La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Réduire le risque de transmissions croisées Précautions standard, précautions complémentaires (isolements ) 1claude léger.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Réduire le risque de transmissions croisées Précautions standard, précautions complémentaires (isolements ) 1claude léger."— Transcription de la présentation:

1 Réduire le risque de transmissions croisées Précautions standard, précautions complémentaires (isolements ) 1claude léger

2 2 Isolement???????????????????

3 claude léger3 1-introduction -historique - évolution, textes -rappel: modalité infection -rappel: infections nosocomiales, infections endogènes, exogènes, transmission -rappel : BMR

4 claude léger4 3-précautions complémentaires 3-1 précautions contact, nouvelle approche 3-2 précautions gouttelettes 3-3 précautions air 3-4 précautions de type protecteur 4- indications générales 2-précautions standard

5 5 1-introduction, un peu dhistoire Notion isolement, éloignement des malades contagieux : pas récente. Livre de l'Ancien Testament : considéré comme un des premiers traités d'hygiène, « des mesures d'hygiène préventives se trouvent décrites »……… et, entre autres: l'isolement des contagieux la désinfection de leurs effets, ceci parmi de nombreuses règles d'hygiène de vie, considérées alors comme : règles religieuses.

6 6 Dans la Grèce Antique, Hippocrate apporte ses conceptions fondamentales.. sur lhygiène Au Moyen Age, avec quelques grandes épidémies restées célèbres, (peste, lèpre..) se développent les premiers "hospitalia" et les maladreries pour malades contagieux; on y réutilise les directives lointaines des hébreux.

7 7 Fracastor, en pleine Renaissance, publie en 1541 "De Contagione" dans lequel: Il traite du mécanisme de la contagion et décrit les 3 méthodes par lesquelles une épidémie peut se propager : - contamination par contact direct; - contamination par des objets contaminés; - contamination à distance par l'atmosphère. a cette époque on ne connaissait pas les microbes…..

8 claude léger8 Evolution et concept -Notion disolement: CDC 1983 ( central desease control) -Précautions « universelles : CDC Précautions standard et isolement septiques: en France 1998/ : Précautions« standard » et complémentaires:, consensus experts, pilotage: SFHH société française dhygiène hospitalière; groupe sociétés savantes.

9 claude léger9 -Rappel: modalité infection: >contamination: quand?,signes >colonisation: quand, ?signes >infection: signes? trinôme: type agent infectieux, réservoir, hôte réceptif (état…)

10 claude léger10 Rappel : infections nosocomiales ou infections associées aux soins Définition Types dIN Prévention: action BMR

11 claude léger11 antibiogramme

12 Claude léger12 BMR /BLSE: sécrétrice de bétalactamase à spectre étendu

13 claude léger13 Réf.: évolution du concept précautions standard(s)

14 claude léger recommandations – CTIN, 1999) Recommandation n° 43 : -Hygiène de base: lavage des mains, risques si contact avec produit biologique -Mesures d'hygiène spécifiques à certaines activités, patients ou risques = Techniques d'isolement

15 claude léger15 Guide « isolement » - CTIN & SFHH, 1998 Maîtrise de la diffusion des BMR – CTIN, 1999 isolement géographique isolement technique= mesures « barrières » fiches opérationnelles

16 claude léger16 2-Précautions standard Des précautions d'hygiène doivent être appliquées pour tout patient, quel que soit son statut infectieux: afin d'assurer :une protection systématique de tous les patients et des personnels vis-à-vis des risques infectieux.

17 claude léger17 En conséquence: La maîtrise du risque de transmission d'agents infectieux impose : le respect par le personnel toute catégorie de précautions « standard »

18 18 Recommandation du comité dexpert de la SFHH - avril 2009 Principe fondamental sapplique pour tous patients Quel que soit son statut pathologique,en sachant : Que lon ne connait pas le statut infectieux, de chaque patient en particulier son statut sérologique

19 19 Mesures: A- Hygiène des mains: Quand??,, Avant et après tout contact avec un patient Avant et après la mise de gants Entre deux patients, entre deux activités Recommandations du groupe dexpert: Il est fortement recommandé deffectuer une friction des mains avec la solution hydro-alcoolique (FHA) en remplacement du lavage des mains (au savon doux ou antiseptique) en l'absence de souillure visible des mains (rec 4)

