La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Collaboration cancérologues-gériatres

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Collaboration cancérologues-gériatres"— Transcription de la présentation:

1 Collaboration cancérologues-gériatres
Docteur Laure de Decker CHU Nantes

2 Collaboration cancérologues-gériatres
Docteur Laure de Decker CHU Nantes Avril 2013  Bonjour je vais aborder avec vous ce jour la collaboration gériatres-cancérologues.

3 Sommaire Problématique Méthodes Résultats Discussion Conclusion
Introduction : Intérêt du sujet Problématique Méthodes Résultats Discussion Conclusion Pour cela, la présentation va être décliné en plusieurs paragraphes : introduction, problématique, méthodes, résultats, discussion en finissant par la conclusion.

4 Introduction : Intérêt du sujet
Le vieillissement de la population En France, l’espérance de vie à la naissance ne cesse d’augmenter. La projection épidémiologique de l’évolution du nombre de personnes âgées dans les 50 prochaines années met en évidence une part de plus en plus importante de cette population dans notre pays. Toulemon L, INED

5 Introduction : Intérêt du sujet
Organisation de soin nécessitant une amélioration de la performance : efficience, efficacité Ces constatations se font dans un environnement financier ou l’efficience devient une nécessité alors que les dépenses en lien avec cette pathologie sont importantes. Valorisation des actes de soins en cancérologie INCA 2009

6 Introduction : Intérêt du sujet
Oncogériatrie Discipline naissante recommandée par l’INCA Nécessité de développer la collaboration cancérologue gériatre pour l ’organisation de la prise en charge des patients âgés cancéreux Une des réponses portée, par les professionnels de santé et par les institution en charge du cancer au niveau national, pour répondre à cet enjeu sociétal est le développement de  l’oncogériatrie. Discipline pouvant permettre d’améliorer la qualité et peut être l’efficience de la prise en charge des patients âgés cancéreux. Cette activité nécessite une collaboration gériatres-cancérologues. Et pourtant le constat met en évidence une faible collaboration dans le processus de soins.

7 Introduction : Constat
Peu de patients actuellement bénéficient de la collaboration cancérologues-gériatres

8 Problématique Les difficultés à la collaboration cancérologues gériatres La problématique est donc en lien avec les difficultés à la collaboration cancérologues-gériatre : les savoirs explicites et tacites

9 Intérêt de la problématique
Intérêt Pratique : Amélioration de la performance des soins en modifiant l’organisation Intérêt Méthodologique : Proposition d’un modèle théorique enrichi permettant une réflexion qualitative sur la collaboration Intérêt Théorique : Réflexions sur la collaboration intra-professionnelles : sociologique, savoirs (knowledge management) excluant la voie en lien avec la résistance aux changements et les enjeux de pouvoir L ’intérêt de cette problématique est pratique : avec une proposition d ’amélioration de la performance des soins en modifiant l’organisation. Un intérêt méthodologie en lien avec la proposition d’un modèle théorique validé dans l’analyse d’un processus dans le système de santé permettant une réflexion qualitative sur la collaboration , en l’enrichissant par une analyse de verbatims et d’une recherche bibliographique et un intérêt Théorique en lien avec la réflexion sur la collaboration intra-professionnelles avec une approche sociologique (les représentations et les identités professionnelles) ainsi qu ’une étude des savoirs (knowledge management) excluant la voie en lien avec la résistance aux changements et les enjeux de pouvoir.

