La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 1/111 Gestion financière.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 1/111 Gestion financière."— Transcription de la présentation:

1 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 1/111 Gestion financière

2 Jacky KOEHL Diapo 2/111 MÉTHODOLOGIE DES CHOIX DINVESTISSEMENT LE CHOIX D'UNE STRUCTURE FINANCIÈRE LA GESTION DE TRÉSORERIE LA GESTION DES RISQUES FINANCIERS SOMMAIRE

3 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 3/111 Méthodologie des choix dinvestissement

4 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 4/111 Introduction 0.1 Définitions 0.2 Les typologies dinvestissement 0.3 La place des méthodes financières I. Les caractéristiques financières 1.1 Les dépenses dinvestissement 1.2 Les flux de liquidité 1.3 La durée 1.4 La valeur résiduelle II. Les critères de choix dinvestissement 2.1 Le taux moyen de rentabilité 2.2 Le délai de récupération 2.3 La valeur actuelle nette 2.4 Le taux interne de rendement III. La prise en compte du risque 3.1 Lajustement du taux dactualisation 3.2 Lajustement des flux de trésorerie 3.3 La probabilisation des flux SOMMAIRE

5 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 5/ La conception des projets 2. La présélection 3. Létude des projets sélectionnés 3.1 Létude commerciale 3.2 Létude technico-économique 3.3 Létude fiscale 3.4 Létude sociale 3.5 Létude du financement 4. Lévaluation des projets sélectionnés 5. Les critères de décisions 6. La réalisation 7. Le contrôle 0.3 LA PLACE DES MÉTHODES FINANCIÈRES

6 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 6/111 Le montant du capital investi dans le cadre dun projet dinvestissement comprend des dépenses directes et des dépenses indirectes. LES DÉPENSES DIRECTES COMPRENNENT : les fonds directement investis dans lacquisition de léquipement (lorsque la T.V.A. est totalement déductible on retient la valeur hors taxes) les dépenses occasionnées par la mise en place de léquipement Elles excluent les frais détudes préalables LES DÉPENSES INDIRECTES PRENNENT EN COMPTE : Les coûts dopportunité La valeur de cession des équipements remplaces Laugmentation du besoin en fonds de roulement 1.1 LES DÉPENSES DINVESTISSEMENT

7 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 7/111 LES FLUX DE LIQUIDITÉ PRIS EN COMPTE SONT : des flux de trésorerie (et non des flux de bénéfice comptable) des flux nets, après impôts de toutes natures des flux différentiels considérés hors financement 1.2 LES FLUX DE LIQUIDITÉ DE CALCUL DES FLUX : Variation du chiffre daffaires Variation des coûts de production Variation de lexcèdent brut dexploitation Incidence de la fiscalité sur les sociétés Variation de lexcèdent net dexploitation Amortissement annuels Incidence de la fiscalité sur les amortissements Flux financiers nets

8 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 8/111 La durée de vie du projet correspond à la durée de vie physique des équipements ( durée de vie fiscale) La durée sexprime également par la prise en compte de la valeur du temps : lactualisation. 1.3 LA DURÉE

9 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 9/111 à la fin de la durée de vie de léquipement, lentreprise peut percevoir un flux de liquidité supplémentaire lie à : la revente de léquipement (valeur nette après impôts) la récupération de tout ou partie des besoins en fonds de roulement requis par la mise en place du projet. 1.4 LA VALEUR RÉSIDUELLE

10 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 10/111 Ce critère, peu stabilisé, consiste à rapporter la valeur moyenne des flux financiers liés à un investissement à la valeur de linvestissement, ou à la valeur moyenne de linvestissement. Ce ratio a peu de valeur, il ne permet pas de décider, tout juste de classer différents projets. Seul intérêt sa proximité intellectuelle avec la méthode des ratios. II.1 LE TAUX MOYEN DE RENTABILITÉ flux moyens valeur de linvestissement T.M.R. =

11 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 11/111 Le délai de récupération (période de remboursement ou pay- back) peut être calculé simple ou actualisé. Simple, il correspond à la durée au bout de laquelle le cumul des flux financiers nets du projet égale le montant du capital investi. Cest un critère qui privilégie la rapidité de récupération des fonds investis. Actualisé, il correspond à la durée au bout de laquelle le cumul des flux financiers nets actualises égale le montant actualise du capital investi. Ce deuxième critère introduit une différence dans lappréciation de la valeur des flux en fonction du moment ou ils se produisent. Ce critère ne permet pas lappréciation de la rentabilité globale du projet. II.2 LE DÉLAI DE RÉCUPÉRATION

