La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 ERP & Outils collaboratifs 1ère Partie Introduction aux lERP.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 ERP & Outils collaboratifs 1ère Partie Introduction aux lERP."— Transcription de la présentation:

1 1 ERP & Outils collaboratifs 1ère Partie Introduction aux lERP

2 2 Plan du cours n Informatique de gestion dans les entreprises n Les ERP n Mise en place dun ERP

3 3 Informatique de gestion dans les entreprises n Historique n Concepts des ERP n Définition des ERP n Constat actuel dans les entreprises n Solutions possibles

4 4 Evolution : des années 60 à nos jours Années : Mainframe - traiter les données Années 80 : Minis - Accéder aux données Années 90 : Client / Serveur - Partager linformation Années 2000 : Intégrer les composants ERP - Historique

5 5 ERP - Concepts n Définition dERP nest pas parfaitement déterminée. n Nombreuses solutions existent sur le marché : Progiciels, progiciels intégrés, progiciels applicatifs, progiciels applicatifs intégrés, progiciels de gestion, progiciels de gestion intégrés et ERP. n Pour les classifier, nous utiliserons les dimensions u DI (Degré dIntégration) u CO (Couverture Opérationnelle)

6 6 ERP - Concepts n DI (Degré dIntégration) u Le DI définit la capacité de fournir à lensemble des acteurs de lentreprise une image unique, intègre, cohérente et homogène de lensemble de linformation dont ils ont besoin pour jouer pleinement leur rôle.

7 7 ERP - Concepts n CO (Couverture Opérationnelle) u Le CO définit la capacité de fédérer lensemble des processus de lentreprise dans chacun des domaines qui la constituent, et ce, dans une approche transversale qui optimise sa productivité.

8 8 ERP - Définition n ERP (en anglais Enterprise Resource Planning), aussi appelé Progiciels de Gestion Intégrés (PGI), n Cest un ensemble de modules applicatifs - généralement signés par un même éditeur - et travaillant en mode natif sur une base de données unique, au sens logique du terme (même si elle est géographiquement distribuée sur un réseau).

9 9 ERP - Définition n Couverture fonctionnelle classique dun ERP u Gestion comptable et financière u Contrôle de gestion u Gestion de production (type MRP) u Gestion des achats et des stocks u Administration des ventes u Logistique (type DRP) u Paie

10 10 ERP - Définition n Définition donnée par le CXP F « Pour être intégré, un progiciel de gestion doit : Emaner dun concept unique Garantir à lutilisateur lunicité de linformation, assurée par la disponibilité de lintégralité de la structure de la base de données à partir de chacun des modules, même pris individuellement Reposer sur une mise à jour en temps réel des informations dans tous les modules affectés Fournir des pistes daudit basées sur la garantie dune totale traçabilité des opérations de gestion Couvrir soit une fonction (ou filière) de gestion, soit la totalité du système dinformation de lentreprise »

11 11 Linformatique dans les entreprises - Constat n Degré dinformatisation des entreprises u Classement d'après les coefficients DI (Degré dIntégration) et CO (Couverture Opérationnelle) CO DI Type IType II Type IIIType IV Entreprise peu ou pas informatisée Entreprise partiellement informatisée Entreprise traditionnelleme nt informatisée Entreprise intégralement informatisée Après des années de développements informatiques intenses dans tous les départements de lentreprise, on constate trop souvent que les efforts fournis et les résultats obtenus manquent de cohérence et de consistance

12 12 Linformatique dans les entreprises - Constat n Comment atteindre lidéal ? u Grandes entreprises ont 2 handicaps F Parc applicatif important F Obsolescence technique, partielle ou totale, de leurs informaticiens internes u Petites entreprises ont 2 handicaps F Budget F Manque de compétences informatiques en interne sur les nouvelles technologies

13 13 Linformatique dans les entreprises - Les solutions n Pour répondre aux besoins des utilisateurs 3 solutions sont possibles : u Développement classique, u Atelier de Génie Logiciel (AGL), u Progiciel.

14 14 Linformatique dans les entreprises - Les solutions n Ces solutions sont complémentaires : u Développement classique F pour tout ajout de fonctionnalité de taille limitée, u LAGL est préférable F pour un développement de taille moyenne, u Progiciel est réservé F à une refonte complète de loutil informatique.

