La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Module d’Enseignement à Distance pour l’Architecture Logicielle

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Module d’Enseignement à Distance pour l’Architecture Logicielle"— Transcription de la présentation:

1 Module d’Enseignement à Distance pour l’Architecture Logicielle
M.E.D.A.L. IUP-MIAGE 1ère année Le modèle relationnel (2) Module d’Enseignement à Distance pour l’Architecture Logicielle Diapositive n° 1 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

2 IUP MIAGE - Université de NANTES
AVERTISSEMENT L’usage de ce document, sous quelque forme que ce soit (électronique, papier…), à titre personnel ou devant des étudiants, est autorisé et libre de droits, à la condition expresse qu’il soit conservé dans l’état (et notamment qu’il comporte la page de garde et cet avertissement). Tout autre usage, notamment commercial, toute diffusion via un serveur informatique, une liste de diffusion… est soumis à l’accord PRÉALABLE de son auteur. Ce document constitue un TOUT. Toute coupe, toute modification non autorisée par son auteur sera assimilée à une atteinte aux droits de l’auteur et poursuivie comme telle devant les tribunaux. Diapositive n° 2 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

3 MEDAL Cours magistral Evaluation Références Contexte Exercices
Corrigés des exercices Etudes de cas Auto-évaluation Diapositive n° 3 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

4 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. informations fonctions PLAN comportements 1) Introduction 2) Notions de base Cours magistral 3) Normalisation et décomposition 4) Utilisation de relations - le modèle E-A-P 5) Conclusion - le modèle relationnel - les réseaux de PETRI - les modèles de traitement de Merise Diapositive n° 4 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

5 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. Cours magistral 1) Introduction 2) Notions de base 4) Utilisation de relations 2.1) Notions de domaine, d’attribut 2.2) Notion de relation 2.3) Notions de clés 2.4) Notion de dépendance 4.1) Mise en évidence 4.2) Implémentation 4.3) Algèbre relationnelle 3) Normalisation et décomposition 3.1) Normalisation 3.1.1) Intérêt de la normalisation 3.1.2) Formes normales 3.2) Décomposition 3.2.1) Notions complémentaires 3.2.2) Autres dépendances 3.2.3) Algorithmes de décomposition fonctionnelle PLAN 4FN maxi. 5) Conclusion multi-valuée Il y en a d’autres. Diapositive n° 5 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

6 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 0) Rappels Déjà vu : - dépendance multi-valuée, - décomposition, - relation, - couverture/fermeture, - attribut, - formes normales, - domaine, - normalisation, - dépendance fonctionnelle, - intérêt de la normalisation, - clé, - ... - ... Encore à découvrir : Diapositive n° 6 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

7 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 0) Rappels Tous les exemples de cette présentation sont tirés du même contexte, celui de la création d’une base de données entomologiques et philatéliques. 3 volets sont développés : - volet « animaux », - volet « observations », Contexte - volet « timbres ». Diapositive n° 7 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

8 Contexte (2) 0) Rappels M.E.D.A.L.
AVERTISSEMENT : Les informations contenues dans la base de données que nous évoquons ont été choisies sur des critères pédagogiques. L’entomologie est passée au second plan. Nous savons, par exemple, parfaitement que le nom vernaculaire d’un papillon ne peut, en général, pas servir de clé, tant les appellations locales sont nombreuses. Notre objectif n’est pas de faire de nos étudiants informaticiens de futurs Jean Henri Fabre, mais de les sensibiliser aux problèmes que l’on doit surmonter lorsque l’on conçoit une base de données. L’entomologie n’est, ici, qu’un moyen, aucunement un but. Jean Henri Fabre, entomologiste français, né en 1823 à Saint Leons, dans l’Aveyron. Célèbre comme écrivain vulgarisateur, il est l’auteur des Souvenirs entomologistes. Diapositive n° 8 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

9 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1) Normalisation Un des buts de la normalisation, avons-nous dit précédemment, est de passer d’une « grosse » relation à un ensemble de plus petites, plus « propres ». BDEP ( ) Ce passage se fait en respectant des règles. Il a un coût. Il peut rapporter « gros ». Ce passage peut être plus ou moins rapide, plus ou moins efficace. NORMALISATION TIMBRES ( ) OBSERVATIONS ( ) PAPILLONS ( ) 1FN 2FN 3FN 4FN + long, + coûteux + efficace, + propre X Diapositive n° 9 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

10 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation Si l’on fait tout ce travail, c’est parce qu’on va y gagner ! Normaliser une relation (ou un ensemble de relations), c’est éviter des problèmes : - de redondance, - de reconstruction, - de stockage. - ajout conditionnel d’informations, - suppression superflue d’informations, - modification répétitive d’informations Diapositive n° 10 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

