La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 1 Ces thèmes sont devenus au fil des années un axe majeur dans notre institution. Celui de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 1 Ces thèmes sont devenus au fil des années un axe majeur dans notre institution. Celui de."— Transcription de la présentation:

1 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 1 Ces thèmes sont devenus au fil des années un axe majeur dans notre institution. Celui de la prévention de la maltraitance nest pourtant pas un thème nouveau. Depuis longtemps et peut-être encore aujourdhui (…), il sagit dun tabou, dans lunivers hospitalier où se développent la réflexion éthique et des politiques de prévention des risques. Ce thème, extrêmement sensible, réinterroge non seulement nos comportements individuels mais aussi nos comportements collectifs, nos modes de pensée et dorganisation du travail et des soins. Ce risque nest pas non plus le fait dun lieu particulier de soins. Les formes de maltraitance peuvent exister partout, sans même que nous ny prenions garde. Il nest quà entendre les témoignages des usagers de lhôpital,- qui ne se plaignent pas en général des soins dispensés mais des « à côté » ( manières de communiquer, dêtre considéré…)-, ou de nous-mêmes, usagers à nos heures, de « lautre côté de la barrière… »… Les différentes formes de maltraitance (actives, passives ou par inadvertance, négligence…) nappellent pas les mêmes réflexions ni les mêmes pistes de réponse. La complexité et la spécificité des situations sont à chaque fois à prendre en compte. Lengagement des acteurs pour la promotion de la bientraitance à tous les niveaux est un préalable indispensable. Lapproche systémique que nous devons tenter davoir est un défi à relever…par nous tous…dans un contexte de plus en plus contraint… PROMOTION DE LA BIENTRAITANCE PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE À LHÔPITAL

2 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 2 Soigner, le premier art de la vie…. Soigner, cest dabord et avant tout « assurer la satisfaction des besoins et des fonctions vitales dans le but dassurer la continuité de la vie et la reproduction de lespèce », mais cest aussi « faire reculer la mort ». Le soin est : « véritable création qui, de lenfantement à la mort, participe au mystère de la vie qui se cherche, de la vie qui éclot, de la vie qui lutte, de la vie qui sestompe, de la vie qui resurgit, de la vie qui sombre… » M-F Collière, Soigner, le premier art de la vie, Paris, 1996, InterEditions, p. 11.

3 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 3 Le « prendre soin » soppose à « être négligeant » La nég-ligence (littéralement: ne pas lier) peut sexprimer par deux attitudes symétriques : - lindifférence - lindiscrétion. Ces deux attitudes ont néanmoins un point en commun : elles ne reconnaissent pas lindividu.

4 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 4 « Prendre soin » « une attention particulière à une personne qui vit une situation qui lui est particulière et ce, dans la perspective de lui venir en aide, de contribuer à son bien-être, à sa santé » La question du sens est au cœur de la démarche de prendre soin … Aller vers lautre, cest une rencontre mais aussi un accompagnement… Comme le souligne W.HESBEEN, il sagit « daccompagner la personne sur son chemin ».

5 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 5 Concept de bientraitance 4 fondements essentiels Culture partagée: dépasse les seuls actes individuels pour toucher à la manière dont, collectivement, les relations et les actions sont pensées et organisées pour respecter au mieux les personnes soignées. Mémoire du risque: pas quune démarche positive; garde en elle la dimension de la vigilance (maltraitance reste possible) Mouvement: pas de solution toute faite, ni de certitude... Recherche provisoire de la personnalisation du soin Croisement des perspectives: pas la vérité dune seule personne. Echanges entre soignants, patients, proches; interpellation de la société civile, traduction par obligations réglementaires. Horizon du mieux possible… Parfois du moins mal possible…

6 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 6 Valeur fondamentale: le respect Létymologie de respecter : –regarder en arrière (respectus) –y regarder à deux fois (re-(a)spicere) Le plus élémentaire pilier de la bientraitance: respect de lêtre humain, dans sa dignité et sa singularité Mouvement volontaire de lhomme qui suspend son activité pour consentir à porter son regard sur un autre que lui Considérer quelquun une deuxième fois en mettant la première impression à distance, en résistant à la première impulsion Cest lhumanité de lautre (sa dignité « inaliénable ») qui éveille ce sentiment de respect Le respect nest donc pas causé par la sensibilité (affects, pulsions), mais est produit par la raison. « Lhumanité est […] toujours digne de respect, et même lorsque lhomme est un mauvais homme, lhumanité en sa personne demeure digne de ce respect » E. KANT