15 15 Plan du cours n Informatique de gestion dans les entreprises n Les ERP n Mise en place dun ERP

16 16 Les ERP n Le marché (préambule, tendances) n Classification (Editeurs)

17 17 ERP - Le marché (préambule) n Marché récent n Un des marchés les plus porteurs depuis le début de ce siècle n Marché mondial

18 18 ERP - Tendances du marché n Ajout de fonctionnalités par F Rachat F Fusion F Développement interne n Monde Windows ou Unix (car permettent le mode client/serveur) n Interface Utilisateur de plus en plus soignée

19 19 ERP - Tendances du marché n Verticalisation (ou sectorialisation) u Adaptation dun même ERP à des spécificités métiers (chimie, automobile, BTP, grande distribution, finance, santé, …) u Cette adaptation se fait via : F un pré-paramétrage F des modules spécifiques

20 20 ERP - Tendances du marché n Outils émergeants u Outils de modélisation F Les éditeurs livrent de plus en plus doutils de modélisation de lentreprise avec leur ERP. F Lutilisation de ces fonctions de modélisation de flux ou de traitement permettent un gain de temps conséquent sur la phase de paramétrage de lERP. u Outils de tests F Mercury Interactive, Compoware, Adar u Outils dadministration F Tivoli (IBM) - Knowledge Management (BMC Software), TNG (Computer Associates,...)

21 21 ERP - Tendances du marché n Approche « Objet » u Objectifs : F Diminuer le temps de mise en place de lERP F Augmenter la flexibilité de lERP F Déployer des modules indépendamment de la version des autres modules

22 22 ERP - Tendances du marché n Configurabilité u Coût de configuration dun ERP étant toujours très élevé, les éditeurs cherchent le point « C » Niveau de Configurabilité Durée de mise en place Haut Idéal Bas OptimumMoyenneLongue point C

23 23 ERP - Tendances du marché n Interopérabilité u Quel que soit le degré dintégration initial, ladjonction de nouvelles fonctionnalités (fusion, rachats ou développements internes) impose tôt ou tard un certain degré dinteropérabilité des modules.

24 24 ERP - Tendances du marché n Internet - commerce électronique u Permet de diminuer la bande passante utilisée par lERP au sein de lentreprise u Evite la mise à jour des postes clients u Permet à des acteurs externes deffectuer des opération directement dans lERP (commerce électronique)

25 25 ERP - Tendances du marché n Workflow, Gestion Électronique de Documents (GED) et archivage u Intégrer les tâches et les documents de lentreprise à l'ERP u Interopérabilité avec les grands acteurs du marché

26 26 ERP - Tendances du marché - PME / PMI n Grâce à la verticalisation, le déploiement d'ERP devient abordable pour les PME / PMI, mais : u Les éditeurs d'ERP ont encore du chemin à parcourir u Les PME / PMI doivent s'adapter à l'ERP choisi pour limiter les développements spécifiques ==> Il reste une large place pour de petits éditeurs dont les avantages sont : La verticalité avérée (niches) Le coût La proximité

27 27 Les ERP n Le marché (préambule, tendances) n Classification (Editeurs)

28 28 Classification - Les éditeurs n Classification des trois « Pro » u P1 : Produit u P2 : Produit / Processus u P3 : Produit / Processus / Projet

29 29 Classification - Les éditeurs n Éditeurs de type P1 (Produit) u Fournissent uniquement lERP u Conduite du changement est assurée par une société de conseil (ou SSII) u Conduite de projet est assurée par lentreprise elle- même ou par une société de conseil.

30 30 Classification - Les éditeurs n Éditeurs de type P1 (Produit) u Avantages F Indépendances des activités fonctionnelles, opérationnelles, organisationnelles F Existences de meilleures alternatives lors des prises de décision F Traitement approfondi des problèmes car spécialisation des consultants F Maturité de la méthodologie des sociétés de conseil

31 31 Classification - Les éditeurs n Éditeurs de type P2 (Produit / Processus) u L'éditeur livre lERP et soccupe des activités concernant les processus opérationnels u La conduite de projet est assurée par lentreprise elle-même ou par une société de conseil.

32 32 Classification - Les éditeurs n Éditeurs de type P2 (Produit / Processus) u Avantages F Cohésion des activités liées au produit et aux processus F Adéquation entre les besoins opérationnels et les solutions fonctionnelles F Schéma traditionnel de conduite de projet par les informaticiens existants F Equilibre entre contraintes d'implémentation et contraintes opérationnelles

33 33 Classification - Les éditeurs n Éditeurs de type P3 (Produit / Processus / Projet) u Léditeur coordonne lensemble des tâches allant de la vente du produit à la mise en production.