11 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation redondance Considérons une extension de la relation PAPILLONS (sans les images, pour des raisons évidentes de place !). GENRE ESPECE NOM-VER NOM-D NAT-D COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon Linné Suédois L. 50 75 Papilionidae Plebejus argus Argus bleu-violet Linné Suédois L. 20 23 Lycaenidae Arctia caja Ecaille martre Linné Suédois L. 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre Linné Suédois L. 55 65 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix Linné Suédois L. 70 80 Sphingidae Dans ce tableau (bien entendu, nous l’avons choisi pour cela !), il y a 5 fois le fait que Carl Linné était suédois et que, dans la classification adoptée, son code est « L. ». Diapositive n° 11 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

12 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. Clé étrangère 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation X redondance Relation PAPILLONS1 GENRE ESPECE NOM-VER COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon L. 50 75 Papilionidae Arctia caja Ecaille martre 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre 55 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix 70 80 Sphingidae Plebejus argus Argus bleu-violet 20 23 Lycaenidae Relation ENTOMOS NOM-D NAT-D COD-D Linné Suédois L. Après normalisation, le système de tables n’aura plus que l’attribut Code-descripteur comme redondance. C’est ce que l’on pourrait appeler les coûts fixes. Le prix de la non-redondance, en quelque sorte. Diapositive n° 12 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

13 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation ajout conditionnel Reprenons l’extension précédente de la relation PAPILLONS. GENRE ESPECE NOM-VER NOM-D NAT-D COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon Linné Suédois L. 50 75 Papilionidae Plebejus argus Argus bleu-violet Linné Suédois L. 20 23 Lycaenidae Arctia caja Ecaille martre Linné Suédois L. 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre Linné Suédois L. 55 65 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix Linné Suédois L. 70 80 Sphingidae Supposons que l’on vienne à connaître l’existence d’un autre entomologiste, par exemple Johann Christian Fabricius, un danois vivant au 18e siècle. Diapositive n° 13 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

14 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation ajout conditionnel Nous ne pourrons enregistrer cette information que si l’on a au moins un papillon décrit par cet entomologiste. Parnassius phoebus F. ou Petit Apollon, papillon faisant entre 50 et 60 mm, décrit par le danois Fabricius. Animal mâle. Diapositive n° 14 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

15 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation ajout conditionnel X Relation PAPILLONS1 GENRE ESPECE NOM-VER COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon L. 50 75 Papilionidae Arctia caja Ecaille martre 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre 55 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix 70 80 Sphingidae Plebejus argus Argus bleu-violet 20 23 Lycaenidae Relation ENTOMOS NOM-D NAT-D COD-D Linné Suédois L. Fabricius Danois F. Après normalisation, le nouvel entomologiste sera enregistré avant même le premier papillon qu’il a décrit. La nouvelle structure est plus souple, les relations (et donc les ensembles d’attributs) plus indépendantes. Etape n° 1 Diapositive n° 15 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

16 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation ajout conditionnel X Relation PAPILLONS1 GENRE ESPECE NOM-VER COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon L. 50 75 Papilionidae Arctia caja Ecaille martre 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre 55 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix 70 80 Sphingidae Plebejus argus Argus bleu-violet 20 23 Lycaenidae Relation ENTOMOS NOM-D NAT-D COD-D Linné Suédois L. Fabricius Danois F. Parnassius phoebus Petit Apollon F. 50 60 Papilionidae Après normalisation, le nouvel entomologiste sera enregistré avant même le premier papillon qu’il a décrit. La nouvelle structure est plus souple, les relations (et donc les ensembles d’attributs) plus indépendantes. Etape n° 2 Diapositive n° 16 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

17 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation suppression superflue Reprenons notre extension favorite de la relation PAPILLONS et ajoutons-y l’information concernant Fabricius. GENRE ESPECE NOM-VER NOM-D NAT-D COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon Linné Suédois L. 50 75 Papilionidae Plebejus argus Argus bleu-violet Linné Suédois L. 20 23 Lycaenidae Arctia caja Ecaille martre Linné Suédois L. 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre Linné Suédois L. 55 65 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix Linné Suédois L. 70 80 Sphingidae Parnassius phoebus Petit Apollon Fabricius Danois F. 50 60 Papilionidae Supposons maintenant que ce papillon soit le seul de la base de données qui ait été décrit par Fabricius. Diapositive n° 17 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

18 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation suppression superflue Supprimer les informations concernant le papillon nous fait OBLIGATOIREMENT perdre celles sur l’entomologiste. GENRE ESPECE NOM-VER NOM-D NAT-D COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon Linné Suédois L. 50 75 Papilionidae Plebejus argus Argus bleu-violet Linné Suédois L. 20 23 Lycaenidae Arctia caja Ecaille martre Linné Suédois L. 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre Linné Suédois L. 55 65 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix Linné Suédois L. 70 80 Sphingidae Parnassius phoebus Petit Apollon Fabricius Danois F. 50 60 Papilionidae Fabricius est inconnu du système !! suppression papillon = suppression entomologiste !! Diapositive n° 18 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

