La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Economie de l'internet et des nouveaux médias Economie de l'internet et des nouveaux.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Economie de l'internet et des nouveaux médias Economie de l'internet et des nouveaux."— Transcription de la présentation:

1 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Economie de l'internet et des nouveaux médias Economie de l'internet et des nouveaux médias Master "Economie des télécommunications, de l'internet et des nouveaux médias" 2006 Michel Gensollen

2 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Economie de l'internet et des nouveaux médias (2) e-commerce – intermédiation Economie de l'internet et des nouveaux médias (2) e-commerce – intermédiation

3 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 La transposition sur Internet des modèles réels 1.Web commercial vs web non-commercial 2.La transposition du modèle {média / publicité} 3.e-commerce et transposition de la {distribution – vente} 4.De la vente à l'intermédiation 5.(des)intermédiation – production modulaire

4 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – – Web commercial vs web non-commercial 1 – Web commercial vs web non-commercial

5 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Les sites lucratifs sur le web Linformation sur le web est majoritairement non lucrative 20% environ des pages sont à but lucratif Laudience se partage également entre lucratif et non lucratif le nombre de visites par page (par an) est 4 fois supérieur pour les sites lucratifs Définitions vagues: - non lucratifs : sites personnels ou universitaires -lucratifs : sites d'e-commerce mais quid ? - des sites institutionnels -des sites publics.. Critère - l'internaute paye (mais on peut payer pour une partie seulement) - le propriétaire compte en retirer un profit (mais le profit peut être indirect: économie de coûts)

6 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 L'exemple de l'e-learning 1 L'e-learning est un exemple de l'imbrication des webs média-commerce institutionnel Pendant l'e-bulle, développement de start-ups fournissant des portails d'éducation sur le modèle audience / commerce des interfaces (LMS : Learning Management Systems) des plateformes techniques Aujourd'hui, trois modèles émergent : le payant (University of Phoenix) l'institutionnel (UK : eUniversities) le gratuit (MIT) Il s'agit de modèles transitoires, les techniques n'étant pas encore disponibles pour permettre des gains de productivité

7 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 L'exemple de l'e-learning 2 le modèle payant University of Phoenix : créée en 1989, pour l'enseignement à des adultes cotée en Bourse, délivrant des diplômes, pour des élèves en ligne qui payent des droits d'inscription (> $ / an ; $500 / heure) aussi selon ce modèle : Duke MBA (coût du MBA : le même qu'un résidentiel : $ ) les universités de Stanford, UBS of Columbia, Carnegie Mellon, sous la marque écran (pour protéger leur propre marque) : Cardean University (cursus de BS pour gens actifs) rentabilité difficile : coûts techniques coûts de préparation des cours 5 fois plus élevés le modèle institutionnel : eUniversities Worldwide (UK) Le projet eUniversities ne délivre pas de diplômes, il certifie les diplômes il aide les universités à mettre leurs enseignements en ligne (pour les étudiants étrangers) il facilite l'accès des étudiants à l'enseignement en définissant des cursus (crédits) il facilite les rapports entre universités (échange de modules) ressources de l'eU : droits d'inscriptions et commercialisation des outils de conception de formation (Sun) ; à partir de l'audience, média/commerce en ligne projet lancé en 2000 ; problèmes en 2004 ; disparition en 2005 (embarassing flop)

8 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 L'exemple de l'e-learning 3 Le modèle gratuit : MIT OCW OpenCourseWare OpenCourseWare ( ) mise en ligne de tous les cours et applicatifs September 2002: Course materials from 100 subjects on the OCW web site March 2003: Course materials from 250 subjects released September 2003: Course materials from 500 courses released pas de délivrance de diplômes (simple diffusion d'informations) financement par fondations (projet humaniste) volonté d'être une base de référence de matériels pédagogiques questions de propriété intellectuelle réglées avec les professeurs Pourquoi le MIT raisonne-t-il en ces termes ? ils se placent sur le marché amont de l'enseignement : la normalisation mondiale des techniques liées à l'enseignement (plus tard de l'e-learning) scepticisme sur la possibilité de l'apprentissage en ligne aujourd'hui pour une université US l'enseignement c'est : personal interaction laboratory life small groups Finalement, aujourd'hui, MIT comme les autres universités…

