La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le nouveau programme de troisième Evolution des concepts et des notions Académie de CAEN.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le nouveau programme de troisième Evolution des concepts et des notions Académie de CAEN."— Transcription de la présentation:

1 Le nouveau programme de troisième Evolution des concepts et des notions Académie de CAEN

2 On cherche à distinguer chez chaque individu les caractères communs de lespèce des variations qui lui sont propres On met en évidence linfluence des facteurs environnementaux sur la modification de certains caractères On montre que les chromosomes présents dans le noyau et observables au microscope sont le support de linformation génétique On aborde la notion de caractère héréditaire On détermine les caractéristiques chromosomiques des cellules humaines (le terme de chromosome sexuel nest pas exigible) et on envisage les conséquences dun nombre anormal de chromosomes pour montrer par exemple la relation entre caractères et chromosomes Diversité et unité des êtres humains (13 H au lieu de 10 H)

3 Diversité et unité des êtres humains (suite) On aborde la composition en ADN des chromosomes et des noyaux pour montrer la permanence de celui-ci au sein de la cellule. Lextraction et la coloration de lADN des cellules végétales sont attendues. On établit le lien entre la capacité de lADN à se pelotonner et les chromosomes visibles à la division cellulaire. Un gène est défini comme porteur dune information génétique qui détermine un caractère héréditaire ; le concept dunité dinformation est abandonné On envisage le lien entre gènes et chromosomes (idée du nombre de gènes). La notion de locus ne semble plus exigible. La notion dallèle est toujours abordée mais sa définition a légèrement évolué : on parle de versions dun même gène à relier à des différences au niveau de lADN (sans chercher à les visualiser). On envisage la diversité des allèles à léchelle de lespèce et la présence de deux allèles à léchelle de la cellule. Les rapports de dominance entre allèles ne semblent plus exigibles.

4 Diversité et unité des êtres humains (suite) On étudie le lien entre gène et allèles dans lexpression des caractères chez lHomme comme dans lancien programme Le lien entre programme génétique dune cellule et son expression partielle nest plus au programme On parle de conservation de linformation génétique dans les cellules issues de la cellule œuf. On aborde la multiplication cellulaire (ce terme est préférable à division cellulaire) comme dans lancien programme en privilégiant laspect dynamique en référence à lévolution de la quantité dADN au cours du cycle cellulaire. On explique la répartition des chromosomes en 2 lots de 23 paires identiques à ceux de la cellule initiale par fabrication dune copie préalable de chacun des chromosomes.

5 Diversité et unité des êtres humains (fin) Les caractéristiques chromosomiques des cellules reproductrices sont à connaître. On aborde le mécanisme permettant le maintien du nombre de chromosomes au cours des générations (formation des cellules reproductrices par séparation des chromosomes dune même paire puis association de ces cellules lors de la fécondation) On construit le concept dunicité des individus. On cherche à comprendre comment la diversité des cellules reproductrices produites, toutes génétiquement différentes, et leur association au cours de la fécondation permet la transmission dune information génétique provenant du père et de la mère à un nouvel individu dont le programme génétique est nouveau et unique. On en déduit lorigine des chromosomes dune même paire et des allèles dun gène. On montre comment la reproduction crée, par un double hasard, un nouveau programme génétique

6 On cherche à identifier le renouvellement des groupes au cours des temps géologiques par lexploitation du contenu des roches sédimentaires. On quantifie lévolution des groupes dans des périodes données (apparitions, développements, régressions, disparitions). On constate que celle-ci se fait par à coups (extinctions massives, diversifications rapides). On construit plus clairement que dans lancien programme le concept dévolution. Lidée est de faire converger un ensemble de faits dont certains sont indiscutables (le partage dattributs communs entre des espèces actuelles et fossiles, lunité du vivant et de lADN dans les cellules). Évolution des organismes et histoire de la Terre (9h au lieu de 10 h dans lancien programme de quatrième) La comparaison des espèces qui apparaissent et disparaissent au cours du temps conduit à imaginer un lien de parenté entre elles qui sexplique par le concept dévolution.