19 X 3) Normalisation et décomposition M.E.D.A.L.
3.1.1) Intérêt de la normalisation suppression superflue X Relation PAPILLONS1 GENRE ESPECE NOM-VER COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon L. 50 75 Papilionidae Arctia caja Ecaille martre 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre 55 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix 70 80 Sphingidae Plebejus argus Argus bleu-violet 20 23 Lycaenidae Relation ENTOMOS NOM-D NAT-D COD-D Linné Suédois L. Fabricius Danois F. Parnassius phoebus Petit Apollon F. 50 60 Papilionidae Après normalisation, on pourra conserver les références du bonhomme tout en ayant enlevé celles de la bébête. On n’aura supprimé que ce qui était strictement nécessaire. Diapositive n° 19 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

20 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation modification répétitive Reprenons encore une fois (la dernière ???) l’extension de la relation PAPILLONS : GENRE ESPECE NOM-VER NOM-D NAT-D COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon Liné Suédois L. 50 75 Papilionidae Plebejus argus Argus bleu-violet Liné Suédois L. 20 23 Lycaenidae Arctia caja Ecaille martre Liné Suédois L. 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre Liné Suédois L. 55 65 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix Liné Suédois L. 70 80 Sphingidae Parnassius phoebus Petit Apollon Fabricius Danois F. 50 60 Papilionidae et supposons que nous ayons mal orthographié un nom de descripteur (tant qu’à faire, celui de Carl Linné). Diapositive n° 20 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

21 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation modification répétitive Rectifier cette erreur va nécessiter la modification de TOUTES les occurrences de la relation (de toutes les lignes de la table) correspondant à des papillons décrits par Carl Linné (ie. des milliers !!). GENRE ESPECE NOM-VER NOM-D NAT-D COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon Liné Suédois L. 50 75 Papilionidae Plebejus argus Argus bleu-violet Liné Suédois L. 20 23 Lycaenidae Arctia caja Ecaille martre Liné Suédois L. 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre Liné Suédois L. 55 65 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix Liné Suédois L. 70 80 Sphingidae Parnassius phoebus Petit Apollon Fabricius Danois F. 50 60 Papilionidae Diapositive n° 21 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

22 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation modification répétitive Rectifier cette erreur va nécessiter la modification de TOUTES les occurrences de la relation (de toutes les lignes de la table) correspondant à des papillons décrits par Carl Linné (ie. des milliers !!). GENRE ESPECE NOM-VER NOM-D NAT-D COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon Linné Suédois L. 50 75 Papilionidae Plebejus argus Argus bleu-violet Liné Suédois L. 20 23 Lycaenidae Arctia caja Ecaille martre Liné Suédois L. 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre Liné Suédois L. 55 65 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix Liné Suédois L. 70 80 Sphingidae Parnassius phoebus Petit Apollon Fabricius Danois F. 50 60 Papilionidae Diapositive n° 22 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

23 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation modification répétitive Rectifier cette erreur va nécessiter la modification de TOUTES les occurrences de la relation (de toutes les lignes de la table) correspondant à des papillons décrits par Carl Linné (ie. des milliers !!). GENRE ESPECE NOM-VER NOM-D NAT-D COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon Linné Suédois L. 50 75 Papilionidae Plebejus argus Argus bleu-violet Linné Suédois L. 20 23 Lycaenidae Arctia caja Ecaille martre Liné Suédois L. 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre Liné Suédois L. 55 65 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix Liné Suédois L. 70 80 Sphingidae Parnassius phoebus Petit Apollon Fabricius Danois F. 50 60 Papilionidae Diapositive n° 23 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

24 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation modification répétitive Rectifier cette erreur va nécessiter la modification de TOUTES les occurrences de la relation (de toutes les lignes de la table) correspondant à des papillons décrits par Carl Linné (ie. des milliers !!). GENRE ESPECE NOM-VER NOM-D NAT-D COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon Linné Suédois L. 50 75 Papilionidae Plebejus argus Argus bleu-violet Linné Suédois L. 20 23 Lycaenidae Arctia caja Ecaille martre Linné Suédois L. 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre Liné Suédois L. 55 65 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix Liné Suédois L. 70 80 Sphingidae Parnassius phoebus Petit Apollon Fabricius Danois F. 50 60 Papilionidae Diapositive n° 24 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

25 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation modification répétitive Rectifier cette erreur va nécessiter la modification de TOUTES les occurrences de la relation (de toutes les lignes de la table) correspondant à des papillons décrits par Carl Linné (ie. des milliers !!). GENRE ESPECE NOM-VER NOM-D NAT-D COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon Linné Suédois L. 50 75 Papilionidae Plebejus argus Argus bleu-violet Linné Suédois L. 20 23 Lycaenidae Arctia caja Ecaille martre Linné Suédois L. 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre Linné Suédois L. 55 65 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix Liné Suédois L. 70 80 Sphingidae Parnassius phoebus Petit Apollon Fabricius Danois F. 50 60 Papilionidae Diapositive n° 25 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

