La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Motbis Paris, le 30 janvier 2007. Un langage documentaire Au service de lEducation Nationale depuis 1989. Au service de lEducation Nationale depuis 1989.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Motbis Paris, le 30 janvier 2007. Un langage documentaire Au service de lEducation Nationale depuis 1989. Au service de lEducation Nationale depuis 1989."— Transcription de la présentation:

1 Motbis Paris, le 30 janvier 2007

2 Un langage documentaire Au service de lEducation Nationale depuis Au service de lEducation Nationale depuis Elaboré et maintenu par le SCEREN avec la collaboration denseignants, dexperts et de documentalistes. Elaboré et maintenu par le SCEREN avec la collaboration denseignants, dexperts et de documentalistes.

3 Histoire et collaborations… Motbis a été élaboré à partir de langages existants dans le système éducatif français - Thélyce, Mémobase - mais aussi à partir du vocabulaire Eudised (devenu depuis « Thésaurus Européen de lÉducation ») ou les vedettes matières RAMEAU. Motbis a été élaboré à partir de langages existants dans le système éducatif français - Thélyce, Mémobase - mais aussi à partir du vocabulaire Eudised (devenu depuis « Thésaurus Européen de lÉducation ») ou les vedettes matières RAMEAU. Motbis est le résultat dun travail collectif du réseau SCEREN [CNDP- CRDP], relayé par des documentalistes de lycées et de collèges, mené également, lors de ses différentes versions, en collaboration étroite avec des partenaires extérieurs tels que le Centre national dÉtudes et de Formation de lEnfance Inadaptée, lInstitut National de Recherche Pédagogique, le Centre National dÉtudes et de Ressources en Technologie Avancée, lEcole Supérieure de lEducation Nationale (ex- DPATE-D) le Réseau National de Ressources en Sciences Médico- Sociales, en liaison avec le Bureau Van Dijk et le cabinet Assistance et Techniques Documentaires Motbis est le résultat dun travail collectif du réseau SCEREN [CNDP- CRDP], relayé par des documentalistes de lycées et de collèges, mené également, lors de ses différentes versions, en collaboration étroite avec des partenaires extérieurs tels que le Centre national dÉtudes et de Formation de lEnfance Inadaptée, lInstitut National de Recherche Pédagogique, le Centre National dÉtudes et de Ressources en Technologie Avancée, lEcole Supérieure de lEducation Nationale (ex- DPATE-D) le Réseau National de Ressources en Sciences Médico- Sociales, en liaison avec le Bureau Van Dijk et le cabinet Assistance et Techniques Documentaires

4 Rappel de définitions… Thésaurus [1] Langage documentaire fondé sur une structuration hiérarchisée dun ou plusieurs domaines de la connaissance et dans lequel les notions sont représentées par des termes dune ou plusieurs langues naturelles et les relations entre notions par des signes conventionnels. [1] Langage documentaire fondé sur une structuration hiérarchisée dun ou plusieurs domaines de la connaissance et dans lequel les notions sont représentées par des termes dune ou plusieurs langues naturelles et les relations entre notions par des signes conventionnels. [1] Association française de normalisation, Vocabulaire de la documentation. - Afnor, (Les Dossiers de la normalisation) ISBN [2] Un thésaurus est une liste dautorité organisée de descripteurs et de non descripteurs obéissant à des règles terminologiques propres et reliés entre eux par des relations sémantiques (hiérarchiques, associatives ou déquivalence). Cette liste sert à traduire en un langage artificiel dépourvu dambiguïté des notions exprimées en langage naturel. [2] Un thésaurus est une liste dautorité organisée de descripteurs et de non descripteurs obéissant à des règles terminologiques propres et reliés entre eux par des relations sémantiques (hiérarchiques, associatives ou déquivalence). Cette liste sert à traduire en un langage artificiel dépourvu dambiguïté des notions exprimées en langage naturel. [2] Association française de normalisation NF Z , décembre Règles d'établissement des thésaurus monolingues.In : Documentation. Tome 1 : présentation des publications, traitement documentaire et gestion de bibliothèques. - 6e édition. - Paris-La-Défense : Afnor, p : 8. Vocabulaire ISBN X