7 On sintéresse plutôt aux ressemblances entre des groupes (ensemble dorganismes vivants ou fossiles partageant des attributs communs exclusifs) apparus successivement pour déduire la parenté des espèces qui les constituent plutôt quaux espèces directement. On passe dune représentation des espèces en groupes emboîtés à des arbres dapparentement. La dimension temporelle permet de passer à un arbre dévolution dans lequel les fossiles permettent de découvrir les innovations successives. On attend quun élève sache lire un arbre et non quil le construise. On peut déduire de léchelle des temps géologiques utilisée que lévolution nest pas perceptible à léchelle humaine. Comme dans lancien programme on montre quune espèce nouvelle présente une organisation commune et des caractères nouveaux par rapport à une espèce antérieure « dont elle serait issue ». Évolution des organismes et histoire de la Terre

8 On précise lidée dorigine primordiale commune des organismes vivants en réinvestissant des notions sur lunité de la cellule et luniversalité de la molécule dADN dans les cellules des espèces. Évolution des organismes et histoire de la Terre Lapparition de lespèce humaine sur Terre sinscrit dans le cadre du concept dévolution. On cherche à évacuer certaines représentations fausses (lHomme ne descend pas du Chimpanzé, les Australopithèques ne se sont pas lentement transformés en Homo sapiens) On établit le lien entre lapparition des caractères nouveaux et des modifications du programme génétique au cours des générations par les mutations. Il est dangereux de formuler que les groupes ou les espèces dérivent directement les uns des autres (le concept de forme intermédiaire qui permettait de défendre cette thèse est à proscrire).

9 On ne montre plus comment des événements géologiques ayant affecté la surface de la Terre ont modifié au cours du temps les milieux et entraînés des changements dans les peuplements ni comment lapparition de la vie et sa diversification ont pu « transformer » la Terre comme dans lancien programme. A partir de la frise, on doit pouvoir argumenter pour montrer comment les conditions planétaires ont influencé lévolution des êtres vivants. Ainsi, on évoque la sélection exercée au hasard par lenvironnement sur les formes de vie dont les plus adaptées se maintiennent (insister sur cette notion). Mais on se sert des transformations géologiques et de la succession des formes vivantes pour subdiviser les temps géologiques en ères. Une frise chronologique de lhistoire de la vie et des temps géologiques doit être construite par les élèves comme dans lancien programme. La date présumée de lapparition de la Terre est exigible. Évolution des organismes et histoire de la Terre

10 Le constat dune diversité de microbes (bactéries, virus) présents dans lenvironnement est à relier aux notions de contamination et dinfection auxquelles lorganisme est confronté. Les connaissances exigibles concernant les modes de contamination et la distinction entre infection virale et bactérienne sont moindres mais on peut les exploiter dans les activités On parle plutôt de reconnaissance que de détection des éléments étrangers par le système immunitaire. On insiste sur la permanence de cette reconnaissance et sur le délai plus ou moins rapide des effets de la réponse immunitaire. On envisage comme dans lancien programme les moyens de lutte dorigine humaine contre la contamination et linfection : asepsie, antisepsie, préservatif, antibiotiques contre les bactéries mais pas contre les virus. Risque infectieux et protection de lorganisme (10 H au lieu de 8 H)

11 La phagocytose est toujours décrite comme une réaction rapide, réalisée par des leucocytes, qui permet le plus souvent de stopper linfection (le terme de phagocyte nest plus exigible). On aborde le rôle des lymphocytes B qui produisent des anticorps capables de neutraliser les microorganismes et de favoriser la phagocytose. On définit la séropositivité. On envisage le rôle des ganglions lymphatiques dans la multiplication rapide de certains autres leucocytes, les lymphocytes, capables de reconnaître spécifiquement un antigène donné (la notion dantigène reste très générale et les toxines ny sont plus assimilées totalement) Risque infectieux et protection de lorganisme Les organes du système immunitaire ne sont plus étudiés pour eux mêmes. La réaction inflammatoire peut être signalée comme une alerte mais son étude est exclue.

12 Risque infectieux et protection de lorganisme Lélève est capable dexpliquer la spécificité de la relation antigène- anticorps On envisage aussi le rôle des lymphocytes T qui détruisent par contact les cellules infectées par un virus. La mémoire immunitaire (autres lymphocytes) est déduite de la rapidité et de lefficacité dune réaction spécifique postérieure à un premier contact avec lantigène. Son principe est appliqué à la vaccination On se limite à un exemple dimmunodéficience acquise le SIDA en cherchant à montrer exclusivement en quoi le virus du SIDA perturbe le système immunitaire et comment on détecte sa présence (transmission du virus, mode daction, apparition des maladies opportunistes ne sont plus des connaissances exigibles). Ne sont plus au programme : les immunodéficiences innées et la sérothérapie.

