La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES FORMES PHARMACEUTIQUES A USAGE PARENTERAL IFSI, 11 janvier 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES FORMES PHARMACEUTIQUES A USAGE PARENTERAL IFSI, 11 janvier 2010."— Transcription de la présentation:

1 LES FORMES PHARMACEUTIQUES A USAGE PARENTERAL IFSI, 11 janvier 2010

2 SOMMAIRE 1. Définitions 2. Caractéristiques 3. Pré-requis à ladministration 4. Matériels 5. Formes pharmaceutiques 6. Incompatibilités

3 SOMMAIRE 1. Définitions 2. Caractéristiques 3. Pré-requis à ladministration 4. Matériels 5. Formes pharmaceutiques 6. Incompatibilités

4 1. DEFINITIONS 1.1. Per os Etymologie (latin) : par la bouche

5 1. DEFINITIONS 1.2. Parentéral Etymologie (gr) : para : à côté / enteron : intestin Administration parentérale : qui se fait par une autre voie que la voie digestive (bouche, rectum) injection Applications : médicaments, alimentation Historique : XXème siècle découvertes aiguilles / ampoules / stérilisation Avantages : rapidité daction, action localisée, absorption intégrale, évite les inconvénients de la voie digestive

6 1. DEFINITIONS 1.3. Injection / Perfusion INJECTION : introduction sous pression, dans lorganisme, dune substance médicamenteuse fluide, au moyen dune seringue munie dune aiguille creuse PERFUSION : injection IV, lente et prolongée dune quantité importante de soluté, contenant ou non des médicaments

7 1.3. Entéral Administration directement dans le tude digestif A laide dune sonde oro- ou naso-gastrique Soit directement : au niveau de lestomac (gastrostomie) ou de lintestin (jéjunostomie) 1. DEFINITIONS

8 1.4. Intra-veineuse Directement à lintérieur dun vaisseau sanguin du système veineux Voies daccès : -Centrale (veine sous-clavière, jugulaire, fémorale) -Périphérique (pli du coude, dos de la main, avant-bras, cheville) Inconvénients : -Extravasation -Pertes de perméabilité -Risque septique -Accessibilité 1. DEFINITIONS

9 1.5. Intramusculaire Dans lépaisseur du tissus musculaire (vascularisation+++) Lieux délection : muscles fessiers, deltoïde, quadriceps Avantages : facile à utiliser 1. DEFINITIONS

10 1.5. Intramusculaire Inconvénients : -Délai : 15 / 30 min (voire plus avec solution huileuse) -Voie douloureuse -Volumes : 2 à 5 mL (pas plus de 2 mL chez lenfant) -CI : anomalies de la coagulation (hémorragies), immunodéprimés, lésions cutanées Exemple : anti-inflammatoire, antibiotiques… 1. DEFINITIONS

11 1.6. Sous-cutanée ou hypodermique Injection dans le tissu cellulaire sous-cutané Avantages : -facile à utiliser (auto-administration) -Injections répétées Inconvénients : -Pas une voie durgence (délai daction long, vascularisation +/-) -Volume injecté faible (0,5 - 1 mL) -Douloureux (récepteurs nociceptifs) Techniques dinjection : 45 ou 90° 1. DEFINITIONS

12 1.6. Sous-cutanée ou hypodermique Lieux délection : -face externe des bras -Face supéro-externe des cuisses -Région abdominale Exemples : Insuline; anticoagulants 1. DEFINITIONS

13 1.7. Autres Péridural, Intrathécal : anesthésie locorégionale Intra-articulaire : genoux +++ corticoïdes, Intraventriculaire : pulp fiction 1. DEFINITIONS

14 SOMMAIRE 1. Définitions 2. Caractéristiques 3. Pré-requis à ladministration 4. Matériels 5. Formes pharmaceutiques 6. Incompatibilités