5 Évolutions du thésaurus

6 Depuis Motbis 2006 Le thésaurus Motbis fait lobjet dévolutions annuelles. Ses versions successives comportent désormais un millésime correspondant à lannée civile en cours Le thésaurus Motbis fait lobjet dévolutions annuelles. Ses versions successives comportent désormais un millésime correspondant à lannée civile en cours Le principe est de refléter le plus fidèlement possible lévolution des connaissances dans un domaine, les intérêts et les besoins des usagers et de combler les lacunes conceptuelles et terminologiques qui peuvent subsister. Le principe est de refléter le plus fidèlement possible lévolution des connaissances dans un domaine, les intérêts et les besoins des usagers et de combler les lacunes conceptuelles et terminologiques qui peuvent subsister. Cette version comprend également la correction des erreurs typographiques ou autres qui se sont insérées dans la version précédente du thésaurus. Cette version comprend également la correction des erreurs typographiques ou autres qui se sont insérées dans la version précédente du thésaurus. La version 2007 ne propose pas, comme la version 2006, de nouveau subthésaurus spécialisé destiné à un public particulier. Mais larticulation du noyau commun Motbis 2007 et du subthésaurus agricole Thesagri demeure. La version 2007 ne propose pas, comme la version 2006, de nouveau subthésaurus spécialisé destiné à un public particulier. Mais larticulation du noyau commun Motbis 2007 et du subthésaurus agricole Thesagri demeure.

7 Motbis 2007 Ses modifications consistent donc en : lajout après examen, de nouveaux termes : descripteurs pour de nouveaux concepts nécessaires, non-descripteurs pour augmentation des entrées lajout après examen, de nouveaux termes : descripteurs pour de nouveaux concepts nécessaires, non-descripteurs pour augmentation des entrées lajout de relations associatives lajout de relations associatives la mise à jour des données concernant les identificateurs en liste annexe la mise à jour des données concernant les identificateurs en liste annexe le traitement des intitulés de certains descripteurs ambigus le traitement des intitulés de certains descripteurs ambigus la correction des erreurs résiduelles repérées (coquilles…) de la version 2006 la correction des erreurs résiduelles repérées (coquilles…) de la version 2006

8 Organisation actuelle Au sein de la division Ingénierie éducative et documentaire, le groupe de projet Motbis assure : lorganisation et la programmation de la maintenance pour chaque nouvelle version lorganisation et la programmation de la maintenance pour chaque nouvelle version la rédaction des documents de travail et des documents de synthèse soumis aux différents intervenants du projet la rédaction des documents de travail et des documents de synthèse soumis aux différents intervenants du projet lintégrité et la cohésion du produit final lintégrité et la cohésion du produit final la coordination technique de la mise en production de la nouvelle version la coordination technique de la mise en production de la nouvelle version la gestion et la mise à jour du site la gestion et la mise à jour du site lactualisation de linterface de consultation en ligne de Motbis lactualisation de linterface de consultation en ligne de Motbis

