise en charge: Pluridisciplinaire 3 grands volets: éducatif (autonomie), thérapeutique modalités relationnelles) et pédagogique (développement intellectuel) Travail en réseau entre les différentes structures daccueil:

30 Structures daccueil: Scolarité spécialisée: CLIS, SEGPA, EREA, IME, IMP, Impro Structures de soins: HDJ, CMP, CATTP Associations de parents denfants autistes

31 Soins contemporains des évaluations précoces: Bilan en HDJ Information et aide aux parents Coordination par létablissement de liens avec le médecin de famille, le pédiatre, la crèche ou lécole, les services de lenfance But: réduire la dispersion et la confusion et accroître la socialisation Il nexiste pas de traitement spécifique. Il est symptomatique et personnalisé en fonction de lobservation détaillée de chaque enfant.

32 Le rôle de linfirmier(e) dans la prise en charge hospitalière: Fait partie de léquipe pluridisciplinaire et coordonne lévaluation Travaille à linstauration dune relation de soins de qualité (alliance)

33 Le cadre de lévaluation: HDJ sur 2 semaines Locaux spécifiques Équipe spécialisée Soignant référent

34 Le déroulement du séjour: Binôme IDE/ éducateur spécialisé Accueil de lenfant et de sa famille (réassurance, 1er contact puis lien quotidien personnalisé) Entretiens (anamnèse, ATCD, habitudes de vie) Temps dobservation au cours dactivités structurées et libres Temps déchange entre professionnels Relation avec les parents (diagnostic, projet thérapeutique)

35 Après la sortie… Lien avec lécole (aménagements…) Guidance parents/ enfant en externe Orientation vers un lieu de suivi après la réunion de synthèse Soutien de la famille dans la durée: partenaire de soin irremplaçable+++


Télécharger ppt "Autisme infantile et psychoses précoces de lenfant IFSI Hôpital St. Joseph. Cours de Pédopsychiatrie 2ème année. 26 janvier 2006."

Présentations similaires


Annonces Google