7 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 7 Une manière dêtre dans laccompagnement… Ne peut se résumer à une liste de tâches, ni à une fiche de poste respectée. Dimension de sollicitude envers le patient Préserver un équilibre relationnel en dépit de la dissymétrie inévitable Conception de lêtre humain comme être dexpression, y compris lorsquelle paraît indéchiffrable…. « Lexpérience du visage » (E. Lévinas) La communication verbale et non verbale: support dune démarche de soin bientraitante (place à ce que le patient peut ou ne peut pas comprendre ou accepter à un moment donné du temps). Encourager lexpression sous toutes ses formes pour quelle se déploie le mieux possible…

8 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 8 PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE À LHÔPITAL Pas de définition juridique de la vulnérabilité ou de la maltraitance. Terme fort, mouvant (/réalités sociétales) Conseil de lEurope en 1987 (rapport « Violences contre les personnes agées au sein de la famille »): « La violence se caractérise par tout acte ou omission commis par une personne, sil porte atteinte à la vie, à lintégrité corporelle ou psychique, ou à la liberté dune autre personne, ou compromet gravement le développement de sa personnalité et/ou nuit à sa sécurité financière ».

9 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 9 Violences physiques : meurtre (dont euthanasie), coups, viol, ligotage, soins brusques sans information ou préparation, non satisfaction des besoins physiologiques… Violences psychologiques : langage grossier, irrespectueux ou dévalorisant; absence de considération; abus dautorité, infantilisation, cruauté mentale, menaces… Violences financières : rétention de pension, vols, exigence de pourboire, héritage anticipé… Violation des droits du citoyen: limitation de la liberté, privation de lexercice des droits civiques, dune pratique religieuse… Violences médicamenteuses : manque de soins de base, non information sur les traitements ou les soins, excès de neuroleptiques, privation de médicaments (/douleur) Négligences actives : toutes formes de sévices, abus, abandons, manquements pratiqués avec la conscience de nuire; placement autoritaire, enfermement, ligotage… Négligences passives : négligences relevant de lignorance, de linattention de lentourage; oubli, autonégligence… Des attitudes dirrespect, des non réponses, des familiarités imposées sont aussi des formes de maltraitance CLASSIFICATION INTERNATIONALE DES VIOLENCES ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES ( Pr C.-H. Rapin, gériatre Suisse et L. Plamondon, juriste et sociologue québécois, in « La vieillesse maltraitée », Pr Hugonot, Ed. Dunod, 2000 )

10 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 10 PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE À LHÔPITAL Personnes particulièrement vulnérables : personnes âgées et personnes majeures handicapées Situation de dépendance pour les actes essentiels de la vie Troubles cognitifs et troubles du comportement (incapacité de sexprimer) Situation disolement ou de confinement (se sentir seul face à la situation, méconnaître ses droits, ne pas être conscient de sa situation de maltraitance) Situation de souffrance physique et/ou morale (crainte de parler, ne pas savoir comment agir, sentiment de culpabilité) Les différents acteurs de la maltraitance: -Lacteur -Le complice -La personne présente lors dun acte de maltraitance -La personne absente lors de lacte mais qui sait que celui-ci a eu lieu -La victime

11 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 11 CONCEPTS DAGRESSIVITÉ ET DE VIOLENCE AGRESSIVITÉ : - Nous aide à vivre, force de vie en nous, énergie libidinale. Ce désir vient de linconscient (pulsion). Souvent créatrice de vie. - Comportement de défense liée à lenvie de vivre. - Distinguer impulsivité (passe par le corps) et spontanéité (passe par la pensée). - Dans lagressivité, partenaires (peuvent réagir). VIOLENCE : - Violence sans force et vis-versa ; violence là où il y a viol ou violation. - Irrespect du Droit. - Violence sans forme : indiscrétion, indifférence (ne pas faire la différence entre une chose et une personne). - Désir de toute puissance (suppose que lon manque de puissance). - Négation de lAutre et de soi-même probablement : traiter lAutre en objet et non en sujet.. - Violence destructrice (perversion de lagressivité). - Sources : personnes violentées, violence des adultes, répression des actes ; répression très grave des idées, des pensées, des désirs, des sentiments. La question centrale : lintention ? Notion de maltraitance : habillage contemporain pour parler des deux