9 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – – La transposition du modèle média / publicité 2 – La transposition du modèle média / publicité

10 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Modèle des médias "réels" et transposition Les médias réels presse, radio, télévision,.. ont deux sources de revenus les {lecteurs / auditeurs / spectateurs} achètent le contenu au détail ou par abonnement parfois le contenu est fourni gratuitement (presse gratuite, radio,..) même dans ce cas, il faut attirer les spectateurs (attention, temps,..) les annonceurs payent pour faire de la publicité ils sont intéressés par l'audience en volume et en segmentation (+/- fine) "Two-sided markets" Leur technique de vente est celle du bundle (bouquet) la chaîne est un bundle de programmes le bouquet (satellite, par ex) est un bundle de chaînes Transposition sur internet des sites payants (à l'abonnement ou au détail) avec de la publicité (bannières : taux de clic < 1%) une structure d'agrégation (un site global renvoyant vers d'autres)

11 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Recettes publicitaires sur Internet Prévisions 98 des recettes de publicité sur Internet en 2003 (US) : 8% à 12% de l'ensemble En fait, ce ratio est en 2004 d'environ 5 % aux US sur un total d'environ 100 milliards $ 3,6 % au niveau mondial La structure n'est pas celle qu'on attendait: surtout keyword search moins de bannières + de publicité sur les moteurs tels Google Coûts des bannières selon taille et position CPM # $ 25

12 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Le contenu payant sur le web Le contenu payant représente peu de chose: en 2002, en Europe (Jupiter R) 10% avaient déjà consommé du contenu payant 40% refusaient de payer dans l'avenir un service en ligne en 2001, en France (Sofres) 12% déclarent qu'ils seraient disposés à payer des services en ligne Source: Jupiter Research

13 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 L'avenir du modèle média sur le web Echec de la transposition: pas de phénomène de portails servant de "chaînes" (Yahoo) les parcours sur Internet ne se font pas principalement à partir des portails mais à partir des moteurs de recherche et de l'historique des parcours personnels (bookmarks) le contenu payant n'est pas "vu" par les moteurs de recherche (Google) pour un contenu payant donné, il existe des contenus gratuits aussi intéressants & plus accessibles Les sites média cherchent un modèle original pour le web mélange de gratuit et de payant par abonnement de l'échantillon à la fourniture presque intégrale la fourniture de compléments à l'information des médias réels stabilisant l'audience réelle pour les médias réels gratuits (radio): fourniture du service en ligne pour les télévisions actuellement compléments d'information ? mais le large bande va faire évoluer les modèles (nouveaux bundlings)

14 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – – e-commerce et transposition de la {distribution – vente} 3 – e-commerce et transposition de la {distribution – vente}

15 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Qu'est-ce que l'e-commerce ? Commerce virtuel: double avantage pour le client, moins de coûts de transaction (moins de coûts de transport) pour le produit, moins de coûts de distribution (gros – détail) Internet (le site web) est vu comme un distributeur virtuel magasin présentant les produits, renseignements, comparaison de produits mais problèmes pour les produits qu'il faut examiner de près (alimentation) présenter les produits efficacement demande le large bande (non disponible en 2000) prise de commande paiement mais questions de sécurité (fourniture de son N° de carte) fourniture du produit mais fourniture onéreuse (modèle logistique de la VPC) qualité de service médiocre (surtout en centre-ville) On tente de copier l'organisation en rue commerçante / centre commercial d'où la notion de "portail" un site qui donnerait accès à d'autres sites commerciaux par exemple Yahoo et son classement logique par gammes de produits mais sur quels critères sont faits les référencements ? pourquoi passer par un portail s'il existe des moyens directs de trouver les produits ?