34 34 Classification - Les éditeurs n Éditeurs de type P3 (Produit / Processus / Projet) u Avantages F Cohésion de lensemble des activités de mise en œuvre F Intégrité des activités opérationnelles, fonctionnelles et organisationnelles F Circuit décisionnel court F Rapidité de mise en oeuvre

35 35 Plan du cours n Informatique de gestion dans les entreprises n Les ERP n Mise en place dun ERP

36 36 Mise en place d'un ERP n Nouvelle Organisation n Choix de lERP

37 37 ERP - Nouvelle organisation n Rôles n Équipes

38 38 Une nouvelle organisation - Les rôles n Notions de MOE - MOA fusionnent n Définition du cahier des charges défini en début de projet nexiste plus. n Conduite du changement est intégrée dès le début du projet

39 39 Une nouvelle organisation - Les rôles n Mode client/fournisseur est abandonné au profit du triptyque utilisateur- consultant-informaticien qui se doit dêtre plus coopératif Utilisateur acteur Informaticien intégrateur Consultant expert Définition des processus Expertise fonctionnelle Définition des besoins Expertise technique Travail d'équipe

40 40 Une nouvelle organisation - Les rôles n Utilisateur Trop souvent oublié ou sous-consulté, lutilisateur acquière désormais un rôle primordial : F Propriétaire du processus opérationnel F Définit les besoins F Valide tout changement proposé

41 41 Une nouvelle organisation - Les rôles n Informaticien u Il passe du statut dinformaticien/développeur à informaticien/intégrateur (il passe de maçon à architecte) u Son métier devient de plus en plus complexe : à ses compétences techniques, son esprit analytique, sa rigueur et sa rationalité il doit ajouter : F Connaissance du métier et de lentreprise F Sens des relations F Sens de la Communication F Sens de lorganisation F Travail en équipe F Ouverture desprit

42 42 Une nouvelle organisation - Les rôles n Consultant fonctionnel / technique u Nouveau venu dans le paysage informatique de l'entreprise u Il possède une expertise F produit (que na pas lentreprise) et métier F technique et/ou fonctionnelle F projet u Il vient F De chez léditeur du progiciel F Dune SSII F Freelance

43 43 ERP - Nouvelle organisation n Rôles n Équipes

44 44 Une nouvelle organisation - Les équipes n Létendue des compétences requises exige la participation d'un grand nombre dindividus de cultures très différentes. n La première des difficultés réside à transformer des groupes hétérogènes (ensemble de personnes réunies dans un même lieu) en équipes homogènes (ensemble de personnes unissant leurs efforts pour réaliser une même tâche). n Pour réduire le temps de cycle du processus de prise de décision, les personnes doivent être responsabilisées au maximum.

45 45 Une nouvelle organisation - Les équipes n Répartition en équipe type Bureau exécutif Infrastructure technique Comité de pilotage Mise en œuvre 1 Mise en œuvre 2 Mise en œuvre... Mise en œuvre 3 Mise en œuvre 4 Mise en œuvre... Consultants

46 46 Une nouvelle organisation - Les équipes n Comité de Pilotage - Rôle(1/2) u Lieu où se prennent les décisions les plus importantes u Donne les principales directions de limplantation du projet u Garant du respect du budget alloué par la D.G. u Lien entre la Direction Générale et le projet u Valide les choix de modification de lERP

47 47 Une nouvelle organisation - Les équipes n Comité de Pilotage - Rôle (2/2) u Rôle de Maîtrise dOuvrage : F Identifier, conduire, promouvoir et intégrer le changement dans l'entreprise u Rôle de Maitrise d'Œuvre : F Comprendre, organiser, gérer et implanter le changement à travers l'ERP

48 48 Une nouvelle organisation - Les équipes n Comité de Pilotage - Composition u Doivent être représenté dans le comité de pilotage : F Direction Générale F Directions opérationnelles de l'entreprise F Direction technique du projet u Comité de Pilotage = lieu de prise de décisions : F Il ne doit pas y avoir trop de personnes (6 pers. Max) F Il doit se réunir régulièrement (tous le 15 jours) pour soutenir le rythme du projet

49 49 Une nouvelle organisation - Les équipes n Bureau Exécutif - Rôle u Exécute les décisions prises par le comité de pilotage u Représente lentreprise, léditeur dERP et la société de conseil u Fait le lien entre lentreprise et l'éditeur u Joue le rôle de chef de projet

50 50 Une nouvelle organisation - Les équipes n Bureau Exécutif - Composition u Représentant de lentreprise fait partie du comité de pilotage u Représentant de léditeur doit posséder au sein de sa société disponibilité et autorité : F Disponibilité pour être réactif par rapport aux besoins de l'entreprise F Autorité pour défendre l'entreprise auprès de son management u Tous doivent être rompus au métier de chef de projet