9 Un comité dorientation et des groupes de travail Le comité dorientation MOTBIS a un rôle scientifique de validation des objectifs et du contenu conceptuel et terminologique des versions du thésaurus Le comité dorientation MOTBIS a un rôle scientifique de validation des objectifs et du contenu conceptuel et terminologique des versions du thésaurus Il se réunit 2 fois par an : Il se réunit 2 fois par an : pour validation des objectifs de la nouvelle version pour validation des objectifs de la nouvelle version pour relecture et validation finale du contenu pour relecture et validation finale du contenu Il est composé de personnes – ressources utilisateurs potentiels de la nouvelle version en développement. Il est composé de personnes – ressources utilisateurs potentiels de la nouvelle version en développement. Les membres représentants du réseau SCEREN ont une voix participative (décisionnelle) en tant que copropriétaires du thésaurus : Les membres représentants du réseau SCEREN ont une voix participative (décisionnelle) en tant que copropriétaires du thésaurus : Représentant de lInteracadémique dIle-de-France : Marie- France Brézault Représentant de lInteracadémique dIle-de-France : Marie- France Brézault Représentant de lInteracadémique du Nord Est : Isabelle Berteloot Représentant de lInteracadémique du Nord Est : Isabelle Berteloot Représentant de lInteracadémique dOutre-Mer : Claudette Braconne (éventuellement remplacée par Frédérique Péaud) Représentant de lInteracadémique dOutre-Mer : Claudette Braconne (éventuellement remplacée par Frédérique Péaud) Représentant de lInteracadémique de lOuest : Marie-Hélène Grisaud (éventuellement remplacée par Michèle Briziou ou par Séverine Autret) Représentant de lInteracadémique de lOuest : Marie-Hélène Grisaud (éventuellement remplacée par Michèle Briziou ou par Séverine Autret) Représentant de lInteracadémique du Sud Ouest : Dominique Tascher Représentant de lInteracadémique du Sud Ouest : Dominique Tascher Représentant de lInteracadémique du Sud Est : Claudine Vidal (éventuellement remplacée par Anne Bernardini ou Carmela RIGOUT) Représentant de lInteracadémique du Sud Est : Claudine Vidal (éventuellement remplacée par Anne Bernardini ou Carmela RIGOUT) Membres de la Direction des Ressources et des Technologies : Membres de la Direction des Ressources et des Technologies : Jérôme Bertonèche (Directeur-Adjoint) Jérôme Bertonèche (Directeur-Adjoint) Térésa Brémand (Groupe de projet) Térésa Brémand (Groupe de projet) François Feyler (Groupe de projet) François Feyler (Groupe de projet) Sandrine Jambert (Groupe de projet) Sandrine Jambert (Groupe de projet) Les membres suivants ont une voix consultative : Les membres suivants ont une voix consultative : Expert : Sylvie Dalbin (Assistance & Techniques documentaires) Expert : Sylvie Dalbin (Assistance & Techniques documentaires) Représentant de lENESAD-CNERTA : Katell Collet Représentant de lENESAD-CNERTA : Katell Collet Représentant du CNED : Marie-Claire Gravey Représentant du CNED : Marie-Claire Gravey Représentant de lESEN : Nicole Siebert-Taabni Représentant de lESEN : Nicole Siebert-Taabni Représentant IUFM : Anne Lehmans (IUFM dAquitaine) Représentant IUFM : Anne Lehmans (IUFM dAquitaine) Représentant CDI Collège : Sabine Dosière (Collège Pablo Neruda – Wattrelos) Représentant CDI Collège : Sabine Dosière (Collège Pablo Neruda – Wattrelos) Représentant CDI Lycée : Jean-Marc Rochette (LEGT – LEP Jacob Holtzer – Firminy) Représentant CDI Lycée : Jean-Marc Rochette (LEGT – LEP Jacob Holtzer – Firminy) DRT : Sylvie Moussaoui DRT : Sylvie Moussaoui

10 Chaque membre du comité dorientation a en charge de : lire tous les documents préparatoires aux réunions et faire part de ses commentaires éventuels lire tous les documents préparatoires aux réunions et faire part de ses commentaires éventuels donner son avis sur les objectifs proposés pour la nouvelle version, notamment par rapport aux attentes des usagers potentiels quant au contenu du thésaurus donner son avis sur les objectifs proposés pour la nouvelle version, notamment par rapport aux attentes des usagers potentiels quant au contenu du thésaurus donner son avis sur les propositions pour la nouvelle version émanant du groupe de projet donner son avis sur les propositions pour la nouvelle version émanant du groupe de projet valider les modifications apportées à la nouvelle version valider les modifications apportées à la nouvelle version rédiger des propositions alternatives le cas échéant rédiger des propositions alternatives le cas échéant avant la production finale du thésaurus relire et vérifier lorthographe, la forme des termes, lintégrité des termes avant la production finale du thésaurus relire et vérifier lorthographe, la forme des termes, lintégrité des termes

11 Quelques orientations: En continuité avec les objectifs de la version 2006 de Motbis, le travail de désambiguïsation des descripteurs doit être poursuivi. En continuité avec les objectifs de la version 2006 de Motbis, le travail de désambiguïsation des descripteurs doit être poursuivi. Pour lever lambiguïté de deux homonymes, il semble essentiel dajouter un qualificatif à chacun des termes homonymes. Labsence de qualificatif à lun des termes laisse toute lambiguïté à ce concept pour un utilisateur ne connaissant pas (ou ne songeant pas à) lexistant du 2ème homonyme. Pour lever lambiguïté de deux homonymes, il semble essentiel dajouter un qualificatif à chacun des termes homonymes. Labsence de qualificatif à lun des termes laisse toute lambiguïté à ce concept pour un utilisateur ne connaissant pas (ou ne songeant pas à) lexistant du 2ème homonyme. Sur le choix du terme préférentiel, la notion de terme précis est apparue dans le sens de terme le plus juste. Ce terme peut être le terme scientifique, le terme courant ou vernaculaire. Le choix du concept le plus usité et du terme le plus usuel semble le plus opportun. Sur le choix du terme préférentiel, la notion de terme précis est apparue dans le sens de terme le plus juste. Ce terme peut être le terme scientifique, le terme courant ou vernaculaire. Le choix du concept le plus usité et du terme le plus usuel semble le plus opportun.