26 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.1) Intérêt de la normalisation modification répétitive Rectifier cette erreur va nécessiter la modification de TOUTES les occurrences de la relation (de toutes les lignes de la table) correspondant à des papillons décrits par Carl Linné (ie. des milliers !!). GENRE ESPECE NOM-VER NOM-D NAT-D COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon Linné Suédois L. 50 75 Papilionidae Plebejus argus Argus bleu-violet Linné Suédois L. 20 23 Lycaenidae Arctia caja Ecaille martre Linné Suédois L. 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre Linné Suédois L. 55 65 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix Linné Suédois L. 70 80 Sphingidae Parnassius phoebus Petit Apollon Fabricius Danois F. 50 60 Papilionidae Diapositive n° 26 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

27 X 3) Normalisation et décomposition M.E.D.A.L.
3.1.1) Intérêt de la normalisation modification répétitive X Relation PAPILLONS1 GENRE ESPECE NOM-VER COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon L. 50 75 Papilionidae Arctia caja Ecaille martre 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre 55 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix 70 80 Sphingidae Plebejus argus Argus bleu-violet 20 23 Lycaenidae Relation ENTOMOS NOM-D NAT-D COD-D Liné Suédois L. Fabricius Danois F. Parnassius phoebus Petit Apollon F. 50 60 Papilionidae Après normalisation, si erreur il y a, on pourra la rectifier en une seule écriture modificative. Le gain de temps peut être appréciable. Diapositive n° 27 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

28 X 3) Normalisation et décomposition M.E.D.A.L.
3.1.1) Intérêt de la normalisation modification répétitive X Relation PAPILLONS1 GENRE ESPECE NOM-VER COD-D MINI MAXI FAMILLE Papilio machaon Machaon L. 50 75 Papilionidae Arctia caja Ecaille martre 45 65 Arctiidae Xylena exsoleta Brunâtre 55 Noctuidae Hippotion celerio Phoenix 70 80 Sphingidae Plebejus argus Argus bleu-violet 20 23 Lycaenidae Relation ENTOMOS NOM-D NAT-D COD-D Linné Suédois L. Fabricius Danois F. Parnassius phoebus Petit Apollon F. 50 60 Papilionidae Après normalisation, si erreur il y a, on pourra la rectifier en une seule écriture modificative. Le gain de temps peut être appréciable. Diapositive n° 28 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

29 ≠ 3) Normalisation et décomposition M.E.D.A.L.
3.1.1) Intérêt de la normalisation reconstruction difficile Les problèmes de reconstruction surviennent lorsque, après fractionnement d’une relation à l’aide d’opérateurs tels la sélection ou la projection, on tente de reconstituer la relation d’origine. Dans certains cas, on ne retrouve pas cette relation d’origine ! Nous ne développerons pas davantage ce genre de problèmes. Diapositive n° 29 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

30 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. moins « pures » 3) Normalisation et décomposition 3.1.2) Formes normales Le concept même de forme normale d’une relation a été introduit par E.D. CODD, qui a proposé une classification des relations en 3 catégories (appelées formes normales) reposant sur la nature des dépendances fonctionnelles des relations. Cette classification a été, plus tard, enrichie. Toutes ces formes (il y en a maintenant 5) correspondent à des restrictions, de plus en plus fortes, pesant sur les dépendances. relations en 1FN relations en 2FN relations en 3FN relations en 3FNBCK relations en 4FN relations en 5FN plus « pures » Diapositive n° 30 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

31 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. pas d’attribut-relation 3) Normalisation et décomposition 3.1.2) Formes normales A priori, toute relation dont les attributs sont élémentaires est en première forme normale. 1FN pas de dépendance non-élémentaire Une relation est en deuxième forme normale si : - elle est en première forme normale, - tous ses attributs non-clés sont en dépendance fonctionnelle pleine avec la clé. 2FN Une relation est en troisième forme normale si : - elle est en deuxième forme normale, - tous ses attributs non-clés sont en dépendance fonctionnelle directe avec la clé. 3FN pas de dépendance transitive Diapositive n° 31 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

32 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.2) Formes normales pas de dépendance vers la clé Une relation est en troisième forme normale de Boyce-Codd-Kent si : - elle est en troisième forme normale, - chaque fois qu’une dépendance fonctionnelle non triviale de la relation R est vérifiée, alors sa source contient une clé de R. 3FNBCK ens. des attributs-clés x x ens. des attributs non clés Cette dépendance concrétise le fait que la relation n’est pas en 3FNBCK. Diapositive n° 32 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

33 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. voir, ci-après, paragraphe 3.2.2 3) Normalisation et décomposition 3.1.2) Formes normales Une relation est en quatrième forme normale si : - elle est en troisième forme normale, - chaque fois qu’une dépendance multi-valuée non triviale de la relation R est vérifiée, alors sa source contient une clé de R. 4FN attribut X attribut Y x x X Y A un élément de X correspond un sous-ensemble de Y. Diapositive n° 33 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