51 51 Une nouvelle organisation - Les équipes n Bureau Exécutif - tâches courantes F Définition et organisation des programmes de formation F Définition des besoins et des profils de consultants F Estimation de la durée des principales phases du projet F Gestion des priorités F Revue des rapports d'activité de consultants F Définition des procédures de travail entreprise / éditeur F Administration des termes et des conditions définis dans le contrat initial F Validation préalable des factures avant règlement F Préparation des réunions de management entreprise/éditeur F Démonstration des nouveaux produits utiles pour lentreprise F Visites dentreprises ayant déjà mis en place les solutions choisies F Suivi de létat davancement du projet

52 52 Une nouvelle organisation - Les équipes n Équipes de mise en œuvre - Rôle u Etape 1 F Recenser, définir et formaliser la documentation des besoins de lentreprise F Définir les changement opérationnels qui pourraient en découler u Etape 2 F Effectuer ladéquation entre ces besoins et lERP F Configurer lERP F Proposer des solutions pour les « trous fonctionnels » (= besoins non couvert par lERP) F Monter en puissance sur la connaissance de lERP (pour le personnel de lentreprise) u Etape 3 F Développer les nouvelles procédures opérationnelles i.e. définir comment utiliser lERP F Former les utilisateurs

53 53 Une nouvelle organisation - Les équipes n Équipes de mise en œuvre - Composition u 2 à 4 membres a temps partiel sur le projet u Animées par lexpert reconnu dans le domaine considéré u Tous les membres ont une compétence métier et opérationnelle et de la disponibilité pour le projet u Une équipe gère de 1 à 3 modules selon leur complexité

54 54 Une nouvelle organisation - Les équipes n Équipe dinfrastructure technique - Rôle u Sassure que chacun des composants techniques est en place, compatible avec lensemble et fonctionne correctement dans le contexte du projet u Intervient durant les phases dimplantation, de mise en production et durant toute la vie de lERP u Ne prend pas de décision importante, mais les influence au travers de son expertise technique

55 55 Une nouvelle organisation - Les équipes n Équipe dinfrastructure technique - Composition u Composée uniquement dinformaticiens en provenance de lentreprise, et, éventuellement, de léditeur et/ou de lintégrateur. u 100 % disponibles pour le projet u Intervention ponctuelle dexpert techniques

56 56 Une nouvelle organisation - Les équipes n Équipe dinfrastructure technique - Périmètre F Plate(s)-forme(s) matérielle(s) serveur(s) F Système(s) dexploitation F Stations de travail clientes F Système dexploitation client F Base de données F ERP F Protocole de communication client-serveur F Réseau F Connexions réseau F Environnement de développement F Sauvegarde / restauration F Support technique F Migration des données + interface entre lancien système et lERP

57 57 Une nouvelle organisation F Rôles Utilisateur Informaticien Consultant F Équipes Comité de pilotage Bureau exécutif Équipes de mise en œuvre Infrastructure technique

58 58 Mise en place d'un ERP n Nouvelle Organisation n Choix de lERP

59 59 Choix de lERP n Préparation de lévaluation n Critères de sélection n Evaluation n Choix et acquisition

60 60 Choix de lERP - Préparation de lévaluation n Quel est le meilleur ERP ? LERP idéal nexiste pas. Cela dépend de lentreprise, de son secteur dactivité, de ses objectifs, de ses existants fonctionnels, opérationnels et informatique. n Lequel doit aller vers lautre ? LERP ou lentreprise ? Les deux à la fois. Avant de choisir un ERP il est important de connaître ses forces et ses faiblesses. Autrement dit : Que doit-on garder, que peut-on remplacer ? ==> Il faut donc bien préparer son évaluation

61 61 Choix de lERP - Préparation de lévaluation n Préparation de lévaluation implique : u Mise en place dune équipe « multifonctionnelle » u Définition dun planning précis u Intervention éventuelle dun consultant extérieur

62 62 Choix de lERP - Préparation de lévaluation n Objectifs u Définir très globalement les spécifications fonctionnelles et techniques u En déduire les modules des ERP à retenir u Décrire les domaines suivants : F support et maintenance attendus F budget, coûts F performances attendues F évolutions prévisibles u Editer une première liste d'éditeurs à contacter u Définir un macro-planning initial u Définir les critères de sélection

63 63 Choix de lERP n Préparation de lévaluation n Critères de sélection n Evaluation n Choix et acquisition

64 64 Choix de lERP - Critères de sélection n Critères de sélection regroupés en 6 catégories : u Critères stratégiques u Critères fonctionnels u Critères technologiques u Critères techniques u Critères commerciaux u Critères méthodologiques

65 65 Choix de lERP - Critères de sélection n Critères STRATÉGIQUES u Les plus importants : F Ils influent sur les directions que peut emprunter lentreprise F Ils mettent en évidence les pressions et influences qui peuvent exister au sein de lentreprise u Définis et validés par la direction générale de lentreprise.