12 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 12/111 La Valeur Actuelle Nette (V.A.N.) correspond à la différence entre la somme des valeurs actuelles des flux financiers nets et la valeur actuelle de la dépense dinvestissement. V.A.N. = - I o + FF t / (1+i) t Où : I o représente le montant de la dépense dinvestissement FF t représentent le montant des flux financiers à la période t i représente le taux dactualisation Règles dutilisation : un projet est accepté si sa V.A.N. est positive entre plusieurs projets, le projet ayant la V.A.N. la plus élevée est retenu. Ce critère repose sur lhypothèse implicite que les flux dégagés sont réinvestis au taux dactualisation. II.3 LA VALEUR ACTUELLE NETTE

13 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 13/111 Le Taux Interne de Rendement (T.I.R.) est le taux dactualisation qui rend nulle la valeur actuelle nette. Il sagit donc du taux i tel que V.A.N. = - I o + FF t / (1+i) t = 0 Où : I o représente le montant de la dépense dinvestissement FF t représentent le montant des flux financiers à la période t i représente le taux dactualisation Règles dutilisation : un projet est accepté si son T.I.R. est supérieur à une norme fixée a priori entre plusieurs projets, le projet ayant le T.I.R. le plus élevé est retenu. Le T.I.R. est la racine dun polynôme dont les termes peuvent être tantôt positifs, tantôt négatifs, on peut donc connaître des situations à T.I.R. multiples et des situations sans T.I.R. II.4 LE TAUX INTERNE DE RENDEMENT : T.I.R.

14 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 14/111 Dans un monde certain, le taux dactualisation mesure le prix du temps, dans un monde incertain, il doit traduire à la fois le prix du temps et le prix du risque. TAUX DACTUALISATION = TAUX SANS RISQUE + PRIME DE RISQUE Comment déterminer ce taux dactualisation ? la théorie des portefeuilles : HARRY MARKOWITZ le modèle de marche : WILLIAM SHARPE la théorie des portefeuilles : HARRY MARKOWITZ III.1 LAJUSTEMENT DU TAUX DACTUALISATION

15 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 15/111 LES HYPOTHÈSES : H1 :Tout investissement est une décision prise en situation de risque, en conséquence, le rendement dun actif financier est une variable aléatoire dont on fait lhypothèse quelle est distribuée par une loi normale. Cet investissement peut alors être caractérisé par deux paramètres : LE RENDEMENT : lespérance mathématique des rendements anticipes LE RISQUE : la variance des rendements anticipes H2 :Le comportement des investisseurs est caractérisé par laversion vis-à- vis du risque. H3 :Les investisseurs sont rationnels. Conséquence : les investisseurs choisira un titre, ou une combinaison de titres sur la frontière efficiente III.1 LAJUSTEMENT DU TAUX DACTUALISATION (suite) E(R) VAR(R1)

16 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 16/111 LE MODÈLE DE MARCHE : WILLIAM SHARPE Le rendement dun titre peut être appréhendé en rendement du marche. E(R i ) = - i + ß i E(R m ) + è E(R i ) représente le rendement de lactif i E(R m ) représente le rendement du marche è un terme derreur distribue normalement i un coefficient ß i un coefficient qui mesure la volatilité du titre par rapport au marché Il est donc possible de proposer un modèle dévaluation des actifs financiers (MEDAF) E(R i ) = R f + ß[ E(R m ) -R f ] E(R i ) représente le rendement du titre i E(R m ) représente le rendement de marche ß le risque spécifique du titre R f le taux sans risque En conclusion, le taux dactualisation qui intègre le risque correspond au taux sans risque plus le prix du risque que multiplie la mesure du risque. III.1 LAJUSTEMENT DU TAUX DACTUALISATION (suite)

17 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 17/111 Dans le cadre de cette démarche le risque nest plus intégré dans le processus dactualisation, mais en affectant les flux financiers dun facteur dajustement. Deux méthodes sont envisageables : soit en affectant les flux dune probabilité de survenance soit en ayant recours au MEDAF, celui-ci permet détablir que le flux équivalent certain dun flux risque est égal à : C = F - ƒ COV (F, R m ) où C : est le flux équivalent certain F : le flux risque R m : la rentabilité du marché ƒ : le prix unitaire du risque sur le marché III.2 LAJUSTEMENT DES FLUX DE TRÉSORERIE

18 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 18/111 La méthode de Monte-Carlo : cf cours III.3 LA PROBABILISATION DES FLUX

19 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 19/111 Le choix d'une structure financière