34 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.2) Formes normales pas dans ce cours Une relation est en cinquième forme normale si : - elle est en quatrième forme normale, - …... 5FN Les 3 premières formes normales sont les plus utilisées. Le processus de normalisation cherche le plus souvent à obtenir des relations en troisième forme normale. Il existe certes des processus automatisés qui vont au-delà et produisent des relations encore plus « pures ». Diapositive n° 34 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

35 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.1.2) Formes normales Pour déterminer si une relation est en première, deuxième ou troisième forme normale, il suffit de se poser 2 questions : Q1 : Y-a-t-il une dépendance non élémentaire ? OUI NON 1FN 2FN 3FN Q1 Q2 Q2 : Y-a-t-il une dépendance non directe ? et de se servir des réponses à ces questions pour « lire » le tableau ci-contre : NB : répondre NON à l’une de ces questions impose de passer en revue TOUTES les dépendances. Diapositive n° 35 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

36 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. voir, ci-après, paragraphe 3.2.1 3) Normalisation et décomposition 3.1.2) Formes normales Ce questionnement, toutefois, ne se fait pas sans préparation. Il faut : 1) réduire l’ensemble des dépendances à sa plus simple expression (on obtient alors ce que l’on appelle la couverture minimale) ; Recette 1) travailler jusqu’à réduction complète 2) choisir, parmi les clés candidates de la relation, celle qui sera LA clé ; 2) sélectionner une bonne clé 3) incorporer les dépendances entre la clé et les autres attributs. 3) augmenter l’ensemble des dépendances obtenu au point 1 de toutes celles qui sont déduites du choix de la clé. … après (et SEULEMENT après) on peut se poser les 2 questions. Diapositive n° 36 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

37 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.1) Notions complémentaires Le processus de normalisation fait intervenir des mécanismes qui agissent sur un ensemble réduit de dépendances. Cette réduction est obtenue par dérivation, par application de règles de transformation. PRINCIPE : on enlève toute dépendance que l’on peut retrouver en appliquant une série de règles de dérivation. CONTRAINTE : on garde toute dépendance qui permet de retrouver une dépendance qui a été enlevée en accord avec le principe précédent. Diapositive n° 37 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

38 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.1) Notions complémentaires Réflexivité Il existe 6 règles ; 3 sont des axiomes ; 3 sont calculables. RD01 Si X  Y  U, alors Y X Augmentation Qui peut le plus peut le moins ! RD02 Si X Y et Z  W  U, alors X, W Y, Z Quand on en a assez, on en a assez. Plus, c’est trop ! RD03 Si X Y et Y Z, alors X Z Passes à ton voisin ! Transitivité Diapositive n° 38 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

39 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.1) Notions complémentaires pseudo-transitivité RD04 Si X Y et Y, W Z, alors X, W Z Soient les dépendances suivantes : df1 : X Y df2 : Y, W Z En augmentant df1, on obtient (ceci est possible car W  W) : df3 : X, W Y, W. Par transitivité sur df3 et df2, on obtient : df4 : X,W Z. CQFD ! Diapositive n° 39 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

40 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.1) Notions complémentaires union RD05 Si X Y et X Z, alors X Y, Z Soient les dépendances suivantes : df1 : X Y df2 : X Z En augmentant df1, on obtient (ceci est possible car X  X) : df3 : X X, Y En augmentant df2, on obtient (ceci est possible car Y  Y) : df4 : X, Y X, Z Par transitivité sur df3 et df4, on obtient : df5 : X Y, Z. CQFD ! Diapositive n° 40 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

41 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.1) Notions complémentaires décomposition RD06 Si X Y et Z  Y, alors X Z Soit la dépendance suivante : df1 : X Y Par réflexivité, on obtient df2 : Y Z, si Z  Y. Par transitivité sur df1 et df2, on obtient : df3 : X Z, si Z  Y. CQFD ! Diapositive n° 41 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

42 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.1) Notions complémentaires fermeture ensemble de dépendances fonctionnelles couverture minimale règles de dérivation appliquées X fois Diapositive n° 42 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

43 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.1) Notions complémentaires si UNIQUEMENT transitivité et pseudo-transitivité fermeture transitive ensemble de dépendances fonctionnelles couverture minimale règles de dérivation appliquées X fois Diapositive n° 43 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

44 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.1) Notions complémentaires Il peut y en avoir plusieurs !! Pour calculer UNE couverture minimale, il suffit d’appliquer « l’algorithme » suivant : Recette 1) « simplifier » les parties droites des dépendances 1) casser en morceaux 2) supprimer les « doublons » 2) supprimer les dépendances que l’on peut obtenir par calcul à partir des autres. 3) recommencer jusqu’à plus soif … à la fin, on obtient un ensemble qui n’évolue plus … « la » couverture minimale. Diapositive n° 44 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

45 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.2) Autres dépendances Il existe de nombreuses autres dépendances : - dépendances multi-valuées, - dépendances produits, - dépendances hiérarchiques, - ... Seules les dépendances multi-valuées sont présentées dans ce cours. Nous renvoyons le lecteur qui voudrait comprendre comment « marchent » les autres à la bibliographie. Diapositive n° 45 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