66 66 Choix de lERP - Critères de sélection n Critères FONCTIONNELS u Issus des spécifications fonctionnelles u Doit être complet, précis et concis (Attention à ne pas séparpiller) u Les classer par degré de vitalité de lentreprise : F Classe A : Besoins indispensables à la survie de lentreprise F Classe B : Besoins importants mais non bloquants F Classe C : Besoins secondaire qui seraient un plus u Identifier les informations primaires et sassurer de leur compatibilité avec le nouvel ERP (Codification du code produit, numéro de client, …) u Identifier les besoins en historiques de données

67 67 Choix de lERP - Critères de sélection n Critères TECHNOLOGIQUES u Rédigés par les informaticiens de lentreprise u Permettent dévaluer louverture, lintégration et la portabilité de la solution proposée. F Ouverture : Facilité de migrer vers d'autres environnements technologiques F Intégration : Facilité à intégrer lERP aux autres applications déjà existantes F Portabilité : Impact d'une solution tout ou en partie « propriétaire » i.e. développée, maintenue et supportée par un seul éditeur

68 68 Choix de lERP - Critères de sélection n Critères TECHNIQUES u Englobent l'ERP, le système d'exploitation et le SGBD u Permettent d'évaluer les performances, la robustesse et l'évolutivité de la solution retenue u Tiennent compte de l'existence d'outils annexes (administration, audit, développement, …)

69 69 Choix de lERP - Critères de sélection n Critères COMMERCIAUX u Pérennité de léditeur u Position de léditeur sur le marché u Services fournis par léditeur (formation, hot-line, …) u Disponibilité de consultants experts u Délai de réponse aux incidents éventuels u Complémentarité avec des éditeurs secondaires u Références / Visites de sites déjà équipés

70 70 Choix de lERP - Critères de sélection n Critères MÉTHODOLOGIQUES u Méthodologie adéquate permet de F Garantir le résultat obtenu F Réduire le temps mis pour y arriver u Méthodologie doit être adaptée à lentreprise (son passé, sa culture, sa structure) et à lERP. u Entreprise peut faire appel à un consultant extérieur pour laider dans cette tâche.

71 71 Choix de lERP n Préparation de lévaluation n Critères de sélection n Evaluation n Choix et acquisition

72 72 Choix de lERP - Evaluation n Objectif u Au cours de différentes réunions avec les éditeurs, noter l'ensemble des critères qui ont été définis précédemment. u Attention à ne pas diverger. Il est nécessaire que le jugement porté sur un ERP soit basé uniquement sur les critères préalablement définis.

73 73 Choix de lERP - Evaluation n 1ère étape : Pré-sélection u Avant la première réunion, fournir à l'éditeur F Un descriptif de la société, son environnement, son secteur d'activité F Ses attentes vis-à-vis dun ERP F Ses critères de jugement F La liste des questions qui seront abordées u Pendant les réunions F Chaque intervenant note chacun des critères de jugement 0 : Critère non couvert 1 : Critère insuffisamment couvert 3 : Critère correctement couvert 5 : Critère parfaitement couvert

74 74 Choix de lERP - Evaluation n 1ère étape : Pré-sélection u Après quelques réunions F Multiplier la note par son poids : 1 : Critère secondaire 3 : Critère important non bloquant 5 : Critère critique F Totaliser les points obtenus pour chacun des éditeurs F Réduire la liste des éditeurs de 10 à 3 ou 4 en se basant sur Le total des points obtenus Une appréciation qualitative de chacun des participants F Présenter la short-list à la direction générale

75 75 Choix de lERP - Evaluation n 2ème étape u 3 actions qui peuvent être menées en parallèle : F Visite dun site sur lequel lERP fonctionne F Prototypage des processus clés de lentreprise F Rencontre des directions générales de lentreprise et des éditeurs retenus.

