La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA MALTRAITANCE. La prévention de la maltraitance CONSTAT Personnes vulnérables: enfants, personnes âgées, femmes, handicapés Personnes vulnérables: enfants,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA MALTRAITANCE. La prévention de la maltraitance CONSTAT Personnes vulnérables: enfants, personnes âgées, femmes, handicapés Personnes vulnérables: enfants,"— Transcription de la présentation:

1 LA MALTRAITANCE

2 La prévention de la maltraitance CONSTAT Personnes vulnérables: enfants, personnes âgées, femmes, handicapés Personnes vulnérables: enfants, personnes âgées, femmes, handicapés Dans 80% des cas, elle sexerce au domicile et se cache au sein de lespace familial Dans 80% des cas, elle sexerce au domicile et se cache au sein de lespace familial Ou au sein de linstitution elle-même Ou au sein de linstitution elle-mêmeDEFINITION La maltraitance est une forme de violence. « La violence se caractérise par tout acte ou omission portant atteinte à la vie, à lintégrité ou à la liberté de la personne ou compromettant gravement le développement de sa personnalité et/ou nuisant à sa sécurité. » Conseil de lEurope 1992

3 La maltraitance est un ensemble dactes et de comportements commis ou omis envers une personne au détriment de son intégrité ou sexuelle,, morale, matérielle ou financière. La maltraitance est un ensemble dactes et de comportements commis ou omis envers une personne au détriment de son intégrité ou sexuelle,, morale, matérielle ou financière. La notion de maltraitance est toujours liée à celle de la vulnérabilité. Elle se met en place autour de la dépendances physique et/ou affective. Les rapports de pouvoir entre les individus ne sont plus égaux. Dominant/dominé. Labus, cest laction doutrepasser les droits qui nous ont été conférés, dabuser de la confiance de quelquun, doutrepasser le pouvoir qui nous a été confié. Labus, cest laction doutrepasser les droits qui nous ont été conférés, dabuser de la confiance de quelquun, doutrepasser le pouvoir qui nous a été confié. La négligence est un défaut de soin et/ou manque dattention, cest-à- dire ne pas satisfaire les besoins de la personne quils soient physiques, psychologiques, affectifs ou spirituels. La négligence est un défaut de soin et/ou manque dattention, cest-à- dire ne pas satisfaire les besoins de la personne quils soient physiques, psychologiques, affectifs ou spirituels. Elle peut être intentionnelle (indifférences…) ou passive sous forme doubli.

4 Les différentes formes de maltraitance Les maltraitances physiques ou sexuelles Les maltraitances physiques ou sexuelles Tout acte volontaire pouvant entraîner des blessures ou la mort: séquestration, brûlure, sévices sexuels… Les maltraitances psychologiques Elle sont plus pernicieuses. Elles correspondent à un non respect des choix et des désirs de la personne: dévalorisation, infantilisation, culpabilisation, abus de pouvoir, indifférence, rétention ou détournement dargent et de biens…

5 La maltraitance chez lenfant Sévices sur enfant: cas par an Enfant de moins de 6 ans dans 75% des cas et surtout sur des garçons. De nombreuses causes: naissances non désirées, couples séparés, chômage, alcoolisme, handicap de lenfant, maltraitance des parents dans leur enfance… Les différente formes de sévices: - Chez le nourrisson : carence en soins, maltraitances physiques, intoxication médicamenteuse et de suffocation (attention : mort subite du nourrisson) - Chez le petit enfant: violences physiques, brimades, agression sexuelles Les enfants peuvent être témoins de violences conjugales, ce qui peut entraîner un syndrome de stress post-traumatique (troubles du comportement: (troubles du comportement: anxiété, peur, hyperactivité, explosion de colère…) anxiété, peur, hyperactivité, explosion de colère…) Le syndrome de Münchhausen: la mère est toujours au centre de la maltraitance et le corps médical participe de manière involontaire.

6 Le signalement signaler pour protéger Les professionnels de santé sont autorisés à lever le secret professionnel pour informer les autorités de sévices ou de privations envers un mineur de moins de 15 ans. Les professionnels de santé sont autorisés à lever le secret professionnel pour informer les autorités de sévices ou de privations envers un mineur de moins de 15 ans. Si les sévices sont avérés et graves (viol, traumatisme majeur): Si les sévices sont avérés et graves (viol, traumatisme majeur): Signalement Procureur de la république au TGI En cas de doute: En cas de doute: Signalement Aide sociale à lenfance

7 La maltraitance chez la personne âgée Sujet tabou. 5% des personnes de plus de 65 ans sont maltraités Et 15% des plus de 75 ans Selon les enquêtes, il sagit de femmes seules et il sagit de femmes seules et les auteurs sont le plus souvent des proches familiaux ou des les auteurs sont le plus souvent des proches familiaux ou des professionnels en contact direct avec les personnes âgées.

8 Allo maltraitance Alma 2005 DomicileInstitution Violences psychologiques 25%15% Violences financières 19%7% Violences physiques 17%26% Violences civiques: privation de papier didentité, de droits de vote 4%5% Violences médicamenteuses 0,5%3% Négligences actives et actives 10%20% autres31,5%18,5%

9 Facteurs de risques Facteurs de risques liés au profil de la victime Facteurs de risques liés au profil de la victime Personne âgée très dépendante, vivant seule et isolée présentant un handicap physique et / ou psychique, ou avec des troubles du comportement Facteurs de risques liés au profil de laidant Facteurs de risques liés au profil de laidant Personne non préparée à soccuper dune personne dépendante, qui vit avec elle et soccupe delle depuis longtemps: ne reçoit ou ne sollicite aucune aide extérieure, conflits au sein du couple ou de la famille, épuisement physique et psychique, problèmes financiers, consommation dalcool ou de drogues.