46 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.2) Autres dépendances Une dépendance multi-valuée est une généralisation d’une dépendance fonctionnelle. A chaque élément de l’ensemble de départ correspond un sous-ensemble de l’ensemble d’arrivée. Attribut X Attribut Y x x X Y A un élément de X correspond un sous-ensemble de Y. Diapositive n° 46 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

47 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.2) Autres dépendances Cette dépendance, plus difficile à appréhender, traduit l’existence, entre deux ensembles d’attributs, d’une association qui ne dépend que de ces deux ensembles. Prenons un exemple. Soit la relation suivante : CHENILLES (Famille, Genre, Espèce, Plante, Taille moyenne) Supposons un instant que TOUTES les chenilles d’une même famille mangent, TOUTES, la même série de plantes. Il y a une association entre Famille et Plante qui ne dépend QUE d’eux. Il y a donc une dépendance multi-valuée entre Famille et Plante. Famille Plante Diapositive n° 47 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

48 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.2) Autres dépendances Si notre hypothèse ne tient pas et si, au sein d’une même famille, certains genres mangent un groupe de plantes et d’autres un autre groupe, alors il n’y a pas de dépendance multi-valuée entre Famille et Plante. Supposons alors que TOUTES les chenilles d’une même genre mangent, TOUTES, la même série de plantes. Il y a alors association entre Genre et Plante, qui ne dépend QUE d’eux. Il y a donc une dépendance multi-valuée entre Genre et Plante. Genre Plante Diapositive n° 48 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

49 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.2) Autres dépendances La relation CHENILLES, avec la première hypothèse (dépendance multi-valuée entre Famille et Plante), a les mêmes problèmes qu’une relation non normalisée. Elle contient notamment des informations redondantes : GENRE ESPECE PLANTE T-MOY FAMILLE Pieridae Papilionidae Colias Pieris Iphiclides Hyale Napi Crocea Podalirius Trèfle Luzerne Sorbier 50 80 60 45 NB : cet exemple est faux (entomologiquement parlant) ; il a été choisi pour des raisons pédagogiques. Diapositive n° 49 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

50 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.2) Autres dépendances Après normalisation, l’association entre Famille et Plante sera « stockée » dans une relation MANGENT : CHENILLES1 (Famille, Genre, Espèce, Taille moyenne) GENRE ESPECE T-MOY FAMILLE Pieridae Papilionidae Colias Pieris Iphiclides hyale napi podalirius crocea 50 80 45 60 PLANTE FAMILLE Pieridae Papilionidae Trèfle Sorbier Luzerne MANGENT (Famille, Plante) Diapositive n° 50 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

51 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.2) Autres dépendances Complémentation De nouvelles règles de dérivation, spécifiques aux dépendances multi-valuées, sont nécessaires. RD07 Si X Y, alors X U - (X, Y) Réflexivité RD08 Si Y  X, alors X Y RD09 Si V  W et X Y, alors X, W Y, V Augmentation Diapositive n° 51 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

52 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.2) Autres dépendances Transitivité RD10 Si X Y et Y Z, alors X Z Pseudo-transitivité RD11 Si X Y et Y, W Z, alors X, W Z - (Y, W) Union RD12 Si X Y et X Z, alors X Y, Z Si X Y et X Z, alors X Y - Z X Z - Y X Y  Z RD13 Décomposition Diapositive n° 52 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

53 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.2) Autres dépendances Il y a, enfin, des liens entre fonctionnelles et multi-valuées. RD14 Si X Y, alors X Y RD15 Si X Y et Y Z’, avec Z’  Z et Y  Z = {}, alors X Z’ RD16 Si X Y et X, Y Z, alors X Z - Y Diapositive n° 53 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

54 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Normaliser une relation, c’est la casser en relations plus petites, respectant des propriétés. Ce morcellement peut se faire de plusieurs façons, « gratuitement » ou en « payant ». Le prix à payer est une perte de certaines dépendances et éventuellement une perte du contenu de la base. Nous présentons, ici, deux algorithmes, un qui s’appuie sur les dépendances fonctionnelles, un qui prend appui sur les dépendances multi-valuées. Algorithme de décomposition Diapositive n° 54 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

55 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Soit un schéma de relation R = <U, F>, où F est constitué uniquement de dépendances fonctionnelles. 1) simplifier chaque élément de F (par décomposition). Soit F1 l’ensemble obtenu. Recette 2) réduire au maximum F1. Soit F2 l’ensemble obtenu. 1) casser en morceaux 3) partitionner F2 en sous-ensembles de dépendances ayant même partie gauche. 2) réduire au maximum 3) faire des petits « tas » 4) pour chaque sous-ensemble, construire un schéma de relation Ri =<Xi, Fi>, où Xi est l’ensemble des attributs apparaissant dans Fi. Diapositive n° 55 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

56 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Soit la relation : PAPILLONS (Famille, Genre, Espèce, Nom-Ver, Nom-D, Nat-D, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle) avec les dépendances fonctionnelles suivantes : df1 Famille, Genre, Espèce Nom-Ver, Nom-D, Nat-D, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle df2 Nom-Ver Famille, Genre, Espèce, Nom-D, Nat-D, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle df3 Cod-D Nom-D, Nat-D un premier exemple Diapositive n° 56 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