20 claude léger20 Il est fortement recommandé que laccès aux PHA soit adapté aux différentes situations, avec mise à disposition de flacons de poches pour : – les soignants appelés à donner des soins dans plusieurs secteurs dune institution (kinésithérapeutes, manipulateurs radio…) – les autres personnes amenées à visiter plusieurs patients (ministres des cultes, bénévoles…), – les visites et soins à domicile, et dans tout lieu où sont délivrés des soins : (rec 18)

21 claude léger21 Solutions moussantes antiseptiques: Il est fortement recommandé de ne plus utiliser les solutions moussantes antiseptiques (savons antiseptiques) dans le cadre des précautions standard (Rec 14) Exceptionnellement : mains souillées et seulement dans cette situation la FHA doit être précédée dun lavage au savon doux (effet mécanique recherché) (R5)

22 claude léger22 B- Port de gants : Quand?? Lors de tout soin à risque de contamination (liquide dorigine humaine,matériel souillé…..). Lorsque les mains du soignant comportent des lésions. Les gants doivent être changés entre deux patients, entre deux activités. Il est fortement recommandé de : – ne pas porter des gants lors de contacts avec la peau saine – retirer les gants dès la fin du soin avant de toucher lenvironnement

23 23 C- autres éléments de protections: Quand??, Surblouses, masques, parfois lunettes Quand???? Risques de projections, aérosols : sang, ou autre produit dorigine humaine (aspiration, endoscopie, actes opératoires, manipulation de linge et matériels souillés…).

24 claude léger24 D- Lorsqu'un patient présente une toux supposée d'origine infectieuse, il est fortement recommandé de lui faire porter un masque soins :QUAND? – dès l'admission en établissement ou lorsqu'il circule hors de sa chambre en milieu de soins – dans une situation de soins à domicile lorsqu'il est proche (moins de 1 mètre) d'autres personnes

25 25 E- matériel souillé -Voir DM (dispositif médical,) :prédésinfection, désinfection…. -Conteneur pour objets coupants, tranchants Cf :Filière élimination déchets -Filière circuits, linge … F- les surfaces souillées Nettoyer, désinfecter avec DD, immédiatement après souillure

26 26 G- transport des prélèvements biologiques et autres -Emballage étanches, suivre protocoles institutionnels -Entretien des matériels demballage Et toujours, pas de précipitation …. Suivre la démarche: Quand? Pourquoi? Ou? Qui? Comment?

27 claude léger27 - la vaccination du personnel soignant, - le respect des précautions générales d'hygiène, - l'utilisation rationnelle d'un matériel adapté, - la prévention de l'exposition dans les blocs opératoires - la mise en place d'un dispositif de prise en charge des A.E.S, - l'interprétation des données de la surveillance, - l'information et la formation du personnel, - l'évaluation des actions entreprises. Indications spécifiques: précautions standard (2009)

28 28 hygiène des mains Pas de précipitation Ports de gants Si risque contact produits bio Objets piquants tranchants Dans contener adapté

29 29 Ne jamais recapuchonner une aiguille Mettre dans le contener adapté en respectant la filière DASRI Mettre la tenue adaptée Ne jamais désadapter À la main, aiguilles et bistouris

30 30 Appliquer rapidement les procédures DM et la désinfection des surfaces Transport matériel à risque dans emballage fermé Respect filière déchets

31 31 3- Les précautions complémentaires, (ou précautions spécifiques ou isolements) Objectifs : réduire le risque de transmissions croisées, comment: 3-1 /précautions complémentaires si risque transmission septique empêcher la transmission dun agent infectieux dun patient infecté à un patient non infecté mais réceptif

32 claude léger /précautions complémentaires de type protecteur empêcher la diffusion de micro- organisme vers un patient immunodéprimé, très réceptif

33 claude léger33 Mesures: -Adaptées à la prévention des maladies transmissibles à l'hôpital - Très utiles pour la prévention de la transmission des bactéries R-ATB (BMR) - Moyens efficaces de lutte contre les épidémies - Indiquées pour les malades réceptifs +++

34 claude léger34 Précautions complémentaires seront pour les patients – infectés, – suspects de lêtre ou colonisés par des agents infectieux dans les ES – dont la maîtrise de la transmission ne peut être obtenue par les seules précautions standard

35 35 Mesures communes:= 3/1 et 3/2 : mesures techniques et mesures géographiques 3-1- mesures complémentaires de type préventions de risques septiques (ou isolement septique) But faire une barrière a laide de moyens techniques pour que les microorganismes dun patient ne puissent, « sortir « et infecter un autre patient non infecté mais réceptif 3 types : - C, Contacts - G, Gouttelettes - A, Air