16 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Réduction des coûts de distribution par l'e-commerce Deux économies dues à Internet court-circuit du grossiste 22% court-cuit du détaillant et du grossiste 61% Slide de Martin Weiss (Université de Pittsburg)

17 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 L'e-commerce : prévisions et réalités En 1999, il était prévu par les bureaux d'études nord-américains The Yankee Group, Forrester Research, Jupiter Research, The Gartner Group etc. un taux de pénétration de l'e-commerce US en 2003 de 6% commerce de détail hors alimentation alors que le taux 1999 était de 0,7% Les taux réels US (mi année) sont: 2001 : 1 % 2002 : 1,2 % 2003 : 1,5 Toutefois, ce taux est très variable selon les secteurs: en 2001 : ordinateurs et software : 27 % livres musique vidéo : 8 % (livres : 20% des acheteurs sont hors des US)

18 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 E-commerce: la position des pays développés en 2002

19 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Le cas d'Amazon.com (1) Crée en 1995 Fait du profit pour la première fois en 2001 La chaîne de valeur vue par les analystes: purchasing site features authentication order management payment fullfilment transport CRM Alors que l'originalité principale d'Amazon ce qui le distingue de son concurrent principal Barnes & Nobel est une fonction comprise dans le "site features" et CRM : le conseil en ligne

20 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Le cas d'Amazon.com (2) Click & Mortar vs pure player amazon.com est une entreprise "pure internet player" barnes & nobel est une entreprise Click & Mortar à la fois un site web de vente ET des magasins réels l'avantage C&M n'a pas vraiment joué devant la qualité du système de conseil Livres, musique, DVD : 54% Appareils (électroniques, cuisine,..) : 18% Services : 7 % Ventes à l'international : 21 %

21 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – – De la vente à l'intermédiation 4 – De la vente à l'intermédiation

22 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Intermédiation / désintermédiation Le modèle de l'intermédiation consiste à remarquer que, en matière commerciale, la valeur vient de la capacité à faire prendre la décision d'acheter venir en coupure au seul niveau quaternaire (du traitement de l'information) entre le commerçant (réel ou virtuel) tout en laissant le reste du système commercial invariant le client prend sa décision sur un site Internet mais achète dans un magasin externalisation de la fonction d'information / conseil L'intermédiation est une activité à fortes économies d'envergure donne lieu à des stratégies spécifiques d'enveloppement accompagne l'évolution des fonctions de production en une partie à économie d'échelle et une partie à économie d'assemblage et d'adaptation

23 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Les caractéristiques de l'intermédiation L'intermédiation est à fortes économies d'envergure (produits) une fois un client répertorié, suivi, fidélisé, il est avantageux d'amortir ce coût fixe sur le plus grand nombre de produits et services d'où la stratégie d'Amazon.com d'extension horizontale tendance à la médiation universelle pour une classe de clients mais économies d'échelle plus faibles (clients) il semble de plus en plus difficile et onéreux d'intermédier des clients les segments atypiques (effectifs faibles) sont difficiles à connaître cf. les difficultés du marketing global mais il existe des économies d'échelle techniques : hébergement, logiciels, etc. sociales : il faut suffisamment de consommateurs pour critiquer les biens rares

24 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Le nouveau marketing produit 1produit 2produit 3produit 4… individu 1 individu 2 individu 3 individu 4 individu 5 individu 6 … On passe d'une organisation de la production, de la publicité, et du commerce par produit (avec des segmentations grossières de la clientèle à partir des usages) selon toutes leurs dimensions à une organisation de l'intermédiation par ensembles de clients dont les consommations sont prises en compte selon toutes leurs dimensions on ne segmente plus la clientèle pour chaque produit mais globalement, par mode vie