10 Méthodologie Cartographie de l’existant
Utilisation du modèle théorique de A.P Contandriopoulos Recherche bibliographique Analyse de verbatims en lien avec les entretiens Donc afin de répondre à cette problématique, une analyse de l’existant a été nécessaire. le modèle théorique décrit par Dr Contrandriopoulos, modèle validé dans le domaine de la santé a été choisi. Une étude bibliographique ainsi qu’une analyse de verbatims a permis son exploitation. Contandriopoulos A.P, F. Champagne,  J.L Denis, M.C Avargues. L’évaluation dans le domaine de la santé : concepts et méthodes. Rev Epidemiologie, 2000 ; 48 :

11 Méthodologie Le cadre conceptuel de l’intervention est validé dans le domaine de la santé comme moyen de modéliser un processus de soin, de diagnostic ou de traitement. Ce modèle est défini comme “ un système organisé d’actions visant, dans un environnement donné, durant une période de temps donnée, à modifier le cours prévisible d’un phénomène pour corriger une situation problématique ”. Contandriopoulos A.P, F. Champagne,  J.L Denis, M.C Avargues. L’évaluation dans le domaine de la santé : concepts et méthodes. Rev Epidemiologie, 2000 ; 48 :

12 Méthodologie

13 Méthodologie La structure symbolique : un ensemble de croyance, de représentation et de valeurs qui permettent aux différents acteurs concernés par l’intervention de communiquer entre eux et de donner du sens à leurs actions. La structure organisationnelle : l’ensemble des lois, des règlements, des conventions, des règles de gestion… qui définissent comment les ressources (l’argent, le pouvoir, l’influence et les engagements) sont réparties et échangées. Elles sont les règles du jeu du système d’action.

14 Méthodologie La structure physique : le volume et structuration des différentes ressources mobilisées (financières, humaines, immobilières, techniques, informationnelles). 

15 Méthodologie Analyse de la collaboration
Quinze entretiens semi directifs : 13 cancérologues (chirurgiens, oncologues, radiothérapeutes et spécialistes d ’organes) 2 gériatres menés dans trois centres : un CHU et 2 centres privé anticancéreux Analyse des verbatims Recherche bibliographique Recherche qualitative interprétative, abductive Ces analyses des verbatims et bibliographiques ont également été utilisées afin d’analyser la collaboration cancérologues gériatres définis en fonction de la définition proposée par D ’Amour (99) que l ’on verra plus loin. Quinze entretiens semi-directifs ont été effectués. 13 cancérologues : radiothérapeutes, oncologues, chirurgiens, spécialistes d ’organes ont été interrogés ainsi que 2 gériatres. Les praticiens appartenaient à une des 3 structures de lutte anticancéreuse régionale : un CHU et deux cliniques L’étude s’inscrit donc dans une recherche qualitative interprétative et abductive

16 Résultats Quatre type d’interventions de soins Intervention 1

17 Résultats Intervention 2

18 Résultats Intervention 3

19 Résultats Intervention 4

20 Résultats Quatre type d’interventions de soins
Deux éléments invariables : Objectif unique : traiter le patient pour atteindre la guérison le tout en préservant un confort de vie acceptable. L ’environnement : démographie, évolution du cancer, politique de l’INCA, politique budgétaire en santé les résultats Quatre type d’interventions ont été mis en évidence Deux éléments invariables ont été définis : l’objectif unique : traiter le patient l ’environnement: éléments défini dans l’introduction

21 Résultats Les domaines variants :
La structure symbolique, organisationnelle et physique : Les représentations, les valeurs, l’identité professionnelle Le patient, les cancérologues, les médecins généralistes, les gériatres Les réunions de concertation pluridisciplinaire Les trois centres : CHU, centre P.Papin, centre R. Gauducheau Les pratiques et le processus de soin des domaines variants qui s’articulent autour : d’ une structure symbolique autour des représentation du vieillissement, des valeurs et les identités professionnelle d’ une structure organisationnelle composée des patients, des praticiens du soin en particulier les cancérologues et gériatres s’inscrivant ou pas dans les réunions de concertations pluridisciplinaires, pierre angulaire de la collaboration dans le processus de soin des patients cancéreux. Une structure physique composée d’un CHU, de deux centres privés de lutte contre le cancer; dans les quelle l’offre gériatrique est différente. Le tout afin d’organiser des pratiques autour d’un processus de soin