36 claude léger36 Comment définir le type de précautions Modes de dissémination de lagent infectieux et voies de transmission Nature du germe Résistance aux antibiotiques

37 claude léger37 Localisation et gravité de linfection Selon les patients et les personnes à protéger En sachant que la décision appartient au médecin

38 claude léger38 Modes de dissémination de lagent infectieux et voies de transmission La plus courante : transmission -par contact -Directe: peau à peau -Indirecte : main matériel dispositifs médicaux -Aérienne: origine humaine, gouttelettes de Flugges, se déposent… environnement: textiles, poussières …

39 claude léger39 Transmission air ou aérosols: petites particules restant longtemps dans lair, peuvent être inhalées sur place ou à distance Transmission par gouttelettes: émises lors déternuement, toux,bronchoscopie, particules de grandes tailles, restant peu de temps dans lair

40 claude léger40 Nature des germes et résistance aux antibiotiques BMR* SARM: Staphylococcus aureus X R /ATB Entérobactéries productrices de BLSE Acinetobacter baumanii résistant à lImipenem Pseudomonas aeruginosa??? globalement: en fonction des résistances des bactéries aux antibiotiques, (résistance naturelle ou acquise*) tuberculoses, virus :grippes….VRS, rotavirus … Important: lépidémiologie locale

41 claude léger41 Notion de dépistage: importance de détecter les patients porteurs,= pour lesquels les mêmes mesures disolement seront prises En particulier: dépister les patients venant de SSR, EHPAD, SLD *Suivre les protocoles CLIN Écouvillonnage nasal, rectal, fréquence fondamental

42 claude léger42 : Concrètement: Précautions : risque septique

43 43 Aucun microorganisme Ne doit sortir de façon directe ou indirecte

44 44 Précautions Contacts: C Site agent infectieux: peau, urines, selles…. Mesures : identiques aux précautions standard surblouse ou tablier U/U, gants si risque de contact avec produits biologiques

45 45 Précautions Gouttelettes: G Site agent infectieux: sécrétions trachéo- respiratoires, bronchiques, par toux, éternuements :ex VRS, BMR*.pneumonie nosocomiale.(sauf bacilles tuberculeux) Mesures supplémentaires aux PS : masque soin, surblouse, tablier U/U ou casaque, éventuellement plus, si risque de projections trachéales (lunettes….)

46 46 Précautions Air :A Provenance : micro-goutelettes de l arbre respiratoire pouvant se disséminer dans lair Mesures supplémentaires aux précédentes: masques de type « canard » FFp2 pour le personnel avant dentrer dans la chambre et le quittera après la sortie de la chambre Le patient sortira de la chambre avec un masque « canard » Ex: bacille tuberculeux, SRAS…. Masque grippe aviaire, grippe A,H1N1…..)

47 claude léger47

48 précautions complémentaires de type protecteur (ou isolement protecteur) Objectif Aucun microorganisme ne doit rentrer dans la chambre, dun patient fragilisé, immunodéprimé. Mesures de protection maximum, en particulier on rajoutera la charlotte

49 49

50 50 4-Recommandations générales pour résumer -Chambre seule ( quelques exceptions) -Hygiène des mains, gants, surblouses, ou tablier UU, sur un portant à lentrée de la chambre, a lextérieur -Matériel à usage unique ou pouvant être stérilisé ou désinfecté -Circuits adaptés, déchets, linge

51 claude léger51 - Matériel dédié, (tension, stétho, bassin……) -Déchets filière DASRI ( jaunes) -Linge : double emballage de préférence -Vaisselle ???avis partagé -Renforcement de lentretien,chambre (clostridium difficile) Le patient sera informé par le médecin Les personnels, la famille seront informés par le personnel mais aussi important..comment???

52 52 Signalisation -Sur la porte Badge autocollant identifiant le type de précautions complémentaires et les mesures, C,G,A, P -Sur les bons de demande dexamens… décideur: ces mesures et leur levées sont une décision médicale désinfection: a la sortie dun isolement septique, un dispersat dirigé sera pratiqué pour désinfecter la chambre

53 claude léger53 Protocole institutionnel Toujours:


Télécharger ppt "Réduire le risque de transmissions croisées Précautions standard, précautions complémentaires (isolements ) 1claude léger."

Présentations similaires


Annonces Google