La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les Maladies virales Infantiles MICROBIOLOGIE DCEM1 Mercredi 11 Février 2009 Nicolas LEVEQUE Laboratoire de Virologie CHU Robert Debré - Reims Mail :

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les Maladies virales Infantiles MICROBIOLOGIE DCEM1 Mercredi 11 Février 2009 Nicolas LEVEQUE Laboratoire de Virologie CHU Robert Debré - Reims Mail :"— Transcription de la présentation:

1 Les Maladies virales Infantiles MICROBIOLOGIE DCEM1 Mercredi 11 Février 2009 Nicolas LEVEQUE Laboratoire de Virologie CHU Robert Debré - Reims Mail :

2 Les Maladies virales Infantiles Rougeole (Oreillons) Rubéole Parvovirus B19 HHV6 Entérovirus non polio HSV et VZV

3 Les Maladies virales Infantiles Le virus Épidémiologie Manifestations cliniques Complications Diagnostic virologique Traitement/prophylaxie

4 Les Maladies virales Infantiles Rougeole (Oreillons) Rubéole Parvovirus B19 HHV6 Entérovirus non polio HSV et VZV

5 Les éruptions cutanées virales Définitions Macules: petites lésions érythémateuses Papules : lésions oedémateuses de petites tailles ! Pas de virus dans les lésions Vésicules: décollement de lépiderme formant une bulle remplie de liquide claire ! Présence du virus dans les lésions

6 Les éruptions maculo-papuleuses Le virus de la rougeole

7 Famille des paramyxoviridae (VRS, parainfluenzae, oreillons) Genre MorbillivirusARNEnveloppe Glycoprotéine H (dattachement) et F (de fusion) 1. Le Virus

8 2. Épidémiologie strictement humain Virus strictement humain voie respiratoire Transmission inter-humaine par voie respiratoire Très contagieuse ( Très contagieuse (90 à 100% des enfants dune même famille) Avant la vaccination Avant la vaccination : Grandes épidémies tous les 2 à 5 ans chez lenfant de 1 à 6 ans Principale cause de mortalité infantile dans les PEVD

9 Contagiosité 10 jours à 3 semaines Catarrhe oculo-naso- bronchique fébrile 3. Manifestations cliniques Jusquà une semaine 5 jours avant-12 jours après lapparition de léruption

10 Signe de Köplick Eruption Oreille => visage => tronc

11 Évolution favorable le plus souvent ! Immunosupression = surinfections bactériennes -pneumopathie -Otite moyenne (pneumo, strepto, haemophilus) -kératite Complications neurologiques Précoce : Encéphalite ( 1 cas pour rougeoles) Tardive : PanEncéphalite Subaigue Slérosante (PESS) 4. Complications

12 La sérologie: Sang et SaliveLa sérologie: Sang et Salive -Recherche dIgM spécifique -Mise en évidence dune séroconversion Recherche de lARN viral par RT-PCRRecherche de lARN viral par RT-PCR -Sang/urines/salive -Envoi au laboratoire de Caen associé au CNR Rq: ARN viral peut être détecté 5 j avant léruption et 12 j après 5. Le Diagnostic virologique

13 Le Kit Salivaire

14 6. Traitement/Prophylaxie Les vaccins disponibles (virus vivant atténué) : Monovalent ROUVAX Trivalent (rougeole-oreillons-rubéole) ROR-VAX ou PRIORIX CI : femme enceinte, jusquà 2 mois après la vacc. Le calendrier vaccinal Vaccination recommandée mais non obligatoire

15 Le virus des oreillons

16 Famille des paramyxoviridae Genre ParamyxovirusARNEnveloppe Glycoprotéine HN (dattachement et libération) et F (de fusion) 1. Le Virus

17 2. Épidémiologie strictement humain Virus strictement humain voie respiratoire Transmission inter-humaine par voie respiratoire Épidémies en Hiver et au Printemps Enfants de 2 à 7 ans / Adultes jeunes 70% des infections sont asymptomatiques

18 Incubation = 18 j. blood contact maladie Virus dans salive Ac Manifestations neurologiques Manifestations glandulaires 3. Manifestations cliniques Contagiosité 2 jours avant et 5 jours après

19 3. Manifestations cliniques Parotidites

20 4. Diagnostic virologique Diagnostic direct : immunofluorescence culture PCR LCR oreillons = 2ème cause de méningite lymphocytaire chez lenfant Sérologie contrôle du statut immunitaire mise en évidence dune séroconversion pvt respiratoire (nez)

21 5. Traitement/Prophylaxie Aucun antiviral / traitement symptomatique Vaccin vivant atténué 1 injection SC seul ou associé avec les vaccins anti rubéole et rougeole

22 Le virus de la rubéole Les éruptions maculo-papuleuses

23 1. Le virus Famille des Togaviridae Genre RubivirusARNEnveloppe Glycoprotéine H (dattachement)