22 Résultats Finalité Environnement
Structure symbolique, organisationnelle, physique Acteur, pratique et processus d’action Intervention 1 La guérison si possible avec une qualité de vie respectée, le tout dans un contexte d’équité Unique Vieillissement Oncogériatrie Cancer : pathologie du sujet âgé, coûts élevés, plan cancer Soigner Coordination Généraliste, patient, spécialistes Consultation, hôpitaux, clinique Intervention 2 Idem 1 Coordination et collaboration Chirurgien, cancérologues, ± gériatres RCP 2e ligne Gériatre intégré ou non à la structure de prise en charge Intervention 3 Idem 2 RCP préthérapeutique Collaboration Intervention 4 Idem 2 et 3 RCP 2 + 3 Registre d’information et d’articulation des processus productifs

23 Résultats Médecin traitant : décisionnaire du parcours de soins, choisi sans évaluation du niveau de compétence/savoir. “ Le généraliste n’est pas du tout expert dans la décision de traitement, il ne connaît pas les stratégies, quel intérêt aurait- il à prendre part à la décision ? ” Cancérologue : S ’installe en chef d’orchestre “ Je suis le médecin responsable” “ quand c’est une mamie de course ” Herzlich C. Médecine. Maladie et société. Mouton. Chardot C, Fervers B, et al. (1995), Bulletin du cancer, vol.82, pp

24 Résultats Gériatre : «aide au spécialiste », «évite l’âgisme»
Patient : Asymétrie des relations La RCP : « progrès pour les patients »,« cela évite de faire à sa sauce »,« lieu d ’experts », « vieux égal dossier difficile » Lieu gratifiant ou l’on expose son savoir Lieu de de connaissance, d ’apprentissage Génère la collaboration Orgerie. M.B. La décision médicale en cancérologie. Rôle de la réunion de concertation pluridisciplinaire. Juin 2007. Escande. M. La relation médecin-malade. L’annonce d’une maladie grave.Université de Rouen.

25 Discussion La collaboration intra-professionnelle dans le milieu de la santé « Un ensemble de relations et interactions qui permettent à des professionnels de mettre en commun, partager leurs connaissances, leur expertise, leur expérience pour les mettre de façon concomitante au service des clients et pour le plus grand bien de ceux-ci  » d’Amour (1999) . La discussion va être articuler autour de la définition de la collaboration du Dr D ’Amour (99) Un ensemble de relations et interactions qui permettent à des professionnels de mettre en commun, partager leurs connaissances, leur expertise, leur expérience pour les mettre de façon concomitante au service des clients et pour le plus grand bien de ceux-ci; elle a été choisie car consensuelle et validée dans la santé cette définition met en exergue 3 éléments clés : la représentation du vieillissement nécessaire à étudier pour permettre « service aux clients et grands bien » L’identité professionnelle avec les professionnels au cœur de la collaboration et Les savoirs comme levier de la collaboration

26 Discussion La représentation du vieillissement
Historiquement en France, le vieillissement est assimilé à un problème par faute de production; il est responsable d ’un appauvrissement général Gériatrie : médecine s’intéressant aux pathologies dévalorisantes Pour le médecin, c’est la représentation de l ’échec C ’est un rejet affectif de la projection de soi dans l ’autre Représentation : frein à la collaboration La représentation du vieillissement est négative avec un ancrage historique développant une idée de perte de valeur productive mais aussi un rejet affectif en lien avec la peur de la dépendance et de la diminution de la capacité d’adaptation visible lors de la projection de soi dans l ’autre. et dans le cas particulier des médecins une image de l’échec si l ’on se positionne en guérisseur Cette représentation est donc un frein à la collaboration par le refus implicite que peuvent avoir les cancérologues à accepter d ’être des médecins de personnes âgées. Bourdelais. P. L’age de la vieillesse. Edition O. Jacob, 1993.