20 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 20/111 I. LES COMPOSANTES DU FINANCEMENT I.1 L'autofinancement I.2 Le financement propre externe I.3 L'endettement II. LES SUPPORTS DU FINANCEMENT II.1 L'action II.2 L'obligation II.3 L'option III. LES PROBLÉMATIQUES III.1 Modigliani-Miller III.2 La théorie de l'agence III.3 Le coût moyen pondéré du capital CONCLUSION SOMMAIRE

21 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 21/111 LES ALTERNATIVES DE FINANCEMENT Extrait : E. Ginglinger « Le financement des entreprises par les marchés de capitaux » PUF, 1991 LE CHOIX D'UNE STRUCTURE FINANCIÈRE Capitaux propres Dettes Banques Marchés des capitaux Établissement spécialisés Marchés des capitaux Financement externe Autofinan- cement Entreprise

22 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 22/111 I. LES COMPOSANTES DU FINANCEMENT I.1 L'autofinancement I.2 Le financement propre externe I.3 L'endettement II. LES SUPPORTS DU FINANCEMENT II.1 L'action II.2 L'obligation II.3 L'option III. LES PROBLÉMATIQUES III.1 Modigliani-Miller III.2 La théorie de l'agence III.3 Le coût moyen pondéré du capital CONCLUSION SOMMAIRE

23 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 23/111 L'autofinancement représente le flux de fonds propres internes qui reste à la disposition de l'entreprise. I.1 L'AUTOFINANCEMENT AUTOFINANCEMENT=E.B.E -Frais Financiers -Dividendes prélevés sur l'exercice CAPACITÉ D'AUTOFINANCEMENT=Résultat net +Dotation d'exploitation aux amortissements et provisions -Reprises d'exploitation sur amortissements et provisions et transferts de charges +Dotations financières aux amortissements et provisions -Reprises financières sur provisions et transferts de charges

24 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 24/111 Il comprend Les apports en capital (augmentation de capital en numéraire) seules les sociétés par actions dont le capital est entièrement libéré peuvent procéder à une augmentation de capital en numéraire. Celle-ci sera décidée par une assemblée générale extraordinaire à la majorité des 2/3. Les modalités de réalisation d'une telle opération s'organisent autour de trois procédures : LA FIXATION DU PRIX D'ÉMISSION, LA VALEUR DES DROITS DE SOUSCRIPTION ET L'EFFET DE DILUTION. I.2 LE FINANCEMENT PROPRE EXTERNE

25 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 25/111 Le prix d'émission : En cas d'absence des droits de souscription le prix d'émission des actions doit être supérieur ou égal à 95% de la moyenne d'au moins vingt cours parmi les quarante qui précèdent le jour du début d'émission (ou égal à la valeur mathématique pour les sociétés non cotées) En présence de droit préférentiel de souscription la valeur est fixée librement entre la valeur nominale et le cours de l'action (ou de la valeur mathématique) I.2 LE FINANCEMENT PROPRE EXTERNE

26 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 26/111 Procédure : L'entreprise décide le montant de fonds dont elle a besoin Elle fixe le nombre de titres et leur prix d'émission Le prix d'émission est toujours compris entre la valeur nominale de l'action et le cours de bourse Ce prix d'émission conditionne la valeur théorique des droits de souscription Soient : C :le cours de l'action avant l'émission N :le nombre d'actions anciennes n le nombre d'actions nouvelles P :le prix d'émission des actions E :le montant de l'émission = nP B :la capitalisation boursière avant l'émission = NC M :la valeur nominale de l'action x :la valeur théorique du droit de souscription APRÈS la valeur théorique des actions est : C' = (CN + nP) / (n + N) I.2 LE FINANCEMENT PROPRE EXTERNE (suite)

27 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 27/111 Deux possibilités : 1.La valeur du droit est égal à la différence entre le cours de l'action avant l'émission et le cours après l'émission x = C - C' = n * (C - P) / (n + N) Le nouvel actionnaire paye P et N/n droits de souscription pour obtenir une action valant C' 2.la valeur théorique du droit de souscription est une fonction décroissante du prix d'émission x = E(C- P) / (E + NP) Les augmentation de capital modifient les conditions de partage du pouvoir : l'effet de dilution Les effets de dilution peuvent porter sur le capital et sur les bénéfices sur le capital : phénomène de la dilution apparente sur les bénéfices on distingue la dilution technique et la dilution réelle I.2 LE FINANCEMENT PROPRE EXTERNE (suite)