57 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Etape n° 1 : calcul de la couverture minimale Nom-Ver Famille Nom-Ver Mâle Nom-Ver Genre Nom-Ver Femelle Nom-Ver Espèce Cod-D Nom-D Nom-Ver Cod-D Cod-D Nat-D Nom-Ver Mini Famille, Genre, Espèce Nom-Ver Nom-Ver Maxi Il y en a au moins une autre. Diapositive n° 57 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

58 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Etape n° 1 : calcul de la couverture minimale Nom-Ver Famille Famille, Genre, Espèce Mâle Nom-Ver Genre Famille, Genre, Espèce Femelle Nom-Ver Espèce Cod-D Nom-D Famille, Genre, Espèce Cod-D Cod-D Nat-D Famille, Genre, Espèce Mini Famille, Genre, Espèce Nom-Ver Famille, Genre, Espèce Maxi autre solution Diapositive n° 58 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

59 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Etape n° 2 : choix de la clé Nom-Ver Ce choix génère les dépendances fonctionnelles suivantes : Nom-Ver Nom-D 2FN Nom-Ver Nat-D Famille, Genre, Espèce Ce choix génère les dépendances fonctionnelles suivantes : Famille, Genre, Espèce Nom-D 2FN Famille, Genre, Espèce Nat-D Diapositive n° 59 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

60 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Etape n° 3 : regroupement (avec Nom-Ver comme clé) Nom-Ver Famille Nom-Ver Mâle Nom-Ver Genre Nom-Ver Femelle Nom-Ver Espèce Cod-D Nom-D Nom-Ver Cod-D Cod-D Nat-D Nom-Ver Mini Famille, Genre, Espèce Nom-Ver Nom-Ver Maxi Diapositive n° 60 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

61 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Etape n° 3 : regroupement (avec Nom-Ver comme clé) ENTOMOS Nom-Ver Famille Nom-Ver Mâle Nom-Ver Genre Nom-Ver Femelle Nom-Ver Espèce Cod-D Nom-D Nom-Ver Cod-D Cod-D Nat-D Nom-Ver Mini Famille, Genre, Espèce Nom-Ver Nom-Ver Maxi PAPILLONS1 COMMUNS Diapositive n° 61 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

62 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Etape n° 4 : constitution des schémas de relation ENTOMOS Nom-Ver Famille Nom-Ver Mâle Nom-Ver Genre Nom-Ver Femelle Nom-Ver Espèce Cod-D Nom-D Nom-Ver Cod-D Cod-D Nat-D Nom-Ver Mini Famille, Genre, Espèce Nom-Ver Nom-Ver Maxi PAPILLONS1 (Nom-Ver, Famille, Genre, Espèce, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle) COMMUNS Diapositive n° 62 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

63 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse ENTOMOS (Cod-D, Nom-D, Nat-D) Etape n° 4 : constitution des schémas de relation Nom-Ver Famille Nom-Ver Mâle Nom-Ver Genre Nom-Ver Femelle Nom-Ver Espèce Cod-D Nom-D Nom-Ver Cod-D Cod-D Nat-D Nom-Ver Mini Famille, Genre, Espèce Nom-Ver Nom-Ver Maxi PAPILLONS1 (Nom-Ver, Famille, Genre, Espèce, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle) COMMUNS Diapositive n° 63 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

64 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse ENTOMOS (Cod-D, Nom-D, Nat-D) Etape n° 4 : constitution des schémas de relation Nom-Ver Famille Nom-Ver Mâle Nom-Ver Genre Nom-Ver Femelle Nom-Ver Espèce Cod-D Nom-D Nom-Ver Cod-D Cod-D Nat-D Nom-Ver Mini Famille, Genre, Espèce Nom-Ver Nom-Ver Maxi PAPILLONS1 (Nom-Ver, Famille, Genre, Espèce, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle) COMMUNS (Famille, Genre, Espèce, Nom-Ver) Diapositive n° 64 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

65 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Etape n° 5 : finitions La dernière étape consiste à regrouper en une seule relation toutes celles qui sont définies sur le même ensemble d’attributs. Ceci concerne COMMUNS et PAPILLONS1. Le résultat final est donc : PAPILLONS1 (Nom-Ver, Famille, Genre, Espèce, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle) ENTOMOS (Cod-D, Nom-D, Nat-D) en 3FN, seulement en 3FNBCK Diapositive n° 65 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

66 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Etape n° 5 : finitions Il reste enfin à exprimer (s’il y en a) les contraintes d’intégrité référentielle qui, comme leur nom l’indique, contraignent les valeurs prises par une clé étrangère à appartenir à l’ensemble des valeurs prises par une clé primaire d’une autre relation. PAPILLONS1 (Nom-Ver, Famille, Genre, Espèce, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle) ENTOMOS (Cod-D, Nom-D, Nat-D) contrainte d’intégrité référentielle Diapositive n° 66 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