24 2. Épidémiologie Transmission inter-humaine voie respiratoire voie respiratoire Epidémies en Hiver et au printemps Enfants de 5 à 9 ans

25 Incubation = 16 j. contact maladie Virus dans salive Ac 3. Manifestations cliniques ! 50% des infections sont asymptomatiques Incubation = 13 à 20 jours Éruption = 3 jours Contagiosité = 1 semaine avant et après

26 A. Rubéole post-natale : Fièvre Exanthème Poly-adénopathies Complications : arthralgies, encéphalite (1/10000)

27 grossesse Risque +++Risque +Risque (mois) B. La Rubéole congénitale : Au cours de lembryogénèse cataracte, microphtalmie, rétinopathie persistance du canal artériel, hypoplasie de lartère pulmonaire surdité uni- ou bilatérale, atteinte du SNC 90%25%100%

28 grossesse Risque +++Risque +Risque (mois) B. La Rubéole congénitale : Si foetopathie Retard de croissance in utero hépatomégalie, purpura thrombopénique, anémie hémolytique, encéphalite, pneumopathie interstitielle phénomènes auto-immuns = cas de diabètes parfois tardifs ! Anomalies pouvant passer inaperçues à léchographie

29 4. Diagnostic virologique D iagnostic indirect sérologie +++ statut immunitaire en prénuptial ou anténatal primo-infection chez mère et rubéole congénitale chez bébé (IgM ou séroconversion) PCR sur liquide amniotique

30 5. Traitement/Prophylaxie Vaccin vivant atténué pour la rubéole 1 injection SC seul ou associé avec les vaccins anti rougeole et oreillons ! Femmes séronégatives avant sortie de maternité

31

32 Le Parvovirus B19 Les éruptions maculo-papuleuses

33 1. Le Virus Famille des Parvoviridae Genre Erythrovirus Structure du virus –virus nu à ADN monocaténaire –Polarité positive ou négative Cellules cibles précurseurs érythroïdes antigène P (globoside, P-, AC)

34 40% des adultes (20 à 30 ans) sont séropositifs Transmission par voie respiratoire, transfusion, mère-enfant Epidémies dans les collectivités denfants (5 ème maladie) en Hiver et au Printemps 2. Epidémiologie

35 Mégalérythème épidémique Syndrome en gants et chaussettes Arthralgies = 10% des enfants / 30% des adultes Crises érythroblastopéniques ! Si pathologies du GR Complications neuro-méningées exceptionnelles 3. Manifestations cliniques

36 Infection fœtale –Si PI chez la mère (3,8%) –Tropisme viral pour les précurseurs érythroïdes fœtaux –anémie + myocardite anasarque fœto-placentaire – 2 ème trimestre de la grossesse –Tt : transfusions in utero sinon mort dans 90% des cas

37 4. Diagnostic dune infection à parvovirus B19 Diagnostic indirect : ELISA (IgM/IgG) Diagnostic direct : pas de culture PCR (capside) => Sang/möelle liquide amniotique

38 Culture du PVB19 microscopie électronique Pas de culture standard Rares lignées cellulaires (HEPG2, UT7/Epo, KU812Ep6)

39 5. Traitements/Prophylaxie Aucun antiviral/vaccin Traitement symptomatique

40 Les éruptions maculo-papuleuses Exanthème subit ou 6ème maladie (roséole infantile) *Virus responsable :HHV-6

41 Les éruptions vésiculeuses Syndrome pieds-mains- bouche Virus responsable: Coxsackievirus A 16

42 Les éruptions vésiculeuses Herpangine * Virus responsables : entérovirus (Coxsackievirus A ou B, Echovirus)

43 HSV-1 –Primoinfection Enfance (++) Asymptomatique le plus souvent (9/10) Sinon gingivostomatite herpétique Les éruptions vésiculeuses : les Herpes simplex virus

44 Les éruptions vésiculeuses Virus de la varicelle et du zona

45 Techniques: Détection dantigènes +++ (IF, ELISA) Culture : facile, rapide (2-3 j) Les éruptions vésiculeuses Diagnostic virologique

46 Une épidémie nosocomiale… ……à partir dune épidémie familiale

47 Lundi 21/01/08Lundi 21/01/08 Jeune femme de 20 ans sans profession Séparée, 2 enfants de 6 et 16 mois Toux sèche et odynophagie Le soir: Hyperthermie à 41°C paracétamol 1 g 15 minutes après : éruption prurigineuse SOS médecins corticoïdes IM résolution de léruption Lépidémie familiale : le cas index

