La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES ACCIDENTS DE LA VIE COURANTE Joëlle HUTINET Ecole de Santé Publique Faculté de Médecine.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES ACCIDENTS DE LA VIE COURANTE Joëlle HUTINET Ecole de Santé Publique Faculté de Médecine."— Transcription de la présentation:

1 LES ACCIDENTS DE LA VIE COURANTE Joëlle HUTINET Ecole de Santé Publique Faculté de Médecine

2 OBJECTIFS Définir un accident de la vie courante Analyser son épidémiologie Rechercher les causes Analyser les conséquences individuelles et collectives Présenter les différents acteurs de lutte contre les AcVC Citer des dispositifs mis en place pour lutter contre leur apparition

3 PLAN 1.Définition 2.Epidémiologie par causes 3.Conséquences 4.Dispositif institutionnel 5.Législation 6.Conclusion

4 DEFINITION Les accidents de la vie courante (AcVC) sont des traumatismes non intentionnels qui se répartissent usuellement selon le lieu ou lactivité : les accidents domestiques, se produisant à la maison ou dans ses abords immédiats, les accidents scolaires, les accidents de sport ou de vacances, et les accidents de loisirs, les accidents survenant à lextérieur

5 EPIDEMIOLOGIE Chaque année en France, 11 millions d'accidents de la vie courante avec 4,5 millions de blessés et décès

6 EPIDEMIOLOGIE Les accidents de la vie courante touchent tous les milieux et toutes les tranches dâges, mais plus particulièrement : –Les enfants de moins de 15 ans –les personnes âgées de plus de 65 ans

7 MORTALITE décès par an 55 morts chaque jour contre 14 pour la route 3,6% des causes de décès Principales causes : les chutes et les suffocations (71 %) personnes > de 65 ans décèdent des suites dune chute Viennent ensuite : les noyades, les intoxications et les accidents causés par le feu ( accidents/an par le feu)

8 Principales causes de décès ( source InVS – BEH du 2 octobre 2007) 2004<1an 1-14ans15-64ans65-75ans >75ansTOTAL Chutes Suffocations Noyades Intoxications Incendies Autres

9 MORBIDITE Les accidents domestiques (intérieur et extérieur immédiat de la maison) représentent près de 50 % des accidents de la vie courante ; Parmi les accidents domestiques, près d'un quart se produisent dans la cuisine.

10 Répartition des différents types dAcVc selon lâge en France en 2006 source: BEH mars 2010

11 Répartition des blessures et accidents corporels chez les personnes de 65 ans et plus en 2005 source: Populations et Sociétés Juin 2010 Les PA particulièrement touchées en particuliers par les chutes, les suffocations et les intoxications

12 PRINCIPAUX RISQUES ENFANTS Accidents domestiques chutes, suffocations brûlures Accidents de sports et de loisirs aires de jeux, piscines, match de foot, manèges Traumatismes, noyades PERSONNES AGEES Accidents domestiques chutes, 80% des AcVc chez PA (problèmes de vue, inadaptation du domicile) suffocations x3 en 30ans (démences, AVC)

13 AUTRES CAUSES Minimotos Quads Piscines privées Sports dhiver Tondeuses à gazon Échafaudages domestiques…..

14 CONSEQUENCES INDIVIDUELLES Décès Séquelles Handicaps, Dépendance Blessures : Chez les enfants, - 29% des accidents entraînent contusions ou des hématomes, - 24 % des plaies, - 15 % des fractures et 13 % des entorses. La tête touchée dans un tiers des cas, Les membres sensiblement plus d'une fois sur deux.

15 CONSEQUENCES COLLECTIVES Les hospitalisations résultant d'un AVC représentent près de 12 % du total des hospitalisations approchent les 10 % des dépenses de santé - en coûts directs (consultations, soins, hospitalisations, examens, appareillage...) - en coûts indirects (arrêts de travail, accélération de la dépendance) Les AcVc feuilles de soins par an

16 CONSEQUENCES COLLECTIVES Pour un DC tous âges confondusPour un DC chez les moins de 25ans 40 hospitalisations150 hospitalisations 340 recours aux services d'urgence 2700 recours aux services d'urgence 450 recours aux généralistes4900 recours aux généralistes

17 CONSEQUENCES COLLECTIVES Le coût des AcVC rarement étudié en France. Une étude de la (CNAMTS) réalisée en 1997 auprès d'assurés sociaux de deux CPAM rendait compte d'une moyenne estimation des coûts (coûts directs plus coûts des arrêts de travail) entre 100 et 500 euros par accident et par an en France

18 PREVENTION PRIMAIRE EMPECHER LACCIDENT EN PARTICULIER CHEZ LES ENFANTS ET LES PERSONNES AGEES INFORMATION,SENSIBILISATION

19 PREVENTION PRIMAIRE

20 AMENAGEMENT DE LA MAISON

21 PREVENTION SECONDAIRE DIMINUER LA GRAVITE DE LACCIDENT LIMITER SES CONSEQUENCES Les 4 étapes pour porter secours : 1.Sécurisez le lieu de l'accident et les personnes impliquées 2.Appréciez l'état de la victime 3.Demandez de l'aide 4.Effectuez les gestes de premiers secours