25 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Les écosystèmes Le regroupement des biens (pour un groupe d'individus) se fera en familles de biens "liés" pour des raisons liées à la demande (la façon dont les consommateurs se représentent le monde) pour des raisons liées à l'offre (les bundles ayant des avantages économiques de production / distribution) La partition des consommateurs par segments se fait progressivement à partir du "filtrage" des sites (portails, vente,...) cette partition peut dépendre des biens considérés elle peut évoluer dans le temps elle n'est pas forcément la même selon les biens (limite des styles de vie) "écosystèmes" Les ensembles économiquement cohérents de la matrice (individus x biens) sont des "écosystèmes" (i.e. les segments de clients et les bundles de {produits + services} pour lesquels se fait la proposition de valeur) The death of competition : leadership and strategy in the age of business ecosystems de James F. Moore (1996) Digital Capital: Harnessing the Power of Business Webs, de Don Tapscott, David Ticoll, and Alex Lowy (2000)

26 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Les stratégies denveloppement Stratégie d'enveloppement venir en coupure entre le client et le site, le fournisseur, le distributeur, etc. exemples : les sur-moteurs (Copernic, WebCrawler) les sur-ventes aux enchères (Bidder's Edge et eBay) les comparateurs de prix (shopbots) ne sont efficaces que s'ils sont acceptés par une majorité de sites lutte entre les marques des commerçants et les marques des comparateurs d'où la question du droit de propriété de la relation avec le client pour éviter une sorte de free riding sur quelles bases ? propriété sur l'information des bases de données ? à qui appartiennent les informations décrivant les clients ? questions de confidentialité des données personnelles (privacy)

27 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Intermédiation et valeur du client (1) Quelle est la valeur maximale d'un client pour un intermédiateur pur ? Pendant les années la valeur des sites ou des entreprises de réseaux (fixes, mobiles,..) se calculaient uniquement en fonction de la clientèle (audience) les audiences web / réseaux s'échangeaient par achat de clients pour des sommes allant de $ à $ un site personnel : $ (Geocities repris par Yahoo) $ pour un IAP (free) $ pour un abonné mobile (revenus récurrents et ouverture sur le commerce électronique) Terra Networks $ (1,3 million de clients); Tiscali $ (1 million) ces chiffres sont-ils réalistes ?

28 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Intermédiation et valeur du client (2) Si l'intermédiateur intermédie toute la consommation (intermédiable) on trouve des valeurs maximales autour de $ si on suppose des taux d'intermédiation (% pris par l'intermédiaire, net des coûts d'intermédiation) de 10% alors que la marge commerciale brute réelle est de 30% pour un taux d'actualisation de 5% Ce qui suppose que le client est parfaitement captif (loyal) et soit disposé à payer pour des conseils soit que le lien conseil / achat se fait sans coûts (comment ?)

29 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – – (des)intermédiation – production modulaire 5 – (des)intermédiation – production modulaire

30 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Production modulaire Il y a contradiction entre : des productions à économies d'échelle croissantes part croissante de la recherche-développement part croissante de la partie informationnelle / logicielle la logique de concurrence monopolistique différenciation des produits segmentation des clients D'où les tentatives de séparer la production en deux phases une phase de production de biens ou services standards bruts P "briques blanches" une phase d'assemblage et d'adaptation de ces éléments AA pour un segment spécifique de clientèle (voir un client particulier)

31 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Production – Assemblage – Adaptation

32 P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Produits modulaires: logique d'assemblage Trois cas possibles le cas intégré: {P + AA} est réalisé par la même entreprise on parle de back office pour les modules standardisés (PpB) et de front office pour leur assemblage pour un client particulier (PpA) le cas intermédié: P et AA sont faits par deux entreprises différentes une entreprise fait les briques blanches (P : économies d'échelle) un intermédiaire les assemble et fait l'interface avec les clients (AA) la qualité de l'intermédiation AA repose sur la connaissance du client la désintermédiation: le client assemble lui-même les briques blanches les briques blanches sont vendues sur le marché final le consommateur résout les problèmes d'assemblage éventuellement avec l'aide d'un intermédiaire en ligne qui fournit des informations des logiciels des services d'assurance et de sécurité


Télécharger ppt "P2 Master – Economie de l'internet et des nouveaux médias - MG – 2006 Economie de l'internet et des nouveaux médias Economie de l'internet et des nouveaux."

Présentations similaires


Annonces Google