15 2. CARACTERISTIQUES 2.1. STERILITE Administration parentérale effraction cutanée ou muqueuse franchissement dune barrière protectrice Définition : probabilité de porter une contamination microbienne est inférieure à 1 pour Les médicaments présentés comme stériles doivent répondre à lessai de stérilité de la Pharmacopée. Ils sont stérilisés dans leur conditionnement définitif Pré-requis à ladministration : désinfection du lieu dinjection

16 2.2. LIMPIDITE Contrôle optique dune préparation injectable : -Aspect / Coloration / Limpidité = exempte de particules Origine des particules étrangères dans un soluté injectable : - verre, précipités, caoutchouc, micro-organismes Risques liés à la présence de particules : -Voie SC / IM : enkystées, digérées -Voie IV : thrombose 2. CARACTERISTIQUES

17 2.3. NEUTRALITE Intervention du pH : -Tolérance par lorganisme -Stabilité (conservation) -Activité pH du sang, de la lymphe et du LCR : 7,35 - 7,40 Tolérance de lorganisme aux variations de pH : présence dun système tampon. Signes dintolérances : douleurs, nécrose tissulaire 2. CARACTERISTIQUES

18 2.4. ISOTONIE Même pression osmotique : -Comportement des hématies en solution de NaCl à différentes concentrations -Solutions iso-, hyper- et hypotoniques Exemples de solutions isotoniques : - NaCl 0,9% / Glucose 5% 2. CARACTERISTIQUES

19 2.5. APYROGENE Etymologie (gr) -a : privatif -pur : feu -gennan : engendrer = exempt de substances susceptibles de provoquer par injection une brusque élévation de température Origines (solvant, substances dissoutes, matériel): -Particules dorigine naturelle -Bactéries gram négatif : endotoxines 2. CARACTERISTIQUES

20 SOMMAIRE 1. Définitions 2. Caractéristiques 3. Pré-requis à ladministration 4. Matériels 5. Formes pharmaceutiques 6. Incompatibilités

21 3. PRE REQUIS A LADMINISTRATION 3.1. OBJECTIFS -sécurité -efficacité -confort -économie 3.2. REGLES DUTILISATION -effets recherchés / EI possibles -Contrôles : DLU, aspect, étiquette, prescription -Remise à TA pour les médicaments conservés à +4°C -Durée de conservation de la solution préparée

22 3.3. EVITER LES COMPLICATIONS -Localiser parfaitement le lieu de linjection -Désinfecter correctement la peau -Préparer lensemble de son matériel -Alterner les sites dinjection -Toute erreur ou toute observation doit être communiquée -NE JAMAIS DECONDITIONNER LES MEDICAMENTS -NE JAMAIS SEPARER LE SOLVANT 3. PRE REQUIS A LADMINISTRATION

23 SOMMAIRE 1. Définitions 2. Caractéristiques 3. Pré-requis à ladministration 4. Matériels 5. Formes pharmaceutiques 6. Incompatibilités

24 4. MATERIELS 4.1. Dispositifs dinjection Seringues -de 1 à 50 mL / Usage unique -Plastique ou verre (héparine) -Graduée : mL / UI -Avec ou sans aiguille incorporée

25 4.1. Dispositifs dinjection Aiguilles Diamètre (mm)Longueur (mm)Emploi 1,2040IV 0,9055IM 0,7030IV (veines fines) 0,5525SC 4. MATERIELS

26 4.1. Dispositifs dinjection Aiguilles 4. MATERIELS

27 4.1. Dispositifs dinjection Cathéter Tube souple en silicone ou Téflon Obturateur Guide rigide Evite la coagulation dans le tube souple du cathéter entre chaque injection 4. MATERIELS

28 4.2. Modes de perfusion Ecoulement par gravité 70cm Mise en place rapide, avec peu de matériel Mais : peu précise, débit variable 4. MATERIELS

29 4.2. Modes de perfusion Diffuseur Système portable Pas différence de hauteur Débit fixe Précision du débit f() : viscosité remplissage la température 4. MATERIELS

30 4.2. Modes de perfusion Diffuseur Système portable Pas différence de hauteur Débit fixe Précision du débit f() : viscosité remplissage la température 4. MATERIELS