27 Discussion L’identité professionnelle
Des valeurs communes : le bien pour l ’autre Des objectifs communs : traiter les patients au plus juste dans un contexte d’équité Corporatisme professionnel fort : nécessité du groupe en particulier pour le cancérologue L ’identité professionnelle « être médecin »: levier positif de la collaboration L’identité professionnelle est en lien avec les valeurs mais aussi les objectifs Les cancérologues et les gériatres sont des médecins appartenant à un même corps professionnel pourtant différents par leurs spécialités. L ’impact de ces sous groupes ne semblent pourtant pas interagir avec leurs valeurs et objectifs en effet les valeurs des cancérologues et des gériatres sont communes autour du bien pour l’autre; centré sur un objectif commun, autour du traitement des patients. Objectif commun pourtant pas toujours ressentie comme tel par les acteurs. Dans ce contexte, l’identité professionnelle est donc un levier positif de la collaboration Bernoux. P. La sociologie des organisations. Edition Seuil, 1990.

28 Discussion Les savoirs
Ensemble de croyances détenues par un individu à propos d’une relation de causalité entre des phénomènes Les cancérologues praticiens des savoirs explicites (données codifiables et objectives) : Thérapeutiques = chimiothérapeutes…., Utilisation de référenciels, Donc si dans le domaine sociologique, il y a des éléments positif et négatif pour la collaboration gériatres-cancérologues, cela ne peut expliquer exclusivement la non collaboration. Les savoirs semblent donc le levier majeur de la non collaboration. En effet, les cancérologues sont des praticiens du savoir explicite basé en grande partie sur les EBM à l ’instar des gériatres plus proche des savoirs tacites en lien avec l ’observation et l ’expérience. Hors les organes de la collaboration en cancérologie sont représentés par les RCP qui sont des réunions techniciennes excluant en grande partie les savoirs tacites comme connaissances pertinentes, En conséquence, l ’intervention des gériatres en RCP, ne semblent pas légitime. Baumard. F. Connaissances tacites et implicites dans les délibérations de réorientations stratégiques AIMS. Perrin. A. La valorisation du management des connaissances dans les organisations.

29 Discussion Les savoirs
Les gériatres praticiens des savoirs tacites (Aristote) (Savoirs non verbalisables, subjectifs, interprétatifs) L ’exploitation du savoir tacite nécessite l ’explicite Baumard. F. Connaissances tacites et implicites dans les délibérations de réorientations stratégiques AIMS. Perrin. A. La valorisation du management des connaissances dans les organisations.

30 Discussion Les savoirs
La confiance : unité de temps et de lieu, introduit par un cancérologue et l ’expérience Le langage : formation des gériatres L’apprentissage : les RCP Ceux qui est préjudiciable à la collaboration car la collaboration nécessite : la confiance avec des expériences communes réussies, une unité de lieu et de temps et l’introduction du gériatre par un cancérologues référent. Un apprentissage possible lors des réunions pluridisciplinaires et enfin un langage commun nécessitant une formation spécifique des gériatres. Argyris. C. Apprendre à apprendre aux plus doués. Le knowledge management. Harvard Business Review. 1999; D. Leonard. et S. Straus. Comment tirer parti de la matière grise de votre firme. Le knowledge management. Harvard Business Review. 1999;

31 Discussion Biais et limites Peu de gériatres Peu de centre
Qualitative interprétative abductive

32 Conclusion Propositions pour améliorer la collaboration :
Intégration des gériatres en RCP Formation des gériatres : DU oncogériatrie Développement des recherches communes en oncogériatrie En conclusion La collaboration cancérologues -gériatres permettant l ’amélioration de la prise en charge des patients âgés cancéreux pourrait s ’articuler autour de trois axes : un axe pratique : l ’intégration des gériatres en RCP un axe d’enseignement : développement de DU en oncogériatrie un axe de recherche : développement de recherche commune en oncogériatrie

33 Merci pour votre attention


Télécharger ppt "Collaboration cancérologues-gériatres"

Présentations similaires


Annonces Google