76 76 Choix de lERP - Evaluation n 2ème étape : Visite dentreprise u Visite dun site sur lequel lERP fonctionne, F si possible dans le même secteur dactivité F impérativement en production depuis plusieurs mois u Attentes dune telle visite sont : F Retour d'expérience sur limplémentation et lutilisation de lERP F Le client et lentreprise communiquent dans le même langage, partagent des vues communes, et jaugent l'ERP avec leurs préoccupations métiers.

77 77 Choix de lERP - Evaluation n 2ème étape : Prototypage des processus clés u Modéliser les 2 ou 3 processus majeurs de lentreprise pour lesquels les critères de sélection sont les plus exigeants. u Objectif : bien différencier les éditeurs sur ces points. u Durée : quelques semaines tout au plus

78 78 Choix de lERP - Evaluation n 2ème étape : Rencontre entre les directions générales u Objectifs : F Préparer les futures relations de partenariat F Aborder éventuellement les conditions dun futur contrat F Fournir au management de lentreprise une meilleure perception de l'organisation et de la stratégie de l'éditeur

79 79 Choix de lERP - Evaluation n 2ème étape : Bilan u 4 objectifs majeurs : F S'assurer de la faisabilité F Comprendre létendue et la profondeur de la fonctionnalité F Mesurer la flexibilité de changement et d'évolution F Vérifier la facilité de mise en œuvre

80 80 Choix de lERP n Préparation de lévaluation n Critères de sélection n Evaluation n Choix et acquisition

81 81 Choix de lERP - Choix et acquisition n Choix u Présenter la check-list à la direction générale F Préférer une présentation visuelle F Basée uniquement sur les critères initialement définis F Y adjoindre des recommandations synthétiques ==> Le choix est effectué par la direction générale

82 82 Choix de lERP - Choix et acquisition n Acquisition (1/2) u Transmettre le dossier aux départements juridique et achats pour négocier les termes et les conditions du contrat u Plusieurs contrats peuvent être négociés séparément pour : F LERP F Le matériel F Le système d'exploitation, de base de données, … F Une société de conseil tierce partie sur le projet

83 83 Choix de lERP - Choix et acquisition n Acquisition (2/2) u Clauses contractuelles devant être négociées sont : F Les licences F Les garanties F Le paiement F LERP F La formation F Le conseil F Le support F La hot-line F La documentation F Les mises à jour logicielles, les patchs F...

84 84 Choix de lERP - Choix et acquisition n Choix du matériel u Ce choix est contraint par 3 paramètres : F Choix de lERP F Infrastructure technique actuelle F Budget de lentreprise

85 85 Choix de lERP - Choix et acquisition n Choix du matériel u Ce choix se fait en plusieurs étapes : F Choix de linfrastructure technique (Client/serveur 2 tiers, 3 tiers, …) F Dimensionner chacun des composants (Nombre dutilisateurs, puissance CPU, mémoire vive, espace disque, débit réseau, …) F Comparer les résultats obtenus sur les bancs dessais (benchmarks) F Prévoir lévolution dans le temps (accroissement de l'activité de l'entreprise, taille des historiques, ….)

86 86 Choix de lERP F Préparation de lévaluation F Critères de sélection F Evaluation F Choix et acquisition

87 87 Mise en place d'un ERP n Nouvelle Organisation n Choix de lERP n Coûts

88 88 Coûts n Répartition moyenne des coûts dimplémentation dun ERP par type de prestation

89 89 Coûts n Tendance u Diminution du coût des licences u Hausse du coût de linteropérabilité des diverses solutions en présence ==> Importance dun comité de pilotage fort pour garder lensemble des coûts sous contrôle

90 90 Coûts n Coûts matériels(1/2) u Proviennent de 4 postes : F Serveurs F Stations de travail F Imprimantes F Réseau

91 91 Coûts n Coûts matériels(2/2) u Importance dacquérir 2 plate-formes au minimum : F 1 pour la production F 1 pour le déploiement et le support du projet u Sur des grands projets prévoir d'autres plate- formes pour F Développement F Tests

92 92 Coûts n Coûts logiciels(1/2) u Coûts logiciels sont bien supérieurs aux coûts matériels u On distingue les coûts F Logiciels serveur F Logiciels station de travail F Services rattachés à ces logiciels

93 93 Coûts n Coûts logiciels(2/2) u Pour chaque logiciels se distinguent les coûts F Licence F Installation et de mise à jour (déploiement des patchs correctif) F Mise à niveau (accès aux nouvelles versions) F Support u Les logiciels sont : F Système dexploitation F Système de gestion de base de données F Environnement de développement, AGL ou autre F Outil de reporting F Suite des outils bureautiques F Logiciel de présentation graphique F LERP