31 4.2. Modes de perfusion Pompe péristaltique -Assez précise (+/- 5%) -Perfusion de grands volumes -Débit continu -Incidence relative de la viscosité sur le débit 4. MATERIELS

32 4.2. Modes de perfusion Pompe volumétrique -Grande précision (+/- 2%) -Pas dinfluence de la viscosité du produit sur le débit -Sécurité et rapidité du système -Flux pulsé -Fonctionnent grâce au déplacement de volume de fluides mesurés avec grande précision 4. MATERIELS

33 4.2. Modes de perfusion Pousse-seringue Perfuser, en continu, à débit constant, un soluté ou un médicament Possibilité dadministrer des bolus programmés Mais : débit débit de démarrage irrégulier (5min); volume limité à la seringue (60 mL) 4. MATERIELS

34 4.2. Modes de perfusion Pompe pour lanalgésie -Précision dadministration -Programmation de la concentration -Bolus déclenchés par le patient -Autonomie de fonctionnement -Perfusion IV ou péridurale -Coût important (consommables spécifiques) 4. MATERIELS

35 4.2. Modes de perfusion Pompe pour lanalgésie 4. MATERIELS

36 SOMMAIRE 1. Définitions 2. Caractéristiques 3. Pré-requis à ladministration 4. Matériels 5. Formes pharmaceutiques 6. Incompatibilités

37 5. LES FORMES PHARMACEUTIQUES 5.1. FORMES LIQUIDES Solutés Préparations injectables pour perfusion Solutions aqueuses ou des émulsions à phase externe aqueuse Isotoniques Volumes : 50 à 1000 mL IV

38 5.1. FORMES LIQUIDES Solutés pour nutrition parentérale Calcul des besoins énergétiques de base * facteur de correction (Kcal) Calcul des besoins azotés (g dN) Voie dadm : veineuse centrale +++ (voire périphérique exceptionnellement étiquette ex : PERISTRUCTOKABIVEN®) NP : complète et équilibrée / eau, macronutriments (glucose, AA et lipides), micronutriments (électrolytes, oligoéléments, vitamines) Présentation : solutions ternaires / binaires (moins lipides) émulsions Volume g dN / composition en lipides, AA 5. LES FORMES PHARMACEUTIQUES

39 5.1. FORMES LIQUIDES Solutés pour nutrition parentérale 5. LES FORMES PHARMACEUTIQUES

40 5.1. FORMES LIQUIDES Solutés pour nutrition parentérale Mais électrolytes, vitamines, OE insuffisants complémentation Compléments : CERNEVIT®, TRACUTIL®, NONAN®… ATTENTION : Pour des raisons de stabilité et de contamination il est recommandé de ne jamais faire dajout dans les solutions ternaires prêtes à lemploi. Durée de conservation : 24h Volume dadm : début / fin : 1/2 volume prévu 5. LES FORMES PHARMACEUTIQUES

41 5.1. FORMES LIQUIDES Solutés pour nutrition entérale NE SONT PAS DES MEDICAMENTS Présentation : Solutions composées de molécules entières (glucides, protéines, lipides), Enrichies en fibres (tolérance digestive) et pauvres en lactose Adm : Patient semi-assise Par pompe (meilleure régulation du débit) Adm en continue recommandée Démarrage lent (1L/24h, 500mL/24h) Adm conjointe de médicaments : préférer les médicaments sous forme liquide ou broyés rincer la sonde après chaque adm 5. LES FORMES PHARMACEUTIQUES

42 5.1. FORMES LIQUIDES Ampoules Volumes : 1 à 20 mL Prêtes à lemploi : A diluer : seringue ou poche Etiquette +++ : PA, concentration, quantité totale disponible OPC : One Point Cut 5. LES FORMES PHARMACEUTIQUES

43 5.1. FORMES LIQUIDES Seringues / Cartouches Seringue pré-remplies : prêtes à lemploi Exemples : Anticoagulant, médicaments de lurgence : éphédrine, adrénaline Seringue auto-injectable : facteurs de croissance cellules sanguines Cartouches : nécessitent lutilisation dun système dinjection (stylo pour les insulines) 5. LES FORMES PHARMACEUTIQUES