67 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Soit la relation : CHENILLES (Famille, Genre, Espèce, Plante, Taille moyenne) avec la dépendance fonctionnelle suivante : Pour l’algorithme de synthèse, seule la dépendance fonctionnelle sera prise en compte. df1 Famille, Genre, Espèce Taille moyenne et la dépendance multi-valuée ci-après : dm1 Famille Plante un second exemple Diapositive n° 67 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

68 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Etape n° 1 : calcul de la couverture minimale Famille, Genre, Espèce Taille moyenne Etape n° 2 : choix de la clé Famille, Genre, Espèce, Plante Ce choix génère la dépendance fonctionnelle suivante : Famille, Genre, Espèce, Plante Taille moyenne 1FN Diapositive n° 68 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

69 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Etapes n° 3 et 4 : regroupement et constitution des schémas de relation Famille, Genre, Espèce Taille moyenne Dans la mesure où l’on a « perdu » la clé de la relation ({Famille, Genre, Espèce, Plante} n’est dans aucune relation), il faut rajouter une relation pour la stocker. CHENILLES (Famille, Genre, Espèce, Taille moyenne) MANGENT (Famille, Genre, Espèce, Plante) Algorithme de synthèse complet Diapositive n° 69 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

70 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de synthèse Etape n° 5 : finitions CHENILLES (Famille, Genre, Espèce, Taille moyenne) MANGENT (Famille, Genre, Espèce, Plante) Ces deux relations sont en 3FNBCK. Sphinx ligustri L. ou Sphinx du troène, chenille dévorant une feuille contrainte d’intégrité référentielle Diapositive n° 70 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

71 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de décomposition L’algorithme de décomposition prend « appui » sur les dépendances multi-valuées. Les dépendances fonctionnelles, s’il y en a, sont traitées comme suit : - soit elles sont transformées en multi-valuées (grâce à la règle de dérivation RD14) ; - soit elles migrent dans un des schémas de relation résultant de la décomposition qui est en 4FN. Diapositive n° 71 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

72 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de décomposition Le principe est le suivant : Le schéma de relation est cassé en deux morceaux, en utilisant une dépendance multi-valuée, le premier morceau contenant tous les attributs de la dépendance multi-valuée, le second « gardant » les autres plus la clé de la dépendance. Cette dichotomie recommence sur les deux morceaux obtenus jusqu’à ce que : - soit tous les morceaux obtenus soient en 4FN ; - soit l’ensemble des dépendances soit vide. Diapositive n° 72 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

73 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de décomposition Soit un schéma de relation R = <U, F>, où F est constitué de dépendances fonctionnelles et de dépendances multi-valuées. 1) S := R 2) pour chaque schéma T = <X, D> de S, non en 4FN faire prendre une dépendance multi-valuée W V, avec V  D, tel que W ne contienne pas de clé de X remplacer T par 2 schémas S1 et S2 S1 = <{W, V}, D1> et S2 =<{X-V}, D2> D1 et D2 étant dérivés de la fermeture de D Recette 1) initialiser 2) casser en 2 jusqu’à la fin 3) supprimer les doublons. 3) éliminer les doublons Diapositive n° 73 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

74 3) Normalisation et décomposition
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Algorithme de décomposition Appliqué à la relation CHENILLES, cet algorithme donne le résultat suivant : CHENILLES (Famille, Genre, Espèce, Plante, Taille moyenne) Famille Plante CHENILLES1 (Famille, Genre, Espèce, Taille moyenne) MANGENT (Famille, Plante) Famille, Genre, Espèce Taille moyenne Famille Plante Diapositive n° 74 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

75 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. 3) Normalisation et décomposition 3.2.3) Algorithmes de décomposition Tableau comparatif Algorithme Type de dépendance Normalité des dépendances du contenu Préservation synthèse fonctionnelle 3FN voire 3FNBCK oui éventuellement décomposition fonctionnelle, multi-valuée, hiérarchique, produit et 4FN Diapositive n° 75 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

76 IUP MIAGE - Université de NANTES
M.E.D.A.L. A suivre : - définition des relations - mise en évidence des dépendances, - choix des attributs, - algèbre relationnelle, - intérêt d’un SGBD vs un tableur style Excel, - introduction aux modèles conceptuels, - ... entracte (bis) Diapositive n° 76 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY

77 Bibliographie (sommaire)
M.E.D.A.L. Bibliographie (sommaire) la référence :-) P. ANDRE, A. VAILLY, « Conception des systèmes d’information ; Panorama des méthodes et des techniques », Editions Ellipses, janvier 2001, ISBN X M. ADIBA, C. DELOBEL, « Bases de données et systèmes relationnels », Editions Dunod, Collection Informatique, 1982, ISBN Pour compléter la formation ... Diapositive n° 77 IUP MIAGE - Université de NANTES Alain VAILLY


Télécharger ppt "Module d’Enseignement à Distance pour l’Architecture Logicielle"

Présentations similaires


Annonces Google