La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

EXANTHEMES V.VISEUX, DERMATOLOGIE, CHU SUD AMIENS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "EXANTHEMES V.VISEUX, DERMATOLOGIE, CHU SUD AMIENS."— Transcription de la présentation:

1 EXANTHEMES V.VISEUX, DERMATOLOGIE, CHU SUD AMIENS

2 DIAGNOSTIC POSITIF Exanthème = érythème diffus dapparition aiguë Enanthème = lésions érythémateuses muqueuses accompagnant parfois un exanthème Erythème = rougeur transitoire de la peau en rapport avec une vasodilatation des vaisseaux cutanés superficiels disparaît à la vitro- pression

3 DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL purpura : ne disparaît pas à la vitropression urticaire Angiomes et télangiectasies érythèmes vaso-moteurs : couperose, érythème pudique du décolleté érythèmes de cause exogène (piqûres dinsectes, brûlures, érythème photototoxique) érythrodermie

4 EXANTHEMES : GENERALITES Question n° types principaux : scarlatiniforme, morbilliforme, roséoliforme Scarlatiniforme : vastes placards rouges uniformes sans intervalle de peau saine, légèrement granités à la palpation, desquamation secondaire en lambeaux Morbilliforme : maculo-papuleux rouges, pouvant confluer en plaques séparées par des espaces de peau saine avec une surface douce, veloutée à la palpation Roséoliforme ou rubéoliforme : petites macules rosées, pâles, bien séparées les unes des autres

5 DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE Chez lenfant : viroses +++, toxidermie Chez ladulte : viroses, toxidermie, maladies sexuellement transmissibles.

6 DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE Arguments en faveur dune atteinte virale : -contexte épidémique, -notion de contage, -une seule variété déruption (sauf Kawasaki) -fièvre : + /- (possible aussi dans certaines toxidermies) -syndrome grippal, -énanthème de type viral -adénopathies. -absence de prurit

7 ORIENTATION DIAGNOSTIQUE Arguments en faveur dune cause médicamenteuse -Interrogatoire précisant la chronologie des différentes prises de médicaments par rapport à léruption : rechercher la notion dintroduction dun médicament 5 à 14 jours avant léruption -Polymorphisme de léruption -Evolution favorable à larrêt du médicament responsable -Absence darguments en faveur dune virose : absence de contexte épidémique, absence dénanthème de type viral (attention à Lyell et stevens-Johnson)… -Prurit -+/- éosinophilie sanguine. Si certains érythèmes sont très évocateurs, il nexiste pas de correspondance stricte entre un type dérythème et une cause.

8 EXANTHEMES SCARLATINIFORMES La scarlatine Origine : due à la sécrétion dune toxine érythrogène par un streptocoque beta-hémolytique. rarement : staphylocoque (toxine exfoliante) début brutal chez un enfant dâge scolaire (5 – 10 ans) : angine rouge avec fièvre à 39-40°C,tachycardie, céphalées, vomissements adénopathies sous-maxillaires / latéro-cervicales 24 heures plus tard : exanthème débutant sur le tronc et la racine des membres, légèrement granité, qui se généralise et atteinte plus importante des plis de flexion. Erythème des joues

9 EXANTHEMES SCARLATINIFORMES Enanthème avec une gorge rouge et une langue blanche qui va desquamer de la pointe et des bords vers la base, prenant un aspect framboisé en 4 à 6 jours. Aspect de V lingual = pointe et bords rouges Lévolution de lexanthème se fait vers une desquamation secondaire en larges lambeaux entre le 10ème et le 20ème jour (aspect en doigts de gants sur les mains et les pieds). Complications : - rhumatisme articulaire aigu (rare) - glomérulonéphrite post-streptococcique= toujours faire une protéinurie des 24 heures à distance de lépisode

10 EXANTHEMES SCARLATINIFORMES Diagnostic : prélèvement de gorge (parfois, autre porte dentrée, comme un intertrigo) : streptocoque béta-hémolytique élévation des antistreptolysines (ASLO, ASD). Traitement : pénicilline pendant 10 jours. Ex : oracilline à UI/kg/jour Hyperleucocytose à PNN Recherche à 3 semaines dune protéinurie Autres infections donnant un exanthème scarlatiniforme : -Typhoïde -Septicémie à méningocoque, streptocoque, staphylocoque -Viroses (VIH …) -Syndrome du choc toxique staphylococcique (toxine TSST1 du staphylocoque doré)+++

11 SYNDROME DE KAWASAKI Origine : syndrome inflammatoire, probablement en réaction à un agent infectieux ou toxique (qui a un rôle de superantigène) qui saccompagne dune vascularite des artères de moyen calibre avec un risque de décès par anévrysme coronarien. Terrain : survient principalement chez lenfant avant 5 ans et surtout avant 2 ans. Définition reposant sur lassociation de critères majeurs