44 5.1. FORMES LIQUIDES Seringues / Cartouches

45 5.2. FORMES SOLIDES Poudres Flacon verre +++ Système dobturation : bouchon de caoutchouc + capsule de protection Solvants : NaCl 0,9%, EPPI, Glucose 5% Respecter le volume et le solvant de reconstitution Cas particuliers des chimiothérapies 5. LES FORMES PHARMACEUTIQUES

46 SOMMAIRE 1. Définitions 2. Caractéristiques 3. Pré-requis à ladministration 4. Matériels 5. Formes pharmaceutiques 6. Incompatibilités

47 6. INCOMPATIBILITES 6.1. DEFINITIONS Instabilité = résultat de réactions continues, irréversibles, aboutissant à la formation dentités chimiques distinctes, inactives et / ou potentiellement toxiques Une instabilité nest pas nécessairement visible

48 6.1. DEFINITIONS Incompatibilités = résultat dun changement physico-chimique qui peut se manifester par : -Formation dun précipité -Changement de coloration (opalescence) -Dégagement gazeux -Changement de pH -Diminution de concentration Ne pas confondre avec IM : modification de leffet pharmacologique attendu 6. INCOMPATIBILITES

49 6.2. Exemples Réactions doxydo-réduction Echange doxygène entre un oxydant et un réducteur NA et A : sensibles à loxydation, présence de disulfite de Na dans les solutions Photodégradation Décomposition du médicament à la lumière F() durée de lexposition / Intensité lumineuse « à conserver (et à administrer) à labri de la lumière » Ampoules, tubulures colorées Ex : amphotéricine B, furosémide, quinine, LENITRAL® (TNT)… 6. INCOMPATIBILITES

50 6.2. Exemples Réactions acide - base Précipitation de la forme acide ou basique dun sel, consécutive à un changement de pH Ex : furosémide sodique (pH 8 - 9,3) + dopamine HCl (pH 3,5) précipitation du furosémide et la dopamine Ne pas administrer par la même voie, un médicament très acide et un médicament basique 6. INCOMPATIBILITES

51 6.2. Exemples Réactions acide - base 6. INCOMPATIBILITES

52 6.2. Exemples Solubilité Lorsquon dépasse la solubilité dune substance dans un solvant donné on parle de sursaturation. Une solution sursaturée peut précipiter à tout moment. Attention lors de ladministration de certains électrolytes : phosphate, magnésium ou calcium en même temps quun traitement déjà instauré, risque de précipitation 6. INCOMPATIBILITES

53 6.2. Exemples Coloration Résultat dun changement de la structure moléculaire du PA Dégagement gazeux Ex : bicarbonates (pH 8,5) + médicament acide formation de gaz carbonique 6. INCOMPATIBILITES

54 6.2. Exemples Incompatibilité contenu / contenant Adsorption : interaction entre certains groupements de la molécule avec des sites de liaison à la surface du contenant Désorption : extraction de lun des composants du contenant et libération dans la solution du médicament (ex : certains plastifiants du PVC qui donnent à la poche sa souplesse) Les récipients en verre et en polypropylène peuvent résoudre ce problème 6. INCOMPATIBILITES

55 6.2. Exemples Rupture des émulsions Emulsion : système dispersé composé de deux liquides non miscibles dont lun est finement dispersé dans lautre à laide dun tensio-actif Rupture de lémulsion coalescence : phénomène irréversible Ex : Solutés pour NP + électrolytes Solutions huileuse : propofol / phénytoine / amphotéricine B… … 6. INCOMPATIBILITES

56 6.3. Conséquences -obstruction des cathéters -Perte defficacité -Formation de dérivés toxiques -Risque dembolie -… 6. INCOMPATIBILITES


Télécharger ppt "LES FORMES PHARMACEUTIQUES A USAGE PARENTERAL IFSI, 11 janvier 2010."

Présentations similaires


Annonces Google