94 94 Coûts n Coûts de conseil u Comprennent : F Consultants fonctionnels F Consultants techniques F Intégration F Gestion de projet F Formation u Représentent 5 à 8 fois les coûts de licence (le ration est de 1 à 2 pour une application traditionnelle)

95 95 Coûts n Coûts humains u Liés à lindisponibilité totale ou partielle des acteurs qui participe à limplémentation de lERP u Concerne F Utilisateurs F Informaticiens u Ces coûts perçus comme étant des « manques à gagner » sont difficiles à chiffrer. La question est quauraient apporté ces acteurs sils navaient pas été immobilisés

96 96 Coûts n Coût global u Coût global de la mise en place dun ERP varie de 5 M à 200 M u Ce coût comprend : F Coûts matériel F Coûts logiciels F Coûts de conseil F Coûts humain

97 97 Les coûts F Répartition F Tendance F Coûts matériels F Coûts logiciels F Coûts de conseil F Coûts humains

98 98 1ère Partie : Introduction aux ERP F Informatique de gestion dans les entreprises Concepts des ERP Définition des ERP Constat actuel dans les entreprises Solutions possibles F Les ERP Le marché Classification F Mise en place dun ERP Une nouvelle organisation Choix de lERP

99 99 ERP & Outils collaboratifs 2nde Partie Les Outils collaboratifs Source :

100 100 Plan du cours n Constats n Concept TCAO n Les quatre familles doutils TCAO n Panorama des outils généralistes collaboratifs

101 101 Constats n Nécessité pour les entreprises d'organiser les interactions entre ses employés, de les faire collaborer et coopérer n Aujourd'hui, les informations qui circulent entre les salariés sont des échanges dématérialisés, qui gagnent régulièrement en complexité n Les décideurs doivent sans cesse améliorer la collaboration au sein de leurs équipes, linformatique est venue leur prêter main forte (avec des outils basés sur le concept TCAO)

102 102 Concept TCAO n TCAO pour Travail Collaboratif Assisté par Ordinateur Quatre familles doutils de TCAO: n Les outils de communication de base n Les outils de travail partagé n Les outils d'accès au savoir - ou de Knowledge Management n Les outils de workflow

103 103 Les outils de communication de base (1/2) n Leur rôle est avant tout de faire circuler une information entre deux collègues. n Outils de 1ère nécessité : les outils des 3 autres familles répondent à un besoin plus particulier, même s'ils incorporent nécessairement des fonctions de communication. n Ces outils sont coopératifs : les deux employés qui communiquent avec ce type doutil n'ont pas toujours le sentiment de travailler dans un même but. n On recense : F Le mail F Le chat F Le tableau blanc F La visioconférence F L'Instant Messaging

104 104 Les outils de communication de base (2/2) n Le mail : courrier électronique Outil roi, mais attention aux problèmes de capacité démission/digestion des messages n Le Chat tendrait à reproduire la principe de la conversation orale à l'écrit. Chacun peut intervenir dans le cours de la discussion (dont l'historique peut être conservé). Mais ce média ralentit considérablement les échanges, appauvrit le canal de transmission. n Le Tableau Blanc permet de dessiner et d'écrire sur une page blanche. Chaque intervention est instantanément reproduite sur les écrans des correspondants. n La Visioconférence ajoute aux capacités traditionnelles du téléphone (discussion 1 to 1, ou conférence) l'image (qui peut être dimensionnée comme un timbre poste ou atteindre une haute définition). n L'Instant Messaging permet de recevoir des messages écrits, de courte taille en temps réel, remplaçant avantageusement dans certains cas le téléphone - trop intrusif - et le mail - trop lent.

105 105 Les outils de travail partagé (1/2) n Ils permettent à plusieurs personnes de travailler sur un même document ou sur une même application. n Ce sont des outils de collaboration, puisque les différentes personnes qui les utilisent ont le sentiment d'avancer vers un but commun. n Ces outils sont relativement peu employés. Leur utilisateurs sont souvent de grosses entreprises, mais de petites structures - comme les cabinets d'avocats - peuvent aussi y trouver un intérêt. n On recense : F Le partage d'applications (ex : plusieurs personnes travaillent sur le même plan de la future voiture d'un constructeur automobile) F L'édition partagée F Les forums et outils apparentés