12 SYNDROME DE KAWASAKI Fièvre >38°5 évoluant depuis au moins 5 jours résistant aux antibiotiques Au moins 4 des 5 critères : 1.Modifications des extrémités des membres avec érythème et œdème des mains et pieds en phase aiguë et desquamation en doigts de gants en phase de convalescence (3eme semaine) 2.Exanthème, polymorphe dans son aspect clinique 3.Hyperémie conjonctivale bilatérale indolore non purulente 4.Modifications des lèvres et de la cavité buccale : cheilite, langue framboisée, érythème diffus de la muqueuse orale et pharyngée 5. Adénopathies cervicales non purulentes de taille >ou = à 1,5 cm de diamètre (en général, unilatérales) dapparition aiguë

13 SYNDROME DE KAWASAKI Exanthème du tronc : -Apparaît entre le troisième et le cinquième jour -Caractère polymorphe de latteinte : morbilliforme, scarlatiniforme, lésions urticariennes avec pseudo-cocardes -Parfois : vésicules, pustules, purpura -Atteinte du siège : évocatrice; érythème en culotte avec desquamation rapide

14 SYNDROME DE KAWASAKI Critères mineurs : 1. digestifs : diarrhées, vomissements, douleurs abdominales, hydrocholécyste 2. Respiratoires : toux, rhinorrhée… 3. Signes neuroméningés : irritabilité, encéphalite, méningite lymphocytaire aseptique… 4.Signes oculaires : uvéïte antérieure 5. Signes articulaires : arthralgies des grosses articulations 6. Signes rénaux : pyurie, protéinurie, hématurie, insuffisance rénale aiguë; orchiépididymite, vulvovaginite, hydrocèle

15 SYNDROME DE KAWASAKI Biologie : pas de signe biologique spécifique mais souvent syndrome inflammatoire et hyperleucocytose à polynucléaires puis thrombocytose. Complications : risque principal cardiaque : -anévrysmes coronariens qui apparaissent dès la 2ème à 4ème semaine, trouble du rythme cardiaque -causes de mortalité : infarctus, myocardite, rupture danévrysme, péricardite, endocardite, embolie cérébrale. Traitement : Hospitalisation pour surveillance évolutive, échographie cardiaque, et mise en route dun traitement associant immunoglobulines intraveineuses (2g/kg sur 10 heures ou 400 mg/kg/jr pdt 4 jrs) et aspirine.

16 ERYTHEMES MORBILLIFORMES Rougeole Origine : due à un virus du groupe des paramyxovirus, Terrain : survient plutôt chez des enfants entre 3 et 7 ans Notion de contage 10 à 15 jours avant léruption Tableau : 1ère phase : phase de catarrhe oculo-naso-pharyngée pré-éruptive Et hyperthermie à 39 – 40°C et toux Enanthème avec signe de Köplick : petits points blancs entourés dun halo inflammatoire rouge en regard de la seconde pré molaire supérieure Puis 2ème phase : éruptive poussée dévolution descendante, commençant derrière les oreilles puis sétendant au visage et au tronc et qui guérit en quelques jours.

17 ERYTHEMES MORBILLIFORMES Complications viscérales : rares : méningo- encéphalite, pneumopathies, myocardite, kératite. Otite, bronchite, surinfection bactérienne Prévention : vaccination avec ROR

18 ERYTHEMES MORBILLIFORMES Mégalérythème épidémique Origine : parvovirus B19. Terrain : enfant de 5 à 10 ans après une incubation denviron une semaine Tableau : exanthème très caractéristique en dentelle ou en carte de géographie touchant les convexités du visage (joues rouges) puis les membres surtout. Eruption parfois très discrète, pouvant durer quelques heures à quelques jours. Aggravée par une exposition solaire Complications : tropisme du virus pour les érythroblastes médullaires : risque de survenue dune anémie aiguë, en particulier chez lenfant avec anémie hémolytique chronique Recherche femme enceinte dans lentourage : embryofoetopathie Adulte : possibilité déruption en gants et chaussettes +/-arthralgies

19 ERYTHEMES MORBILLIFORMES Mononucléose infectieuse Origine : virus Epstein-Barr (EBV). Lexanthème est inconstant Tableau : ---1ère phase : fièvre, angine, asthénie avec adénopathies et splénomégalie. ---2ème phase (une semaine après) : Eruption le plus souvent morbilliforme et régresse en quelques jours. Parfois, elle est remplacée par une toxidermie lors de la prise de bétalactamines avec une éruption maculo-papuleuse confluente (mais ne signe pas une allergie définitive+++). Les complications viscérales sont rares : hépatites, méningo-encéphalite

20 ERYTHEMES MORBILLIFORMES Autres causes Certaines infections à entero-virus (coxsackie, virus écho 9) saccompagnent souvent dune éruption fugace, surtout chez lenfant de moins de 3 ans. Les infections à coxsackie peuvent saccompagner de vésicules ovalaires des mains et des pieds (syndrome mains-pieds-bouche) avec un énanthème vésiculeux du voile du palais ; souvent, le tableau est incomplet. Les adéno-virus associent une atteinte adéno-pharyngo-conjonctivale avec parfois une pneumopathie ou une atteinte digestive et un exanthème morbilliforme, parfois purpurique, touchant surtout lhémicorps supérieur et durant 2 à 3 jours.