12 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 12 PRÉVENTION DES PHÉNOMÈNES DAGRESSIVITÉ ET DE VIOLENCE EN INSTITUTION Facteurs de la violence institutionnelle : Politique de recrutement et daffectation : non-choix Défaut dorganisation : parcellisation des tâches, taylorisation, manque de formation /organisation Manque de reconnaissance Manque ou absence de projets de soins, de projets de vie Manque de connaissances et de formation: sentiment dinsécurité+++ Autres : fatigue, charge de travail, manque de personnel, personnalité du soignant. Niveaux de responsabilités : Patients : agressivité peut induire une contre-agressivité Famille : placement parfois arbitraire Acteurs institutionnels : Direction, encadrement, soignants Décideurs (politique sanitaire et sociale) et population…

13 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 13 Pistes de réflexion et dinterventions : Se référer à des valeurs : intégrer la Charte du patient hospitalisé, la Charte des droits et des libertés des personnes âgées (1987, F.N.G.) ; code déthique, analyse des pratiques, reconsidérer nos règlements intérieurs (engagement des professionnels, des personnes hospitalisées et des familles) Construire un projet de vie « individualisé » : - sappuie sur les besoins, les désirs, les attentes des personnes, prend en compte les ressources des personnes, des familles et des professionnels. -Répondre au besoin de sécurité, au besoin de reconnaissance de la personne. Accompagner un personnel compétent et suffisant : - Connaissance des pathologies, des personnes soignées - Comprendre les manifestations de violence - Améliorer ses capacités de communication - Travail en équipe (régulation des conflits, phénomènes dusure au travail) - Développer la connaissance de soi - Prendre soin de soi - Sélection et affectation du personnel.

14 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 14 Repenser la structure daccueil : - Le cadre architectural - Laménagement du lieu de vie. Agir sur lorganisation institutionnelle : - Améliorer les processus de communication interne -Réunions pluridisciplinaires, analyse des pratiques, groupes de paroles, réunions avec les familles… Dépistage et signalement de la violence : - Situations à risques, personnes à risques - Procédures « dévaluation-détection » - Politique de réglementation écrite - Multidisciplinarité - Respect de la confidentialité - Ne pas cautionner - Signalement aux autorités de tutelle en dernier recours.

15 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 15 Signaler pour bien traiter : Tirer une sonnette dalarme Agir pour la prévention, Mieux connaître les risques de lhôpital Fiche de signalement « dévénement indésirable » (direction de lhôpital, procédure locale) Rôle du cadre Droits, devoirs et protection des professionnels : Consentement (c.) de la personne concernée si possible Information auprès des autorités administratives compétentes (sans c.) Signalement judiciaire au Procureur de la République (en principe avec c.) pour actes graves Protection des professionnels : - Article du Code pénal (aucune sanction pénale ou disciplinaire pour violation du secret professionnel: 1 an de prison et euros damendes) - Loi du 11 juillet 1983 (Droits et obligations des fonctionnaires) : régime de protection.

16 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 16 Création dun comité national de vigilance contre la maltraitance des PA Correspondant DDASS: liens administration, info des personnes statistiques Numéro dappel 3977

17 Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 17 Pour aller plus loin… - Emmanuel Kant, Critique de la raison pratique, Galimard, Folio Essais, Paul Ricoeur, Soi-même comme un autre, Seuil, Emmanuel Lévinas, Totalité et infini, Livre de poche, Rapport mondial sur « La violence et la santé », OMS, Rapport à la DGAS (Direction générale de laction sociale) « Prévenir la maltraitance envers les personnes âgées », Pr Debout, janvier Soins gérontologie N°65 mai-juin 2007; N° ; N° « Mieux connaître les besoins de la personne handicapée », P. Denormandie, D. De Wilde, AP-HP, Doin Editeur, ALMA ( Allo Maltraitance des Personnes Agées): N° AINES VIOLENCES ECOUTE (Association Francilienne pour la Bientraitance des Ainés et/ou Handicapés) : N°AZUR : Eric Zaoui, Donner du sens à sa pratique clinique pour renforcer la bientraitance dans les soins, Revue de linfirmière N°155, Elsevier-Masson, novembre 2009 Sites Internet :


Télécharger ppt "Eric Zaoui, responsable pédagogique, CFCPH, DFDC, DDRH, AP-HP 1 Ces thèmes sont devenus au fil des années un axe majeur dans notre institution. Celui de."

Présentations similaires


Annonces Google