22 PREVENTION SECONDAIRE Connaître les numéros durgence - Samu 15 - Pompiers 18 - Urgence Europe Samu social Centre Anti poison de la région : Nancy

23 PREVENTION SECONDAIRE Connaître les gestes durgence pour : arrêt cardiaque, arrêt respiratoire, étouffement Source : Doctissimo.fr Source : Croix-rouge.fr

24 PREVENTION TERTIAIRE REEDUCATION, PREVENTION DES RECHUTES Promouvoir laménagement des domiciles des personnes âgées améliorer la vie des accidentés, pour quils soient reconnus et traités en citoyens à part entière. (FNATH)

25 DISPOSITIF INSTITUTIONNEL

26 LA POLITIQUE DE PREVENTION Les deux populations plus particulièrement touchées par les accidents de la vie courante sont prises en compte dans les objectifs associés à la loi relative à la politique de santé publique du 9 août Objectif 93 - Accidents de la vie courante chez les enfants et les adolescentsAccidents de la vie courante chez les enfants et les adolescents - Objectif 99 - Chutes des personnes âgéesChutes des personnes âgées

27 LA POLITIQUE DE PREVENTION La prévention passe par différents acteurs publics selon leur compétence : - lapproche épidémiologique en lien avec lInstitut de veille sanitaire (InVS) - léducation pour la santé : lInstitut national de prévention et déducation pour la santé (INPES) - lapproche produit : la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF)

28 LA POLITIQUE DE PREVENTION Un plan national de prévention des AcVC copiloté par la DGS et la DGCCRF examiné chaque année depuis mars 2007 au niveau du Comité national de santé publique (CNSP) qui suit sa mise en oeuvre.Un plan national de prévention des AcVC

29 LES INSTITUTIONS : Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes 3missions: - La régulation concurrentielle des marchés La régulation concurrentielle des marchés - La protection économique des consommateursLa protection économique des consommateurs - La sécurité des consommateurs : préserver la sécurité physique et la santé des consommateursLa sécurité des consommateurs intervient sur tous les produits, alimentaires et industriels et à tous les niveaux (production, importation, distribution) ainsi que sur les services. réalise et diffuse, des supports de communication spécifiques (dépliants, brochures, stands, jeux interactifs pour les enfants).dépliantsbrochures

30 LES INSTITUTIONS : La Commission de Sécurité des Consommateurs Autorité Administrative Indépendante créée par la Loi du 21 juillet 1983 relative à la sécurité des consommateurs. MISSIONS : -Emettre des avis, sur tous types de produits et de services présentant des risques. - Informer le public. - Recenser les accidents et les risques de la vie courante.

31 LES INSTITUTIONS : La Direction de la Sécurité Civile Structure centrale, responsable de la gestion des risques en France, des accidents de la vie courante ou des catastrophes majeures Placée sous l'autorité d'un Préfet, elle compte dans ses rangs 2500 personnels civils et militaires répartis sur 60 sites

32 LES INSTITUTIONS : La Direction de la Sécurité Civile 4 bureaux qui la composent dont Le bureau de la réglementation incendie et des risques de la vie courante : - élabore les textes législatifs et réglementaires relatifs à la prévention du risque d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public et les immeubles de grande hauteurprévention du risque d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public et les immeubles de grande hauteur - gère des dossiers prioritaires dans le domaine de la prévention des risques de la vie courante (défenestrations, noyades, intoxications au monoxyde de carbone, sécurité en montagne, incendies domestiques…).risques de la vie courante

33 LES INSTITUTIONS : LES SAPEURS POMPIERS sapeurs pompiers dont 79% volontaires Dans chaque département, les sapeurs-pompiers dépendent d'un organisme public, le Service départemental d'incendie et de secours (SDIS), financé par les collectivités locales (communes, conseil général) et administré par des élus locaux. près de 2,9 millions dinterventions de secours à personnes réalisées en 2009 par les sapeurs- pompiers, soit 68% de leurs missions.

34 ET AUSSI….. DE NOMBREUSES ASSOCIATIONS: Associations des accidentés de la vie : association de défense de tous les accidentés de la vie, des malades, invalides et handicapés adhérents

35 ET AUSSI….. DE NOMBREUSES ASSOCIATIONS : Associations des parents denfants accidentés par strangulation APEAS

36 LE CADRE LEGISLATIF Loi de modernisation de la Sécurité civile du 13 août idées : La sécurité civile doit être laffaire de tous Mieux se préparer aux risques Stabiliser linstitution des services dincendie et de secours dans le cadre du département Encourager les solidarités

37 Le Gouvernement envisage de déclarer la prévention des AcVC comme « Grande cause nationale » en CONCLUSION

38


Télécharger ppt "LES ACCIDENTS DE LA VIE COURANTE Joëlle HUTINET Ecole de Santé Publique Faculté de Médecine."

Présentations similaires


Annonces Google