12 En 2007 Ajout de relations associatives pour Motbis 2007 lajout de relations associatives concerne plus particulièrement les champs sémantiques suivants : 1135 phénomènes naturels et physiques 1135 phénomènes naturels et physiques 1310 physique 1310 physique 1325 éléments et composés chimiques 1325 éléments et composés chimiques 1535 accidents et maladies 1535 accidents et maladies 3335 machines et éléments de machines 3335 machines et éléments de machines 3505 technologie 3505 technologie

13 Les candidats descripteurs proposés pour la version 2007 sont le résultat de la collecte du champ mots-clés libres des bases internes au réseau SCEREN : BNPR, Callimaque, … du champ mots-clés libres des bases internes au réseau SCEREN : BNPR, Callimaque, … des propositions issues du travail de conception dOTAREN des propositions issues du travail de conception dOTAREN des suggestions reçues via le site motbis.fr des suggestions reçues via le site motbis.fr des suggestions reçues via les listes de diffusion des suggestions reçues via les listes de diffusion

14 Quelques critères : Seuls les termes qui représentent nécessairement de nouvelles notions peuvent être ajoutés. Seuls les termes qui représentent nécessairement de nouvelles notions peuvent être ajoutés. Les termes nouveaux exprimant des notions déjà présentes dans le thésaurus doivent figurer en non descripteur. Les termes nouveaux exprimant des notions déjà présentes dans le thésaurus doivent figurer en non descripteur. Les termes nouveaux qui expriment des notions plus spécifiques doivent figurer également en non descripteurs (tout au moins pour le noyau commun) Les termes nouveaux qui expriment des notions plus spécifiques doivent figurer également en non descripteurs (tout au moins pour le noyau commun) Toutefois si la liste de non descripteurs grossit considérablement, on peut envisager après réflexion, lajout de descripteurs plus spécifiques. Toutefois si la liste de non descripteurs grossit considérablement, on peut envisager après réflexion, lajout de descripteurs plus spécifiques.

15 Les types de modification possibles : la modification simple dun descripteur, sans implication pour la structure conceptuelle du thésaurus : le nouveau descripteur représente la même notion que lancien la modification simple dun descripteur, sans implication pour la structure conceptuelle du thésaurus : le nouveau descripteur représente la même notion que lancien la transformation dun descripteur en non descripteur : il est nécessaire danalyser les relations sémantiques établies pour lancien descripteur, pour évaluer leur pertinence en rapport avec le nouveau descripteur. la transformation dun descripteur en non descripteur : il est nécessaire danalyser les relations sémantiques établies pour lancien descripteur, pour évaluer leur pertinence en rapport avec le nouveau descripteur. Mais lorsquun nouveau terme est ajouté au lexique, on doit immédiatement apporter les corrections nécessaires à tous les descripteurs auquel il est relié sémantiquement ( liens déquivalence (EP/EM), hiérarchique (TG/TS) ou associatif (A TA de B, B TA de A) Mais lorsquun nouveau terme est ajouté au lexique, on doit immédiatement apporter les corrections nécessaires à tous les descripteurs auquel il est relié sémantiquement ( liens déquivalence (EP/EM), hiérarchique (TG/TS) ou associatif (A TA de B, B TA de A) La suppression totale dun descripteur nest possible que lorsquil est certain que ce descripteur nest utilisé ni pour lindexation ni pour la recherche. On doit sassurer auparavant que la non utilisation du terme nest pas due à un défaut structural du thésaurus (un descripteur orphelin utile peut-être oublié), un problème de niveau dindexation, ou de lien sémantique mal construit. Si un descripteur est superflu, il est recommandé de le transformer en non descripteur La suppression totale dun descripteur nest possible que lorsquil est certain que ce descripteur nest utilisé ni pour lindexation ni pour la recherche. On doit sassurer auparavant que la non utilisation du terme nest pas due à un défaut structural du thésaurus (un descripteur orphelin utile peut-être oublié), un problème de niveau dindexation, ou de lien sémantique mal construit. Si un descripteur est superflu, il est recommandé de le transformer en non descripteur