28 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 28/111 L'entreprise dispose de deux sources d'endettement à long et moyen terme : LES BANQUES ET LE MARCHE OBLIGATAIRE. Un emprunt obligataire est caractérisé par les éléments suivants : Nom de l'emprunteur Montant de l'emprunt Nombre de titres Valeur nominale Prix d'émission Valeur de remboursement Durée de vie de l'emprunt Date de souscription Taux d'intérêt nominal Mode de calcul des intérêts Conditions d'amortissement Clause de remboursement anticipé Par opposition aux emprunts obligataires, les emprunts contractés auprès d'un établissement de crédit sont dits indivis. Les concours accordés sous cette forme se répartissent en prêts (qui donne lieu à un versement effectif des fonds et à remboursement selon les modalités prévues par le contrat) et en crédits (pour lequel le versement des tonds n'est pas systématique, i'emprunteur utilise mes fonds en fonction de ses besoins). I.3 L'ENDETTEMENT

29 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 29/111 A. DÉFINITION Laction est un titre négociable, représentatif d'un droit de propriété sur une fraction de l'actif social de son émetteur. L'action est caractérisée par les droits qu'elle confère à son détenteur : droits de vote et droits pécuniaires qui détermine sa valeur. B. MÉTHODES D'ÉVALUATION L'évaluation des actions peut se faire dans le cadre de plusieurs approches parmi lesquelles : les modèles actuariels et les modèles d'équilibre des actifs financiers. LES MODÈLES ACTUARIELS : le prix d'une action est égal à la somme des flux futurs actualisés qu'elle génère. SiD i :désigne le dividende versé à la période i k :le taux d'actualisation du marché C i :la valeur de l'action en période i C o = D i (1 + k) -i 1° Hypothèse : tous les dividendes sont égaux au dividende actuel D C = D / k 2 ° Hypothèse :Les dividendes croîtront à un taux constant g Modèle de Gordon-Shapiro C o = D / (k - g) II.1 L'ACTION

30 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 30/111 LES MODÈLES PAR LES BÉNÉFICES : Les flux futurs d'une action sont liés au bénéfice réalisé par l'entreprise et à sa politique de distribution Sibdésigne le taux de rétention des bénéfices rle taux de rentabilité annuel moyen des capitaux investis B i le bénéfice réalisé par l'entreprise L'entreprise n'utilise pas le financement externe, en i + 1 elle pourra financer des investissements pour B i br. Le bénéfice en i + 1 sera B i + 1, B i + B i br = B i (1 + br) en termes de dividendes (1 - b)B i+1 = (1-b) B i (1+br) si on remplace dans la formule précédente g par br, et le dividende par son expression on obtient si k > br C o = B(1 - b) / (k - br) La valeur d'une action dépend : du bénéfice réalisé de la politique de dividende de la rentabilité des capitaux investis et du taux de rendement exigé par le marché II.1 L'ACTION (suite)

31 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 31/111 LES MODÈLES D'ÉQUILIBRE DES ACTIFS FINANCIERS : MEDAF Pour un niveau de risque donné, mesuré par le coefficient ß, le taux de rentabilité à exiger par l'actionnaire est : K = R F + ß(E(R M ) - R F ) II.1 L'ACTION (suite)

32 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 32/111 A. DÉFINITION L'obligation est une valeur mobilière émise sous forme de titre négociable, elle représente une créance sur l'émetteur qui donne droit à son détenteur au paiement d'un intérêt et au remboursement du capital. B. MÉTHODES D'ÉVALUATION L'obligation est caractérisée par une suite de fonds constituée de: le prix payé par le souscripteur la suite de coupon versés par l'émetteur le remboursement final Ces flux déterminent le taux de rendement actuariel de l'obligation et sa valeur à tout moment de sa durée de vie. Le taux actuariel est le taux qui égalise le versement initial réalisé par le souscripteur et l'ensemble des flux à recevoir actualisés à ce taux. Si P :désigne le prix d'émission de l'obligation i :le taux d'intérêt fixe nominal M :la valeur nominale de l'obligation R :le prix de remboursement de l'obligation n :la durée de vie de l'obligation t :le taux de rendement actuariel brut t est tel que P = iM (1 + t) -i + R(1 + t) -n II.2 L'OBLIGATION

33 Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 33/111 La valeur d'une obligation dans un marché efficient est égale à la somme actualisée des flux futurs générés. SiV :désigne la valeur de marché de l'obligation r i :les taux d'intérêt au comptant A i :les sommes perçues par le souscripteur V = A j (1 + r j ) -j II.2 L'OBLIGATION (suite)


Télécharger ppt "Gestion financière Jacky KOEHL Diapo 1/111 Gestion financière."

Présentations similaires


Annonces Google