106 106 n Le partage d'applications : Documents ou applications simples (texte sur lequel plusieurs personnes travaillent) Travail conjoint sur des bases de données Les agendas partagés CAO (Conception assistée par ordinateur), méthode et outils logiciels de conception (milieux de l'automobile et de l'aéronautique ) n L'édition partagée : Reste complexe car requière un contrôle avancé des versions et des droits d'accès, afin de pouvoir revenir sur une modification, et de n'autoriser que certaines personnes à intervenir sur telle ou telle partie du projet. n Les forums et outils apparentés : Permettent à plusieurs collaborateurs d'échanger leurs vues sur l'état d'avancement d'un projet. Les outils de travail partagé (2/2)

107 107 Les outils d'accès au savoir ou de Knowledge Management (1/3) n Si un employé a fait l'effort de créer un document, ou de développer une expertise, il peut faire gagner beaucoup de temps à ses collègues : pourquoi créer plusieurs fois le même document - ou développer plusieurs fois la même expertise - lorsqu'on peut les trouver ailleurs dans l'entreprise ? Il faut donc faire en sorte que tous les employés puissent accéder à ces informations. n Les entreprises qui y ont recours sont souvent les grosses PME et les grands comptes. n On recense : F Les bibliothèques F Les outils de peer to peer F Les portails F La cartographie des compétences F Les annuaires électroniques F Les listes de diffusion F Les FAQ F Les WiKi (portails qui s'enrichissent grâce à la contribution des personnes qui les consultent) F Les moteurs de recherche

108 108 Les FAQ Outils actifs de diffusion Les portails Les WiKi Les listes de diffusion La cartographie des compétences Outils passifs de recherche des compétences Les annuaires électroniques Les bibliothèques Outils passifs de recherche de l'information Les outils de peer to peer Les moteurs de recherche Les outils d'accès au savoir ou de Knowledge Management (2/3)

109 109 Les outils d'accès au savoir ou de Knowledge Management (3/3) n Outils actifs de diffusion : Collecte et diffusion dune information pertinente (par questions/réponses : FAQ) Hiérarchisation & personnalisation de linformation (portail) n Outils passifs de recherche des compétences : Répertoires de compétences (outils de cartographie des compétences) permettent de référencer les domaines d'expertise de chaque employé de façon détaillée, afin de pouvoir les retrouver facilement. n Outils passifs de recherche de l'information : Trouver des informations enrichissantes (générées par l'entreprise), ou ré-exploiter une partie du document dans ses propres travaux. Pour pouvoir rechercher un document, il faut qu'une passerelle vers tous les documents de l'entreprise soit créée.

110 110 Les outils de workflow (1/2) n L'intervention du logiciel ne se situe plus au niveau de l'information, de la communication ou de la collaboration, mais au niveau supérieur de la coordination. n Les workflows assistent le chef de projet dans le suivi de son projet, et permettent de contrôler et d'accélérer les interactions entre les contributeurs, les relecteurs et la personne chargée de la validation. n Ces outils sont surtout utilisés par les grands comptes. n On recense : F Les outils de synchronisation F Les outils de gestion des tâches F Les agendas partagés

111 111 Les outils de workflow (2/2) n Outils de coordination entre les collaborateurs, qui interviennent après la phase de définition des processus d'interaction des projets. n Outils chargés de : F collecter les contributions des collaborateurs, F d'automatiser les processus d'interaction, F faciliter la communication entre les hommes. n Outils permettant par exemple : F d'automatiser la planification des tâches, F de créer automatiquement les agendas, F de gérer l'archivage des documents, F de suivre la bonne exécution des documents, F de lancer des alertes.

112 112 Panorama des outils généralistes collaboratifs EditeurNom du produitRéférences Microsoft Exchange Server, Outlook, Sharepoint Portal Server, Content Manager Server Monde : Boeing. France : Accenture, la Croix Rouge, Bosch; l'Oréal, Bouygues. Lotus (IBM) Notes, Domino, Domino.Doc, WorkFlow, SameTime, Quickplace, Discovery Server, Extended Search. Monde : Ericsson, BT. France : Renault, Société Générale. Novell GroupWiseMonde : Elwood Group, Twinings. France : Opéra de Paris. eRoom (Documentum) eRoomMonde : Ford, HP, EDS, Deloitte. France : Airbus, Aventis, Saint Gobain. OpenText LivelinkMonde :Siemens, Unilever, Câble&Wireless. France : Accor, Airbus, Vivendi Universal, La Poste, MAAF Assurances.

113 113

114 114 Merci de votre attention Fin du cours ERP & Outils collaboratifs


Télécharger ppt "1 ERP & Outils collaboratifs 1ère Partie Introduction aux lERP."

Présentations similaires


Annonces Google