16 La sélection des descripteurs et des non- descripteurs se fait en fonction des critères suivants : Caution bibliographique : la fréquence d'utilisation du terme dans la littérature ; les documents à traiter. Caution bibliographique : la fréquence d'utilisation du terme dans la littérature ; les documents à traiter. Caution de lutilisateur : la fréquence dutilisation du terme dans les questions. Caution de lutilisateur : la fréquence dutilisation du terme dans les questions. Caractère univoque de la représentation du concept : un descripteur ne doit représenter quun seul concept et réciproquement un concept ne doit être représenté que par un descripteur unique. Il faut éviter les termes ambigus ou polysémiques. Caractère univoque de la représentation du concept : un descripteur ne doit représenter quun seul concept et réciproquement un concept ne doit être représenté que par un descripteur unique. Il faut éviter les termes ambigus ou polysémiques. Compatibilité structurelle : la facilité d'intégration du terme dans la structure existante (réseaux sémantiques, forme du terme…). Compatibilité structurelle : la facilité d'intégration du terme dans la structure existante (réseaux sémantiques, forme du terme…). Utilisation courante : le terme choisi doit être de préférence d'usage courant si il est précis et non ambigu. Utilisation courante : le terme choisi doit être de préférence d'usage courant si il est précis et non ambigu. Cohérence : utiliser toujours le même type de terme pour représenter les concepts et privilégier le même niveau de langage. Cohérence : utiliser toujours le même type de terme pour représenter les concepts et privilégier le même niveau de langage. Indépendance contextuelle : la capacité d'un terme pour représenter une réalité sans l'aide d'un contexte Indépendance contextuelle : la capacité d'un terme pour représenter une réalité sans l'aide d'un contexte

17 La forme des termes à sélectionner doit respecter les règles suivantes Nature grammaticale : substantif (éducation) ou groupe de mots (effet de serre). Nature grammaticale : substantif (éducation) ou groupe de mots (effet de serre). Langue : français ou termes demprunt à usage courant (camping) si un terme demprunt est plus en usage que sa traduction française, il peut-être utilisé comme descripteur et son équivalent français comme non descripteur (arte povera EP art pauvre, CD-ROM EP Disque Optique Compact). Si les formes française et étrangère sont toutes deux dusage, on utilise la forme française en descripteur et la forme demprunt en non descripteur (coentreprise EP joint venture, stationnement EP parking). Langue : français ou termes demprunt à usage courant (camping) si un terme demprunt est plus en usage que sa traduction française, il peut-être utilisé comme descripteur et son équivalent français comme non descripteur (arte povera EP art pauvre, CD-ROM EP Disque Optique Compact). Si les formes française et étrangère sont toutes deux dusage, on utilise la forme française en descripteur et la forme demprunt en non descripteur (coentreprise EP joint venture, stationnement EP parking). Genre : de manière générale, les descripteurs sont au masculin, mais la forme féminine peut-être utilisée pour certaines catégories de termes désignant notamment les professions, les occupations, les activités (sage-femme). Genre : de manière générale, les descripteurs sont au masculin, mais la forme féminine peut-être utilisée pour certaines catégories de termes désignant notamment les professions, les occupations, les activités (sage-femme). Nombre : de manière générale, les descripteurs sont au singulier (adopter la forme dentrée proposée par les dictionnaires). Utiliser le pluriel lorsque le terme nexiste quau pluriel dans les dictionnaires ou que son sens diffère sil est au pluriel (arts martiaux, travaux publics, beaux arts, fouilles archéologiques). Nombre : de manière générale, les descripteurs sont au singulier (adopter la forme dentrée proposée par les dictionnaires). Utiliser le pluriel lorsque le terme nexiste quau pluriel dans les dictionnaires ou que son sens diffère sil est au pluriel (arts martiaux, travaux publics, beaux arts, fouilles archéologiques). Orthographe : utiliser la forme la plus communément admise, renvoyer lautre en non descripteur (paiement EP payement). Orthographe : utiliser la forme la plus communément admise, renvoyer lautre en non descripteur (paiement EP payement). Niveau de langue : on choisit de préférence la forme dun terme qui correspond au niveau de langue commun aux usagers. Il faut éviter les formes trop familières, largot et le jargon. Niveau de langue : on choisit de préférence la forme dun terme qui correspond au niveau de langue commun aux usagers. Il faut éviter les formes trop familières, largot et le jargon. Abréviations et acronymes : labréviation et lacronyme sont acceptés comme descripteur sils sont universellement connus et utilisés. Un renvoi est établi systématiquement vers le nom complet (ADN EP acide désoxyribonucléique, SIDA EP syndrome de limmunodéficience acquise, UNESCO EP United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization). Abréviations et acronymes : labréviation et lacronyme sont acceptés comme descripteur sils sont universellement connus et utilisés. Un renvoi est établi systématiquement vers le nom complet (ADN EP acide désoxyribonucléique, SIDA EP syndrome de limmunodéficience acquise, UNESCO EP United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization). Ponctuation : apostrophe et traits dunion sont conservés (main-dœuvre, non-violence). On élimine le trait dunion dès quune source reconnue en donne lautorisation. Il faut alors prévoir l'autre forme en non descripteur Ponctuation : apostrophe et traits dunion sont conservés (main-dœuvre, non-violence). On élimine le trait dunion dès quune source reconnue en donne lautorisation. Il faut alors prévoir l'autre forme en non descripteur Homographie et polysémie : homographie et polysémie doivent être différenciées par lajout dun qualificatif (cousin : parent, cousin : insecte). Homographie et polysémie : homographie et polysémie doivent être différenciées par lajout dun qualificatif (cousin : parent, cousin : insecte).