13 Responsabilité humaine en matière de santé et denvironnement (13h au lieu de 6h) Les objectifs poursuivis Ancien programme On mobilise et on approfondit des connaissances Lobjectif est essentiellement éducatif On engage une réflexion sur les responsabilités individuelles et collectives concernant certains aspects de la vie citoyenne On choisit de développer plus particulièrement un aspect des deux domaines Santé et Environnement proposés On peut demander un travail assez conséquent aux élèves à la maison Nouveau programme On mobilise et on acquiert des nouvelles connaissances On permet aux élèves dargumenter à partir de bases scientifiques sur des thèmes de société On engage une réflexion sur les responsabilités individuelles et collectives Lobjectif est déduquer au choix et de prendre conscience des questions déthique On cherche à développer lautonomie des élèves dans une démarche de projet. Tout élève doit travailler sur un seul sujet. Le travail est essentiellement réalisé en classe

14 Responsabilité humaine en matière de santé et denvironnement Les capacités à acquérir Des capacités transversales à tous les thèmes Définir une démarche adaptée au projet Sappuyer sur des méthodes de travail Exploiter des documents Sapproprier un environnement informatique de travail Créer, produire, exploiter des données Sinformer Communiquer Prendre part à un dialogue, un débat Rendre compte dun travail individuel ou collectif Des capacités spécifiques déclinées dans une situation dapprentissage Savoir construire son opinion personnelle et pouvoir la nuancer Percevoir le lien entre sciences et techniques Mobiliser des connaissances en situation Envisager les conséquences ou les conditions de réalisation dun phénomène Percevoir quun effet peut avoir plusieurs causes Utiliser les techniques pour surmonter des obstacles

15 Connaissances exigibles Habitudes de vie et apparition de maladies Définir une maladie dorigine nutritionnelle Savoir distinguer obésité et surcharge pondérale Relier certains comportements à lobésité et aux maladies nutritionnelles Connaître les effets dune exposition au soleil par les rayons UV sur lADN Transfusions sanguines, greffes et transplantations Justifier lintérêt de la transfusion dhématies (transport de dioxygène) Savoir que des stocks de produits sanguins et quune mise à disposition rapide dorganes est nécessaire Savoir que la compatibilité sanguine ou tissulaire sont nécessaires pour une transfusion, Savoir que la greffe ou que la transplantation sont nécessaires quand les autres traitements ne conviennent plus Savoir que la mort cérébrale correspond à la mort de lindividu.

16 Connaissances exigibles La pollution de lair et de leau Savoir ce que sont les polluants et connaître leurs différentes origines Mettre en relation avérée ou supposée les effets de gaz polluants avec la santé Connaître deux exemples de comportements raisonnés permettant de limiter les rejets polluants Savoir définir ce quest une agriculture et/ou une industrie raisonnée en lien avec le développement économique, la prise en compte de lenvironnement et de la santé Mettre en relation le développement de nouvelles technologies avec la limitation de rejets polluants. La modification des milieux de vie et la biodiversité Connaître les différents aspects de la biodiversité (diversité des espèces, diversité génétique au sein dune espèce, diversité des milieux et des habitats) Savoir décrire les causes dorigine humaine de la diminution de la biodiversité (destruction des milieux naturels pour créer des espaces cultivables, utilisation des produits phytosanitaires, sélection des espèces) Connaître les intérêts de la biodiversité (évolutif, maintien de lespèce humaine)

17 Connaissances exigibles (fin) Les énergies fossiles et énergies renouvelables Connaître la différence entre énergie fossile et énergie renouvelable Mettre en relation lutilisation des ressources fossiles avec le transfert de carbone du sous-sol dans latmosphère sous forme de CO2. Savoir que lépuisement des énergies fossiles est prévisible selon des données statistiques Savoir que leffet de serre est une conséquence de lutilisation des combustibles fossiles Responsabilité humaine en matière de santé et denvironnement (fin)


Télécharger ppt "Le nouveau programme de troisième Evolution des concepts et des notions Académie de CAEN."

Présentations similaires


Annonces Google