21 ERYTHEMES MORBILLIFORMES Méningococcies Hépatite B : peut saccompagner de poussées urticariennes en phase pré-ictérique avec céphalées, arthralgies, nausées, vomissements, et asthénie. On peut observer une éruption morbilliforme ou scarlatiniforme. CMV, VIH, toxoplasmose, rickettsiose (fièvre boutonneuse méditerranéenne), infections à Mycoplasma pneumoniae Infections exotiques :fièvre jaune, dengue Maladie de Still ou arthrite juvénile

22 ERYTHEMES ROSEOLIFORMES La roséole infantile ou exanthème subit du nourisson, Origine : infection à lHHV6 (human herpes virus 6) ou HHV7. Terrain : nourrissons entre 6 mois et 2 ans Incubation : une dizaine de jours. Tableau : - début brutal par fièvre à 39-40°C. - J+3 de la fièvre : éruption, discrète, transitoire, touchant principalement le tronc. Parfois, pas de fièvre ou déruption Complications : - convulsions hyperthermies du nourrisson - complications viscérales rares : adénopathies, méningite, hépatites ou pneumopathies.

23 ERYTHEMES ROSEOLIFORMES Rubéole ou 3ème maladie Origine : affection virale banale de lenfant due à un togavirus Incubation : 2 à 3 semaines Tableau : passe totalement inaperçue dans un cas sur deux. exanthème frustre, pale et fugace (2 à 3 jours) peu de signes généraux parfois adénopathies cervicales postérieures parfois arthralgies ou conjonctivite Problème principal : rubéole de la femme enceinte à lorigine dune rubéole congénitale : malformations cardiaques, encéphalite, malformations oculaires.

24 ERYTHEMES ROSEOLIFORMES - nécessité de vacciner les enfants entre lâge de 12 et 18 mois par le ROR (vaccin à virus vivant atténués rougeole, oreillons, rubéole) avec un rappel entre 11 et 13 ans. - La recherche danticorps anti-rubéole est obligatoire lors de lexamen prénuptial et lors de la surveillance de la grossesse. Les femmes séronégatives doivent être vaccinées en évitant toute grossesse dans les 3 mois après le vaccin.

25 ERYTHEMES ROSEOLIFORMES Primo-infection par le VIH - symptomatique une fois sur deux après une incubation de 2 à 3 semaines. - syndrome fébrile pseudo-grippal Syndrome mononucléosique possible : pharyngite, asthénie fébrile, adénopathies, asthénie fébrile, érosions buccales et génitales - éruption érythémato-maculeuse du tronc avec parfois une atteinte du visage ou des paumes et des plantes. - parfois érosions buccales et génitales. Diagnostic : sérologie VIH négative mais antigénémie P24 positive, dosage de la charge virale

26 ERYTHEMES ROSEOLIFORMES Syphilis secondaire - survient environ 45 jours après le chancre - 6 à 8 semaines après le contage vénérien - roséole (première floraison) formée de macules de 5 à 10 mm arrondies, roses, planes, touchant principalement le tronc et qui vont durer quelques semaines, laissant parfois des séquelles dyschromiques (collier de Vénus). - rechercher une cicatrice éventuelle de chancre Le diagnostic est confirmé par la positivité des sérologies de dépistage VDRL et TPHA. Autres maladies infectieuses - fièvre typhoïde (éruption fugace lenticulaire du tronc dans la 2ème semaine dun tableau fébrile bruyant) - infections virales à entero-virus (echo, coxsackie, arbovirus….).

27 ERYTHEMES MEDICAMENTEUX TOXIDERMIES Rappel : Ils peuvent réaliser tous les types déruptions précédemment décrites. Anamnèse et chronologie des différentes prises médicamenteuses Prurit +/-hyperéosiniphilie +/-hyperthermie Médicaments les plus souvent en cause : - antibiotiques et en particulier les bétalactamines et les sulfamides - les anticomitiaux - les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

28 EXAMENS COMPLEMENTAIRES PERTINENTS Enfant : bilan si on suspecte une scarlatine (NFS, prélèvement de gorge) ou un syndrome de Kawasaki (NFS, plaquettes, échographie cardiaque) Adulte : si pas de cause évidente : NFS, bilan hépatique, sérodiagnostic de MNI, TPHA-VDRL, sérologie VIH, antigène p 24, charge virale VIH En plus chez la femme enceinte : regarder les statuts sérologiques, en fonction : toxoplasmose, rubéole, CMV, (+syphilis) Biopsie cutanée : non justifiée

29 CONCLUSION Les érythèmes surviennent au cours daffections très variées, infectieuses, médicamenteuses ou inflammatoires. Le tableau peut être typique ou totalement non caractéristique. Chez le nourrisson : attention au KAWASAKI +++ Chez ladolescent : penser à la MNI + aminopenicilline Chez l'adulte : penser à toxidermie, virose (primo-infection VIH +++ et autres MST). Parfois : signes généraux majeurs et complications viscérales nécessitant une hospitalisation rapide pour prise en charge thérapeutique et surveillance évolutive.


Télécharger ppt "EXANTHEMES V.VISEUX, DERMATOLOGIE, CHU SUD AMIENS."

Présentations similaires


Annonces Google