18 Le différentiel

19 Les nouveaux descripteurs 2007

20 Les nouveaux non descripteurs

21 Les nouvelles relations associatives

22 Créer une communauté dutilisateurs Créer une communauté dutilisateurs Proposer des services daccompagnement Proposer des services daccompagnement Offrir une modalité de consultation Offrir une modalité de consultation Communiquer avec le groupe projet Communiquer avec le groupe projet Rendre visible lactivité de conception et de maintenance Rendre visible lactivité de conception et de maintenance Participer à la création du thésaurus Participer à la création du thésaurus

23 Quelques pistes de réflexion Illusion de lexhaustivité dun thésaurus (« encyclopédique ») généraliste des contenus de lenseignement général … Illusion de lexhaustivité dun thésaurus (« encyclopédique ») généraliste des contenus de lenseignement général … Illusion de lobjectivité, un thesaurus est toujours une représentation du monde Illusion de lobjectivité, un thesaurus est toujours une représentation du monde La difficulté de réactivité, de consensus sur les termes La difficulté de réactivité, de consensus sur les termes Les écarts entre prescriptions et usages réels Les écarts entre prescriptions et usages réels

24 Entre la continuité et la mutation Connaître les usages réels Connaître les usages réels Améliorer sans révolutionner Améliorer sans révolutionner Trouver de nouvelles formes de collaboration pour le suivi et les ajouts Trouver de nouvelles formes de collaboration pour le suivi et les ajouts Analyser lexistant, expérimenter et réfléchir à l avenir Analyser lexistant, expérimenter et réfléchir à l avenir Se placer dans une perspective dinteropérabilité terminologique Se placer dans une perspective dinteropérabilité terminologique

25 Expérimentations pour Motbis 2008 Trois orientations possibles à experimenter: Trois orientations possibles à experimenter: Orientation 1- Outils de recherche adaptés, distincts de loutil dindexation Orientation 1- Outils de recherche adaptés, distincts de loutil dindexation Certains publics de Motbis nutilisent pas de thésaurus pour trouver des documents. Il conviendrait donc de développer, à partir du même réservoir terminologique et sémantique, des outils de recherche adaptés pour leur permettre datteindre leur but : trouver les documents les plus pertinents. Orientation 2 – Des langages spécialisés adossés à Motbis Orientation 2 – Des langages spécialisés adossés à Motbis En tant que « langage spécialisé dans le domaine éducatif et représentatif des sciences de l'éducation et des contenus de l'enseignement général français », Motbis nintègre pas lensemble des concepts spécialisés, utiles à tous ses publics, au degré de précision voulu. De plus, sa structure globale (la liste des champs sémantiques) constitue une table de matières difficile voire impossible à utiliser dans des secteurs spécialisés et/ou professionnels, à la recherche documentaire mais également à lindexation. Orientation 3 – Un langage polyhiérarchique Orientation 3 – Un langage polyhiérarchique Un thésaurus polyhiérarchique semble plus efficient quun thésaurus monohiérarchique. Un thésaurus monohiérarchique en obligeant lutilisateur à aller consulter plusieurs domaines en parallèle, semble complexifier sa tâche.