48 Mercredi 23/01/08Mercredi 23/01/08 –Persistance de lodynophagie et de lhyperthermie SOS médecins: diagnostic dangine Augmentin ® 1g x 3 Vendredi 25/01/08:Vendredi 25/01/08: –Récidive de léruption cutanée + hyperthermie –Conjonctivite –Syndrome pseudo-grippal Lépidémie familiale : le cas index

49 Mardi 29/01/08:Mardi 29/01/08: Passage aux urgences puis hospitalisation au 8 éme Passage aux urgences puis hospitalisation au 8 éme –Hyperthermie –Crépitants de la base droite –Éruption maculo-papuleuse à type de plaques confluentes Lépidémie familiale : le cas index

50 + une angine érythémateuse avec des points blanchâtres à la face interne des joues

51 Dun point de vue biologiqueDun point de vue biologique : Lymphopénie à 0.4 G/L Thrombopénie à 146 G/L Cytolyse hépatique: ALAT 4xN et ASAT 7xN CRP à 52mg/L Lépidémie familiale : le cas index

52 Immuno/allergique:Immuno/allergique: –Toxidermie Infectieuses:Infectieuses: –EBV (+ amoxicilline) –Mycoplasme (Syndrome de Stevens Johnson) –Parvovirus B 19 –Rubéole, HHV6 –Syphilis –Rougeole Lépidémie familiale : Hypothèses diagnostiques

53 Diagnostic VirologiqueDiagnostic Virologique –Sérum prélevé le 29/01 (à J8) EBV : VCA et EBNA G+, VCA M- CMV : Séronégative Mycoplasme pneumoniae: IgG+/ IgM - Parvovirus: IgG+/IgM - Les autres ? Lépidémie familiale : le cas index

54 La rougeole : DIAGNOSTIC DE ROUGEOLE Ig MIg G 29/01/08POSITIF2400mUI/L 29/05/07NEGATIF< 100 mUI/l Lépidémie familiale : le cas index

55 Jeudi 31/01Jeudi 31/01 –Mise en isolement respiratoire –Se plaint de vision floue Examen ophtalmologique kératite superficielle Samedi 02/02Samedi 02/02 –Bonne évolution Sortie le mardi 05/02Sortie le mardi 05/02 pour des raisons pratiques …. Lépidémie familiale : le cas index

56 Hospitalisé le dimanche 03/02 en pneumologie - Pour dyspnée fébrile, toux puis signe de Koplik, éruption maculo-papuleuse et kératite superficielle Sérologie rougeole :Sérologie rougeole : –05/02/08: IgG - / IgM douteuses –12/02/08: IgG + à 400mUI/L / IgM+ DIAGNOSTIC DE ROUGEOLE Lépidémie familiale : le mari

57 Hospitalisé le 05/02 aux urgences pédiatriques - pour hyperthermie, éruption et signe de Koplik - Non vaccinés comme les parents - Sérologies rougeole négatives - Détection de lARN dans le sérum Lépidémie familiale : les enfants DIAGNOSTIC DE ROUGEOLE

58 Lépidémie familiale : létude phylogénétique Deux génotypes D4 et D5 1 seule souche Plusieurs épidémies récentes majeures Roumanie, Royaumes unis, Espagne, Allemagne Lyon 2006 (Roumanie) Reims = Irlande 2007 ou couramment en Angleterre D4 :

59 86 cas de rougeole déclarés entre juillet 2005 et juin 2007 BEH cas = épidémie la plus importante depuis la mise en place du plan déradication et de notification obligatoire des cas Lépidémie familiale : lépidémiologie NB : 29 cas en PACA (Nice et Monaco)

60 92 % dans la marne 95 % pour éliminer un risque épidémique Lépidémie familiale : lépidémiologie

61 Reste inconnue Patiente source : pas demploi, pas de voyage, pas de contact avec personne malade ou de visite au cours des 18 jours ayant précédés la maladie La femme, le mari et les deux enfants = première génération de cas Leur hospitalisation = 2 autres générations Lépidémie familiale : Origine de linfection ?

62 Cas index Ex-mariFils1Fils2 Ex belle-sœur Externe IDE Enfant (4 a) IDEEnfant (7a)Enfant (11 mois) Adulte (46a)Enfant (14a)Adulte (27a) Frère (7a) Transmission hospitalière Transmission cabinet médical Une épidémie de rougeoles nosocomiales… ……à partir dune épidémie familiale

63 Transmission dans le service de chirurgie

64 Mesures prises Non respecté à lorigine de lépidémie

65 4 complications observées sur 21 cas : -2 pneumopathies -1 Otite moyenne (pneumo, strepto, haemophilus) -1 kératite Lépidémie familiale : lévolution clinique


Télécharger ppt "Les Maladies virales Infantiles MICROBIOLOGIE DCEM1 Mercredi 11 Février 2009 Nicolas LEVEQUE Laboratoire de Virologie CHU Robert Debré - Reims Mail :"

Présentations similaires


Annonces Google