10 Facteurs de risques liés à linstitution Facteurs de risques liés à linstitution Situations liées aux conditions dhébergement Situations liées aux professionnels Vétusté ou insalubrité des locaux, manque dhygiène Vétusté ou insalubrité des locaux, manque dhygiène,Alimentation insuffisante en qualité et en quantité et aide déficiente pour la prise des repas,Alimentation insuffisante en qualité et en quantité et aide déficiente pour la prise des repas Abus matériels: vol de biens personnels, facturation injustifiée et contrôle de largent personnel Abus matériels: vol de biens personnels, facturation injustifiée et contrôle de largent personnel Peu de loisirs diversifiés et adaptés Peu de loisirs diversifiés et adaptés Sorties à lextérieur limitées ou inexistantes Sorties à lextérieur limitées ou inexistantes inexpérience des personnels non ou peu qualifiés inexpérience des personnels non ou peu qualifiés Manque de personnel et négligence dans les soins Manque de personnel et négligence dans les soins Non respect de la personne au niveau de son identité, de son intimité, de son autonomie Non respect de la personne au niveau de son identité, de son intimité, de son autonomie Manque découte et dattention, de motivation et de conscience Manque découte et dattention, de motivation et de conscience Non soulagement de la douleur et abus médicamenteux Non soulagement de la douleur et abus médicamenteux Pas ou peu de formation pour les professionnels Pas ou peu de formation pour les professionnels Absence de projet de soins et de projet de service Absence de projet de soins et de projet de service

11 Mesures de prévention institutionnelle Loi du 20 juillet 2001 relative aux dispositions de fonctionnement des EHPAD repose sur la mise en œuvre de cinq principes: La réforme de la tarification La réforme de la tarification Le renforcement des moyens médicaux Le renforcement des moyens médicaux La démarche qualité des établissements La démarche qualité des établissements La mise en œuvre dun partenariat à travers la convention tripartite La mise en œuvre dun partenariat à travers la convention tripartite Un cahier des charges défini au niveau national et le projet détablissement doivent permettre daméliorer la qualité des prestations Un cahier des charges défini au niveau national et le projet détablissement doivent permettre daméliorer la qualité des prestations

12 Repérage des signes de maltraitance Signes physiques Signes psychologique Apparence négligée Apparence négligée Hygiène douteuse Hygiène douteuse Habillement mal adapté à la situation et au temps Habillement mal adapté à la situation et au temps Perte de poids inexpliquée médicalement Perte de poids inexpliquée médicalement Perte dappétit Perte dappétit Présence decchymoses avec embarras pour en expliquer la cause Présence decchymoses avec embarras pour en expliquer la cause Signes de déshydratation Signes de déshydratation Chute à répétition Chute à répétition Perte dintérêt Perte dintérêt Baisse de lestime de soi Baisse de lestime de soi Trouble du sommeil Trouble du sommeil Repli sur soi Repli sur soi Méfiance envers certains soignants Méfiance envers certains soignants Plaintes, pleurs Plaintes, pleurs Émets des sous entendus Émets des sous entendus Dis quon la maltraite Dis quon la maltraite

13 Le signalement de la maltraitance Obligation Obligation Le signalement dun acte ou dune suspicion de maltraitance est une devoir de citoyen et une obligation légale Il sagit dune véritable obligation dans la mesure ou savoir et ne rien faire peut, dans certains cas engager la responsabilité pénale du témoin. (art et du Code Pénal) (art et du Code Pénal) Sinformer et se faire aider: Maltraitance sur enfant: 119 Maltraitance sur personnes âgées:

14 Problématiques du signalement Problématiques du signalement Une levée du secret professionnel Pour les professionnels de la santé larticle du Codé pénal autorise la levée du secret médical « à celui qui informe les autorités judiciaires, administratives, médicales…des sévices… » Un dispositif de protection Le législateur a mis en place un dispositif de protection des personnes qui procèdent à un signalement. Des résistances Ces résistances peuvent être liées: - À la culpabilité dénoncer un autre professionnel - Au manque de connaissance sur la levée du secret professionnel - À la réputation de linstitution - Aux pressions de la hiérarchie sur le soignant - Au doute sur la réalité des faits - Le refus de voir un comportement maltraitant

15 CITOYEN Autorités administratives: Autorités judiciaires: DISS/ DDASS Police DISS/ DDASS PoliceParquetGendarmerie Juge des tutelles

16 Autorités constitués (directeurs établissements publics et privés) Officiers publics Fonctionnaires Double signalement DISS/DDASS Sassurent de la Procureur de la République saisine du Procureur saisine du Procureur - ouverture dinstruction - ouverture dinstruction - enquête simple de police - classé sans suite - classé sans suite

17 Le concept de bientraitance DEFINITION La bientraitance se définit comme « prendre soin de la personne âgée ». « prendre soin de la personne âgée ». Pour les professionnels, la bientraitance passe par : la préservation de la dignité de la personne, la préservation de la dignité de la personne, le respect de son autonomie, le respect de son autonomie, laccueil et les relations avec la personne âgée. laccueil et les relations avec la personne âgée. La bientraitance de lautre, cest aussi la bientraitance de soi même.


Télécharger ppt "LA MALTRAITANCE. La prévention de la maltraitance CONSTAT Personnes vulnérables: enfants, personnes âgées, femmes, handicapés Personnes vulnérables: enfants,"

Présentations similaires


Annonces Google