26 Hypothèse 1.Langage dindexation/ langage dinterrogation Une recherche documentaire est plus performante (efficiente) lorsquelle est conduite avec un outil de recherche adapté à linterrogateur (non-indexeur) qui effectue linterrogation, en lieu et place de loutil dindexation. Une recherche documentaire est plus performante (efficiente) lorsquelle est conduite avec un outil de recherche adapté à linterrogateur (non-indexeur) qui effectue linterrogation, en lieu et place de loutil dindexation. Il ne sagit pas ici de monter une expérimentation pour chacun des différents publics de Motbis, ni de définir précisément ce que serait un tel outil pour chacun des publics, mais de démontrer la pertinence du principe même de développement dun outil dinterrogation distinct de loutil dindexation. Lexpérimentation aura lieu en « laboratoire ». Cette expérimentation doit prendre appui sur deux cas de figure précis : Cas1. Interrogation dune base constituée de notices provenant de plusieurs sources, indexées avec des langages distincts Cas2. Interrogation simultanée de bases documentaires indexées par des langages différents (interrogation multisources) Un travail parallèle OTAREN Un travail parallèle OTAREN

27 Hypothèse 2 : des langages spécialisés adossés à Motbis Lindexation et la recherche documentaires dans un environnement spécialisé (agriculture, informatique, santé…) sont dautant plus efficaces que le langage dindexation et/ou dinterrogation est spécialisé. Lindexation et la recherche documentaires dans un environnement spécialisé (agriculture, informatique, santé…) sont dautant plus efficaces que le langage dindexation et/ou dinterrogation est spécialisé. –Si cette hypothèse était validée, il resterait à étudier, la solution technique à retenir pour construire ces langages spécialisés à partir de Motbis. –Dans la situation actuelle, il est possible de conduire un retour dexpérience de lutilisation de Thésagri (langage spécialisé dans le domaine de lagriculture construit à partir de Motbis et en cours de déploiement dans les centres documentaires du réseau Renadoc). Cette enquête doit nous permettre dévaluer la pertinence dune telle solution à partir de Motbis.

28 Enquête : Travail sur le domaine de linformatique Cette expérimentation vise à évaluer la pertinence dun langage spécialisé suivant une autre solution technique. Nous partons de lhypothèse quil est possible de construire une version de Motbis remodelée de façon que : son « visage » (structure) soit accepté par un plus grand nombre dutilisateurs son « visage » (structure) soit accepté par un plus grand nombre dutilisateurs les sub-thésaurus spécialisés (ou branches spécialisées) qui resteraient à construire soient plus simples à développer. les sub-thésaurus spécialisés (ou branches spécialisées) qui resteraient à construire soient plus simples à développer. Publics-cibles dun langage spécialisé en informatique et télécommunications (Technologies de linformation), et publics-cibles non spécialistes, utilisateur dun langage contrôlé issu du même domaine Publics-cibles dun langage spécialisé en informatique et télécommunications (Technologies de linformation), et publics-cibles non spécialistes, utilisateur dun langage contrôlé issu du même domaine Construire un « langage spécialisé » en informatique et télécommunications (technologies de linformation) Construire un « langage spécialisé » en informatique et télécommunications (technologies de linformation)

29 Hypothèse 3 Un langage polyhiérarchique Cette hypothèse dévolution est alimentée par les résultats des différentes enquêtes liées aux Orientations 1 et 2 : Cette hypothèse dévolution est alimentée par les résultats des différentes enquêtes liées aux Orientations 1 et 2 : Intérêt de la polyhiérarchie pour construire et exploiter des Motbis spécialisés (plus / moins facile) Intérêt de la polyhiérarchie pour construire et exploiter des Motbis spécialisés (plus / moins facile) Intérêt de la polyhiérarchie pour construire et exploiter des Otaren (plus / moins facile) Intérêt de la polyhiérarchie pour construire et exploiter des Otaren (plus / moins facile)

30 Pour ne pas conclure… Evoluer pour correspondre aux mutations des connaissances des usages des systèmes dinformation


Télécharger ppt "Motbis Paris, le 30 janvier 2007. Un langage documentaire Au service de lEducation Nationale depuis 1989. Au service de lEducation Nationale depuis 1989."

Présentations similaires


Annonces Google